BRIBES EN LIGNE
genre des motsmauvais genre       dans deux ajouts ces derniers nouvelles mises en se reprendre. creuser son  tous ces chardonnerets       la quatrième essai de de prime abord, il ne faut-il pas vivre comme antoine simon 33 l’évidence la réserve des bribes quelque temps plus tard, de trois tentatives desesperees  née à n’ayant pas il ne sait rien qui ne va dans ma gorge la galerie chave qui sept (forces cachées qui lancinant ô lancinant dernier vers aoi         au une errance de  les éditions de       sur au matin du voudrais je vous epuisement de la salle, fontelucco, 6 juillet 2000 0 false 21 18 les textes mis en ligne macles et roulis photo 3       soleil napolì napolì du fond des cours et des       montag un tunnel sans fin et, à madame aux rumeurs       droite ma mémoire ne peut me face aux bronzes de miodrag toi, mésange à     dans la ruela pour andré villers 1)       ce outre la poursuite de la mise tendresse du mondesi peu de       journ& laure et pétrarque comme pour jean-louis cantin 1.-   1) cette allons fouiller ce triangle très saintes litanies   saint paul trois elle disposait d’une il n’est pire enfer que  “la signification       st la liberté de l’être l’impression la plus journée de         &n quant carles oït la passent .x. portes, ici, les choses les plus sors de mon territoire. fais diaphane est le mot (ou non, björg,       pourqu       le « amis rollant, de       reine  jésus dernier vers aoi rm : nous sommes en cher bernard  il y a le le vieux qui pour philippe la communication est c’est une sorte de       sur les grands       la un titre : il infuse sa       object   antoine simon 11    tu sais etudiant à pour anne slacik ecrire est       deux il arriva que 1254 : naissance de     &nbs « 8° de "pour tes vous êtes  au travers de toi je les installations souvent,       j̵       bonhe le ciel est clair au travers le lourd travail des meules     pourquoi des conserves ! j’ai changé le equitable un besoin sonnerait    nous       ( "tu sais ce que c’est    il (ma gorge est une       enfant       & antoine simon 17       voyage régine robin,  hors du corps pas       dans je reviens sur des il était question non rossignolet tu la dernier vers aoi même si pour robert j’ai ajouté Ç’avait été la toutefois je m’estimais       chaque dans le monde de cette       pour  epître aux  référencem a christiane 1.- les rêves de       pav&ea paysage de ta tombe  et voici des œuvres qui, le douze (se fait terre se alocco en patchworck © attention beau l’art n’existe pour michèle gazier 1) le tissu d’acier dernier vers aoi la gaucherie à vivre, antoine simon 30       marche (de)lecta lucta         le juste un       &n si, il y a longtemps, les f tous les feux se sont jamais si entêtanteeurydice sous l’occupation c’est vrai la mastication des je découvre avant toi mon cher pétrarque, dans les carnets     le il existe au moins deux elle ose à peine j’ai longtemps sixième madame dans l’ombre des la légende fleurie est     les provisions 1-nous sommes dehors. aucun hasard si se ce pays que je dis est   la baie des anges lentement, josué iv.- du livre d’artiste       pass&e       en (dans mon ventre pousse une j’écoute vos       jardin dans l’innocence des dernier vers aoi     &nbs ma voix n’est plus que       "  ce qui importe pour de soie les draps, de soie l’erbe del camp, ki il en est des meurtrières. et c’était dans archipel shopping, la à la mémoire de       grappe       la       au dire que le livre est une dernier vers s’il antoine simon 5 dernier vers aoi sur l’erbe verte si est il existe deux saints portant soudain un blanc fauche le       va il aurait voulu être       la deuxième essai merle noir  pour dont les secrets… à quoi d’ eurydice ou bien de       sur écoute, josué, antoine simon 21 à propos “la ce qui fascine chez   nous sommes  les premières station 3 encore il parle la mort, l’ultime port,       que       fourr&       l̵ des voix percent, racontent madame a des odeurs sauvages clere est la noit e la a la fin il ne resta que antoine simon 9 et combien     sur la pente neuf j’implore en vain mi viene in mentemi fragilité humaine. f le feu s’est  avec « a la   on n’est       en à bernadette       le       &agrav       " il n’y a pas de plus       o le 28 novembre, mise en ligne (vois-tu, sancho, je suis macao grise pour martine, coline et laure quelques autres certains soirs, quand je nous dirons donc dernier vers que mort ils s’étaient cette machine entre mes pour jean-marie simon et sa       rampan au labyrinthe des pleursils       descen       ma la littérature de on dit qu’agathe       entre antoine simon 20 antoine simon 26   j’ai souvent je rêve aux gorges dans le pays dont je vous de tantes herbes el pre nu(e), comme son nom       longte bel équilibre et sa pour jacqueline moretti, quand c’est le vent qui       la dernier vers aoi à la bonne mougins. décembre et tout avait on cheval un jour nous avons le 15 mai, à dernier vers aoi   si vous souhaitez dernier vers aoi madame des forêts de karles se dort cum hume passet li jurz, si turnet a antoine simon 29 pour qui veut se faire une À perte de vue, la houle des issent de mer, venent as       au le franchissement des les enseignants : li emperere s’est       le les avenues de ce pays a l’aube des apaches, c’est pour moi le premier       au dans un coin de nice,       deux antoine simon 14 au commencement était quando me ne so itu pe       la pie les parents, l’ultime on croit souvent que le but nous savons tous, ici, que et ma foi,     au couchant mult ben i fierent franceis e les plus terribles et  riche de mes   l’oeuvre vit son dans l’innocence des vue à la villa tamaris un besoin de couper comme de autres litanies du saint nom réponse de michel       la merci à marc alpozzo béatrice machet vient de antoine simon 23 la langue est intarissable dernier vers aoi       neige d’un bout à       object j’entends sonner les bernard dejonghe... depuis l’éclair me dure,       les quatrième essai rares carissimo ulisse,torna a       les       il tous feux éteints. des   pour adèle et si grant dol ai que ne la fraîcheur et la dernier vers aoi       sur folie de josuétout est   pour olivier comment entrer dans une a supposer quece monde tienne “dans le dessin pour lee le 19 novembre 2013, à la j’oublie souvent et  “ne pas tant pis pour eux. si tu es étudiant en       un prenez vos casseroles et       vu       sous   je ne comprends plus dernier vers aoi pluies et bruines, la musique est le parfum de   un vendredi       il lorsque martine orsoni préparation des ce va et vient entre bal kanique c’est  pour de       &agrav violette cachéeton références : xavier polenta un nouvel espace est ouvert je suis occupé ces  “s’ouvre les durand : une dessiner les choses banales       su et ces lorsqu’on connaît une je n’ai pas dit que le     du faucon       avant       mouans sartoux. traverse de la poésie, à la avec marc, nous avons temps de pierres pour m.b. quand je me heurte carles li reis en ad prise sa moisissures mousses lichens       m̵ guetter cette chose li emperere par sa grant "nice, nouvel éloge de la la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Oeuvres croisées > Avec Leonardo Rosa > FATA
<- FATA 1 | FATA 3 ->
FATA 2
Artiste(s) : Rosa L.

F

Le feu s’est retiré.

Il a détruit toutes mes enveloppes,
Mes pauvres armures.
Il ne m’a laissé
Que le goût des cendres et des charbons
L’éclat terne des laves et des rouilles

Pour survivre à sa perte.

 
A

L’eau porte en elle toute la largeur du ciel.

Les oiseaux s’y affairent,
Ils s’y endorment dans leurs rêves d’ailes.

Le long des veines des arbres,
Du fond de la terre aux frontières du ciel,
Je peuple ma voix des voix des peuples d’eaux.

 
T

Mère du souvenir,
Terre est le lieu des attentes, des fatigues, des repos,
Des silences.
Les sillons dont tu la griffes t’ont appris toute la mesure de l’espace et du temps.

C’est le socle de calcaire sur lequel j’ai construit cette dérisoire ardeur de souffle et d’eau.

 
A

Les morceaux de nuit se retirent dans leurs propres replis
(Ainsi le font les oiseaux dans leurs ailes
Qui s’abandonnent au sommeil).
L’aube vacille et chancelle, chassant les chiffons d’ombres.

Au dessus des eaux, dans les fluidités terreuses qui montent des roseaux immobilisés et des bois flottés,
L’air
Tremble
Encore
Incertain
De l’à peine ébauchée d’un fruit au premier plan
Ou de l’improbable présence d’un massif suspendu, dans le lointain, à la légèreté des gouttes de lumières.

Bientôt les horizons se chargeront de transparences bleues ;
L’air le plus proche s’échauffera progressivement,
Et dans l’or pauvre des pailles usées par le temps,
Vapeurs lentes des rêves de renaissance,
Se dilateront nos regards.

Publication en ligne : 2 janvier 2009
Première publication : 1996

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette