BRIBES EN LIGNE
toujours les lettres :       apr&egra la mastication des ki mult est las, il se dort     le cygne sur 19 mars 2022, savigny sur art jonction semble enfin cent dix remarques i► cent ouverture d’une la pureté de la survie. nul À hélène dans l’innocence des textes mis en ligne en j’oublie souvent et 1 2 3&nbs dernier vers aoi   éphémère du 2 au rayon des surgelés madame porte à un survol de l’annÉe apaches : un verre de vin pour tacher vers le sommaire des recueils   est-ce que page suivante ► page non, björg, s’il pour michèle gazier 1) page précédente page       sur la       alla les étourneaux ! dorothée vint au monde ce poème est tiré du rafale n° 7 un cliquetis obscène des allons fouiller ce triangle page précédente retour vue à la villa tamaris       bonheu a la libération, les se reprendre. creuser son dernier vers s’il     au couchant       " les plus terribles  tu ne renonceras pas. page suivante ► page antoine simon 10 page suivante ► page de pareïs li seit la les dernières grant est la plaigne e large tes chaussures au bas de 1 2 3&nbs le lent déferlement page précédente retour je serai le pilote aux yeux page suivante ► page dans le train premier  c’était {{}} on trouvera la       le   pour théa et ses viallat © le château de cent dix remarques i► cent réponse de michel       ...mais dimanche 18 avril 2010 nous page d’accueil de sommaire ► page suivante iloec endreit remeint li os page suivante ► page Ç’avait été la sables mes paroles vous si j’avais de son j’ai ajouté madame dans l’ombre des 1 2 3&nbs aller à la liste des auteurs je t’enfourche ma   ces notes page suivante ► page chaises, tables, verres, dans les carnets dernier vers aoi de profondes glaouis une autre approche de « la musique, à bernadette accorde ton désir à ta       à démodocos... Ça a bien un  le "musée clere est la noit e la li quens oger cuardise la liberté de l’être       dans voir l’essai sur si grant dol ai que ne page suivante page       au soir page d’accueil de je sais bien ce qu’il glaciation entre       la la question du récit       grimpant creuser de la langue, outil   si vous souhaitez 1 2 3&nbs       objectif       dans le ils sortent en 1958 ben ouvre à jusqu’à il y a un titre : il infuse sa rafale n° 5 un  jésus titrer "claude viallat, lorsque martine orsoni le tissu d’acier « h&eacut une fois entré dans la       neige petit souvenir au commencement était pas une année sans évoquer page suivante ► page toi, mésange à ils avaient si longtemps, si       sous très malheureux... page suivante ► page antoine simon 26 ce qui importe pour       le sur la toile de renoir, les voir les œufs de comme ce mur blanc 1 2 3&nbs       " deux ajouts ces derniers saluer d’abord les plus lorsqu’on connaît une page précédente page       longtem les éditions de la passe du       au pas page suivante ► page 1 2 3&nbs c’est la peur qui fait page suivante ► page marie antoinette bernadette griot vient de page suivante ► page ce texte m’a été le rideau (gallimard 2005) de comment entrer dans une je reviens sur des  dans le livre, le  martin miguel vient nous lirons deux extraits de dans la caverne primordiale vous êtes antoine simon 16 sequence pour michèle       dernier vers aoi  si, du nouveau       rampant six de l’espace urbain, pluies et bruines, comment ceci… pour prendre mesure. 1 2 3 constellations et sommaire ► page  dans toutes les rues pour helmut je t’enlace gargouille sommaire ► page suivante       cerisier toutefois je m’estimais "a cannes, propos de table pour jean-louis cantin 1.- si vous entendez le lac la danse de aller à la bribe suivante paru en ce mois de juin 2021, page suivante ► page seul dans la rue je ris la le coeur du       l’       parfois madame est une torche. elle c’est ici, me page suivante ► page  le grand brassage des 1 2 3 page précédente ► page page d’accueil de vous avez ici, les choses les plus thème principal :       voyage accéder à l’article dans un coin de nice, 199* passé galerie trois (mon souffle au matin bribes en ligne a pour lee       l’ page précédente le café à sylvie juste un j’ai relu daniel biga,   se         &n heureuse ruine, pensait 1 2 3&nbs 1 2 3&nbs aller à la bribe suivante voir les œufs de aller à la bribe suivante 1) notre-dame au mur violet « pouvez-vous   la baie des anges 0- souviens-toi. sa sauras-tu lui répondre       un si elle est belle ? je al matin, quant primes pert le 26 août 1887, depuis deux ce travail vous est carles li reis en ad prise sa aller à la bribe suivante     [1] l       maquis       sur le dont les secrets… à quoi printemps breton, printemps  l’entretien    au balcon page d’accueil de ço dist li reis :       fourr&ea page suivante ► page rimbaud a donc en introduction à sommaire ► page suivante le géographe sait tout 1 2 3&nbs douce est la terre aux yeux ce qui aide à pénétrer le dans un clignement de       allong&e dix l’espace ouvert au textes mis en ligne en avril dans le pain brisé son 1 2 3&nbs  dernières mises aux barrières des octrois a supposer que ce monde ses mains aussi étaient carissimo ulisse, torna a       les après la lecture de aller à la bribe suivante     le ensevelie de silence, a quelques exceptions près deux mille ans nous textes mis en ligne en avril le plus insupportable chez sommaire ► page suivante       sur le page suivante ► page (elle entretenait des conserves ! aller à la liste des auteurs       sur le    courant     de rigoles en lancinant ô lancinant     les provisions dans les carnets aller à la bribe suivante   ces sec erv vre ile “dans le dessin 1 2 la strada madame, c’est notre antoine simon 33 pour visionner la ce qui fait tableau : ce     un mois sans il y a longtemps, le flot gris roule contre quatre si la mer s’est page suivante ► page       dans la       voyage intendo... intendo ! la légende fleurie est couleur qui ne masque pas retour au pdf sui generis ce 28 février 2002. 1 2 3&nbs dans le monde de cette cette machine entre mes janvier 2002 .traverse sauver la vie c’est ne sous l’occupation ] heureux l’homme très saintes litanies 1 2 3&nbs aller à la bribe suivante elle disposait d’une bien sûr la je n’aime pas ce monde. page d’accueil de (À l’église pour raphaël    si tout au long mult ben i fierent franceis e textes mis en ligne en tout mon petit univers en je n’hésiterai 1 2 3       crabe-ta retour au texte rafale page suivante ► page lu le choeur des femmes de dernier vers aoi branches lianes ronces     cet arbre que       le   je ne comprends plus tout en travaillant sur les 1 2 3&nbs j’aime chez pierre "école de page suivante ► page l’évidence 7) porte-fenêtre dernier vers aoi       fleur textes mis en ligne en s’ouvre la ...et la mémoire rêve les photos et archives  pour jean le   né le 7 vous, dont l’âme, le je suis  les trois ensembles 1 2 3 en un besoin de couper comme de li emperere s’est       mouette je n’ai pas dit que le huit c’est encore à il est le jongleur de lui voir aussi boltanski galerie       au  il y a le châssis, cliquer pour rejoindre la sculpter l’air : noble folie de josué, antoine simon 30 tout est possible pour qui       ".. l’entreprise dont je me (dans mon ventre pousse une voile de nuit à la merci au printemps des       vaches sommaire ► page suivante aller à la bribe suivante     m2      7 artistes et 1       araucari pour accéder au pdf, ainsi fut pétrarque dans 1 2 3&nbs textes mis en ligne en      &       la que nos princes et empereurs nos voix       deux nous serons toujours ces sommaire ► page suivante vertige. une distance textes rÉunis sous un titre 1 au retour au moment       un il y a deux villes à       " la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : L’ALAMBIC DES FORMES /

MICHEL BUTOR

II.- La Lessive Africaine
© Michel Butor

LES ATELIERS DE PICASSO

Publication en ligne : 1er novembre 2020

Le bateau-lavoir 13 Place Émile Goudeau, Montmartre
1904 -1909
Fernande Olivier (1904-1911)


page suivante ►

page précédente

Le bleu des mères

Et il était infatigablement espiègle quand il revêtait son habit d’Arlequin pour organiser avec nous des jeux dans les échafaudages des premiers travaux de son palais. “Tu ne réussiras pas à me retrouver, Ariane”, criait-il de l’autre côté d’un mur à-demi dressé, d’une grille à peine posée ; et lorsque je m’arrêtais essouflées sur quelque marche en quelque cour, il apparaissait presque immédiatement en riant aux éclats.

Le bric-à-brac

On est revenu à Paris. On s’y trouve mieux. On aurait envie de s’y installer définitivement. On dessine, on ne s’arrête pas de dessiner. Ce qui n’empêche évidemment pas quelques vacances. Il pleut. On se souvient de Malaga. C’était la gêne, maintenant c’est la misère. On est maintenant dans un curieux immeuble tout en caves et greniers. On est un peu plus à l’aise dans sa solitude. Mais on a toujours besoin d’amis pour s’y enfoncer.

Le cirque

Arlequin s’installe.

On se souvient de l’atelier d’avant. C’était déjà la pauvreté ; c’est encore la nostalgie. Certains amis sont rentrés au pays, d’autres sont morts. On se souvient de la Corogne. C’était l’attente ; maintenant c’est l’exil. On a de nouveaux amis, Max Jacob par exemple, qui arbore le chapeau haut-de-forme comme ceux que portaient les amis catalans. Et puis il y aura Apollinaire. On ouvre une resserre. Voici de la colle. Les moustaches ne sont plus à la mode.

Son cou s’élargissait alors, sa tête devenait énorme, et il peignait chaque fois sur la paroi, comme pour marquer une victoire, les armes de notre père absent qu’il essayait de provoquer par des blasphèmes qui amusaient notre petite soeur Phèdre, mais qui me remplissaient d’angoisse.

Où en est-on ? Infatigablement espiègle. On fête ses vingt ans. On a gardé un certain nombre d’oeuvres que l’on avait faites pendant le séjour précédent. D’abord ce n’est pas facile à vendre, et puis c’est intéressant de se confronter au passé, à son propre passé. Il y a toujours ce portrait d’une petite fille ébourriffée. On continue de faire un peu la fête.

Arlequin se met en ménage.

On change peu à peu de milieu. On rencontre même des américaines, en particulier une curieuse femme-écrivain dont on fera le portrait. On a découvert Cézanne et Gauguin. Et aussi la sculpture africaine que l’on achète et qui s’amasse auprès du poèle. On se souvient des frasques de Barcelone. On fait un grand tableau avec les demoiselles de la rue d’Avignon. Voici du ciment. On pense à ses parents.

Puis il nous entraînait dans une danse aux bras levés tandis que les faunes de la montagne se rassemblaient autour de nous pour nous jouer de la flûte ou du tambourin, de l’accordéon parfois, de la clarinette ou de la guitare.

Il y a une bouteille sur une table. On trempe sa brosse dans le bleu. On peint la Femme au livre, la Femme nue à la guitare, la Femme assise, un Buste d’homme, une Nature morte à la tête de mort. Cene sont pas toujours des portraits, mais on y devine quand même des amies. Il y a les tableaux qu’on essaie de vendre, et ceux pour lesquels on n’essaie même pas. Il y a des pigeons dans une cage. On rencontre de nouveaux marchands : après Gustave Coquiot, Ambroise Vollard, Daniel-Henri Kahnweiler, et aussi de nouveaux peintres : Derain, Vlaminck et Braque.

Arlequin tire le diable par la queue.

On commence à connaître tous les modèles de Montmartre, et lors d’un bel après-midi d’été, un brusque orage a fait se réfugier dans les coursives du navire pictural une belle femme aux yeux verts et cheveux châtain roux, qui se précipite dans vos bras où vous teniez un jeune chat que vous lui avez offert en l’invitant à entrer dans l’atelier où à ce moment toutes les toiles sont bleues, et qui reviendra tous les jours pour découvrir que la couleur change, que les formes changent, que tout y change, mais non les yeux. On n’a plus besoin de chercher de modèle, Fernande est là. Mais elle est mariée, très peu mariée certes, mais mariée. Il faut quand même chercher, courir les rues quand cela ne marche pas dans l’atelier, qu’on tourne en rond comme un ours en cage. On rapporte des gravures sur bois d’un séjour à Gosol en Espagne. On achète une oeuvre du douanier Rousseau : Les représentants des puissances étrangères venant saluer la République en guise de paix. Voici de la terre. Cela fait partie de la vie d’un peintre.

Et c’est alors qu’un jour un fil de ma robe a commencé à se défaire et s’est coincé entre deux dalles tandis que je m’enivrais de musique et de soulagement, et tournais en poursuivant ses losanges et son bicorne par les arcades si bien que je me suis retrouvée quasi nue pour le repas du soir ; ce qui a provoqué de la part de nos ménines une belle algarade ; mais le lendemain j’ai pu retourner dans cette cour, et tandis que le palais grandissant se refermait peu à peu inexorablement sur mon frère, j’ai pu le doubler d’une immense toile d’araignée dont tous les noeuds étaient reliés au peloton que je conservais dans ma main. Et il y avait des placards pleins de tôle, de glaise, de colle et de lampes.

LES ATELIERS DE PICASSO

1881 - 1901 - Espagne ►

1901-1902 - 130 ter bd de Clichy, Paris ►

1904-1909 - 13 Place Émile Goudeau, Montmartre, Paris ►

été 1909 - Horta de Hebro, Espagne ►

1909-1912 - 11, bd de Clichy, Paris ►

été 1912 - Sorgues ►

1912-1913 - 242, bd Raspail ►

1913 -1916 - 5bis rue Schoelcher ►

1918 -1942 - 22 rue de la Boétie ►

1946 - Château Grimaldi, Antibes ►

1948-1962 - Vallauris, Cannes, Aix-en-Provence ►

1961-1973, Notre Dame de Vie, Mougins►

LES PHOTOGRAPHES QUI FIGURENT DANS CET OUVRAGE DE MICHEL BUTOR

La liste des photographes►

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP