BRIBES EN LIGNE
la deuxième édition du l’attente, le fruit       la au matin du mouans sartoux. traverse de napolì napolì dernier vers aoi       au       droite       soleil lorsque martine orsoni antoine simon 22 aux barrières des octrois f les feux m’ont pour andrée les textes mis en ligne f les marques de la mort sur ce 28 février 2002. quatrième essai de antoine simon 7 pour ma macles et roulis photo 4 rafale       le prenez vos casseroles et   maille 1 : que la lecture de sainte  c’était madame est toute c’est parfois un pays antoine simon 27 vue à la villa tamaris avec marc, nous avons pour andré c’est un peu comme si,   encore une le 15 mai, à immense est le théâtre et chants à tu mon recueil       é a ma mère, femme parmi attelage ii est une œuvre       la       dans en 1958 ben ouvre à  les œuvres de de pa(i)smeisuns en est venuz le glacis de la mort ...et la mémoire rêve 7) porte-fenêtre   que signifie f le feu s’est       la       fleur monde imaginal,  jésus clere est la noit e la mougins. décembre l’éclair me dure, la question du récit       objectif   j’ai souvent 0- souviens-toi. sa …presque vingt ans plus préparation des corps       je me thème principal : et que vous dire des       apr&egra de mes deux mains tout mon petit univers en       retourn& les étourneaux ! ainsi va le travail de qui   (dans le bribes en ligne a       au pas tous ces charlatans qui 1 2  comme un préliminaire la intendo carthage, fille de       avant a supposer que ce monde       maquis il semble possible       en deux tout est possible pour qui halt sunt li pui e mult halt epuisement de la salle, josué ne     hélas,       s’ antoine simon 14 ils sortent ajouts à la comme ce mur blanc pour marcel À l’occasion de ce paysage que tu contemplais       tourneso et ces       midi « pouvez-vous à la bonne toujours les lettres : ce qui fait tableau : ce je reviens sur des le nécessaire non 1) la plupart de ces dernier vers aoi       pav&eacu bernard dejonghe... depuis ce qu’un paysage peut rafale               six dimanche 18 avril 2010 nous   au milieu de       à       à bernadette griot vient de agnus dei qui tollis peccata il aurait voulu être apaches : pour jean gautheron le cosmos du fond des cours et des       au fond dernier vers aoi madame des forêts de temps de bitume en fusion sur       longtemp pour le prochain basilic, (la pour anne slacik ecrire est bribes en ligne a   ces sec erv vre ile une errance de pour michèle le scribe ne retient ouverture de l’espace ma chair n’est       quinze on croit souvent que le but j’écoute vos paien sunt morz, alquant envoi du bulletin de bribes archipel shopping, la n’ayant pas cet univers sans a propos de quatre oeuvres de <script     ne pas négocier ne « amis rollant, de      &     chambre les dessins de martine orsoni la liberté s’imprime à mon cher pétrarque, dernier vers aoi la bouche pleine de bulles « je suis un   est-ce que   « moi,       un madame, on ne la voit jamais clers fut li jurz e li petites proses sur terre les installations souvent,       devant   (à f dans le sourd chatoiement       la fontelucco, 6 juillet 2000   saint paul trois       pass&eac tendresse du monde si peu a-t-il il était question non percey priest lake sur les     surgi madame est la reine des errer est notre lot, madame, maintenant il connaît le tous feux éteints. des antoine simon 12 dernier vers aoi les routes de ce pays sont       l’ à propos des grands régine robin, carissimo ulisse, torna a je n’aime pas ce monde. la vie humble chez les carmelo arden quin est une  dans le livre, le i.- avaler l’art par antoine simon 26       chaque portrait. 1255 : le lent déferlement antoine simon 19 pour dessiner les choses banales des voiles de longs cheveux des conserves ! quant carles oït la madame 1 madame est la dernier vers aoi antoine simon 5       l’ art jonction semble enfin il n’était qu’un c’est la chair pourtant       depuis i en voyant la masse aux nice, le 18 novembre 2004 la mort, l’ultime port, li emperere par sa grant       au ajout de fichiers sons dans le désir de faire avec       au la bouche pure souffrance hans freibach : j’ai travaillé   ciel !!!! "si elle est les photos et archives antoine simon 10     rien je dors d’un sommeil de reprise du site avec la j’entends sonner les tout en vérifiant       &nbs au commencement était       le long madame est une torche. elle torna a sorrento ulisse torna       j’ essai de nécrologie, quelque chose un temps hors du douce est la terre aux yeux 1254 : naissance de j’ai ajouté les doigts d’ombre de neige tandis que dans la grande  l’entretien il y a bien là, dans cher bernard 10 vers la laisse ccxxxii d’ eurydice ou bien de la galerie chave qui mult ben i fierent franceis e deux ce travail vous est       une j’ai donc today i eat my       le vous êtes       grimpant pour max charvolen 1) seul dans la rue je ris la       ma zacinto dove giacque il mio f qu’il vienne, le feu il en est des noms comme du pour martine, coline et laure petit matin frais. je te la fonction, je sais, un monde se a toi le don des cris qui et…   dits ( ce texte a       une « mais qui lit premier vers aoi dernier     après macles et roulis photo 1 li emperere s’est  ce mois ci : sub       voyage le temps passe dans la able comme capable de donner montagnes de clquez sur       sur le le poiseau de parisi mon merle noir  pour allons fouiller ce triangle bien sûr la dernier vers aoi rêve, cauchemar, il faut aller voir accoucher baragouiner         chaises, tables, verres, si tu es étudiant en le corps encaisse comme il nous savons tous, ici, que Éléments - pour martine       bonheu ce texte se présente       sur dernier vers aoi       enfant que d’heures seins isabelle boizard 2005 il n’y a pas de plus       aujourd passet li jurz, si turnet a madame a des odeurs sauvages       dé la fraîcheur et la       apr&egra   pour théa et ses antoine simon 9 1 2  sables mes paroles vous noble folie de josué, 1 2   née à       bruyante ce qui aide à pénétrer le antoine simon 25         c’est la peur qui fait    7 artistes et 1 a l’aube des apaches, pour m.b. quand je me heurte le ciel de ce pays est tout     " on peut croire que martine « je me tais.       sur le suite du blasphème de quand les eaux et les terres nous avancions en bas de normalement, la rubrique le 26 août 1887, depuis pour michèle gazier 1) on a cru à le ciel est clair au travers mais jamais on ne      &       dans la pour raphaël macles et roulis photo 6 je suis occupé ces bruno mendonça al matin, quant primes pert je ne saurais dire avec assez vedo la luna vedo le avant propos la peinture est dernier vers aoi attention beau    au balcon   dits de pas une année sans évoquer tout en travaillant sur les l’illusion d’une vous deux, c’est joie et des quatre archanges que si j’étais un sa langue se cabre devant le la rencontre d’une edmond, sa grande rafale cyclades, iii° je désire un       la i mes doigts se sont ouverts dernier vers que mort       dans le accorde ton désir à ta non, björg, s’il cliquetis obscène des la brume. nuages       la       force pas facile d’ajuster le       la       coude       l’ chaque automne les À la loupe, il observa la parol

Accueil > Mots-clés > Rédacteurs du site > Joquel

Joquel

Dernière publication : 28 mars 2010.
Les 3 derniers articles : 17 mars 10 , Viande hâchée à tous les étages , Attention beau mammifère ! .
Les 3 articles les plus lus : Dans ce grand silence de fin de nuit , Lille , Au lever .

info portfolio

Patrick Joquel © R. Thélème
  • PATRICK JOQUEL

    Pouvez-vous définir...

    Déambulation 1

    « Pouvez-vous définir ce que signifie pour vous écrire ? » me demande-t-on souvent… Je ne sais pas : j’écris. Monologue ? Peut-on vraiment être seul dans l’écriture ? Dialogue alors ? Peut-on (...)
    Clefs : poésie , Joquel

  • PATRICK JOQUEL

    Bien sûr, bien sûr

    Déambulation 2

    Bien sûr La communication bien sûr La convivialité bien sûr Le collectif budgétaire bien sûr La mondialisation bien sûr La pensée unique bien sûr Bien sûr Il faut gérer les intervalles Tendre vers (...)
    Clefs : poésie , Joquel

  • PATRICK JOQUEL

    Au lever

    Déambulation 3

    Janvier 2002 .Traverse de l’orée du bois. Au lever. J’entends la radio colporter avec son habituel entrain le triste état du monde. Je bois du thé. Un mélange british. Avec un nuage de lait. En (...)
    Clefs : poésie , Joquel

  • PATRICK JOQUEL

    Premier soir au balcon

    Déambulation 4

    Ce 28 février 2002. Traverse de l’orée du bois. Premier soir au balcon. Aussi pressés que les crocus quelques crapauds interrogent la rumeur des bitumes. Le silence ici ne connaît plus l’épaisseur (...)
    Clefs : poésie , Joquel

  • PATRICK JOQUEL

    À propos de caméras

    Déambulation 5

    Dans le monde de cette première semaine d’été 09 , le Maire de Meaux se félicitait que sa ville était bien filmée. Il précisait cependant que les fenêtres étaient floutées… Cela m’a rappelé deux textes (...)
    Clefs : poésie , Joquel

  • PATRICK JOQUEL

    Lille

    Déambulation 6

    Tous feux éteints. Des autos somnolent. Paupières baissées. Des appartements dorment. Pas un chat dans la rue. Pas un chien sous les réverbères. Nul ne me voit marcher. Personne. Changement d’heure (...)
    Clefs : poésie , Joquel

  • PATRICK JOQUEL

    Un rocking-chair grince l’écriture

    Déambulation 7

    Décembre 2001. Mouans-Sartoux. Traverse de l’orée du bois. Derrière la vitre. Un rocking-chair grince l’écriture. Va et vient des mots. De l’esprit au papier. Du palpable à l’impalpable. Simple trace (...)
    Clefs : poésie , Joquel

  • PATRICK JOQUEL

    Dans ce grand silence de fin de nuit

    Déaambulation 8

    Mouans Sartoux. traverse de l’orée du bois. 1 Août 2002. Dans ce grand silence de fin de nuit, l’aube est encore loin. Aucun signe n’éclaire à l’est au-dessus du lampadaire. Je m’installe. Sur la (...)
    Clefs : poésie , Joquel

  • PATRICK JOQUEL

    Attention beau mammifère !

    Déaambulation 9

    Saint Paul trois Châteaux. Février 2004 Attention beau mammifère ! Ceci est un livre ! Objet dangereux. Objet fragile. À manier avec précaution. À consommer sans modération, avec ou sans lunettes, (...)
    Clefs : poésie , Joquel

  • PATRICK JOQUEL

    Viande hâchée à tous les étages

    Déambulation 10

    Mougins. Décembre 2005. * Plus haut Plus loin Plus gros Plus gras Viande hachée à tous les étages Plus haut dinde hachée à tous les étages Fromage au balcon (...)
    Clefs : poésie , Joquel


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP