BRIBES EN LIGNE
 au mois de mars, 1166 la tentation du survol, à  marcel migozzi vient de sainte marie, aller à la bribe suivante trois tentatives desesperees page suivante ► voici donc       fourr&ea normal 0 21 false fal la danse de 1 2 3&nbs       m’ aller à la bribe suivante le chêne de dodonne (i)       s’ raphaËl   (à la fraîcheur et la sculpter l’air : textes mis en ligne en avril je t’ai admiré, 1 2 3&nbs dans l’innocence des tendresse du monde si peu j’pense à toi bruno pour le prochain basilic, (la    courant suite du blasphème de edmond, sa grande 1 2 3&nbs    7 artistes et 1 aller à la liste des auteurs aller à la liste des auteurs textes mis en ligne en juin     faisant la josué avait un rythme pure forme, belle muette, 1 2 3 page suivante gérard il semble possible un besoin de couper comme de dieu faisait silence, mais exode, 16, 1-5 toute   si vous souhaitez nous serons toujours ces « mais qui lit aller à la bribe suivante deux ce travail vous est deux ajouts ces derniers sommaire ► page suivante dernier vers aoi ce jour là, je pouvais le lent tricotage du paysage ce mot comme à la hâte       avant aller à la bribe suivante dernier vers aoi   textes mis en ligne en ainsi va le travail de qui le rideau (gallimard 2005) de la vie est ce bruissement ce texte m’a été préparer le ciel i dernier vers aoi page suivante ► page voir les œufs de aller au texte nous sommes dernier vers aoi       pourquoi ço dist li reis : grande digue est dispersée       gloussem page suivante ► page le travail de bernard       la l’illusion d’une page suivante ► page générations de mes deux mains     longtemps sur À hélène en 1958 ben ouvre à que nos princes et empereurs sixième  un livre écrit dernier vers aoi pur ceste espee ai dulor e       grimpant page suivante ► page il ne sait rien qui ne va rien n’est plus ardu page suivante ► page sites de mes 1 2 3&nbs le vieux qui j’aurai donc vécu sur       assis de profondes glaouis le film sur annie sidro et le       reine aller à la bribe suivante ouverture de l’espace il y a des mots, mais comme voici l’homme aux deux quatre si la mer s’est le texte qui suit est, bien aller à la liste des auteurs si j’avais de son 1- c’est dans page suivante ► page aller à la bribe suivante ce qui importe pour préparer le ciel i       une et si au premier jour il <img852|left> forest       voyage       le au programme des actions page suivante ► page rimbaud a donc archipel shopping, la 1 2 3&nbs       dans dix l’espace ouvert au aller à la bribe suivante tout le problème       à {{}} on trouvera la page suivante ► page li emperere par sa grant nos voix page suivante ► page       droite de toutes les toute une faune timide veille le franchissement des page suivante ► page avant lire une interview de cent dix remarques i► cent aller à la bribe suivante Éléments - le flot gris roule contre       à  le "musée cent dix remarques i► cent monde imaginal, le chêne de dodonne (i)       dans le de la dans un coin de nice, nu(e), comme son nom 1 2 3 1 2 3 pour accéder au pdf, c’est — pense-t-on - i.- avaler l’art par « amis rollant, de a grant dulur tendrai puis   pour olivier deuxième essai       sur la ecrire les couleurs du monde       deux vous êtes immense est le théâtre et reflets et echos la salle aller à la liste des auteurs antoine simon 24 décembre 2001. vous, dont l’âme, le rafale n° 5 un pour lire les textes de attelage ii est une œuvre page suivante ► page et te voici humanité violette cachée ton il est le jongleur de lui pour michèle auer et       crabe-ta toutefois je m’estimais l’évidence dans les carnets page suivante ► page pour m.b. quand je me heurte       maquis  tu ne renonceras pas. 1 2 3&nbs accoucher baragouiner le ciel est clair au travers je ne sais pas si autre essai d’un pour frédéric dans le respect du cahier des souvent je ne sais rien de sommaire ► page suivante deux nouveauté, la terre nous  les éditions de le chêne de dodonne (i) antoine simon 3 page précédente retour on trouvera la video madame des forêts de       je suis aller à la liste des auteurs rêve, cauchemar, tromper le néant lire chronogaphie (bribe 133 au commencement était l’une des dernières aller à la liste des elle ose à peine a la libération, les village de poussière et de dernier vers doel i avrat, page suivante page encore la couleur, mais cette dernier vers aoi la mastication des rafale ouverture d’une sommaire ► page suivante       au dernier vers aoi à sylvie zacinto dove giacque il mio pour michèle    regardant   en grec, morías clxvi deus li otreit (la sue) préparation des corps ma mémoire ne peut me À peine jetés dans le page suivante ► page « tu sais ce que madame est la reine des dernier vers aoi comme une suite de       midi nice, le 18 novembre 2004 pour jean marie une autre approche de a - preliminaire prenez 3 se reprendre. creuser son aller à la bribe suivante       juin normalement, la rubrique j’arrivais dans les l’heure de la haut var ► trois petits vedo la luna vedo le chaises, tables, verres, cet article est paru la fraîcheur et la on croit souvent que le but il y a bien là, dans pour visionner la les premières       dans la       deux 1 2 3&nbs qu’est-ce qui est en 1 2 3 i)       ce     pourquoi tu     l’é ils avaient si longtemps, si cher.e.s ami.e.s vous pouvez       le ciel 1 2 3&nbs préparer le ciel i dans le patriote du 16 mars 1 2 3&nbs aller vers bribes, livres 1 Éphémère du 22 juillet à références : xavier 1 2 3&nbs       la présentation du projet au rayon des surgelés rafale n° 9 un dernier vers aoi       sur le mon cher pétrarque, 1 les morceaux de nuit se   la baie des anges       dans le       la pie     cet arbre que     oued coulant 199* passé galerie pour maxime godard 1 haute leonardo rosa     le préparer le ciel i depuis le 20 juillet, bribes À l’occasion de d’ eurydice ou bien de   le texte suivant a "l’art est-il 1 2 3&nbs dernier vers aoi (vois-tu, sancho, je suis     sur la pente (ma gorge est une sommaire des est-ce parce que, petit, on je découvre avant toi l’appel tonitruant du vers le sommaire des recueils tous feux éteints. des * il te reste à passer à cri et à page précédente ► page page suivante ► page à bernadette des voiles de longs cheveux napolì napolì la chaude caresse de madame est une antoine simon 14 page suivante ► page antoine simon 18       vu les pour andré de nouvelles mises en iigne,       dans le  si, du nouveau la mort, l’ultime port,       enfant au centre des quartiers de non... non... je vous dans les horizons de boue, de du maurithuis par quand il voit s’ouvrir, la toile ou, du moins, la deus li otreit (la sue)       sur le le 15 mai, à       la       apr&egra textes mis en ligne en avril dernier vers aoi rossignolet tu la 1 2 3&nbs rafale n° 12 où j’ai donc  je signerai mon       o bribes dans le nid de si j’étais un cent dix remarques i► cent       j’    seule au rafale il faut aller voir textes mis en ligne en       au fond pour anne slacik ecrire est  je ne voulais pas guetter cette chose cliquer sur le titre pour béatrice machet vient de noble folie de josué, antoine simon 19 imagine que, dans la « ces deux là       bonheu   est-ce que granz fut li colps, li dux en sept (forces cachées qui aller à la bribe suivante    en       l’ page précédente ► page je me souviens qu’à propos chère florence boomerang b ► livre grand sables mes paroles vous 7) porte-fenêtre     rien page suivante ► page       mouette       force 1 2 3&nbs 1 2 la strada       reine cela fait 53 ans que je je meurs de soif le glacis de la mort c’est la chair pourtant la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : L’ALAMBIC DES FORMES /

MICHEL BUTOR

VI. La rive gauche
© Michel Butor

LES ATELIERS DE PICASSO

Publication en ligne : 13 février 2021

242 Boulevard Raspail
1912 -1913
Marcelle Humbert


page suivante ►

page précédente

L’oracle d’Apollon

Certains disent que c’est un lieu qui rampe ou qui vole, et qu’à force d’en multiplier les grilles mouvantes et les inscriptions, mon oncle Dédale qui avait d’ailleurs donné son propre nom à mon frère monstrueux dès la naissance de celui-ci, lequel, je m’en souviens, s’appelle Icare aussi, a réussi à le rendre tout entier mobile, mais sans lui enlever sa couleur d’exil ; tous les lieux que touche son ombre au contraire devenant lieux d’exil pour leurs propres habitants.

La traversée du fleuve

Ce n’est plus le même Paris. On a quitté Montmartre pour Montparnasse. On dessine, on ne s’arrête pas de dessiner. Heureusement c’est Daniel-Henri Kahnweiler qui s’est occupé de tout déménager, non seulement ce qu’il y avait dans le grand appartement-atelier du boulevard de Clichy : les bracelets d’ivoire africains, les sculptures, les accordéons et les clarinettes, les mandolines et guitares, les morceaux de tapisseries anciennes, Aubusson ou Beauvais, les verres taillés dont un choisi pour l’intensité de son bleu, des chromos encadrés de paille, les bouteilles aux formes bizarres, le joli meuble italien en marqueterie offert par les parents.

Le bicorne

Arlequin s’enrichit.

Voici le piano à queue sur lequel s’exercent les amis anciens dont beaucoup sont aussi passés de Montmartre à Montparnasse, et les nouveaux que l’on rencontre aux terrasses du Dôme, de la Coupole ou de la Rotonde, le grand lit-divan Louis-Philippe en acajou, les meubles en chêne, mais aussi tout ce qui était resté dans l’atelier-réserve du bateau-lavoir, comme La petite fille aux pieds nus, les gravures sur bois de Gosol, une gouache représentant un jeune homme qui porte son petit frère sur le dos, une autre avec une amazone sur un cheval, une toile représentant un buste de femme, une autre avec un homme, une femme et un enfant, une autre avec un arbre. Tout cela commence à devenir encombrant. On ouvre des couloirs. Voici des coqs. C’était déjà la notoriété, mais aussi le souci.

Et il y avait un carrefour que nous appelions Athènes, mais notre frère disait que ce ne devait pas être le nom le plus approprié, et qu’il fallait lui donner celui d’une ville dont il avait entendu dire qu’elle se considérait comme le centre du monde, et vers laquelle de toutes parts des jeunes gens cheminaient pour s’y rencontrer en buvant jusque tard dans la nuit des élixirs excitants, enivrants ou apaisants, de toutes les couleurs, mais surtout noirs, rouge et dorés avec quelquefois de l’écume.

Qu’en dira-t-on ? Il faut sauver de la place pour travailler dans la solitude. On se souvient non seulement de Malaga et de ses éventails mais aussi de la Corogne et de ses tempêtes. C’était la gêne et l’attente ; maintenant c’est l’aisance et l’encombrement. Heureusement Eva est là qui s’occupe de tout. Pourtant de temps en temps on se souvient de Fernande et même des demoiselles de la rue d’Avignon à Barcelone. C’était non seulement la pauvreté mais la misère ; c’est toujours l’exil et la nostalgie.

Arlequin au Dôme.

Matisse vous a donné une Nature morte avec des oranges. On se souvient aussi des paysannes non seulement de Horta de Hebro, mais de Sorgues, des horizons découpés aux ciseaux. C’était la corde raide et la fortune du pot ; c’est toujours l’inquiétude et l’angoisse. Voici des chèvres. On se souvient de ce vieux fou de Gaudi avec les mosaïques en assiettes cassées du Parque Guëll.

Et se promener parmi d’immenses entrepôts où se pressaient plus de statues encore qu’il en était sorti des mains de Dédale ou des siennes, -car il voulait peupler sa solitude -, venant des continents les plus lointains ou les plus obscurs, et en particulier des masques si étranges que lorsque l’on y faisait pénétrer son visage, on éprouvait toutes les fureurs des animaux les plus sauvages.

Il y a une bouteille sur la table. Il pleut. On trempe sa brosse dans le blanc. On dessine Violon et compotier, Guitare ; on fait des papiers collés : Violon, Bouteille et verre sur un guéridon, Bouteille de rhum paillée et verre, Tête d’homme au chapeau-melon, Carafon et verre. Ce ne sont nullement des portraits, mais on y reconnait le passage d’Eva.

Arlequin promène son chien.

On construit des guitares en tôle ou en carton. Il y a les œuvres dont on est content, et celles dont on se demande. Il y a des pigeons dans une cage. On lit de plus en plus. On découpe, on colle, on monte, on épingle. Voici des colombes. Cela fait partie de la vie d’un peintre.

Mais je me gardais bien de lui en dire le nom, car je savais que notre père Minos, dans sa profondeur, avait condamné une telle ville à nous envoyer tous les sept ans sept fois sept jeunes filles avec des noms comme Fernande, Eva, Olga, Marie-Thérèse, Dora, Françoise ou Jacqueline, que l’on appelait des ménines, pour le service et l’émerveillement de son fils ; mais aussi pour quelque sacrifice effroyable sans doute sur lequel je tremblais d’en savoir davantage.

LES ATELIERS DE PICASSO

1881 - 1901 - Espagne ►

1901-1902 - 130 ter bd de Clichy, Paris ►

1904-1909 - 13 Place Émile Goudeau, Montmartre, Paris ►

été 1909 - Horta de Hebro, Espagne ►

1909-1912 - 11, bd de Clichy, Paris ►

été 1912 - Sorgues ►

1912-1913 - 242, bd Raspail ►

1913 -1916 - 5bis rue Schoelcher ►

1918 -1942 - 22 rue de la Boétie ►

1946 - Château Grimaldi, Antibes ►

1948-1962 - Vallauris, Cannes, Aix-en-Provence ►

1961-1973, Notre Dame de Vie, Mougins►

LES PHOTOGRAPHES QUI FIGURENT DANS CET OUVRAGE DE MICHEL BUTOR

La liste des photographes►

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP