BRIBES EN LIGNE
    tout autour le nécessaire non samuelchapitre 16, versets 1 madame, vous débusquez si tu es étudiant en issent de mer, venent as nous lirons deux extraits de tu le saiset je le vois ...et poème pour de sorte que bientôt pour maguy giraud et le geste de l’ancienne, sous l’occupation quelques autres chairs à vif paumes À la loupe, il observa rien n’est   ces sec erv vre ile intendo... intendo !       allong face aux bronzes de miodrag dernier vers aoi ce jour là, je pouvais ce qui fait tableau : ce tandis que dans la grande   3   

les À max charvolen et martin non... non... je vous assure, quando me ne so itu pe     sur la je crie la rue mue douleur la fraîcheur et la r.m.a toi le don des cris qui  “la signification recleimet deu mult noble folie de josué, al matin, quant primes pert s’égarer on que d’heures l’une des dernières marie-hélène « pouvez-vous macles et roulis photo 6       sur pour daniel farioli poussant mille fardeaux, mille pour pierre theunissen la    regardant     du faucon antoine simon 24 raphaël c’est ici, me       & nous avons affaire à de etait-ce le souvenir dans le respect du cahier des a supposer quece monde tienne saluer d’abord les plus ce va et vient entre légendes de michel       je me carles respunt :       nuage antoine simon 2 (ma gorge est une a grant dulur tendrai puis sainte marie,   marcel       une et ma foi, la route de la soie, à pied,       vu tout est possible pour qui abstraction voir figuration  monde rassemblé le 2 juillet poussées par les vagues pour helmut       entre les avenues de ce pays de prime abord, il on peut croire que martine       la nouvelles mises en un trait gris sur la les oiseaux s’ouvrent mi viene in mentemi premier essai c’est lentement, josué       &agrav à sylvie temps de bitume en fusion sur nos voix de pa(i)smeisuns en est venuz f toutes mes abu zayd me déplait. pas moisissures mousses lichens aux george(s) (s est la 5) triptyque marocain et tout avait       l̵ ils sortent branches lianes ronces c’est vrai accoucher baragouiner dernier vers aoi antoine simon 32 le scribe ne retient antoine simon 31       su  je signerai mon       soleil antoine simon 5 la fraîcheur et la la vie humble chez les chaque jour est un appel, une   saint paul trois       dans et combien et la peur, présente       baie essai de nécrologie,   entrons  née à le soleil n’est pas       je me il ne reste plus que le cliquetis obscène des ce jour-là il lui       voyage iv.- du livre d’artiste rm : nous sommes en on trouvera la video petites proses sur terre il pleut. j’ai vu la   anatomie du m et dans la caverne primordiale       mouett hans freibach : immense est le théâtre et les petites fleurs des seul dans la rue je ris la la fonction,        hier, 17 sur l’erbe verte si est les enseignants : jamais si entêtanteeurydice station 3 encore il parle très malheureux... À peine jetés dans le portrait. 1255 : sur la toile de renoir, les (josué avait temps de pierres dans la   est-ce que pour andrée bernard dejonghe... depuis       ...mai       journ& il arriva que     après fin première   la production preambule – ut pictura antoine simon 18 le coquillage contre       les et que vous dire des tout est prêt en moi pour       sur    il ki mult est las, il se dort rêves de josué, a la libération, les  au mois de mars, 1166 clers fut li jurz e li bientôt, aucune amarre bel équilibre et sa       le le ciel est clair au travers dernier vers aoi patrick joquel vient de sa langue se cabre devant le mougins. décembre       jonath         or   ces notes dernier vers aoi       reine marché ou souk ou dans les écroulements les dieux s’effacent       pav&ea       pourqu nice, le 18 novembre 2004 un besoin de couper comme de même si     &nbs       " certains soirs, quand je la pureté de la survie. nul la galerie chave qui ne pas négocier ne pour michèle       montag "ces deux là se       " antoine simon 17 f le feu est venu,ardeur des le ciel de ce pays est tout epuisement de la salle, "tu sais ce que c’est ainsi alfred… vous êtes les plus terribles mieux valait découper  il est des objets sur   adagio   je       droite a la fin il ne resta que         &n dont les secrets… à quoi       j̵   1) cette pour andré d’un côté le lent déferlement       pass&e 1) la plupart de ces comme ce mur blanc accorde ton désir à ta attelage ii est une œuvre six de l’espace urbain, ainsi va le travail de qui dernier vers aoi  “ne pas juste un mot pour annoncer paroles de chamantu me bernadette griot vient de       au la force du corps, dans ma gorge les installations souvent, pour jean marie       midi       sur le       aux autre citation et encore  dits       un "ah ! mon doux pays, un verre de vin pour tacher mult ben i fierent franceis e  les premières     les provisions dans les rêves de la les amants se morz est rollant, deus en ad       dans si grant dol ai que ne il aurait voulu être     les fleurs du j’ai relu daniel biga, attendre. mot terrible. dieu faisait silence, mais « h&eacu     m2 &nbs l’illusion d’une tout mon petit univers en tu le sais bien. luc ne comme une suite de (dans mon ventre pousse une  mise en ligne du texte les dernières iloec endreit remeint li os antoine simon 16       fourmi  zones gardées de j’aime chez pierre f les marques de la mort sur antoine simon 22       dans    nous pour michèle aueret deuxième monde imaginal,       aujour temps où le sang se toutefois je m’estimais pur ceste espee ai dulor e en 1958 ben ouvre à       la je reviens sur des et nous n’avons rien       l̵ régine robin, le proche et le lointain démodocos... Ça a bien un à cri et à grande lune pourpre dont les j’ai changé le livre grand format en trois       tourne toute trace fait sens. que neuf j’implore en vain       la 1257 cleimet sa culpe, si quelque temps plus tard, de       ( pour andré normalement, la rubrique       "       l̵ dernier vers que mort       je cette machine entre mes le 26 août 1887, depuis   le texte suivant a dernier vers aoi tout en travaillant sur les       si, il y a longtemps, les je ne sais pas si       le pas de pluie pour venir       deux vous avez granz est li calz, si se ce paysage que tu contemplais pour maxime godard 1 haute rimbaud a donc       p&eacu quel étonnant il faut laisser venir madame au commencement était       ma       é antoine simon 14       " suite de merci à marc alpozzo       qui       chaque préparation des     faisant la c’est une sorte de dernier vers aoi   se    si tout au long       &agrav décembre 2001.  dans toutes les rues       " antoine simon 7 a dix sept ans, je ne savais  l’écriture       que dernier vers aoi 1.- les rêves de madame porte à dernier vers aoi madame aux rumeurs    au balcon quatrième essai de de la (ô fleur de courge...     nous  de la trajectoire de ce ils avaient si longtemps, si cet article est paru       voyage sors de mon territoire. fais dernier vers aoi pour nicolas lavarenne ma les lettres ou les chiffres       sur       les une il faut dire les quand c’est le vent qui quand il voit s’ouvrir, i.- avaler l’art par f les rêves de l’art c’est la À max charvolen et diaphane est le dans un coin de nice, la légende fleurie est  le livre, avec       la pie       grappe vous deux, c’est joie et la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Freixe, Alain > Dialogues
<- Noir d’en bas | Dans les couleurs du froid ->
A l’étrangère
© Alain Freixe
Artiste(s) : Maccheroni Ecrivain(s) : Freixe (site)
Clefs : poésie








 

 

« L’âme est de l’étranger sur la terre »

Georg Trakl

 

« l’âme est sur la route »

Gilles Deleuze

 

 

 

 

 

(…)

il y a un cri

sur la route

coulé dans le soleil

un cri blanc

une lumière vide

où se cognent les yeux

 

 

 

 

 

ils se ferment sur

l’oubliée de la gorge

la serrent

l’enserrent

la fouettent d’air

l’aveuglent de sang

 

 

 

 

 

c’est empêchée

dans le fracas des orties

les gravats de vieilles margelles

noyée dans l’eau

de mille pluies en cavale

que brûlant ses dernières épines

bousculée par un vent noir

on la sentira

remonter et renouer

ses clefs cabrées aux silences

de sa portée déchirée

 

 

 

 

après

c’est comme une musique

qui rouvre les yeux

et lance le regard

drapé de déchirures

de mots écrasés

d’images écorchées

pour au loin

l’entendre tinter

entre l’herbe blanche

les mottes brûlées

et le coup de grâce du vent

 

 

 

 

 

ferrée de silence

la route à présent

est rendue à son asphalte

à ses mirages

un tournant attend

l’étrangère

(…)

 

 

 

P.-S.

A l’étrangère est extrait d’un poème en travail. tel quel il sera proposé à Henri Maccheroni pour une réplique plastique.

Publication en ligne : 22 janvier 2010

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette