BRIBES EN LIGNE
une errance de j’écoute vos l’illusion d’une entr’els nen at ne pui si j’avais de son ce qui fait tableau : ce quatrième essai de À la loupe, il observa merci à la toile de face aux bronzes de miodrag    seule au       fleur pierre ciel 13) polynésie premier vers aoi dernier descendre à pigalle, se vous dites : "un  le grand brassage des il semble possible       banlie j’ai en réserve ils avaient si longtemps, si   j’ai souvent dernier vers aoi pur ceste espee ai dulor e dernier vers aoi   pour daniel farioli poussant moisissures mousses lichens antoine simon 17 nous avons affaire à de un nouvel espace est ouvert "je me tais. pour taire. ce qu’un paysage peut  ce qui importe pour       rampan les lettres ou les chiffres cliquetis obscène des la route de la soie, à pied, les textes mis en ligne l’appel tonitruant du merle noir  pour       entre bribes en ligne a une image surgit traverse le  de même que les quatrième essai de il est le jongleur de lui rm, le 2/02/2018 j’ai fait nice, le 30 juin 2000 préparation des       l̵ et si tu dois apprendre à       ( c’est pour moi le premier accorde ton désir à ta poussées par les vagues l’art c’est la    de femme liseuse halt sunt li pui e mult halt a la femme au     faisant la pour m.b. quand je me heurte encore la couleur, mais cette errer est notre lot, madame, et il fallait aller debout mult est vassal carles de c’est une sorte de voici des œuvres qui, le très malheureux... un titre : il infuse sa au labyrinthe des pleursils       bruyan       apr&eg ne pas négocier ne je n’hésiterai diaphane est le pour mes enfants laure et difficile alliage de granz est li calz, si se (de)lecta lucta     est-ce que bel équilibre et sa sables mes parolesvous c’est vrai  tu vois im font chier       quand raphaël pour andré au commencement était un tunnel sans fin et, à en 1958 ben ouvre à autre citation"voui « 8° de       gentil la gaucherie à vivre, f le feu est venu,ardeur des le corps encaisse comme il abu zayd me déplait. pas i en voyant la masse aux       sur pour lee       b&acir si tu es étudiant en vous deux, c’est joie et le 28 novembre, mise en ligne on cheval premier essai c’est       neige seins isabelle boizard 2005 le géographe sait tout passent .x. portes,       dans f qu’il vienne, le feu deux ce travail vous est       marche   d’un coté,  les trois ensembles qu’est-ce qui est en troisième essai comme c’est le scribe ne retient     sur la eurydice toujours nue à a christiane       au sous la pression des  pour le dernier jour       montag la nuit       dans zacinto dove giacque il mio le poiseau de       bien accoucher baragouiner noble folie de josué,       voyage   la production pour egidio fiorin des mots se placer sous le signe de  hier, 17 d’ eurydice ou bien de  “comment ouverture de l’espace       un le soleil n’est pas       la pour martine, coline et laure la question du récit chairs à vif paumes je sais, un monde se vous n’avez l’existence n’est  au travers de toi je   on n’est       aujour ne faut-il pas vivre comme comme ce mur blanc on trouvera la video la poésie, à la 0 false 21 18 fragilité humaine. à propos des grands je serai toujours attentif à sixième envoi du bulletin de bribes  de la trajectoire de ce       force la deuxième édition du aux george(s) (s est la de tantes herbes el pre c’est le grand frères et       le       bonhe pour andré       le À peine jetés dans le       fleure le lent tricotage du paysage dernier vers s’il   pour le prochain    regardant j’ai ajouté tout le problème et c’était dans et il parlait ainsi dans la et ma foi, la fraîcheur et la dernier vers aoi le grand combat : rien n’est agnus dei qui tollis peccata on dit qu’agathe quand nous rejoignons, en madame est une torche. elle c’est la distance entre       soleil peinture de rimes. le texte bien sûr, il y eut polenta antoine simon 27 Ç’avait été la le texte qui suit est, bien       d&eacu pas même avant propos la peinture est ma chair n’est carissimo ulisse,torna a pour angelo nous viendrons nous masser f j’ai voulu me pencher       descen 7) porte-fenêtre       l̵ i.- avaler l’art par attendre. mot terrible.       reine les premières paroles de chamantu       la jusqu’à il y a À max charvolen et on croit souvent que le but dernier vers aoi         or pure forme, belle muette, rm : d’accord sur début de la mise en ligne de etudiant à non, björg, clquez sur   né le 7 pour yves et pierre poher et n’ayant pas à bernadette les plus vieilles  improbable visage pendu autre essai d’un       la ils sortent pour max charvolen 1) la communication est À perte de vue, la houle des       chaque   ces sec erv vre ile l’eau s’infiltre quand les eaux et les terres     le cygne sur  l’écriture       longte antoine simon 28 dernier vers aoi       normalement, la rubrique c’était une et la peur, présente toute trace fait sens. que       magnol elle ose à peine napolì napolì ce texte se présente des conserves ! les oiseaux s’ouvrent sixième où l’on revient cinquième essai tout me pour robert dernier vers aoi   antoine simon 21 le proche et le lointain dans le pain brisé son rêves de josué,       dans “le pinceau glisse sur       "       &eacut pour martin       le je déambule et suis passet li jurz, la noit est passet li jurz, si turnet a leonardo rosa       la a la fin il ne resta que de pa(i)smeisuns en est venuz rare moment de bonheur, station 4 : judas  les dernières cinq madame aux yeux je suis occupé ces six de l’espace urbain, nous avancions en bas de pour michèle temps de bitume en fusion sur       sabots dernier vers que mort ils s’étaient tandis que dans la grande station 3 encore il parle       le pluies et bruines,   au milieu de     à ….omme virginia par la dans ce périlleux onze sous les cercles   (dans le merci au printemps des le 23 février 1988, il       vu       enfant       va       fourr& une image surgit et derrière tout est prêt en moi pour 10 vers la laisse ccxxxii histoire de signes .     les fleurs du la terre a souvent tremblé il s’appelait       le c’est un peu comme si,   un vendredi       droite « amis rollant, de deuxième sainte marie,   ces notes pourquoi yves klein a-t-il       la 5) triptyque marocain       reine depuis le 20 juillet, bribes ce texte m’a été r.m.a toi le don des cris qui     au couchant     rien antoine simon 13 "ah ! mon doux pays, li emperere par sa grant l’impression la plus ses mains aussi étaient et encore  dits   l’oeuvre vit son       &ccedi il en est des noms comme du l’éclair me dure, o tendresses ô mes   dits de epuisement de la salle, (en regardant un dessin de effleurer le ciel du bout des af : j’entends     vers le soir suite du blasphème de comment entrer dans une       parfoi la musique est le parfum de mieux valait découper  on peut passer une vie percey priest lakesur les un jour, vous m’avez au matin du dans le train premier quand les couleurs     pourquoi jamais si entêtanteeurydice et voici maintenant quelques le 2 juillet       assis sauvage et fuyant comme « e ! malvais a la libération, les autre petite voix tu le sais bien. luc ne ainsi va le travail de qui branches lianes ronces première rupture : le quatrième essai rares temps de cendre de deuil de       s̵       l̵ dentelle : il avait outre la poursuite de la mise la mort d’un oiseau. nous savons tous, ici, que "l’art est-il je reviens sur des martin miguel art et       la f tous les feux se sont la parol

Accueil > Mots-clés > Rédacteurs du site > Chartron

Chartron

Dernière publication : 27 juin 2010.
Les 3 derniers articles : Zone gardée... , Monde rassemblé... , Monde imaginal... .
Les 3 articles les plus lus : Ici, les choses les plus simples à dire... , Il semble possible... , Toutes sortes de papiers... .

  • PHILIPPE CHARTRON

    Tout est possible...

    Tout est possible pour qui sait le langage et la lenteur du monde ; écrire peut alors tout écrire. Hors de tout récit qui n’affirme que sa contingence, dire ce qui est deviendra une tâche (...)
    Clefs : poésie , Chartron

  • PHILIPPE CHARTRON

    Toutes sortes de papiers...

    Toutes sortes de papiers, sur lesquels on prend des notes, dans les lieux où survient le texte activé par l’espace et le moment. Le papier témoigne de ces phrases à peine écrites, quelques notes pour (...)
    Clefs : poésie , Chartron

  • PHILIPPE CHARTRON

    Il semble possible...

    Il semble possible d’écrire le matin. J’ai rêvé : je me souviens d’une grande esplanade, dans la nuit, et d’étoiles jetées très haut dans l’obscur ; l’esplanade était une plate-forme d’observation du ciel. (...)
    Clefs : poésie , Chartron

  • PHILIPPE CHARTRON

    Je déambule...

    Je déambule et suis confirmé d’être au monde et de le ressentir, et de dialoguer avec lui. Dans un coin de campagne reclus, c’est l’écorce des chênes-liège, le parfum du laurier rose, et la couleur (...)
    Clefs : poésie , Chartron

  • PHILIPPE CHARTRON

    C’est une sorte de patience...

    C’est une sorte de patience, et d’humilité ; comme une marche dans la campagne, qui va son train sans peine, sans fatigue, et qui relance sa propre énergie. C’est une sorte de mise en condition de (...)
    Clefs : poésie , Chartron

  • PHILIPPE CHARTRON

    Je reviens sur des éléments très doux

    Je reviens sur des éléments très doux, qui semblent impalpables, le ciel, la poussière, ce qui flotte ici et là dans l’air, entre les mots et à côté des gestes pour indiquer une présence antique et (...)
    Clefs : poésie , Chartron

  • PHILIPPE CHARTRON

    Mes pensées restent orientées...

    Mes pensées restent orientées vers ce que j’ignore, et demeurent muettes au milieu de ce que je soupçonne. J’espère un moyen pour consigner quelque révélation. Celle-ci opère sans travail, sans effort. (...)
    Clefs : poésie , Chartron

  • PHILIPPE CHARTRON

    Guetter cette chose

    Guetter cette chose « qu’on ne veut ou ne peut nommer », cette frontière du vécu et du pensé, cette frontière de la transmutation de notre être de chair, en énergie à la recherche d’une forme à venir : (...)
    Clefs : poésie , Chartron

  • PHILIPPE CHARTRON

    Je désire un état du monde...

    Je désire un état du monde qui réside dans mon effort de l’écrire, autant que dans le monde. Je surveille une frontière qui passe dans la chose même que j’écris ou que je décris. Il s’agit d’explorer (...)
    Clefs : poésie , Chartron

  • PHILIPPE CHARTRON

    J’oublie souvent, et à dessein...

    J’oublie souvent et à dessein semble-t-il, le carnet et le stylo lorsque je sors et marche, comme si de ne pas prendre de notes enclenchait un travail autre que celui du récit tout simple, un (...)
    Clefs : poésie , Chartron


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette