BRIBES EN LIGNE
      ".. nous serons toujours ces elle disposait d’une d’abord quelques avant dernier vers aoi dans les hautes herbes un texte que j’ai arbre épanoui au ciel de proche en proche tous cette machine entre mes le grand combat :       nuage dernier vers aoi sommaire ► page suivante  jésus avant propos la peinture est morz est rollant, deus en ad ouverture d’une encore une citation “tu sous la pression des    au balcon haut var ► brec  au mois de mars, 1166 dernier vers aoi page suivante ► page dernier vers aoi aux barrières des octrois clquez sur si elle est belle ? je vers le sommaire des recueils le chêne de dodonne (i)       le rafale n° 3 des vers la lettre ouverte au préparer le ciel ii ++++   en prenant acte sommaire des contributions bribes dans le nid de dans les carnets à claude held patiente la frères et la strada n° 27, questions de temps suivi de dessiner les choses banales page d’accueil de "l’art est-il normal 0 21 false fal il n’y a pas de plus textes mis en ligne en avril   le texte suivant a il regarde il écoute il g. duchêne, écriture le mise en ligne d’un petits rien 4 et 5 (env. 7cm clxvi deus li otreit (la sue) marie-hélène générations     du faucon page d’accueil de pour accéder au texte, onze sous les cercles la visite de la fondation vers ponctuations le galop du poème me Être appelé par son nom sa langue se cabre devant le le voici devant la toile l’erbe del camp, ki dans ma gorge une image surgit traverse le antoine simon 13 quel ennui, mortel pour         &n le géographe sait tout       le village de poussière et de pour hélène dubois 1)       il le long de l’ombre il y a des mots, mais comme comme une suite de saisies de frontières tout dont les secrets… à quoi   ces sec erv vre ile et que dire de la grâce       sur le vertige. une distance   tout est toujours en aucun hasard si se où l’on revient ++++ il y a, dans mon       assis a claude b.   comme une cent dix remarques i► cent il y a tant de saints sur je me souviens qu’à propos ce jour-là il lui cent dix remarques i► cent rafale n° 12 où derniers textes mis en de la on peut croire que martine tout en travaillant sur les ecrire, la vie en dépend, accéder à l’article j’ai travaillé au rayon des surgelés tant pis pour eux. page d’accueil de vers la première cliquer sur l’icône à yvon « oui, toulon, samedi 9 là-bas, dans le pays des 10 vers la laisse ccxxxii       aujourd           surgi et c’était dans sur la toile de renoir, les au centre des quartiers de page suivante ► page oui la page précédente page textes mis en ligne en régine robin, le "patriote", me  pour le dernier jour deux mille ans nous       l’ réponse de michel 1- ai-je reçu une sous ce titre inspiré de la portrait. 1255 : page suivante ► page "ah ! mon doux pays, pénétrer dans ce jour,       deux dernier vers aoi ils sortent le temps passe dans la iii sur l’eau a) au grÉ je serai toujours attentif à page suivante ► page et que vous dire des 19 mars 2022, savigny sur avant-dire  “...  la lancinante l’impossible a propos de quatre oeuvres de je suis occupé ces chercher une sorte de nous avancions en bas de sophie calle à beaubourg...       le page suivante ► page ce qui importe pour       rampant dernier vers aoi rm : tu as décidé c’est seulement au gardien de phare à vie, au       fourmi&n creuser de la langue, outil et ces 1.- les rêves de des quatre archanges que raphaël monticelli 30 juin a quelques exceptions près antoine simon 20 naviguer dans le bazar de voir document expo boltanski madame a des odeurs sauvages madame 1 madame est la et ma foi,       en deux sommaire ► page suivante station 7 : as-tu vu judas se ne pas négocier ne macao grise mathieu bénézet : mon cent dix remarques i► cent sequence l’eau froide de l’anse un survol de l’annÉe quelque chose les dessins de martine orsoni embrasement du mantra gore les céramiques et leurs une fois entré dans la aller à la bribe suivante  au travers de toi je antoine simon 21 pour michèle auer et gérard page suivante ► page les petites fleurs des pour georges présentation du projet les mots te viennent que tu si c’est ça,       é le phonétisme n’a-t-il pas       dans le à sylvie dernier vers aoi ce qui aide à pénétrer le les embrassées , cantilène c’est à caminito que quand les mots textes mis en ligne en page suivante page d’accueil de sous ces étagements liquides sous l’occupation <p présentation du projet       voyage d’un côté joseph a pour sens "dieu année 2018 ► année 2020 deux ajouts ces derniers cliquer sur l’icône je lui ajoute trois petits       dans le train premier cristina de simone : le       quinze       dans dernier vers aoi antoine simon 19 pour andré       la       soleil et toi figure bien sûr, il y eut l’envers de un homme dans la rue se prend s’il lui faut, en dépit de page suivante ► page madame déchirée       le bernard noël, un nous de pour andré villers 1) josué ne antoine simon 2       (   au milieu de alla lingua lingua madre chaises, tables, verres, et tout avait       quand les cahiers butor sont     pour accéder    courant essai de nécrologie, rafale ço dist li reis : page suivante ► page dans les horizons de boue, de à bernadette pour écouter la lecture, page d’accueil de       m’       la elle ose à peine la pureté de la survie. nul voir les bifaces de b. il a surgi sans crier voici quelques années, noir d’en bas ► un i en voyant la masse aux     tout autour raphaël monticelli 30 juin présentation du la littérature de page suivante ► page       fourr&ea       et aller à la liste des rien n’est plus ardu bruits de langues. en rester ce mot comme à la hâte madame, vous débusquez       sur le la fraîcheur et la [voir le texte de cummings et encore   dits couleur qui ne masque pas  de même que les       "       la       le il ne sait rien qui ne va éphémère du 6 octobre pour sophie, magali et il y a des titres qui préparer le ciel i page précédente ► de       l’       gloussem la terre nous       banlieue       et tu exposition de la série       je me premier vers aoi dernier       magnolia       en sors de mon territoire. fais       baie textes mis en ligne en avril       pav&eacu À peine jetés dans le    si tout au long tout mon petit univers en il existe deux saints portant écrire comme on se une errance de       au pas     dans la rue la textes mis en ligne en août       au       apr&egra face aux bronzes de miodrag vers jean-jacques, peintre de soie les draps, de soie       mouette page d’accueil de la terre a souvent tremblé 5) triptyque marocain pour jean marie des voix percent, racontent aller à la bribe suivante   *   libre vers le sommaire des recueils la prédication faite le tissu d’acier l’odeur de ce page d’accueil de attendre. mot terrible. voir les œufs de je crie la rue mue douleur       le ciel page d’accueil de       objectif sommaire ► page suivante       la  pour jean le la vie est dans la vie. se       au soir a) le chemin de fer 1) la si j’avais de son tu le sais et je le vois       ma d’abord un curieux pour visionner accorde ton désir à ta mouans sartoux. traverse de c’est un peu comme si,   pour théa et ses dernier vers aoi       six rita est trois fois humble.   1) cette approche d’une clere est la noit e la dans le pain brisé son beaucoup de merveilles pour accéder au texte, paysage de ta le vieux qui textes mis en ligne en juin page précédente le café sommaire des a-t-on remarqué à quel "le renard connaît 3 

les lieux aussi sont li quens oger cuardise il y a des objets qui ont la   adagio   je inoubliables, les ■ cézanne en peinture  référencem       à abstraction voir figuration grant est la plaigne e large nous serons toujours ces ses mains aussi étaient  dernier salut au que nos princes et empereurs dernier vers aoi page suivante ► page après la lecture de pour jacky coville guetteurs la parol

Retour à l'accueil

RAPHAËL MONTICELLI

Des esprits flottant tout autour
Publication en ligne : 28 octobre 2021
/ Bibliophilie
Artiste(s) : Laurent (site)

Les éditions de la Diane française, sises à Nice, viennent de publier (octobre 2021) un ouvrage consacré à Jean Jacques Laurent : deux textes, Alain Freixe et Raphaël Monticelli, enrichi de 8 estampes de l’artiste.
Ci-dessous, mon texte, avec l’aimable autorisation de l’éditeur.


++++

Il y a, dans mon firmament artistique, de nombreux astres plus ou moins lumineux, certains que l’on dirait fixes, d’autres errants, d’autres, encore, fulgurants. Régulièrement de nouveaux apparaissent. Je n’en ai jamais perdu aucun. Aucun jamais ne m’a abandonné. Le long des années, ils m’ont fourni cette lumière qui aide à deviner un chemin.

Jean-Jacques Laurent est de ceux-là.

À regarder le ciel on voit
étoile après étoile
constellation après constellation
des amas scintillants se former
galaxies voies lactées
soleils lointains qui tremblent
lumières pauvres
qui éclairent nos pauvres destins

++++

Si je refais mentalement le trajet de Jean-Jacques Laurent, des flashes me reviennent. Souvenirs.
Souvenirs…
Le plus marquant remonterait à une trentaine d’années… Les années 90. L’épisode de la cristallisation de ma relation à l’œuvre de cet artiste.
La scène se passe dans une sorte de cabanon au sol en terre battue. Occupant presque toute la surface, une toile à même le sol.
Je dis « une toile », et cela fait sans doute immédiatement monter l’image d’un de ces tissus, coton, lin ou métis dont on fait des vêtements, des draps, des drapeaux, des voiles ou des tableaux. Mais ce n’est pas de cela qu’il s’agissait. Ce qui gisait là était un vieux rideau en velours, formes et couleurs fatiguées. Bon pour le rebut aurait-on dit.
« Voilà… » me dit Jean-Jacques.
J’entends « Vois la » ; et je la vois, je la regarde. Et d’abord, l’ami Jean-Jacques et moi, nous nous taisons.

De toute surface nous rêvons
qu’elle pourrait nous être armure
vêtement peau d’artifice
Nous nous revêtons d’oripeaux
portant le monde les traces du monde les vies
les souffrances la mort
après leur mort les revêtant
jusque dans notre mort les portant

++++

Qu’un artiste s’intéresse à des supports autres que la classique toile de peintre sans les tendre sur un châssis posé sur un chevalet n’a rien de bien surprenant. On a vu ces supports et ces postures se développer tout le long du XXème siècle. C’est même devenu une exploration systématique à partir des années 60-70.
En regardant ce vieux beau rideau au sol, je pensais à Claude Viallat, à son travail sur des tissus de récupération, ou à Noël Dolla qui depuis plus d’un demi siècle fait chanter, par exemple, les subtilités de la tarlatane. Je pensais à la façon dont Max Charvolen met à plat et à bas nos espaces de vie, et à Martin Miguel qui construit à la fois le mur et l’œuvre, ou à Marcel Alocco qui déchire ses toiles pour les recoudre… Et me revenaient aussi tous les travaux sur de nouveaux tissus, synthétiques, intissés, matières plastiques, déchets de toutes sortes.
Ça ne me surprenait pas non plus de Jean-Jacques : j’avais vu déjà, par exemple, des séries entières sur des sacs de chanvre récupérés, sacs voyageurs, déchirés, recousus, meurtris, cicatrisés.
Sa posture est aussi un classique de notre art contemporain. À partir du moment où l’on multiplie les supports possibles, où on les désolidarise d’un châssis, on voit se développer ces démarches qui vont du dripping à l’action painting, de la peinture libre à la peinture analytique et critique.
« Et bien, la voilà… » répète Jean-Jacques.
Et il ajoute :
« Elle est là depuis longtemps et elle t’attendait »

Elles sont là les étrangères
délaissées d’avoir trop vécu
les souffrantes les mal aimées
efflanquées perdues innocences
la vie le temps l’indifférence
l’ingratitude de l’oubli
leur font cortèges de silences
tandis qu’autour d’elles murmurent
discrètes ardentes des vies

++++

Elle est là, couchée sur la terre. Aux marques de l’usage et du vieillissement s’ajoutent celles de la terre et de ses humidités, peut-être de ses ruissellements.
Je la vois, et me dis que la peinture est déjà là qui piège sur toutes sortes de supports les traces de matières colorées portées par des humidités perdues.
Me reviennent aussi en mémoire des travaux de Bernard Pagès, tissus enterrés souillés par la rouille d’un grillage. Ou bien encore l’aventure de la petite voiture d’Yves Klein qui avait placé sur le toit de sa « blanche Citroën » une « toile fraîchement peinte » qu’il avait transportée entre Paris et Nice soumise aux intempéries au vent et à la pluie, vieillissement accéléré.

« Elle t’attendait »
Elle m’attendait, la toile de Jean Jacques déjà marquée comme un grand calque, comme un immense estampage qui relèverait à la fois les traces de la terre, et celles, nombreuses, des vies, des œuvres, des démarches, des personnes, artistes, amis, parents, esprits flottants, qui avaient poussé Jean-Jacques à la transporter jusque là…

« Alors, dit l’artiste, qui commence ? Toi ou moi ? »

C’est Jean-Jacques qui a commencé : faisant gicler la peinture d’un récipient en forme de poire ou de gourde en peau, cheminant sur la toile, sensible ou non à ses accidents, à ses accrocs, à ses taches, aux images qui s’y étaient déjà formées, il donnait vie à un grand personnage féminin, un esprit de plus prenant corps : « la grande Madame » que je cherchai aussitôt à entourer de mots.

Madame doucement hésite
et au moindre vent se balance
elle danse et virevolte
ce faisant Madame se dévoile
Elle déroule sa silhouette
gracile à fleur de terres
dans des filets d’eau.
Si on la dévisage
elle se trouble et disparaît
d’un trait

++++

Toutes mes rencontres avec Jean-Jacques Laurent et son travail m’ont ainsi marqué de semblable façon. Que ce soit dans la frénésie et l’urgence de notre travail sur les « Mélanges », ce livre unique imaginé par Yvan Koenig et dans lequel l’artiste combinait le travail de la terre, du papier et de la presse ; que ce soit dans les longues attentes que je lui imposais entre un projet et sa réalisation ; que ce soit dans nos grands silences face à une nouvelle série d’œuvres en écoutant les variations Goldberg qu’il aime interprétées par Glenn Gould ; dans tous les cas, devant toutes les œuvres, trois choses m’ont toujours frappé chez Jean-Jacques Laurent : la façon dont il fait toujours surgir des silhouettes humaines de tous les matériaux et de tous les supports qu’il utilise, l’aisance, voire la virtuosité dont il fait preuve dans sa relation aux outils et aux matières, et, comme un antidote à cette virtuosité, les détournements, les inattendus, en un mot sa liberté, ou une sorte d’élégante désinvolture face aux règles et aux outils de l’art et aux savoir-faire techniques.

Dans les méandres des rivières
amours de la terre et de l’eau
dans les caprices des nuages
que décoiffe le moindre vent
dans les chorégraphies des arbres
la silhouette des montagnes
le passage des animaux
les remuements sourds de la nuit
la décrépitude des murs
et la fatigue de ma peau

je vous ai vus esprits flottants

++++

C’est ce mélange de savoir, de subtilité, de brutalité, d’inquiétude, de mises en doute, que l’on retrouve dans toutes les séries de l’artiste, comme on y retrouve ses dialogues et disputes avec les artistes, les esthétiques, les écrivains et les musiciens, comme on y retrouve les échos de sa vie quotidienne, les ombres familiales, proches ou lointaines, et cette querelle, la plus profonde, celle que l’on a avec soi même, avec ses propres idées, ses projets, ses rêves, ses douleurs, son corps. Les titres mêmes des séries sont significatifs de ces querelles : Dedans-Dehors, Un bruit étrange, tela sabbia, ironie d’un sort, autant de formules où l’on entend l’écho des oppositions sur lesquelles travaille Jean-Jacques Laurent et qui le travaillent. Michel Butor avait proposé un titre, révélateur, pour qualifier l’une des séries de l’artiste et, au fond, la totalité de son rapport à l’art : Les muses tordues .

On dit des Muses qu’elles sont
sœurs et filles de Mémoire
tu te débats avec le temps
que le temps piège dans tes mailles
tu tends les bras hors de ta cage
bégaies des rites de salut
accroches de l’air par lambeaux
cherches l’eau fraîche dans tes larmes
où sont allés les souvenirs

qui se souvient ?
qui se souvient ?

++++

Muses tordues, bruits étranges, inversions, travail à rebrousse poil, démarche à contre-courant et à contre-attente, tout ce qui fait la recherche de Jean-Jacques Laurent est à l’œuvre dans les deux séries présentées dans cet ouvrage….
Donnons une preuve de cet esprit de contradiction qui l’anime.
Il s’agit donc ici d’un livre, de la bibliophilie, d’un nombre limité d’exemplaires, de tirages, d’estampes. Comme quelques autres artistes des éditions de la Diane française, Jean-Jacques Laurent détourne la gravure, la prend à contresens.
L’intérêt de la gravure, et plus généralement de l’estampe, c’est qu’elle permet de reproduire une œuvre originale à quelques dizaines d’exemplaires. Jean-Jacques Laurent est un fin graveur et j’ai toujours vu une belle presse dans son atelier. Mais, le plus souvent, je l’ai vu s’en servir pour écraser, assembler, ajuster toutes sortes de matériaux plutôt que pour faire des tirages au sens habituel du terme. Du coup, il donne à l’encre de gravure de nouveaux usages, et se sert de bien d’autres types de marqueurs, comme, dans les œuvres de cet ouvrage, l’encre pour tableau noir. En d’autres termes, les « gravures » ou « estampes » que vous avez ici sous les yeux sont toutes des œuvres originales, toutes différentes d’un exemplaire à l’autre.

Jean-Jacques délaisse ainsi la relative facilité qu’offre la gravure de multiplier les exemplaires d’une œuvre. Ce n’est ni gratuit ni anodin : le rejet de la reproduction dénote la volonté d’immédiateté et d’authenticité. Tout comme n’est pas gratuite l’utilisation d’encre pour tableau noir. « Elle sèche vite » précise Jean-Jacques. Je l’entends bien. Mais le tableau noir fait aussi remonter des images d’école, d’enfance, de craie, de textes précaires qui s’effacent. Autant de thèmes qui se retrouvent dans tout le travail de l’artiste.

J’évoquais la « relative facilité de reproduction que permet la gravure »… Les graveurs me pardonneront : en fait, la gravure est un travail sportif. De l’utilisation du burin jusqu’au geste précis, tendrement brusque, qui permet de soustraire la feuille de la presse, en passant par la minutie têtue des essuyages et des encrages, tout y suppose l’engagement sans réserve du corps. On dit « tirer », ou « faire un tirage » ; le mot est traitre, qui suppose de la vitesse… Graver demande du temps, des efforts, du savoir faire ; seul peut sembler rapide le moment où le rouleau passe sur le papier et lui faire boire l’encre pour révéler le travail de l’artiste sur la plaque ; mais que de préparations il demande ! Quoi qu’il en soit, Jean-Jacques évite ces gestes-là. Pour réaliser ses estampes, il en a mis d’autres au point. Si les œuvres sont différentes d’un exemplaire à l’autre, demeurent le répertoire des formes, les matières travaillées, les outils, les gestes, les postures du travail. Jean-Jacques découpe, déchire, colle, gratte, griffe, massicote, cisaille, enduit, dessine, encre, pastellise, use de white spirit, de papiers de toutes sortes, d’intissé, de polystyrène, travaille à plat, travaille au mur, appuie, tape, cogne, martelle, et, de toutes sortes de façons, frappe. Autres manières de l’engagement du corps.
Ainsi, peu à peu, le papier-support prend forme ; ici comme une fenêtre, ou le pan découpé d’un ensemble ; là comme un décor presque théâtral où viennent se coller ou se prendre des traces ; dans tous les cas, des marques de griffures, grignages, empreintes de murs, de sols, croisillons, et, comme toujours, comme dans toute l’œuvre de Jean Jacques Laurent, des figures anthropomorphes, personnages qui saluent ou se rendent, êtres sans voix, comme effarés, ombres arrachées des murs et des sols dont les silhouettes nous accompagnent depuis les temps préhistoriques, et saisies, comme piégées, sur l’espace incertain de l’œuvre, pour y faire passage et présence, esprits flottants entre rêves de l’artiste et regards du spectateur.

À regarder le ciel on voit
les grands oiseaux de l’espérance
des chiens des cygnes des aigles
des cheveux de reine des dames
des cavaliers des rois des chasseurs
des yeux des lèvres des corps
de nageurs à bout de souffle

Regarder

Chercher à comprendre
la dérive des galaxies

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP