BRIBES EN LIGNE
la bouche pleine de bulles nous serons toujours ces antoine simon 14 le grand combat : ….omme virginia par la le flot gris roule contre Éléments - page précédente ► page le 26 août 1887, depuis 1 2 3&nbs j’aurai donc vécu sur le numéro exceptionnel de       dans le dernier vers doel i avrat, on préparait 3 

les lieux aussi sont ce jour là, je pouvais dernier vers aoi     du faucon le chêne de dodonne (i) ajout de fichiers sons dans page suivante ► page mélodie aller à la bribe suivante quel étonnant   se mult est vassal carles de       voyage page suivante page  les œuvres de trois tentatives desesperees dernier vers aoi       et c’est une sorte de a inishmore chaque plante est paien sunt morz, alquant eloge de la boite aux page suivante ► page page suivante ► page mougins. décembre bernard noël, droits       ce       le vent le chêne de dodonne (i) (vois-tu, sancho, je suis pénétrer dans ce jour, les céramiques et leurs 1 2 3&nbs j’ai changé le page suivante ► page le slam ? une ruse de la communication est soudain un blanc fauche le antoine simon 24       qui cette machine entre mes       au soir madame est la reine des les éditions de la passe du inoubliables, les au centre des quartiers de antoine simon 2    nous page suivante page embrasement du mantra gore page suivante ► page démodocos... Ça a bien un la mastication des cet univers sans sixième 1 2 3&nbs chers élèves du collège 19 mars 2022, savigny sur       ton sainte marie, j’ai en réserve dix l’espace ouvert au  mise en ligne du texte et toi figure textes mis en ligne en carmelo arden quin est une j’ai parlé de pa(i)smeisuns en est venuz la cité de la musique aller à la liste des auteurs toi, mésange à ouverture de l’espace au rayon des surgelés un temps hors du les premières rien n’est plus ardu le poiseau de parisi mon j’oublie souvent et non, björg, s’il josué ne 1 2 3&nbs    7 artistes et 1 constellations et merci à la toile de la terre nous les amants se madame porte à présentation du projet vertige. une distance       je premier vers aoi dernier j’arrivais dans les clere est la noit e la accoucher baragouiner  de la trajectoire de ce 1 2 3&nbs pour martin de tantes herbes el pre creuser de la langue, outil torna a sorrento ulisse torna       retourn& cela fait 53 ans que je 199* passé galerie il n’est pire enfer que si tu es étudiant en  de même que les au commencement était       reine hommage à rené rafale n° 10 ici page suivante ► page 1 2 3&nbs  tu vois im font chier aller à la bribe suivante       bruyante cinq madame aux yeux nécrologie a christiane une fois entré dans la une errance de rossignolet tu la 1 2 3       je me retour au texte     son dorothée vint au monde vers le sommaire des recueils la musique est le parfum de       dans le       le béatrice machet vient de nous serons toujours ces   1) cette aller à la liste des page suivante ► page       la       la de la me <script     page suivante ► page ce poème est tiré du À hélène     vers le soir passet li jurz, la noit est         dessiner les choses banales carles li reis en ad prise sa napolì napolì deuxième essai 1 2 3&nbs       une page d’accueil de 1254 : naissance de       aujourd   pour le prochain le recueil de textes ce jour-là il lui     surgi pour robert je suis d’un côté       reine dentelle : il avait c’est le grand maintenant il connaît le textes mis en ligne en juin biboon. plus qu’une saison.     le qu’est-ce qui est en page suivante ► page       dans le textes mis en ligne en madame chrysalide fileuse je reviens sur des raphaël monticelli : tu voir les œufs de en introduction à s’égarer on  l’exposition        dans la       ".. sommaire ► page suivante       ...mais pour nicolas lavarenne ma   entrons maintenant de sorte que bientôt       dé avec marc, nous avons ...et la mémoire rêve textes mis en ligne en       sur cent dix remarques i► cent tu le sais et je le vois et si au premier jour il       pour 1 2 3&nbs depuis le 20 juillet, bribes voici l’homme aux deux j’ai donc raphaël monticelli 30 juin dernier vers aoi ainsi alfred… tout le temps est là sièges antoine simon 16 quelques autres samuel chapitre 16, versets 1 je suis bien dans madame déchirée aller à la liste des auteurs rêve, cauchemar, page suivante ► page antoine simon 30 page suivante ► voici donc « h&eacut       vu les bal kanique c’est le temps passe dans la préparer le ciel i       "       l’   un   le texte suivant a madame a des odeurs sauvages leonardo rosa peinture de rimes. le texte c’est la peur qui fait essai de nécrologie, antoine simon 17       l’       le chaque automne les page précédente retour année 2019 ► albert       sur le encore une citation “tu « 8° de toute trace fait sens. que nouvelles mises en cent dix remarques i► cent thème principal : le samedi 26 mars, à 15 cliquer pour rejoindre la je découvre avant toi   maille 1 : que des voiles de longs cheveux « e ! malvais je serai toujours attentif à antoine simon 23       le long page suivante ► page mult ben i fierent franceis e on a cru à 7) porte-fenêtre       journ&ea 1 2 3&nbs et que dire de la grâce diaphane est le cliquetis obscène des eurydice toujours nue à joseph a pour sens "dieu après la lecture de c’était une  je signerai mon a la fin   il ne resta       dans le vue à la villa tamaris paroles de chaman tu page suivante gérard etudiant à * il te reste à passer monde imaginal, de prime abord, il le pendu bernard dejonghe... depuis voir l’essai sur rafale n° 4 on le page suivante ► page la route de la soie, à pied, aller à la liste des auteurs le plus insupportable chez sors de mon territoire. fais page suivante ► page  le livre, avec  martin miguel vient dernier vers aoi  pour de ecrire, la vie en dépend, on trouvera la video et nous n’avons rien antoine simon 9 j’ai ajouté  si, du nouveau je suis occupé ces ces estampes illustrent le       au madame, c’est notre cet article est paru page suivante ►   les  dans toutes les rues traversé le lieu-dit de 1 2 3&nbs est-ce parce que, petit, on l’homme est traquer dernier vers aoi aller au texte nous sommes       o et tout avait       deux   pour olivier dont les secrets… à quoi textes mis en ligne en antoine simon 19       apr&egra antoine simon 28 granz fut li colps, li dux en halt sunt li pui e mult halt       la je meurs de soif et combien       sur le on croit souvent que le but commençons donc par il en est des noms comme du préparer le ciel i pour lee six de l’espace urbain,       sur le pour michèle page suivante ► page antoine simon 5 "si elle est archipel shopping, la attention beau pour angelo   adagio   je sites de mes le chêne de dodonne (i) assise par accroc au bord de       en un il en est des meurtrières. aller à la liste des auteurs sur la toile de renoir, les vous avez lancinant ô lancinant le film sur annie sidro et le 1 2 3&nbs a propos d’une page suivante ► ce pays que       enfant petites proses sur terre       tourneso sans être grand sommaire ► page suivante titrer "claude viallat, <p présentation du projet mais non, mais non, tu se placer sous le signe de josué avait un rythme 1 2 3&nbs       pourquoi préparation des corps sommaire ► page suivante       un  tous ces chardonnerets   jn 2,1-12 : quand on arrive de new-york predication_du_15_ao merci au printemps des rafale       m’ page d’accueil de dans les rêves de la       en deux   en grec, morías 1 2 3&nbs la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : Premières pages /

MICHAËL GLÜCK

1964
© Michaël Glück
Publication en ligne : 19 septembre 2020

page suivante ►

page précédente

par six fois la Grande Ourse

les chevaux calmes à ma tempe

ont accordé leurs sabots

les troubadours dans une église

tiraient la lune sous les cartes

et les arlequins catalans

caressaient le dos des guitares

les figues brunissaient

la chevelure des filles

le ciel a dégrafé

leur corsage de jonc

petits couteaux sous les aisselles

***

ombre d’un enfant

gravée sur le mur

plus violente que la cendre

les doigts se sont fermés sur un vol d’hirondelles

les lépreux du Japon agitent leurs crécelles

brûlés sont les jardins sur la route de Sienne

brûlée la cathédrale

les rues d’Hiroshima

sourire d’un instant-libellule

soleil d’Hokusai et volcans

soierie pâle et vivace aux chevilles légères

la porteuse de d’eau va Hondo Fuji-Yama

porter les arbres nains au canton des lingères

et les filles nageant entre les madrépores

sont restés sous les eaux un filet sur les yeux

crématoire en plein air

Varsovie japonaise aux maisons de papier

***

futur amnésique

le soleil tiré par quatre fourmis

quitte les jacinthes de la chair

***

ruban distrait de la mémoire

au jardin

les jets d’eau sont venus s’asseoir

sur la crinière de chevaux

jamais je n’aurais tant joué

à chat perché dans les nuages

entre les fleurs et les chiens morts

***

vieille crécelle

la parole

un visage indécis

***

la mort est si facile

linceul dents vertèbres

solfèges

mes doigts dans tes cheveux

cherchent des oiseaux morts

***

clavier des dentelles

des grillons paresseux s’étonnent de mourir

au creux de nos épaules

la lune me tranche la gorge

les citrons ne sont

qu’un souvenir d’hypnose

***

dans les allées de soie brune la nuit

la trahison a l’odeur de ton corps

la caresse des pins les parfums de résine

s’enroulent aux sabots de la rivière

***

la paix des encensoirs s’endort sous les prières

au miroir

 silencieux

le temps oublie l’iris

au cadran du voyage

qui berce les couchants

le vent courbe un visage

***

soleil roux rossignol couchant

pris dans le prisme de ma voix

sable de l’une sous mon pas

Lorca ressuscité plain chant

Le fusil fleurit sur la branche

le crime est noir sur l’olivier

les fruits sont morts d’un goût d’acier

au pays d’Isabelle Blanche

romancero couleur de sang

rose blessée sur un sourire

Federico

Julian est mort

les caniveaux sont pleins d’oiseaux

***

on entendra la mer

les chevaux et la peur

ton corps de cuivre

ta crinière est en feu

et la fontaine est morte

grand sommeil

et je retournerai

vers les feuillets de l’ancolie

***

Tout s’insurge et dit

la désespérance

l’étoile et les pianos inquiets

la solitude des oliviers

***

le ciel après l’été

perd la mémoire

le regard fugitif

déchire les mots

il faudra partir

sans dire

 que l’on aima

***

l’enfant

ferme un rosier

et laisse mourir

l’oiseau blessé

***

elle avait les yeux noirs

et chaque soir penchait

la lune de cytise

vers le jour mort

sur la roue

***

je fus

marionnette de mes théâtres

puis je pris peur

des rideaux de ma chambre

***

un réverbère tremblait

dans la brume

sous un pont

 un désespéré

buvait le fleuve

le matin cahotait

sur les pavés mouillés

***

un bec de gaz brûle

au coin d’une rue infâme

pour un peintre ivre mort

un joueur d’orgue de barbarie

s’éteint avec sa complainte

***

page suivante ►

page précédente

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP