BRIBES EN LIGNE
il n’était qu’un la fraîcheur et la il n’est pire enfer que       dans  “comment un besoin de couper comme de les dernières le temps passe si vite, de sorte que bientôt j’ai donc "nice, nouvel éloge de la avant propos la peinture est       &n  avec « a la j’entends sonner les     extraire autre essai d’un ils avaient si longtemps, si       il on préparait pure forme, belle muette,       d&eacu (josué avait lentement deuxième apparition bien sûrla       rampan       fleur ce qui aide à pénétrer le moi cocon moi momie fuseau seins isabelle boizard 2005       ( j’ai travaillé       au vous avez       grappe c’était une jusqu’à il y a je désire un giovanni rubino dit je t’ai admiré, ecrire sur       "   le 10 décembre       marche au commencement était il faut aller voir carles respunt : de soie les draps, de soie       la pie   l’oeuvre vit son il est le jongleur de lui antoine simon 2  marcel migozzi vient de pour martine, coline et laure recleimet deu mult le lent tricotage du paysage vue à la villa tamaris grande lune pourpre dont les madame, c’est notre       dans f dans le sourd chatoiement  les œuvres de c’est la chair pourtant station 4 : judas  (ô fleur de courge...     à j’ai ajouté  tu ne renonceras pas. le 28 novembre, mise en ligne       longte la liberté de l’être mais jamais on ne on a cru à       &agrav granz fut li colps, li dux en samuelchapitre 16, versets 1 et combien sa langue se cabre devant le antoine simon 15 abstraction voir figuration       maquis se placer sous le signe de pourquoi yves klein a-t-il le grand combat :  dernières mises nu(e), comme son nom vos estes proz e vostre en introduction à dans ma gorge les avenues de ce pays les installations souvent, (dans mon ventre pousse une     quand  pour le dernier jour je suis "l’art est-il   que signifie (elle entretenait autre citation carcassonne, le 06 la gaucherie à vivre, merci au printemps des ce texte m’a été     les fleurs du voici des œuvres qui, le       à       nuage  martin miguel vient chaises, tables, verres, l’ami michel heureuse ruine, pensait iv.- du livre d’artiste encore la couleur, mais cette madame a des odeurs sauvages       retour       fourr& et te voici humanité   je ne comprends plus temps où les coeurs tendresses ô mes envols   1) cette     nous la vie humble chez les des conserves !  si, du nouveau il y a dans ce pays des voies de proche en proche tous il y a des objets qui ont la 1- c’est dans tout est prêt en moi pour       s̵ un nouvel espace est ouvert dimanche 18 avril 2010 nous d’un côté de prime abord, il l’impression la plus diaphane est le madame est une torche. elle    regardant il y a tant de saints sur  tu vois im font chier dernier vers aoi l’existence n’est je suis occupé ces carles li reis en ad prise sa    seule au c’est un peu comme si, le corps encaisse comme il       l̵  “... parler une s’égarer on écoute, josué,   pour théa et ses   pour olivier dernier vers aoi ils s’étaient madame est une « voici       &n v.- les amicales aventures du tout à fleur d’eaula danse l’art c’est la « h&eacu    7 artistes et 1 au rayon des surgelés antoine simon 25     les provisions tous feux éteints. des madame porte à références : xavier montagnesde douze (se fait terre se       & dans les carnets deux ce travail vous est ainsi alfred… ce tout est possible pour qui raphaël  pour jean le  ce qui importe pour       la l’art n’existe       je viallat © le château de       droite       la       la derniers vers sun destre dans le pain brisé son     sur la pente tous ces charlatans qui dernier vers aoi fin première  il est des objets sur   la production antoine simon 5 on cheval l’instant criblé a la femme au vous deux, c’est joie et dernier vers aoi une il faut dire les       la dernier vers aoi mes pensées restent             la       sur quel ennui, mortel pour c’est la distance entre que d’heures (À l’église abu zayd me déplait. pas       juin carissimo ulisse,torna a macles et roulis photo 4 pur ceste espee ai dulor e le proche et le lointain       allong pour jean-marie simon et sa et ces antoine simon 28     le pour gilbert cet article est paru dans le  les premières présentation du   dits de       embarq pour michèle madame chrysalide fileuse 1) notre-dame au mur violet certains soirs, quand je       sur le vertige. une distance       au histoire de signes . sept (forces cachées qui   j’ai souvent     &nbs je ne sais pas si       un seul dans la rue je ris la     rien agnus dei qui tollis peccata pour martine sous la pression des     après "ces deux là se autre petite voix deux nouveauté,       dans raphaël exacerbé d’air la légende fleurie est 10 vers la laisse ccxxxii quand il voit s’ouvrir, pour julius baltazar 1 le et  riche de mes pour alain borer le 26 "la musique, c’est le immense est le théâtre et cet article est paru À l’occasion de la prédication faite       pour monde imaginal,       allong attention beau les plus terribles et je vois dans vos dont les secrets… à quoi À peine jetés dans le       longte première antoine simon 11 après la lecture de de pa(i)smeisuns en est venuz macles et roulis photo 7 jamais je n’aurais       la ce qui importe pour "je me tais. pour taire. un titre : il infuse sa mon travail est une dans les écroulements envoi du bulletin de bribes antoine simon 32 pour lee ses mains aussi étaient martin miguel art et equitable un besoin sonnerait trois (mon souffle au matin un jour, vous m’avez       deux carmelo arden quin est une le temps passe dans la la langue est intarissable « pouvez-vous " je suis un écorché vif. mult est vassal carles de la vie est ce bruissement  référencem attendre. mot terrible. écrirecomme on se pour andré au seuil de l’atelier reflets et echosla salle c’est la peur qui fait à propos des grands si tu es étudiant en un jour nous avons       dans   tout est toujours en quand les mots ] heureux l’homme       devant qu’est-ce qui est en       l̵   jn 2,1-12 : la question du récit  tous ces chardonnerets   nous sommes le scribe ne retient       reine le bulletin de "bribes       la travail de tissage, dans       pourqu       " madame est toute lentement, josué passent .x. portes,    au balcon pluies et bruines,       sous antoine simon 21 r.m.a toi le don des cris qui etait-ce le souvenir carissimo ulisse,torna a exode, 16, 1-5 toute pas de pluie pour venir   d’un coté, avec marc, nous avons l’éclair me dure, introibo ad altare il existe deux saints portant la terre a souvent tremblé le 26 août 1887, depuis       les je t’enfourche ma     hélas, si j’avais de son pour jean gautheronle cosmos langues de plomba la  c’était rm : nous sommes en  zones gardées de pour michèle gazier 1       vu antoine simon 17   iv    vers eurydice toujours nue à la route de la soie, à pied, petites proses sur terre depuis ce jour, le site       je me bien sûr, il y eut et tout avait Éléments -     surgi f toutes mes est-ce parce que, petit, on dernier vers aoi dernier vers aoi       sur       pass&e et nous n’avons rien vous n’avez pour daniel farioli poussant     faisant la quand vous serez tout       les f les marques de la mort sur et que vous dire des sainte marie, la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Oeuvres croisées > Avec Leonardo Rosa > FATA
<- FATA 4 | FATA 6 ->
FATA 5
Artiste(s) : Rosa L.

F

Qu’il vienne, le feu de toutes les métamorphoses,
Ardeur des explosions,
Lumineuse,
Celle des oxydations,
Lente ;
Qu’il creuse ma douleur,
Plus profond que ma chair ;
Qu’il mette à vif ma plus intime plaie.

Relèves-en le lieu au bout de tes fusains.

A

L’eau accompagne, fidèle, toutes les naissances et toutes les morts.
Recueille ses sanglots, ses grondements, ses chutes, ses émiettements,
Multitude où la lumière se brise et se disperse.

Le long des veines des arbres,
Du fond de la terre aux racines du ciel,
Je peuple ma voix des voix des peuples d’eaux.

T

Terre seule recueille tes moindres traces.

Elle est le socle de calcaire sur lequel j’ai construit ma dérisoire ardeur de souffle et d’eau.

Et nous disons que nous nous y tenons debout, prétentieuse certitude !

A

Les morceaux de nuit se retirent dans leurs propres replis
(Ainsi le font les oiseaux dans leurs ailes
Qui s’abandonnent au sommeil).
L’aube vacille et chancelle, chassant les chiffons d’ombres.

Au dessus des eaux, dans les fluidités terreuses qui montent des roseaux immobilisés et des bois flottés,
L’air
Tremble
Encore
Incertain
De l’à peine ébauchée d’un fruit au premier plan
Ou de l’improbable présence d’un massif suspendu, dans le lointain, à la légèreté des gouttes de lumières.

Bientôt les horizons se chargeront de transparences bleues ;
L’air le plus proche s’échauffera progressivement,
Et dans l’or pauvre des pailles usées par le temps,
Vapeurs lentes des rêves de renaissance,
Se dilateront nos regards.

Publication en ligne : 2 janvier 2009
Première publication : 1996

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette