BRIBES EN LIGNE
pour raphaël torna a sorrento ulisse torna pas de pluie pour venir des conserves ! pour yves et pierre poher et saluer d’abord les plus   1) cette (en regardant un dessin de       jardin  hors du corps pas ainsi alfred… cinq madame aux yeux le recueil de textes nous savons tous, ici, que bribes en ligne a       m&eacu       juin   né le 7       &n   je n’ai jamais travail de tissage, dans pour maguy giraud et "ces deux là se ici. les oiseaux y ont fait  pour de la musique est le parfum de mes pensées restent depuis le 20 juillet, bribes quelque chose       &agrav livre grand format en trois les dernières c’est la distance entre i en voyant la masse aux antoine simon 33       nuage Ç’avait été la une autre approche de       six les doigts d’ombre de neige madame chrysalide fileuse le "patriote", bientôt, aucune amarre       alla "nice, nouvel éloge de la       sur 0 false 21 18       le le 2 juillet     double la communication est accoucher baragouiner quelques textes       voyage dont les secrets… à quoi       arauca pour andré villers 1) tout mon petit univers en quatre si la mer s’est « 8° de     nous   six formes de la depuis ce jour, le site le lent tricotage du paysage       cette       les la prédication faite 1) notre-dame au mur violet rêve, cauchemar, pour le prochain basilic, (la antoine simon 10 le ciel de ce pays est tout  on peut passer une vie antoine simon 29 j’ai changé le dernier vers aoi s’égarer on inoubliables, les tout le problème "si elle est un besoin de couper comme de n’ayant pas antoine simon 30 nous serons toujours ces i.- avaler l’art par dernier vers aoi toute trace fait sens. que vous dites : "un un soir à paris au pas même dernier vers aoi   dans ce périlleux rêves de josué,   le texte suivant a       je me ainsi va le travail de qui clers est li jurz et li une il faut dire les temps où le sang se dans la caverne primordiale l’art n’existe       & station 4 : judas  encore la couleur, mais cette dans les rêves de la quand c’est le vent qui dernier vers aoi (josué avait raphaël la question du récit       voyage j’arrivais dans les       un là, c’est le sable et (vois-tu, sancho, je suis antoine simon 23  je signerai mon       la pie 1. il se trouve que je suis       sur    si tout au long   saint paul trois je rêve aux gorges j’ai ajouté       je a claude b.   comme       une de prime abord, il bien sûrla antoine simon 19 guetter cette chose       fourr&     &nbs la brume. nuages pour alain borer le 26 dernier vers aoi       pass&e il y a dans ce pays des voies af : j’entends antoine simon 26    au balcon générations quelque temps plus tard, de       pav&ea       vu passet li jurz, la noit est si elle est belle ? je     pourquoi f le feu s’est       sur tant pis pour eux.       qui       quand la terre nous nice, le 8 octobre dans le train premier   je ne comprends plus langues de plomba la nécrologie la force du corps, jouer sur tous les tableaux l’heure de la si j’avais de son sculpter l’air : sous l’occupation polenta À peine jetés dans le tout en travaillant sur les madame est toute madame porte à pour philippe deuxième approche de tandis que dans la grande jamais si entêtanteeurydice il n’était qu’un ] heureux l’homme douze (se fait terre se  “s’ouvre on cheval le glacis de la mort seul dans la rue je ris la “dans le dessin  tu vois im font chier thème principal :       une     rien   que signifie vous avez in the country ce qui aide à pénétrer le madame des forêts de un verre de vin pour tacher  il est des objets sur la fraîcheur et la pour jean-louis cantin 1.- autre citation temps de bitume en fusion sur       sous equitable un besoin sonnerait  monde rassemblé merle noir  pour 1- c’est dans cinquième citationne le texte qui suit est, bien il faut laisser venir madame il ne sait rien qui ne va tout en vérifiant dans l’innocence des rien n’est plus ardu macao grise       ce laure et pétrarque comme quatrième essai rares apaches : la gaucherie à vivre, pour andré mouans sartoux. traverse de bernadette griot vient de réponse de michel f le feu s’est d’ eurydice ou bien de granz fut li colps, li dux en     sur la pente       bruyan dernier vers aoi pour julius baltazar 1 le       l̵   3   

les je n’hésiterai c’est seulement au bruno mendonça       les tromper le néant       dans granz est li calz, si se diaphane est le c’est ici, me       magnol la vie est dans la vie. se halt sunt li pui e mult halt  c’était ço dist li reis : dans ma gorge spectacle de josué dit quand sur vos visages les       ...mai très malheureux... pourquoi yves klein a-t-il et je vois dans vos       " le passé n’est etait-ce le souvenir dernier vers aoi       dans printemps breton, printemps dernier vers aoi l’appel tonitruant du     les fleurs du       deux       neige mais jamais on ne       bonhe quatrième essai de       à     m2 &nbs mon cher pétrarque, le grand combat : j’ai perdu mon       rampan nous lirons deux extraits de     quand onzième       &agrav dernier vers aoi Éléments -  pour jean le 1-nous sommes dehors. ma mémoire ne peut me l’évidence normalement, la rubrique dernier vers aoi "tu sais ce que c’est quand vous serez tout à bernadette deuxième apparition “le pinceau glisse sur si tu es étudiant en       aujour un homme dans la rue se prend rimbaud a donc et ces       d&eacu    de femme liseuse c’est un peu comme si, nous avons affaire à de       object m1       références : xavier       dans le coeur du coupé le sonà exode, 16, 1-5 toute quando me ne so itu pe able comme capable de donner     le la rencontre d’une et ma foi, sixième paroles de chamantu me pas sur coussin d’air mais f dans le sourd chatoiement les durand : une et il fallait aller debout de toutes les ecrire les couleurs du monde en introduction à  les trois ensembles ecrire sur max charvolen, martin miguel station 5 : comment dans les carnets ce texte m’a été la mastication des titrer "claude viallat, antoine simon 15 « amis rollant, de toutes sortes de papiers, sur       au le temps passe dans la       sur       le       le  zones gardées de "je me tais. pour taire. intendo... intendo ! je suis celle qui trompe le géographe sait tout pour daniel farioli poussant pour mes enfants laure et archipel shopping, la quand les eaux et les terres aux barrières des octrois « voici "la musique, c’est le et tout avait       sabots ils avaient si longtemps, si alocco en patchworck © je ne saurais dire avec assez       tourne imagine que, dans la lentement, josué mieux valait découper mon travail est une madame, c’est notre madame déchirée démodocos... Ça a bien un trois tentatives desesperees de l’autre antoine simon 5   (dans le     une abeille de assise par accroc au bord de       sur "le renard connaît abu zayd me déplait. pas il pleut. j’ai vu la       pourqu zacinto dove giacque il mio je ne peins pas avec quoi, dernier vers aoi deuxième dessiner les choses banales       sur pour ma ne pas négocier ne iv.- du livre d’artiste non, björg,  née à sables mes parolesvous on dit qu’agathe cet article est paru derniers vers sun destre tous ces charlatans qui autre essai d’un la fonction, les textes mis en ligne       é       fleure la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Oeuvres croisées > Avec Leonardo Rosa > FATA
| FATA 2 ->
FATA 1
Artiste(s) : Rosa L.

F

Les rêves de renaissance fument toujours des feux qui furent.
Quand j’ai voulu approcher ma bouche de celle des enfers, ils m’ont saisi.
Tu en portes toujours la trace au bout de tes fusains.

A

Compagnes fidèles de toutes les naissances et de toutes les morts,
Les eaux sanglotent, grondent, chutent, s’émiettent ;
Multitude où la lumière se brise,
Se disperse.

Respiration des criques
coups d’air au bord protégé des torrents

T

Fille des pertes :
Feu refroidi,
Air expulsé,
Eaux retirées,
Terre est lourde de temps ;
Seule, elle sait le conserver et t’en rendre les fruits.

La part de moi la plus proche de ma mort est terre.

A

Les morceaux de nuit se retirent dans leurs propres replis
(Ainsi le font les oiseaux dans leurs ailes
Qui s’abandonnent au sommeil).
L’aube vacille et chancelle, chassant les chiffons d’ombres.

Au dessus des eaux, dans les fluidités terreuses qui montent des roseaux immobilisés et des bois flottés,
L’air
Tremble
Encore
Incertain
De l’à peine ébauchée d’un fruit au premier plan
Ou de l’improbable présence d’un massif suspendu, dans le lointain, à la légèreté des gouttes de lumières.

Bientôt les horizons se chargeront de transparences bleues ;
L’air le plus proche s’échauffera progressivement,
Et dans l’or pauvre des pailles usées par le temps,
Vapeurs lentes des rêves de renaissance,

Publication en ligne : 2 janvier 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette