BRIBES EN LIGNE
des voix percent, racontent béatrice machet vient de de pa(i)smeisuns en est venuz       sur     tout autour a ma mère, femme parmi ouverture de l’espace la prédication faite vous n’avez bien sûr, il y eut ainsi fut pétrarque dans bien sûrla démodocos... Ça a bien un pour julius baltazar 1 le quand les eaux et les terres décembre 2001.  pour de l’impossible ce la légende fleurie est marcel alocco a       pass&e au rayon des surgelés le géographe sait tout   pour le prochain (ô fleur de courge... passent .x. portes, dernier vers aoi libre de lever la tête (À l’église toutes ces pages de nos antoine simon 32 v.- les amicales aventures du je suis occupé ces 1) la plupart de ces c’était une la chaude caresse de       le       vaches le ciel est clair au travers     &nbs     les provisions nous dirons donc gardien de phare à vie, au ce qui importe pour la question du récit paien sunt morz, alquant allons fouiller ce triangle la terre nous langues de plomba la       il       l̵ quand c’est le vent qui al matin, quant primes pert références : xavier archipel shopping, la morz est rollant, deus en ad quatrième essai rares       sur se reprendre. creuser son comment entrer dans une ecrire sur antoine simon 33   maille 1 :que des quatre archanges que       dans je reviens sur des dernier vers aoi    de femme liseuse il en est des meurtrières.       à sur la toile de renoir, les       vu   j’ai souvent la danse de autre essai d’un la vie est ce bruissement   adagio   je carmelo arden quin est une la rencontre d’une dans les écroulements       dans       cerisi le passé n’est deuxième apparition de       dans chercher une sorte de l’évidence dernier vers aoi dernier vers aoi « e ! malvais chaque automne les pour jean-louis cantin 1.-       au un jour, vous m’avez « amis rollant, de   saint paul trois en 1958 ben ouvre à le proche et le lointain j’ai travaillé genre des motsmauvais genre la route de la soie, à pied,       &n d’un côté arbre épanoui au ciel si tu es étudiant en comme c’est     au couchant l’erbe del camp, ki station 1 : judas "je me tais. pour taire. d’abord l’échange des   ciel !!!! autres litanies du saint nom pour jean gautheronle cosmos       descen sauvage et fuyant comme       bonhe deux ajouts ces derniers issent de mer, venent as un trait gris sur la on a cru à       au la tentation du survol, à l’ami michel écrirecomme on se « h&eacu quand il voit s’ouvrir,     extraire       un       marche les grands ils s’étaient dans la caverne primordiale       voyage leonardo rosa       (       au madame dans l’ombre des clers est li jurz et li f qu’il vienne, le feu errer est notre lot, madame, laure et pétrarque comme       mouett (de)lecta lucta   vertige. une distance il était question non pas de pluie pour venir siglent a fort e nagent e une autre approche de       le trois (mon souffle au matin antoine simon 12 de la de l’autre       "       soleil tendresses ô mes envols passet li jurz, si turnet a le coeur du face aux bronzes de miodrag dans le respect du cahier des       m̵ temps où le sang se ma voix n’est plus que du bibelot au babilencore une « voici a la femme au je ne saurais dire avec assez       au la mort d’un oiseau. dans ce pays ma mère     de rigoles en j’arrivais dans les est-ce parce que, petit, on       aux       fourmi deuxième approche de 5) triptyque marocain       quand réponse de michel dernier vers aoi a christiane       dans       l̵ quatrième essai de le galop du poème me  il est des objets sur premier essai c’est un besoin de couper comme de j’ai longtemps elle réalise des     oued coulant encore une citation“tu     m2 &nbs montagnesde       que on cheval la fraîcheur et la à antoine simon 22  “la signification la liberté de l’être karles se dort cum hume le 15 mai, à   (à exacerbé d’air   si vous souhaitez    7 artistes et 1 À max charvolen et martin histoire de signes . onze sous les cercles la terre a souvent tremblé quel ennui, mortel pour vue à la villa tamaris me quando me ne so itu pe       et religion de josué il       reine la pureté de la survie. nul il avait accepté cliquetis obscène des    il pour le prochain basilic, (la  les œuvres de nice, le 30 juin 2000       assis vos estes proz e vostre attendre. mot terrible.       il 1-nous sommes dehors.  pour le dernier jour       ce pas même rossignolet tu la Être tout entier la flamme mille fardeaux, mille       dans dans l’innocence des bruno mendonça antoine simon 16 le travail de bernard …presque vingt ans plus a dix sept ans, je ne savais     pourquoi epuisement de la salle, juste un « 8° de un jour nous avons le soleil n’est pas janvier 2002 .traverse martin miguel art et       &ccedi   antoine simon 19   la baie des anges tout mon petit univers en encore la couleur, mais cette cet univers sans a propos de quatre oeuvres de la fonction, raphaËl   un c’est vrai madame déchirée madame porte à macles et roulis photo 1 normal 0 21 false fal un nouvel espace est ouvert       entre passet li jurz, la noit est       journ& pour anne slacik ecrire est i.- avaler l’art par vous dites : "un       le macles et roulis photo 3 mult ben i fierent franceis e sa langue se cabre devant le    courant       ma       glouss       allong et…  dits de la mastication des dans le pays dont je vous       dans autre petite voix dans un coin de nice, le nécessaire non charogne sur le seuilce qui       je me l’homme est ] heureux l’homme si j’étais un des voiles de longs cheveux pour m.b. quand je me heurte dernier vers aoi ainsi alfred…         &n toulon, samedi 9 c’est ici, me  née à dentelle : il avait pour jacqueline moretti, le franchissement des paysage de ta tombe  et bal kanique c’est se placer sous le signe de mieux valait découper carissimo ulisse,torna a les cuivres de la symphonie il ne reste plus que le dire que le livre est une et ces i en voyant la masse aux ma mémoire ne peut me s’égarer on a la fin il ne resta que   au milieu de toujours les lettres : les lettres ou les chiffres dans ma gorge  tu ne renonceras pas.       midi livre grand format en trois attention beau et il parlait ainsi dans la       dans f le feu s’est (vois-tu, sancho, je suis nice, le 18 novembre 2004       pass&e       cette pas facile d’ajuster le dans l’effilé de  l’exposition        devant glaciation entre   (dans le et si au premier jour il station 3 encore il parle  pour jean le    au balcon ses mains aussi étaient f toutes mes  dernier salut au et combien seins isabelle boizard 2005 sous l’occupation quelque chose derniers cinq madame aux yeux       la antoine simon 30 reprise du site avec la ouverture d’une ce n’est pas aux choses    si tout au long       p&eacu       la pie percey priest lakesur les au programme des actions macles et roulis photo 7 préparation des       la ce va et vient entre ki mult est las, il se dort (josué avait lentement antoine simon 17 traquer     le   six formes de la je t’enlace gargouille       le   pour théa et ses       &eacut dans les carnets tout en travaillant sur les     le cygne sur clquez sur       " station 4 : judas  "moi, esclave" a "tu sais ce que c’est ce pays que je dis est villa arson, nice, du 17 nu(e), comme son nom la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Joquel, Patrick > Déambulations

PATRICK JOQUEL

<- Lille | Dans ce grand silence de fin de nuit ->
Un rocking-chair grince l’écriture
© Patrick Joquel

Déambulation 7

Ecrivain(s) : Joquel
Clefs : poésie

Décembre 2001. Mouans-Sartoux. Traverse de l’orée du bois.
Derrière la vitre. Un rocking-chair grince l’écriture. Va et vient des mots. De l’esprit au papier. Du palpable à l’impalpable. Simple trace d’encre qu’un peu d’eau dissout. A l’image de ces versets coraniques écrits au charbon de bois sur les planchettes et dont on recueille jusqu’à l’ultime goutte.
Ecrire ici de nuit. Comme d’autres prient debout. Dans le cloître d’un grand silence.

Veiller ici. A la flamme d’un godet d’encre et la laisser courir. Cette encre errer. Noire et libre. Tellement présente au monde. Si discrète. Parfois si triste.

Oui
Certains soirs
C’est la tristesse qui te prend
Comme si tous tes disparus s’invitaient autour de ta cheminée
Pour te parler
De leur absence
Ils étreignent ton silence
Tu les écoutes
Ne rien te dire.

On n’écrit pas plus pour soi que pour quelqu’un. On s’écrit à l’autre. Avec l’espoir d’une correspondance.

Publication en ligne : 19 septembre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette