BRIBES EN LIGNE
i.- avaler l’art par je meurs de soif       apr&eg clers est li jurz et li  pour le dernier jour f le feu est venu,ardeur des dernier vers aoi l’heure de la rita est trois fois humble. ce qui fait tableau : ce       un       quinze villa arson, nice, du 17 juste un mot pour annoncer ço dist li reis :     l’é nous serons toujours ces décembre 2001. quelques autres     m2 &nbs le corps encaisse comme il mais non, mais non, tu “dans le dessin nécrologie       tourne portrait. 1255 :     de rigoles en     rien le recueil de textes de la exacerbé d’air m1       reflets et echosla salle       nuage la vie est dans la vie. se j’ai relu daniel biga, deuxième essai     chambre pour maguy giraud et       bonhe c’est la peur qui fait mougins. décembre traquer macles et roulis photo 6 pour mes enfants laure et le grand combat : si grant dol ai que ne ainsi va le travail de qui onze sous les cercles attelage ii est une œuvre pour yves et pierre poher et 1 la confusion des tes chaussures au bas de temps de pierres livre grand format en trois halt sunt li pui e mult halt dentelle : il avait 1) notre-dame au mur violet lorsqu’on connaît une       d&eacu   maille 1 :que neuf j’implore en vain       qui dernier vers aoi antoine simon 9 elle réalise des marché ou souk ou       " rêves de josué, petit matin frais. je te nice, le 8 octobre       m&eacu antoine simon 15       &       vu       droite fontelucco, 6 juillet 2000 deux ce travail vous est encore une citation“tu       bruyan       l̵ 1.- les rêves de       la bien sûr, il y eut je serai toujours attentif à dans l’innocence des       fourr& mes pensées restent sur la toile de renoir, les    si tout au long les lettres ou les chiffres lu le choeur des femmes de temps de pierres dans la d’un côté "et bien, voilà..." dit se placer sous le signe de pour helmut       maquis paysage de ta tombe  et effleurer le ciel du bout des autre essai d’un l’art c’est la " je suis un écorché vif.  la toile couvre les       au la mort d’un oiseau. première       arauca tout est possible pour qui   d’un coté, bientôt, aucune amarre       &n le temps passe dans la       l̵ zacinto dove giacque il mio l’appel tonitruant du a propos d’une …presque vingt ans plus dernier vers aoi raphaël       le le lent tricotage du paysage dernier vers aoi     après accorde ton désir à ta depuis ce jour, le site l’homme est tendresses ô mes envols rien n’est plus ardu cet article est paru antoine simon 30 avant dernier vers aoi toutes sortes de papiers, sur exode, 16, 1-5 toute j’ai en réserve dans le pain brisé son "nice, nouvel éloge de la 0 false 21 18       deux s’ouvre la       &agrav « h&eacu antoine simon 10 on a cru à Éléments -   le 10 décembre   né le 7 pur ceste espee ai dulor e Ç’avait été la dans l’effilé de macao grise carmelo arden quin est une ce jour là, je pouvais agnus dei qui tollis peccata       que voile de nuità la « 8° de deux mille ans nous pour michèle gazier 1) la prédication faite comment entrer dans une la route de la soie, à pied,  les éditions de ce paysage que tu contemplais   encore une la mort, l’ultime port,       la     dans la ruela leonardo rosa pour jean-louis cantin 1.-       ruelle       sur le coeur du granz est li calz, si se beaucoup de merveilles la brume. nuages religion de josué il       dans     un mois sans  dernier salut au la langue est intarissable quelques textes quel ennui, mortel pour       dans antoine simon 5 un jour nous avons les enseignants : la légende fleurie est  tous ces chardonnerets on cheval la fraîcheur et la dernier vers aoi j’ai donné, au mois lentement, josué cinquième essai tout       la violette cachéeton       jardin la bouche pure souffrance il y a des objets qui ont la pour le prochain basilic, (la je m’étonne toujours de la       grappe cet article est paru dans le li emperere par sa grant       en un tous ces charlatans qui et la peur, présente pour marcel siglent a fort e nagent e       clquez sur cher bernard  on peut passer une vie       au et il parlait ainsi dans la inoubliables, les pas même la vie est ce bruissement quatrième essai de  monde rassemblé "si elle est a la femme au martin miguel art et pour max charvolen 1) glaciation entre (josué avait lentement pour gilbert le soleil n’est pas et que vous dire des en cet anniversaire, ce qui je suis bien dans     tout autour non... non... je vous assure, dernier vers s’il dans ce périlleux dernier vers aoi  les trois ensembles       fourmi       &n grant est la plaigne e large pour jean marie tu le saiset je le vois le plus insupportable chez   saint paul trois trois tentatives desesperees "le renard connaît     &nbs  ce qui importe pour  de la trajectoire de ce il y a dans ce pays des voies macles et roulis photo 1 dernier vers aoi 0 false 21 18   j’ai souvent la lecture de sainte dans le monde de cette c’est pour moi le premier antoine simon 21 je sais, un monde se  les premières sixième   est-ce que i en voyant la masse aux       dans       ce buttati ! guarda&nbs   pour le prochain antoine simon 17 générations s’égarer on le passé n’est branches lianes ronces       alla cette machine entre mes depuis le 20 juillet, bribes on croit souvent que le but voudrais je vous "pour tes       l̵       il     chant de attention beau antoine simon 26 ensevelie de silence, la liberté s’imprime à dans les carnets       quand  zones gardées de printemps breton, printemps vous avez travail de tissage, dans « voici la question du récit quand sur vos visages les       p&eacu l’impossible immense est le théâtre et       voyage  dans toutes les rues madame, vous débusquez encore la couleur, mais cette  si, du nouveau a dix sept ans, je ne savais marcel alocco a madame chrysalide fileuse bel équilibre et sa vous êtes       je de tantes herbes el pre  pour jean le madame, on ne la voit jamais toulon, samedi 9 ce n’est pas aux choses pour julius baltazar 1 le il tente de déchiffrer,  c’était À max charvolen et dernier vers aoi   je reviens sur des       voyage autre citation"voui hans freibach : carissimo ulisse,torna a ce 28 février 2002.       juin les durand : une je crie la rue mue douleur rm : nous sommes en j’ai changé le (josué avait troisième essai avez-vous vu si j’avais de son af : j’entends le samedi 26 mars, à 15       midi       les ecrire les couleurs du monde quand les eaux et les terres nous savons tous, ici, que       et tu “le pinceau glisse sur au commencement était diaphane est le mot (ou rêve, cauchemar,     à ce qu’un paysage peut antoine simon 29 au lecteur voici le premier (vois-tu, sancho, je suis deux ajouts ces derniers antoine simon 16 pour michèle gazier 1       une même si il semble possible ma voix n’est plus que "ah ! mon doux pays,       glouss giovanni rubino dit premier essai c’est les grands       les madame est la reine des etait-ce le souvenir       une frères et béatrice machet vient de abstraction voir figuration pour jean-marie simon et sa outre la poursuite de la mise       pav&ea quand c’est le vent qui c’est extrêmement nous viendrons nous masser  au travers de toi je vous n’avez       fourr& cinq madame aux yeux     ton polenta     hélas, réponse de michel quand vous serez tout       dans granz fut li colps, li dux en vue à la villa tamaris dans les rêves de la macles et roulis photo 7 le vieux qui       apparu  le grand brassage des la deuxième édition du la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Chartron, Philippe > Améthode

PHILIPPE CHARTRON

<- Monde rassemblé... |
Zone gardée...
© Philippe Chartron
Ecrivain(s) : Chartron
Clefs : poésie

 Zones gardées de l’intrusion du quotidien, du normatif, du nécessaire.

 
Où les signes sont hors de tout plan. L’antique loi de l’analogie y travaille, elle associe des registres étrangers, propose des transmutations sans ordre, dans ce lieu de la refonte des éléments, des espèces, des corps. Là une force qui mime le démiurge redistribue les formes dans sa confusion crépusculaire. Lieux de l’hermétique, quand les dieux n’y sont que des enfants qui mélangent tout, pâte primordiale où tout est concaténé. Grand remix, sampling appliqué, remise en jeu où l’on dépouille chaque forme de son histoire, pour l’essence qui y fut métamorphosée et qui s’y maintient au-delà de toute histoire.
 
Aussi un rêve, en persévérance mais encore bien fragile, regagne sa place jamais acquise. Rêve qui décrit l’ombre, l’envers et la mort de toute chose, qui semble tenir dans la lumière, alors qu’elle tient aussi dans l’ombre et par l’ombre.
 
Ces faits mis en réserve dans l’intimité inconnue, accumulent leurs causes, y compris celles venues après les causes premières, et retrouvent tout au long de leur silence les raisons de leur future raison.
 

Ceci se dit alors qu’il semblait que tout ait été dit.

Publication en ligne : 27 juin 2010

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette