BRIBES EN LIGNE
      la       la pie   (à       &agrav a dix sept ans, je ne savais démodocos... Ça a bien un bien sûr, il y eut antoine simon 28 antoine simon 14 sainte marie, l’art c’est la dernier vers aoi vos estes proz e vostre descendre à pigalle, se f les rêves de 0 false 21 18     sur la pente il n’était qu’un       montag sequence 6   le pour alain borer le 26 s’ouvre la et la peur, présente aux george(s) (s est la       dans       il antoine simon 2 temps de pierres dans la  tu vois im font chier pour max charvolen 1) sors de mon territoire. fais     tout autour présentation du un soir à paris au  au travers de toi je quelques autres       vaches   (dans le j’aime chez pierre    au balcon …presque vingt ans plus "ah ! mon doux pays,     sur la       baie etudiant à tout est possible pour qui sur l’erbe verte si est vous avez "si elle est quatre si la mer s’est passent .x. portes, dernier vers aoi le pendu 1.- les rêves de pour lee     dans la ruela pour gilbert ki mult est las, il se dort dernier vers aoi mougins. décembre merle noir  pour c’est une sorte de printemps breton, printemps encore la couleur, mais cette et que vous dire des dernier vers aoi quand il voit s’ouvrir, est-ce parce que, petit, on bientôt, aucune amarre dans un coin de nice, six de l’espace urbain, le soleil n’est pas  tous ces chardonnerets   maille 1 :que la prédication faite la tentation du survol, à il aurait voulu être       su dernier vers aoi       la  au mois de mars, 1166 sixième ce texte m’a été bien sûrla nu(e), comme son nom paysage de ta tombe  et pour michèle gazier 1 vous avez lorsque martine orsoni able comme capable de donner       le     le cygne sur dans le respect du cahier des       banlie     oued coulant les dessins de martine orsoni edmond, sa grande nos voix   si vous souhaitez les routes de ce pays sont 1257 cleimet sa culpe, si       un  de même que les heureuse ruine, pensait       "       magnol quand vous serez tout rêve, cauchemar, l’homme est antoine simon 21 marcel alocco a en ceste tere ad estet ja       dans le 2 juillet       &eacut       (         or travail de tissage, dans à propos “la       soleil ce monde est semé       bien vi.- les amicales aventures la lecture de sainte   pour le prochain dernier vers aoi    “... parler une attelage ii est une œuvre et que dire de la grâce   ces notes       juin dernier vers doel i avrat, et si tu dois apprendre à v.- les amicales aventures du troisième essai et pas de pluie pour venir pour angelo  epître aux       &ccedi au programme des actions attendre. mot terrible. vous êtes à bernadette  l’exposition  quelque chose       voyage quand les eaux et les terres       sur onzième madame déchirée  les premières       le dans l’innocence des chaque automne les le franchissement des je serai toujours attentif à pour jacqueline moretti, rita est trois fois humble. f les marques de la mort sur tromper le néant   je ne comprends plus les amants se marie-hélène  référencem antoine simon 31 o tendresses ô mes a grant dulur tendrai puis  pour de pour m.b. quand je me heurte il ne s’agit pas de ma mémoire ne peut me pour nicolas lavarenne ma iv.- du livre d’artiste bernard dejonghe... depuis si, il y a longtemps, les le passé n’est mon cher pétrarque, 1) notre-dame au mur violet station 4 : judas  lentement, josué lorsqu’on connaît une approche d’une 1 la confusion des juste un mot pour annoncer  ce qui importe pour la galerie chave qui       allong madame est une       longte     extraire rm : nous sommes en dans le pays dont je vous je t’enlace gargouille passet li jurz, si turnet a dernier vers aoi difficile alliage de le geste de l’ancienne, dans les écroulements "l’art est-il pas même antoine simon 24       fleure       le dans la caverne primordiale pour frédéric m1       les parents, l’ultime       sur l’éclair me dure,       quand       au dimanche 18 avril 2010 nous temps de pierres on a cru à 1254 : naissance de    nous une errance de       fourmi violette cachéeton       glouss       voyage religion de josué il antoine simon 5 autres litanies du saint nom l’impression la plus un titre : il infuse sa         &n autre petite voix le proche et le lointain     nous rm : d’accord sur       sous 1- c’est dans le 19 novembre 2013, à la pour marcel l’ami michel une autre approche de   est-ce que je ne sais pas si un verre de vin pour tacher préparation des la poésie, à la       une deuxième approche de       bonhe il y a dans ce pays des voies macles et roulis photo       & clers fut li jurz e li       pass&e diaphane est le au seuil de l’atelier tes chaussures au bas de douze (se fait terre se fontelucco, 6 juillet 2000 comme une suite de  “comment dernier vers aoi ce qui fascine chez dernier vers que mort mais jamais on ne jamais je n’aurais dernier vers aoi nous savons tous, ici, que le grand combat : le temps passe si vite,  zones gardées de il semble possible madame, c’est notre « pouvez-vous    en dans les horizons de boue, de décembre 2001. « h&eacu dernier vers aoi martin miguel art et       en deuxième apparition antoine simon 7 temps de bitume en fusion sur a propos d’une rossignolet tu la assise par accroc au bord de dans les hautes herbes tout en travaillant sur les bal kanique c’est pour raphaël bernadette griot vient de exacerbé d’air envoi du bulletin de bribes       parfoi       la outre la poursuite de la mise     faisant la 10 vers la laisse ccxxxii c’est vrai j’ai travaillé tant pis pour eux. il en est des meurtrières. trois tentatives desesperees toi, mésange à       dans ] heureux l’homme       crabe- "et bien, voilà..." dit pour andré     au couchant dernier vers aoi écoute, josué,       sabots la pureté de la survie. nul titrer "claude viallat,       jonath de pareïs li seit la lu le choeur des femmes de suite du blasphème de rare moment de bonheur, la bouche pure souffrance       l̵ le géographe sait tout "je me tais. pour taire.     surgi       va ensevelie de silence,  improbable visage pendu  pour le dernier jour entr’els nen at ne pui (ma gorge est une carcassonne, le 06       journ& dernier vers aoi de mes deux mains et si au premier jour il f j’ai voulu me pencher       au     "       bruyan   d’un coté, 5) triptyque marocain f qu’il vienne, le feu la question du récit bribes en ligne a et combien       rampan   ciel !!!! la mastication des ce pays que je dis est exode, 16, 1-5 toute la liberté s’imprime à jouer sur tous les tableaux À max charvolen et martin moi cocon moi momie fuseau       dans « voici  la toile couvre les à la mémoire de leonardo rosa       qui       il       pav&ea  dernières mises il existe au moins deux maintenant il connaît le af : j’entends  le livre, avec   iv    vers nous lirons deux extraits de troisième essai paien sunt morz, alquant       nuage       longte li quens oger cuardise c’est pour moi le premier qu’est-ce qui est en       sur je t’ai admiré, pour jean gautheronle cosmos dernier vers aoi glaciation entre je me souviens de la chaude caresse de quand sur vos visages les grande lune pourpre dont les       la derniers dernier vers aoi ce qui fait tableau : ce le scribe ne retient       l̵ la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Oeuvres croisées > Avec Leonardo Rosa > FATA
<- FATA 2 | FATA 4 ->
FATA 3
Artiste(s) : Rosa L.

F

Le feu s’est retiré.

Il a détruit toutes mes enveloppes,
Mes pauvres armures.
Il ne m’a laissé
Que le goût des cendres et des charbons
L’éclat terne des laves et des rouilles

Pour survivre à sa perte.

A

L’eau porte en elle toute la largeur du ciel.

Les oiseaux s’y affairent,
Ils s’y endorment dans leurs rêves d’ailes.

Le long des veines des arbres,
Du fond de la terre aux frontières du ciel,
Je peuple ma voix des voix des peuples d’eaux.

T

Mère du souvenir,
Terre est le lieu des attentes, des fatigues, des repos,
Des silences.
Les sillons dont tu la griffes t’ont appris toute la mesure de l’espace et du temps.

C’est le socle de calcaire sur lequel j’ai construit cette dérisoire ardeur de souffle et d’eau.

A

Les morceaux de nuit se retirent dans leurs propres replis
(Ainsi le font les oiseaux dans leurs ailes
Qui s’abandonnent au sommeil).
L’aube vacille et chancelle, chassant les chiffons d’ombres.

Au dessus des eaux, dans les fluidités terreuses qui montent des roseaux immobilisés et des bois flottés,
L’air
Tremble
Encore
Incertain
De l’à peine ébauchée d’un fruit au premier plan
Ou de l’improbable présence d’un massif suspendu, dans le lointain, à la légèreté des gouttes de lumières.

Bientôt les horizons se chargeront de transparences bleues ;
L’air le plus proche s’échauffera progressivement,
Et dans l’or pauvre des pailles usées par le temps,
Vapeurs lentes des rêves de renaissance,
Se dilateront nos regards.

Publication en ligne : 2 janvier 2009
Première publication : 1996

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette