BRIBES EN LIGNE
c’est vrai le galop du poème me         haut var ► trois petits       normal 0 21 false fal  marcel migozzi vient de     au couchant couleur qui ne masque pas  dans toutes les rues mais jamais on ne page d’accueil de halt sunt li pui e mult halt il ne s’agit pas de madame déchirée pour marcel on a cru à       magnolia de nouvelles mises en iigne,  zones gardées de clers est li jurz et li <script     dernier vers aoi mise en ligne d’un 1254 : naissance de prenez vos casseroles et       objectif page suivante ► page le long de l’ombre de tantes herbes el pre 1 2 3&nbs antoine simon 27 le 15 mai, à une autre approche de autre citation abstraction voir figuration       longtemp mis en ligne durant montagnes de pour lire les textes de il n’était qu’un 1 2 3&nbs encore une citation “tu 1 2 3&nbs a l’extrémité du page précédente retour page suivante gérard dernier vers aoi leonardo rosa antoine simon 24 aller à la liste des auteurs page suivante ► page       jardin station 3 encore il parle       pass&eac dernier vers aoi descendre à pigalle, se préparer le ciel ii 1 2 3&nbs sommaire ► page suivante antoine simon 19       sur le bernard noël, droits cent dix remarques i► cent 1 2 3&nbs présentation du projet 1 2 3&nbs pour pierre theunissen la portrait. 1255 : sauver la vie c’est ne       ce qui       dans le aller à la bribe i au autre essai d’un  ce mois ci : sub en ceste tere ad estet ja 199* passé galerie       gloussem      & de toutes les ainsi fut pétrarque dans       st il y a des titres qui     le cygne sur       au station 5 : comment et combien       sur je déambule et suis abords de l’inaccessible textes mis en ligne en préparation des corps aller à 7) porte-fenêtre ou aux mots noyés dans       un sept (forces cachées qui       va ton page suivante ► page aller à la liste des etait-ce le souvenir       à   né le 7       enfant antoine simon 25 alocco, au château de       vu les c’est un peu comme si, un survol de l’annÉe quand c’est le vent qui       coude juste un mot pour annoncer   maille 1 : que         or un tunnel sans fin et, à raphaël monticelli : tu pour philippe     du faucon aller à la bribe suivante       et Ç’avait été la page suivante ► page « je suis un page suivante ► page j’ai longtemps       chaque quando me ne so itu pe 1 2 3&nbs vue à la villa tamaris les plus vieilles « voici cent dix remarques i► cent dernier vers aoi textes mis en ligne en avril polenta préparer le ciel i deuxième essai pour bruno charlotte, in page précédente le café rafale n° 7 un est-ce parce que, petit, on    au balcon       voyage deuxième suite page d’accueil de       é  tous ces chardonnerets       la deux mille ans nous sommaire ► page suivante merci au printemps des Éphémère du 22 juillet à       vedo la luna vedo le de la 1 2 3&nbs exode, 16, 1-5 toute page d’accueil de si elle est belle ? je         &n « h&eacut marché ou souk ou 1. il se trouve que je suis la rencontre d’une le chêne de dodonne (i) aller à la bribe suivante dernier vers aoi sommaire ► page suivante quel ennui, mortel pour "le renard connaît textes mis en ligne en juin   ciel !!!! {{}} on trouvera la ce jour là, je pouvais     faisant la       la  pour le dernier jour page d’accueil de page suivante ► page j’arrivais dans les page suivante ► page chants à tu mon recueil dernier vers aoi et si au premier jour il quel étonnant madame est toute on trouvera la video présentation du projet la question du récit   je n’ai jamais d’un côté mult est vassal carles de josué ne ouvrir f.a.t.a. i ► le       au pas la pureté de la survie. nul       la pie       à difficile alliage de l’éclair me dure, dans le pain brisé son retour à la recherche madame est une torche. elle aller à la bribe suivante les plus terribles de profondes glaouis       la dernier vers aoi       le       sur le textes mis en ligne en page suivante ► page dernier vers aoi j’aurai donc vécu sur       "j& toulon, samedi 9 la gaucherie à vivre, et ces  de la trajectoire de ce  tu ne renonceras pas. violette cachée ton       mouette antoine simon 14 chère florence  un livre écrit il arriva que reflets et echos la salle la terre a souvent tremblé       ton 10 vers la laisse ccxxxii l’appel tonitruant du       fourmi&n textes mis en ligne en août     double de pareïs li seit la page suivante page l’envers de page suivante ► page comment entrer dans une       je suis l’eau froide de l’anse page précédente retour rossignolet tu la       ".. epuisement de la salle, comme c’est  dans le livre, le pour accéder au texte au textes mis en ligne en       à a-t-il la mort d’un oiseau. 5) triptyque marocain sommaire ► page suivante le slam ? une ruse de avec marc, nous avons page précédente page dernier vers aoi       parfois page suivante ► page rafale 1 2 3&nbs À l’occasion de pas facile d’ajuster le en 1958 ben ouvre à       la       six       dans le sables mes paroles vous elle disposait d’une textes mis en ligne en fin première les ruelles blanches qui     son Éléments - sommaire ► page « la musique,       deux       é 1 2 3&nbs       " et il fallait aller debout giovanni rubino dit       " sur la toile de renoir, les le vieux qui   dits de       longtem et que dire de la grâce d’ eurydice ou bien de i.- avaler l’art par vers le sommaire des recueils derniers textes mis en en une, une œuvre de aller à la bribe suivante 1 2 3&nbs "l’art est-il la tentation du survol, à la terre nous abu zayd me déplait. pas toutes ces pages de nos sauvage et fuyant comme     " un soir à paris au les terrasses abandonnées il ne sait rien qui ne va  dernières mises éphémère du 2 1 2 3 quatrième essai de rien n’est plus ardu pour angelo (de)lecta lucta   monticelli raphael 510 035 page suivante ► page c’était une très jeune la toile ou, du moins, la embrasement du mantra gore 1 2 3 en sommaire ► page suivante       le vent  dernier salut au aller à la bribe suivante présentation du projet nouvelles mises en textes mis en ligne en pierre ciel jamais si entêtanteeurydice le peintre manuel casimiro pour gilbert page précédente ► page dernier vers aoi petit matin frais. je te glaciation entre la vie est ce bruissement très saintes litanies   ces sec erv vre ile antoine simon 10       mé bribes en ligne a       ruelle pour maxime godard 1 haute passet li jurz, si turnet a derniers peinture de rimes. le texte       au soir aller à l’échange sur       &       dans village de poussière et de page suivante ► page un texte que j’ai préparer le ciel i page suivante page page d’accueil de pour michèle gazier 1 ecrire les couleurs du monde       neige       " le numéro exceptionnel de la deuxième édition du       au aller à la liste des auteurs charogne sur le seuil ce qui ne pas négocier ne rafale n° 5 un pas de pluie pour venir aux barrières des octrois noble folie de josué,       l’ le chêne de dodonne (i) a ma mère, femme parmi et voici maintenant quelques  avec « a la page suivante ► page les petites fleurs des vous dites : "un antoine simon 6 ce texte m’a été 1 2 3&nbs c’est ici, me cet article est paru dans le quand les mots * il te reste à passer catalogue.03pdf.pdf voir document expo boltanski il faut aller voir 1) notre-dame au mur violet antoine simon 26       le écoute, josué,       sur le l’ami michel dans le vacarme des couleurs, la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : L’ALAMBIC DES FORMES /

MICHEL BUTOR

X. Les frères de la côte
© Michel Butor

LES ATELIERS DE PICASSO

Publication en ligne : 13 février 2021

La Galloise, Vallauris
1948 -1954
Françoise Gilot
Claude 1947
Jasmin 1981
Paloma 1949

Atelier du Fournas, Vallauris
1949 -1954
Françoise Gilot

La Californie, Cannes
1955 -1961
Jacqueline Roque 1954 -1973

Château de Vauvenargues
1958 -1962
Jacqueline Roque


page précédente ►

page suivante ►

Le musée des errances

Un matin, sur la plage, comme je venais de m’éveiller, cherchant à chasser tous ces cauchemars, je vis monter des eaux le fantôme d’Icare qui m’amena dans une région de rochers semblables à des ruines immenses, avec des traces de peinture et même des grilles.

La foule sur la plage

On multiplie les installations. On va de château en villa. On y emmagasine ses trésors. On dessine, on n’arrête pas de dessiner. On a bientôt deux nouveaux enfants. C’est une villa à la bourgeoise avec des moulures et des miroirs sur les cheminées. On dialogue avec Velasquez. On ramasse des morceaux de céramique. On se souvient de Malaga et de La Corogne, et de Barcelone, et du premier atelier à Paris. C’était la gêne puis la pauvreté ; maintenant c’est l’abondance, mais qui ne va pas sans problèmes. C’est toujours l’attente et la nostalgie.

La galerie des masques

Arlequin torero.

On dialogue avec Delacroix. On ramasse un panier d’osier. Cela ne va plus très fort avec Françoise. On dialogue avec le Poussin. On ramasse un moule à gâteau. On se souvient de ses parents. On dialogue avec Manet. On ramasse des chaussures. Les amis défilent. On dialogue avec Courbet. On se passionne pour la céramique. On se souvient des demoiselles de la rue d’Avignon à Barcelone et de Fernande. C’était la misère. C’est toujours l’exil. On se met des moustaches en carton. On ouvre des arènes. Voici des livres. Le tableau des Demoiselles d’Avignon est devenu une tapisserie.

Toujours le sang, toujours les crânes, toujours les yeux, toujours les soupirs. Et il y avait d’immenses caves pleines de ciel, d’arbres, de journaux, de livres et de lampes.

Que trouve-t-on ? Icare avec ses ailes en plumes de cygne. On fête ses soixante-dix ans. On ramasse une cuiller et deux fourchettes. Les photographes défilent. On se souvient d’Eva et d’Olga. C’était déjà la notoriété et même l’aisance. C’est encore le souci et l’encombrement. Les marchands défilent. On se souvient de Dora Maar. C’était déjà la gloire ; c’est toujours le deuil et le désarroi et même la résistance et la fureur. Les enfants défilent. On cherche encore.

Arlequin shériff.

On se souvient des vacances autrefois. C’était la corde raide et la fortune du pot. C’est toujours l’inquiétude et l’angoisse, mais aussi le rire et le soulagement, la libération, la fécondité. On s’installe avec Jacqueline Roque. On lui organise une petite rétrospective : Les deux frères peints à Gosol en 1906, l’Amazone sur un cheval, le Buste de femme, Homme, femme et enfant et L’arbre peints au bateau-lavoir. Il y a si longtemps. On se met un chapeau-melon. Voici des cartes postales. La solitude s’enfonce encore.

Et maintenant c’était le fantôme de Dédale qui m’accompagnait dans ces lieux que je reconnaissais de plus en plus. Nous y avions joué si souvent : Boisgeloup, Dinard, Antibes, la Californie, Vauvenargues, Vallauris, Notre-Dame de Vie, et dans certains d’entre eux s’entassaient toiles et sculptures.

Il y a une bouteille sur la table. On trempe sa brosse dans le violet. On peint La Guerre et la Paix, Les massacres de Corée. On peint et découpe à la scie sur contreplaqué des musiciens assis que l’on installe sur un rocking-chair. On sculpte et monte la Petite fille sautant à la corde. Et encore des sculptures et des céramiques, et encore des peintures, et encore des gravures, et des portraits de Jacqueline et des personnages sur la plage.

Arlequin s’achète un piano mécanique.

On peint la décoration de la grande salle du palais de l’Unesco. Cette salle devrait devenir un atelier immense. Sur une toile on verra des gens se détendre sur une plage. Peu à peu le tableau envahit tout l’atelier. C’est tout le bâtiment qui devrait devenir un atelier. On verra dans le ciel au-dessus de la plage un personnage plonger. Plonge-t-il dans le bonheur ou dans le malheur ? Cela semble bien être dans le malheur et dans ce cas les heureux sur la plage sont remarquablement indifférents comme les deux paysans de Breughel dans son Paysage avec la chute d’Icare. Il y a des œuvres qui vous hantent et d’autres que l’on oublie. Mais le fils de Dédale, après avoir frôlé les irrespirables ténèbres des profondeurs, a réussi à remonter au grand air et au grand large, non seulement rajeuni mais encore mûri, dans une gerbe d’arcs-en-ciel. Et cette fois les bergers et les laboureurs l’ont applaudi dans les campagnes de Crète ou de Provence, appuyés sur leur houlette ou les manches de leur charrue, mais maintenant ils avaient plutôt des tracteurs ou des camions. Il y a des pigeons et des colombes à l’intérieur et à l’extérieur. On se met un nez rouge. Voici des invitations. Cela fait partie de la vie des peintres.

Et des messagers arrivaient parfois qui avaient le visage de Thésée, ou qui n’en avaient pas du tout, ou encore qui portaient des masques de toutes tailles et de toutes provenances, ou qui avaient des objets à la place du visage, des roues, des selles, des épaves, et qui apportaient des cartes postales venant de tous les musées interdits, qui s’accumulaient dans les entrepôts, dans les caves, y moisissaient, mûrissaient, proliféraient ; et le fantôme de mon frère enfant venait écrire en grosses lettres : Les femmes d’Alger, Les demoiselles au bord de l’eau, L’enlèvement des sabines, Le déjeuner sur l’herbe, ou Les ménines, ou encore La rencontre entre Ariane et Dionysos.

LES ATELIERS DE PICASSO

1881 - 1901 - Espagne ►

1901-1902 - 130 ter bd de Clichy, Paris ►

1904-1909 - 13 Place Émile Goudeau, Montmartre, Paris ►

été 1909 - Horta de Hebro, Espagne ►

1909-1912 - 11, bd de Clichy, Paris ►

été 1912 - Sorgues ►

1912-1913 - 242, bd Raspail ►

1913 -1916 - 5bis rue Schoelcher ►

1918 -1942 - 22 rue de la Boétie ►

1946 - Château Grimaldi, Antibes ►

1948-1962 - Vallauris, Cannes, Aix-en-Provence ►

1961-1973, Notre Dame de Vie, Mougins►

LES PHOTOGRAPHES QUI FIGURENT DANS CET OUVRAGE DE MICHEL BUTOR

La liste des photographes►

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP