BRIBES EN LIGNE
merle noir  pour       montagne    il apaches : monde imaginal,   voici donc la   iv    vers il y a bien là, dans textes mis en ligne en le temps passe dans la       apr&egra paysage de ta torna a sorrento ulisse torna avant dernier vers aoi comme c’est  les premières on dit qu’agathe   le texte suivant a       un       pav&eacu "si elle est je reviens sur des cher.e.s ami.e.s vous pouvez page suivante ► page page suivante ► page ils s’étaient nous dirons donc       objectif oiseau tranquille au vol page suivante ► page       rampant madame aux rumeurs preambule – ut pictura toute trace fait sens. que la mastication des pour martin de pareïs li seit la l’eau froide de l’anse recleimet deu mult       "   nous sommes       é branches lianes ronces   ces sec erv vre ile page suivante je crie la rue mue douleur cyclades, iii° (dans mon ventre pousse une sommaire ► page suivante page précédente retour de proche en proche tous "a cannes, propos de table ce poème est tiré du  hors du corps pas max charvolen, martin miguel lorsqu’on connaît une il faut laisser venir madame textes mis en ligne en dernier vers aoi   présentation du projet sables mes paroles vous la deuxième édition du  le livre, avec page suivante ► page       le elle disposait d’une « e ! malvais présentation du projet j’ai parlé sauvage et fuyant comme quel étonnant il y a des mots, mais comme   je n’ai jamais un temps hors du       maquis art jonction semble enfin marcel alocco a la mort, l’ultime port,       force sequence a ma mère, femme parmi chaises, tables, verres, le scribe ne retient douze (se fait terre se       grappes       je entr’els nen at ne pui   pour théa et ses       le       ce qui autre citation       ( des conserves ! page suivante page paru en ce mois de juin 2021, abstraction voir figuration l’attente, le fruit dans le train premier a propos de quatre oeuvres de tes chaussures au bas de       la madame chrysalide fileuse petit matin frais. je te et tout avait à la bonne       à on préparait         or décembre 2001. Éléments - le ciel est clair au travers bernadette griot vient de dessiner les choses banales béatrice machet vient de       jonathan imagine que, dans la pour marcel 1 2  aller à la bribe suivante toujours les lettres :       la page précédente       sous       midi un verre de vin pour tacher antoine simon 13 antoine simon 14 1 2  « et bien, de soie les draps, de soie   (à “dans le dessin page suivante ► page c’est seulement au dernier vers aoi page suivante ► christ a en cet anniversaire, ce qui       o       et le peintre manuel casimiro toulon, samedi 9       est-ce page suivante page pas même du bibelot au babil encore aller à textes mis en ligne en à yvon quand une fois on a equitable un besoin sonnerait 1 2 3 page suivante ► page       pav&eacu dernier vers aoi       tourneso (ma gorge est une c’est ici, me des quatre archanges que toute une faune timide veille     hélas, 1 2 3  c’était bribes en ligne a   un vendredi {{}} on trouvera la     son rafale n° 6 just do se reprendre. creuser son page suivante ► page c’est une sorte de dans le monde de cette       allong&e       entre cover-oleti_artin_ri page suivante ► page page suivante ► page si grant dol ai que ne normalement, la rubrique page suivante ► r.m. a toi in the country comme ce mur blanc quelque chose page suivante ► page « ces deux là suite du blasphème de       coude dernier vers aoi pour helmut dernier vers aoi aller à la bribe suivante       la un texte que j’ai douce est la terre aux yeux frères et cet article est paru dans le pénétrer dans ce jour, dernier vers aoi (de)lecta lucta        &       le très saintes litanies (la numérotation des d’un côté antoine simon 7 edmond, sa grande page suivante ► page « je suis un il semble possible écoute, josué,   entrons maintenant   d’un coté, pour accéder au texte, page suivante ► page le travail de bernard haut var ► trois petits ouverture de l’espace il aurait voulu être le lent déferlement pur ceste espee ai dulor e       deux pour écouter la lecture,       sur mult est vassal carles de       quinze       la la chaise, le châssis, le deux ce travail vous est pour frédéric   au milieu de  dans toutes les rues dans un clignement de       à chercher une sorte de lancinant ô lancinant langues de plomb a la josué ne       m’       descenda ce qui importe pour       ( pour accéder au pdf, depuis le 20 juillet, bribes       au elle ose à peine       que de       gentil       fleur préparer le ciel ii li quens oger cuardise      & antoine simon 15 ► abÉcÉdaire à jean pour gilbert ce 28 février 2002. avec marc, nous avons       le       voyage l’erbe del camp, ki bernard noël, droits le franchissement des antoine simon 26 je meurs de soif     pluie du la poésie, à la tout le problème le 15 mai, à       aujourd page suivante ► page     de rigoles en       magnolia sommaire ► page suivante le 26 août 1887, depuis ce n’est pas aux choses madame est toute libre de lever la tête immense est le théâtre et       apr&egra il arriva que accoucher baragouiner 1- c’est dans la route de la soie, à pied, quand il voit s’ouvrir,  tous ces chardonnerets antoine simon 10 travail de tissage, dans approche d’une attendre. mot terrible.     [1] l page précédente page sommaire ► page suivante quando me ne so itu pe 1 2 3 la terre nous page suivante ► page pour jacky coville guetteurs  de la trajectoire de ce pour michèle gazier 1) bruno mendonça accorde ton désir à ta 1 2  tous feux éteints. des    7 artistes et 1 hans freibach : gardien de phare à vie, au deuxième essai il avait accepté le recueil de textes 1 2  le numéro exceptionnel de l’illusion d’une me 1 2  et que vous dire des     sur la pente     chambre carmelo arden quin est une livre grand format en trois après la lecture de       &nbs « h&eacut clxvi deus li otreit (la sue) madame, c’est notre qui d’entre nous rossignolet tu la textes mis en ligne en mars       j’ issent de mer, venent as allons fouiller ce triangle deus li otreit (la sue) 1 2  1 2  alocco en patchworck © 1 2  ainsi fut pétrarque dans l’heure de la       la       avant et voici maintenant quelques dernier vers aoi difficile alliage de giovanni rubino dit pour daniel farioli poussant       je suis elle réalise des   tout est toujours en grande digue est dispersée dernier vers aoi descendre à pigalle, se pour accéder au texte, la cité de la musique tendresse du monde si peu       mé raphaËl clere est la noit e la nous savons tous, ici, que en ceste tere ad estet ja je suis occupé ces     sur la  la lancinante accéder à l’article le géographe sait tout       l’ la toile ou, du moins, la       dé catalogue.03pdf.pdf une errance de derniers textes mis en       à       baie pour andré on croit souvent que le but fin première sommaire ► page suivante       " et…   dits page suivante ► page       la       le ciel pas une année sans évoquer       entre exode, 16, 1-5 toute jusqu’à il y a le proche et le lointain  l’écriture       pé     l’é       dans la 1 2  dernier vers aoi clers est li jurz et li aller à la bribe suivante     une abeille de la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : L’ALAMBIC DES FORMES /

MICHEL BUTOR

III.- Le Pays des Ombres
© Michel Butor

LES ATELIERS DE PICASSO

Publication en ligne : 19 décembre 2020
Artiste(s) : Picasso

Le pays des ombres
Horta de Hebro
été 1909
Fernande Olivier


page suivante ►

page précédente

La danse des cornes

     Notre père nous avait dit adieu au cours d’une cérémonie touchante, et satisfait, des premières figures qu’il avait peintes dans les linéaments de son palais futur, il lui avait fait don de ses propres pinceaux.

     Le banc du tourneur

     On est revenu au pays. Mais pas pour longtemps. On le voit autrement. Ce sont des vacances. On dessine, on n’arrête pas de dessiner. Il est bien entendu que ce sont des vacances. Une plongée pour mieux repartir, une grande respiration d’enfance pour se renforcer, pouvoir s’enfoncer plus loin dans sa solitude. Il fait beau, il fait si beau ici.

        L’horizon

        Arlequin au pays.

     Mais on reviendra à Montmartre. C’est la nostalgie de la pauvreté de Montmartre. On se souvient du bateau-lavoir où il faisait si froid l’hiver et si chaud l’été. C’était la misère et l’exil. Ici pas besoin de fermer la porte. Il fait chaud, mais c’est la chaleur accueillante du grand air. On souvient de Malaga, de ses arènes. On ouvre un grenier. Voici de l’osier. C’était la gêne ; maintenant, c’est la corde raide.

     Et pourtant ce n’étaient plus tellement des doubles haches qu’il peignait alors, mais plutôt des cornes qui ressemblaient parfois à des serpents.

     Que fait-on ? Les amis parisiens vous manquent. On revoit quelques amis catalans. Mais surtout il y a les gens du village, ses femmes qui pourraient toutes servir de modèles mais qui se dérobent comme celles de La Corogne se dérobaient dans votre enfance. C’était l’attente ; maintenant, c’est l’inquiétude. Ici les montagnes découpent l’horizon comme avec une paire de ciseaux. On se souvient des toits de Paris. On a découvert Matisse. On a été obligé de laisser dans l’ancien atelier les toiles conservées, les sculptures africaines et océaniennes, les tentures, tout le bric-à-brac dont les peintres ont besoin. On les retrouvera. La lumière transforme ici le moindre objet dans son ancestrale simplicité.

        Arlequin danse la sardane.

     On retrouve ses parents. Autrefois c’étaient eux qui vous promenaient ; maintenant on leur fait voir ce qu’ils ignorent de leur ville. C’est qu’on la voit avec les yeux d’un parisien, avec des yeux où passent toutes les peintures parisiennes. Fernande est là. Elle fait la liaison. Avec elle on peut parler des marchands et des peintres, des modèles et des bistrots. Cézanne voulait faire du Poussin d’après nature. Ici la nature est déjà du Cézanne ; on ne peut donc faire que de la nature d’après Cézanne. On rapportera des modèles à Paris, des modèles de cylindres et de cônes, des modèles de signes alphabétiques pour passer la nature aux rayons x, la faire pivoter sous la lumière et dans la lumière. Voici des feuilles. On rapportera à Montmartre des yeux transformés en cristaux.

     La nostalgie du voyage s’était alors emparée de lui qui depuis quelques années déjà, ne parvenait plus à sortir de ce palais proliférant dont il me découvrait toujours des régions nouvelles, sans en quitter jamais le coeur, moi seule ayant le fil pour échapper.

     Il y a une bouteille sur une table. On trempe sa brosse dans l’ocre. On peint une Femme nue dans un fauteuil, un Buste de femme devant une nature morte, un Torse de femme aux bras croisés. Ce ne sont pas précisément des portraits, mais on y reconnait quand même Fernande. Il y a des tableaux que l’on vend, si on y arrive, et d’autres que l’on garde.

        Arlequin photographe.

     Il y a des pigeons dehors. Et il y aurait bien une tentation à rester quand même par ici, à s’enfoncer dans la solitude d’ici, mais il faut retourner à Paris, regarder les modèles et les oeuvres des autres peintres, deviner ce que disent les poètes même sans avoir l’air de les écouter. Voici du plâtre. Cela fait partie de la vie d’un peintre.

     Ce que mon père savait bien, qui se fiait à moi pour le guider avec tout le reste de la famille et les amis, mais qui n’avait pas même eu besoin de me dire de ne pas montrer l’issue à ce frère qui s’était endormi comme une masse sous le vin des félicitations, et dont l’habit d’Arlequin me semblait maintenant composé non plus de velours et de soie, mais de lames tranchantes et de crocs et de cornes.

LES ATELIERS DE PICASSO

1881 - 1901 - Espagne ►

1901-1902 - 130 ter bd de Clichy, Paris ►

1904-1909 - 13 Place Émile Goudeau, Montmartre, Paris ►

été 1909 - Horta de Hebro, Espagne ►

1909-1912 - 11, bd de Clichy, Paris ►

été 1912 - Sorgues ►

1912-1913 - 242, bd Raspail ►

1913 -1916 - 5bis rue Schoelcher ►

1918 -1942 - 22 rue de la Boétie ►

1946 - Château Grimaldi, Antibes ►

1948-1952 - Vallauris, Cannes, Aix-en-Provence ►

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP