BRIBES EN LIGNE
les céramiques et leurs       ".. nous serons toujours ces       o       jardin page suivante ► page       é aller à la bribe suivante toutefois je m’estimais 1 2  l’erbe del camp, ki polenta       et tu dimanche 18 avril 2010 nous  le livre, avec onze sous les cercles 199* passé galerie du bibelot au babil encore antoine simon 20 bien sûr la l’éclair me dure, 1 2  il semble possible deuxième essai cinq madame aux yeux  tous ces chardonnerets 0- souviens-toi. sa ma mémoire ne peut me  marcel migozzi vient de page suivante ► page du même auteur : les il y a longtemps,  les éditions de madame est la reine des       ruelle 1 2        aujourd gardien de phare à vie, au pour accéder au texte, pour jean-louis cantin 1.- clxvi deus li otreit (la sue) 1 2 3       sur le dont les secrets… à quoi       les       " les dernières un texte que j’ai biboon. plus qu’une saison. pour le prochain basilic, (la l’évidence cecil beaton brassaÏ renÉ       l’ seins isabelle boizard c’est vrai je suis occupé ces que reste-t-il de la difficile alliage de sous ces étagements liquides sommaire ► page suivante ► abÉcÉdaire à jean pur ceste espee ai dulor e certains prétendent bien sûr, il y eut sites de mes 1 2  prenez vos casseroles et vertige. une distance       maquis  l’écriture introibo ad altare       la la gaucherie à vivre, à cri et à textes mis en ligne en mai agnus dei qui tollis peccata vous avez le grand combat : les grands attelage ii est une œuvre la galerie chave qui et si au premier jour il       au pas 1254 : naissance de    regardant 1- ai-je reçu une un besoin de couper comme de maintenant il connaît le « ah ! mon références : xavier "école de toutes sortes de papiers, sur 1 2  lu le choeur des femmes de     chant de       cerisier page suivante ► page page suivante ► page branches lianes ronces station 3 encore il parle     au couchant au seuil de l’atelier     nous avions l’impossible lire chronogaphie (bribe 133       magnolia antoine simon 18 ce qui aide à pénétrer le quelque temps plus tard, de dernier vers aoi suite du blasphème de vue à la villa tamaris       six     tout autour     dans la rue la       un tant pis pour eux.       banlieue au centre des quartiers de page suivante ► nous textes mis en ligne en une autre approche de quel ennui, mortel pour ouverture d’une page suivante page preambule – ut pictura je t’enlace gargouille madame est une si elle est belle ? je       la (la numérotation des ce jour là, je pouvais en cet anniversaire, ce qui page suivante ► page en introduction à baous et rious je suis voile de nuit à la page suivante page pour jacky coville guetteurs page suivante ► page textes mis en ligne en   marcel année 2018 ► année 2020 il faut laisser venir madame le flot pâle des maisons       sur le antoine simon 2 page suivante ► page nous avancions en bas de       je me pour qui veut se faire une antoine simon 6 page suivante page sommaire ► page suivante page suivante ► page dans le vacarme des couleurs, "si elle est       "   la production 1 2  la musique est le parfum de présentation du projet pénétrer dans ce jour, envoi du bulletin de bribes       bonheur il avait accepté le pendu         page suivante ► voici donc « tu sais ce que       ma passent .x. portes, depuis le 20 juillet, bribes ce n’est pas aux choses   (dans le       la page suivante ► page       su lou page suivante ► page       le     pluie du li quens oger cuardise soudain un blanc fauche le       la constellations et comment entrer dans une dernier vers aoi c’est une sorte de       une je t’enfourche ma textes mis en ligne en avril encore la couleur, mais cette pluies et bruines, comment et il fallait aller debout ecrire les couleurs du monde sommaire ► page suivante       sur la la légende fleurie est carissimo ulisse, torna a station 7 : as-tu vu judas se s’ouvre la carles respunt : il existe deux saints portant où l’on revient       le les petites fleurs des antoine simon 15       nuage j’ai travaillé à propos “la dernier vers aoi le ciel est clair au travers « 8° de ] heureux l’homme douze (se fait terre se pour anne slacik ecrire est 1 2 3 dans le monde de cette elle disposait d’une printemps breton, printemps rafale n° 4 on le j’ai changé le       vaches       &nbs tout en travaillant sur les un texte que j’ai dernier vers aoi     sur la travail de tissage, dans page suivante ► page pour max charvolen 1) pierre ciel il y a des objets qui ont la et voici maintenant quelques imagine que, dans la bernadette griot vient de je n’hésiterai un tunnel sans fin et, à       dans       avant pas de pluie pour venir 1 2  1 2 3       alla antoine simon 21 tu le sais et je le vois       l’ pour gilbert inoubliables, les préparer le ciel i les cuivres de la symphonie 1 2 3 une fois entré dans la c’est extrêmement dernier vers aoi samuel chapitre 16, versets 1 voir l’essai sur toute une faune timide veille page suivante ► page 1 2 en page suivante ► page       sur       m’ dernier vers aoi       ...mais       en deux       le la chaude caresse de à bernadette entr’els nen at ne pui   si vous souhaitez     rien       voyage page suivante ► page pour frédéric pour accéder au pdf, retour à la recherche 3 

les lieux aussi sont textes mis en ligne en sables mes paroles vous tout mon petit univers en    nous dans un coin de nice, coupé le son à       voyage dans les carnets rafale c’est le grand       é nous savons tous, ici, que         or antoine simon 9    tu sais marcel alocco a recleimet deu mult       il     quand basile page précédente retour       le j’ai donné, au mois page précédente ► le un soir à paris au laure et pétrarque comme de tantes herbes el pre la poésie, à la         si c’est ça, très malheureux...       fourr&ea suite de  l’entretien ( ce texte a    seule au lancinant ô lancinant un temps hors du très saintes litanies  au mois de mars, 1166  je signerai mon sommaire ► page suivante a grant dulur tendrai puis à la bonne madame des forêts de  les œuvres de       jonathan eloge de la boite aux dernier vers aoi     pourquoi tu    de femme liseuse       il bel équilibre et sa bruno mendonça langues de plomb a la       va ton sainte marie, essai de nécrologie,       au peinture de rimes. le texte et si tu dois apprendre à errer est notre lot, madame, rafale mon cher pétrarque, le musée des errances un       sur le page suivante ► page  un livre écrit dans le patriote du 16 mars "le renard connaît       sur le pour raphaël     après page suivante ► page antoine simon 31       neige 10 vers la laisse ccxxxii je n’aime pas les gens derniers textes mis en pas une année sans évoquer n’ayant pas 1 2  pas même       fourmi&n on trouvera la video   nous sommes       les comme une suite de pour helmut page suivante ► page dentelle : il avait       pass&eac on peut croire que martine  dans toutes les rues 1 2 3 madame chrysalide fileuse toi, mésange à dernier vers aoi antoine simon 12 cet article est paru derniers textes mis en page suivante ► page dernier vers s’il marché ou souk ou  le grand brassage des immense est le théâtre et présentation du projet page suivante ►   les       ton 1 2  a la fin   il ne resta aller à la bribe suivante la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : L’ALAMBIC DES FORMES /

MICHEL BUTOR

III.- Le Pays des Ombres
© Michel Butor

LES ATELIERS DE PICASSO

Publication en ligne : 19 décembre 2020
Artiste(s) : Picasso

Le pays des ombres
Horta de Hebro
été 1909
Fernande Olivier


page suivante ►

page précédente

La danse des cornes

     Notre père nous avait dit adieu au cours d’une cérémonie touchante, et satisfait, des premières figures qu’il avait peintes dans les linéaments de son palais futur, il lui avait fait don de ses propres pinceaux.

     Le banc du tourneur

     On est revenu au pays. Mais pas pour longtemps. On le voit autrement. Ce sont des vacances. On dessine, on n’arrête pas de dessiner. Il est bien entendu que ce sont des vacances. Une plongée pour mieux repartir, une grande respiration d’enfance pour se renforcer, pouvoir s’enfoncer plus loin dans sa solitude. Il fait beau, il fait si beau ici.

        L’horizon

        Arlequin au pays.

     Mais on reviendra à Montmartre. C’est la nostalgie de la pauvreté de Montmartre. On se souvient du bateau-lavoir où il faisait si froid l’hiver et si chaud l’été. C’était la misère et l’exil. Ici pas besoin de fermer la porte. Il fait chaud, mais c’est la chaleur accueillante du grand air. On souvient de Malaga, de ses arènes. On ouvre un grenier. Voici de l’osier. C’était la gêne ; maintenant, c’est la corde raide.

     Et pourtant ce n’étaient plus tellement des doubles haches qu’il peignait alors, mais plutôt des cornes qui ressemblaient parfois à des serpents.

     Que fait-on ? Les amis parisiens vous manquent. On revoit quelques amis catalans. Mais surtout il y a les gens du village, ses femmes qui pourraient toutes servir de modèles mais qui se dérobent comme celles de La Corogne se dérobaient dans votre enfance. C’était l’attente ; maintenant, c’est l’inquiétude. Ici les montagnes découpent l’horizon comme avec une paire de ciseaux. On se souvient des toits de Paris. On a découvert Matisse. On a été obligé de laisser dans l’ancien atelier les toiles conservées, les sculptures africaines et océaniennes, les tentures, tout le bric-à-brac dont les peintres ont besoin. On les retrouvera. La lumière transforme ici le moindre objet dans son ancestrale simplicité.

        Arlequin danse la sardane.

     On retrouve ses parents. Autrefois c’étaient eux qui vous promenaient ; maintenant on leur fait voir ce qu’ils ignorent de leur ville. C’est qu’on la voit avec les yeux d’un parisien, avec des yeux où passent toutes les peintures parisiennes. Fernande est là. Elle fait la liaison. Avec elle on peut parler des marchands et des peintres, des modèles et des bistrots. Cézanne voulait faire du Poussin d’après nature. Ici la nature est déjà du Cézanne ; on ne peut donc faire que de la nature d’après Cézanne. On rapportera des modèles à Paris, des modèles de cylindres et de cônes, des modèles de signes alphabétiques pour passer la nature aux rayons x, la faire pivoter sous la lumière et dans la lumière. Voici des feuilles. On rapportera à Montmartre des yeux transformés en cristaux.

     La nostalgie du voyage s’était alors emparée de lui qui depuis quelques années déjà, ne parvenait plus à sortir de ce palais proliférant dont il me découvrait toujours des régions nouvelles, sans en quitter jamais le coeur, moi seule ayant le fil pour échapper.

     Il y a une bouteille sur une table. On trempe sa brosse dans l’ocre. On peint une Femme nue dans un fauteuil, un Buste de femme devant une nature morte, un Torse de femme aux bras croisés. Ce ne sont pas précisément des portraits, mais on y reconnait quand même Fernande. Il y a des tableaux que l’on vend, si on y arrive, et d’autres que l’on garde.

        Arlequin photographe.

     Il y a des pigeons dehors. Et il y aurait bien une tentation à rester quand même par ici, à s’enfoncer dans la solitude d’ici, mais il faut retourner à Paris, regarder les modèles et les oeuvres des autres peintres, deviner ce que disent les poètes même sans avoir l’air de les écouter. Voici du plâtre. Cela fait partie de la vie d’un peintre.

     Ce que mon père savait bien, qui se fiait à moi pour le guider avec tout le reste de la famille et les amis, mais qui n’avait pas même eu besoin de me dire de ne pas montrer l’issue à ce frère qui s’était endormi comme une masse sous le vin des félicitations, et dont l’habit d’Arlequin me semblait maintenant composé non plus de velours et de soie, mais de lames tranchantes et de crocs et de cornes.

LES ATELIERS DE PICASSO

1881 - 1901 - Espagne ►

1901-1902 - 130 ter bd de Clichy, Paris ►

1904-1909 - 13 Place Émile Goudeau, Montmartre, Paris ►

été 1909 - Horta de Hebro, Espagne ►

1909-1912 - 11, bd de Clichy, Paris ►

été 1912 - Sorgues ►

1912-1913 - 242, bd Raspail ►

1913 -1916 - 5bis rue Schoelcher ►

1918 -1942 - 22 rue de la Boétie ►

1946 - Château Grimaldi, Antibes ►

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP