BRIBES EN LIGNE
voile de nuità la j’ai donné, au mois pour mon épouse nicole exode, 16, 1-5 toute     rien « 8° de a ma mère, femme parmi       dans l’art c’est la       sur toutes sortes de papiers, sur o tendresses ô mes    7 artistes et 1       "       embarq       samuelchapitre 16, versets 1     pourquoi la terre nous pour alain borer le 26 le temps passe dans la pourquoi yves klein a-t-il       le       la pour maxime godard 1 haute il faut aller voir       fourr& ainsi fut pétrarque dans ecrire sur du bibelot au babilencore une la langue est intarissable je n’ai pas dit que le lu le choeur des femmes de "et bien, voilà..." dit  dans le livre, le       vu tout est prêt en moi pour c’est le grand pour raphaël   iv    vers       quand   le 10 décembre et…  dits de   six formes de la       le la fonction, ils avaient si longtemps, si 10 vers la laisse ccxxxii       la   nous sommes bien sûr, il y eut  tous ces chardonnerets villa arson, nice, du 17 polenta nice, le 30 juin 2000 quand il voit s’ouvrir, f le feu est venu,ardeur des nous viendrons nous masser a grant dulur tendrai puis et encore  dits     " la vie est ce bruissement ce pays que je dis est dernier vers aoi       la alocco en patchworck © deuxième apparition de  le livre, avec l’homme est       gentil       retour dernier vers aoi epuisement de la salle,       maquis       pav&ea lorsque martine orsoni mouans sartoux. traverse de       le quando me ne so itu pe mais jamais on ne le geste de l’ancienne, ses mains aussi étaient temps de pierres dans la   un   au milieu de "nice, nouvel éloge de la 5) triptyque marocain cet univers sans  ce mois ci : sub vous n’avez     faisant la petit matin frais. je te       &agrav vos estes proz e vostre première   j’ai souvent pour andré villers 1) approche d’une pour lee la danse de religion de josué il leonardo rosa (dans mon ventre pousse une ….omme virginia par la la chaude caresse de "ces deux là se la brume. nuages sept (forces cachées qui dans le respect du cahier des   maille 1 :que d’abord l’échange des       bonheu  “ne pas onzième ainsi va le travail de qui on peut croire que martine       &agrav f les rêves de je déambule et suis     extraire       é le vieux qui fin première     &nbs se reprendre. creuser son       neige tendresses ô mes envols carissimo ulisse,torna a  avec « a la   pour théa et ses quand les mots     l’é pas sur coussin d’air mais     une abeille de deux ce travail vous est       le     quand entr’els nen at ne pui fragilité humaine. ma mémoire ne peut me       je s’ouvre la attention beau merci à marc alpozzo premier essai c’est 1. il se trouve que je suis préparation des c’est extrêmement preambule – ut pictura       "   l’oeuvre vit son deuxième nous lirons deux extraits de chaque jour est un appel, une dernier vers s’il seins isabelle boizard 2005 iloec endreit remeint li os " je suis un écorché vif. au programme des actions  “la signification seul dans la rue je ris la À la loupe, il observa il ne sait rien qui ne va       qui raphaël dernier vers aoi a christiane si, il y a longtemps, les       longte madame, vous débusquez g. duchêne, écriture le tout à fleur d’eaula danse la poésie, à la dernier vers aoi tout en travaillant sur les les avenues de ce pays dernier vers aoi   je ne comprends plus six de l’espace urbain, l’impossible dans l’innocence des       l̵ dans le pain brisé son je suis bien dans dernier vers aoi de proche en proche tous au rayon des surgelés normalement, la rubrique   la production pour anne slacik ecrire est deux nouveauté,     ton j’arrivais dans les antoine simon 29 « amis rollant, de dernier vers aoi au matin du allons fouiller ce triangle       deux       la spectacle de josué dit de mes deux mains je reviens sur des souvent je ne sais rien de je meurs de soif printemps breton, printemps encore la couleur, mais cette sixième       &n   pour le prochain je ne saurais dire avec assez l’art n’existe       reine l’heure de la       le le 19 novembre 2013, à la   adagio   je des quatre archanges que antoine simon 27 un titre : il infuse sa dernier vers aoi   accorde ton désir à ta il souffle sur les collines écoute, josué, j’oublie souvent et 0 false 21 18 dernier vers aoi  pour jean le     à des voiles de longs cheveux le recueil de textes de pareïs li seit la josué avait un rythme  l’écriture       soleil nouvelles mises en cinquième citationne “le pinceau glisse sur attelage ii est une œuvre la mastication des       sabots pas une année sans évoquer       le l’erbe del camp, ki dans l’effilé de un verre de vin pour tacher à bel équilibre et sa sors de mon territoire. fais la bouche pleine de bulles glaciation entre couleur qui ne masque pas a propos d’une suite du blasphème de       au       bien j’ai changé le tandis que dans la grande livre grand format en trois rm : nous sommes en non, björg, j’ai relu daniel biga, ki mult est las, il se dort jamais je n’aurais il avait accepté avant propos la peinture est normal 0 21 false fal attendre. mot terrible.       que et que dire de la grâce antoine simon 5 granz fut li colps, li dux en dernier vers aoi on dit qu’agathe il y a des objets qui ont la d’un côté "mais qui lit encore le       au       &n antoine simon 9       je       pass&e (josué avait je serai toujours attentif à et combien       le pour max charvolen 1) edmond, sa grande une errance de effleurer le ciel du bout des les installations souvent, ma chair n’est avant dernier vers aoi 7) porte-fenêtre il en est des meurtrières. in the country       dans  “s’ouvre les textes mis en ligne même si clquez sur nous avancions en bas de       montag tu le sais bien. luc ne dernier vers aoi trois (mon souffle au matin 1-nous sommes dehors. pour yves et pierre poher et       ma pour maguy giraud et tous ces charlatans qui     un mois sans aucun hasard si se  tu ne renonceras pas. sous l’occupation  ce qui importe pour       aux     du faucon macles et roulis photo 4       reine pour qui veut se faire une madame des forêts de       avant  de même que les   entrons       au       dans   dits de       sous le texte qui suit est, bien un tunnel sans fin et, à       va soudain un blanc fauche le pour daniel farioli poussant patrick joquel vient de abu zayd me déplait. pas ma voix n’est plus que antoine simon 19 je t’enlace gargouille art jonction semble enfin pour nice, le 8 octobre antoine simon 22 saluer d’abord les plus  c’était dans ma gorge       fleur       grande lune pourpre dont les il arriva que  jésus c’est la peur qui fait madame a des odeurs sauvages mult ben i fierent franceis e charogne sur le seuilce qui   marcel       &agrav       cette il existe au moins deux dessiner les choses banales       sur le il est le jongleur de lui au commencement était   le texte suivant a   je n’ai jamais  si, du nouveau   est-ce que pour julius baltazar 1 le temps de pierres folie de josuétout est 1.- les rêves de   ces sec erv vre ile       ruelle comme un préliminaire la quand c’est le vent qui un jour nous avons ce qui aide à pénétrer le inoubliables, les errer est notre lot, madame, granz est li calz, si se mais non, mais non, tu       la   un vendredi       assis  martin miguel vient imagine que, dans la la pureté de la survie. nul   d’un coté, dernier vers aoi   reprise du site avec la de pa(i)smeisuns en est venuz la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Joquel, Patrick > Déambulations

PATRICK JOQUEL

| Bien sûr, bien sûr ->
Pouvez-vous définir...
© Patrick Joquel

Déambulation 1

Ecrivain(s) : Joquel
Clefs : poésie

« Pouvez-vous définir ce que signifie pour vous écrire ? » me demande-t-on souvent…
Je ne sais pas : j’écris.


- Monologue
 ?

- Peut-on vraiment être seul dans l’écriture
 ?

- Dialogue alors
 ?

- Peut-on vraiment rencontrer son hypothétique lecteur, Charles
 ?

- Exploration de la langue
 ?

- Je ne suis pas docteur
 !

- Utilisation du langage pour tâtonner le monde
 ?

- Comme si écrire s’apparentait au voyage…


- Ecrire
ce miracle
d’un être venu au monde
et qui tente de mettre en mot
ce qu’il découvre de ce monde
et de lui-même
murmureraient les yeux bleus de Raphaël.


- Ecrire
et quoi d’autre encore ?
dirait de sa voix bleue, Jean-Marie.


- Ecrire
ce n’est jamais que remuer des flocons de nuit
Soulignerait de noir Alain.


- Ecrire
une aventure singulière
qu’on partage après coup
comme un marin
accoudé au comptoir du port
et qui permettrait
sans dire un seul mot
qu’on lise un fragment
de son journal de bord
trinquerait de rouge, Yves.


- Ecrire
nu(e)
Sourirait Béatrice


- Ecrire
Une question de mots
De langue
Chuchoterait Claude


- Ecrire
Crois-tu qu’il existe encore un seul lecteur
Pirouetterait cacahuèterait Sophie


-   Ecrire
Ou photographier…
Question de focale et de complicité : imprégnation des songes réels et des réels songes,
Zoomerait Jérôme.


- Ecrire ?
Patrick, n’en fais pas une tartine !
Rirait Jacqueline

Les mots ne disent pas tout des heures solitaires. Ils laissent juste entrevoir. Deviner. Imaginer. Certains y trouvent un écho à leurs préoccupations. A leurs désirs. Tant il est vrai que nos vies se ressemblent toutes.
Plus ou moins.

©Patrick Joquel
inédit 09

 

Publication en ligne : 16 février 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette