BRIBES EN LIGNE
à cri et à c’est seulement au quel ennui, mortel pour 1257 cleimet sa culpe, si et encore  dits     surgi       embarq dieu faisait silence, mais       st exacerbé d’air mouans sartoux. traverse de il semble possible       devant pour le prochain basilic, (la « e ! malvais dernier vers aoi   j’ai travaillé comme ce mur blanc il tente de déchiffrer, un tunnel sans fin et, à janvier 2002 .traverse dont les secrets… à quoi f les marques de la mort sur nice, le 18 novembre 2004 à propos des grands       grappe j’ai donné, au mois première       parfoi  marcel migozzi vient de tromper le néant montagnesde Ç’avait été la le vieux qui       &agrav       qui       &agrav       m&eacu archipel shopping, la fontelucco, 6 juillet 2000 ce pays que je dis est antoine simon 28    seule au sa langue se cabre devant le       d&eacu la route de la soie, à pied, ma mémoire ne peut me références : xavier       jardin zacinto dove giacque il mio au programme des actions c’est parfois un pays       &n temps où les coeurs on cheval       voyage sixième viallat © le château de toujours les lettres :       fleure la mort, l’ultime port, antoine simon 10 (vois-tu, sancho, je suis       &eacut       j̵ face aux bronzes de miodrag pierre ciel       su macles et roulis photo 3 branches lianes ronces  de même que les pour daniel farioli poussant             entre dernier vers aoi « voici la cité de la musique (la numérotation des       entre avec marc, nous avons ce paysage que tu contemplais       l̵       le un verre de vin pour tacher       longte       deux       descen présentation du       " josué avait un rythme 1 au retour au moment il aurait voulu être       pourqu "si elle est madame est une torche. elle i.- avaler l’art par       vu dernier vers aoi chaque automne les envoi du bulletin de bribes la bouche pure souffrance madame, vous débusquez       sur rm : d’accord sur trois tentatives desesperees    si tout au long karles se dort cum hume toute trace fait sens. que 1) la plupart de ces cette machine entre mes  pour de       longte les textes mis en ligne deux ce travail vous est il pleut. j’ai vu la       enfant À max charvolen et passent .x. portes, écrirecomme on se       six lorsqu’on connaît une et que vous dire des “dans le dessin quand il voit s’ouvrir,       et tu       grimpa ils sortent les durand : une f qu’il vienne, le feu  tu ne renonceras pas. pour mes enfants laure et       tourne lorsque martine orsoni quelques autres  zones gardées de f tous les feux se sont la brume. nuages voudrais je vous dans les écroulements       en rien n’est la pureté de la survie. nul je meurs de soif normal 0 21 false fal pour   en grec, morías  “ce travail qui         &n autre essai d’un les routes de ce pays sont ma chair n’est station 3 encore il parle       avant f le feu s’est ce jour-là il lui ajout de fichiers sons dans able comme capable de donner grant est la plaigne e large À l’occasion de je déambule et suis       l̵ "moi, esclave" a sur la toile de renoir, les juste un mot pour annoncer in the country       bonheu       " les lettres ou les chiffres pour michèle gazier 1 autre citation       au  ce mois ci : sub percey priest lakesur les dernier vers aoi et il fallait aller debout après la lecture de jouer sur tous les tableaux       fourr& pour nicolas lavarenne ma pour mireille et philippe il arriva que pour lee macao grise     après je t’enfourche ma dernier vers aoi madame, on ne la voit jamais 1) notre-dame au mur violet dernier vers aoi la communication est       m̵ dernier vers aoi quant carles oït la       ...mai se reprendre. creuser son pour michèle tout mon petit univers en       " la rencontre d’une le "patriote",       assis pour philippe la mort d’un oiseau. premier vers aoi dernier a propos de quatre oeuvres de quand les eaux et les terres antoine simon 11 mieux valait découper pour martin nos voix  la toile couvre les langues de plomba la sauvage et fuyant comme et combien titrer "claude viallat, jusqu’à il y a on préparait on croit souvent que le but allons fouiller ce triangle on a cru à la tentation du survol, à       apparu       l̵  pour jean le  tous ces chardonnerets (ma gorge est une comme un préliminaire la les enseignants :       au pour jean gautheronle cosmos soudain un blanc fauche le "nice, nouvel éloge de la       sur à la mémoire de    au balcon 1254 : naissance de non, björg,       pav&ea nous viendrons nous masser (dans mon ventre pousse une   ces sec erv vre ile   dernier vers aoi   1) cette   marcel         or pluies et bruines, dans les carnets       sur bal kanique c’est  le "musée       glouss chaque jour est un appel, une       la le coeur du bribes en ligne a dernier vers aoi j’écoute vos       et       sous on peut croire que martine granz fut li colps, li dux en reflets et echosla salle   un a la femme au antoine simon 7 dans l’effilé de mes pensées restent pour gilbert       l̵ spectacle de josué dit dans le monde de cette j’ai donc       la livre grand format en trois       je me c’est la peur qui fait 0 false 21 18 l’appel tonitruant du f le feu est venu,ardeur des je suis occupé ces les installations souvent, le plus insupportable chez       dans pour max charvolen 1)     rien s’ouvre la       aux pour frédéric pour michèle aueret j’oublie souvent et douze (se fait terre se dimanche 18 avril 2010 nous suite de       pass&e temps de pierres pour raphaël     pourquoi quatre si la mer s’est faisant dialoguer rimbaud a donc       arauca avant dernier vers aoi pour ma   au milieu de       quinze noble folie de josué, il est le jongleur de lui pour m.b. quand je me heurte quand sur vos visages les "l’art est-il  mise en ligne du texte le lourd travail des meules printemps breton, printemps quelques textes   pour le prochain dernier vers aoi       la cinquième citationne la question du récit quando me ne so itu pe antoine simon 14       le reprise du site avec la attendre. mot terrible. premier essai c’est c’est pour moi le premier un titre : il infuse sa max charvolen, martin miguel il souffle sur les collines pour jean-louis cantin 1.- une il faut dire les le samedi 26 mars, à 15 pour jean marie frères et je n’ai pas dit que le des voix percent, racontent       é ce texte se présente le galop du poème me clers est li jurz et li six de l’espace urbain, religion de josué il m1       marcel alocco a et ma foi,       object   maille 1 :que pour jean-marie simon et sa et…  dits de fin première lentement, josué tout est possible pour qui tout est prêt en moi pour tant pis pour eux. ensevelie de silence, dernier vers aoi madame est toute nous lirons deux extraits de       bien     dans la ruela sixième       la tout le problème       le       ( depuis le 20 juillet, bribes réponse de michel c’est la distance entre a christiane   le 10 décembre il n’était qu’un c’est un peu comme si, du bibelot au babilencore une peinture de rimes. le texte l’une des dernières a la libération, les     vers le soir onze sous les cercles et  riche de mes       vaches dernier vers aoi seins isabelle boizard 2005 mon cher pétrarque,       en un  c’était ils s’étaient je me souviens de pour qui veut se faire une temps où le sang se pour jacky coville guetteurs ce qui aide à pénétrer le    regardant à propos “la la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Freixe, Alain > Dialogues
<- Noir d’en bas | Dans les couleurs du froid ->
A l’étrangère
© Alain Freixe
Artiste(s) : Maccheroni Ecrivain(s) : Freixe (site)
Clefs : poésie








 

 

« L’âme est de l’étranger sur la terre »

Georg Trakl

 

« l’âme est sur la route »

Gilles Deleuze

 

 

 

 

 

(…)

il y a un cri

sur la route

coulé dans le soleil

un cri blanc

une lumière vide

où se cognent les yeux

 

 

 

 

 

ils se ferment sur

l’oubliée de la gorge

la serrent

l’enserrent

la fouettent d’air

l’aveuglent de sang

 

 

 

 

 

c’est empêchée

dans le fracas des orties

les gravats de vieilles margelles

noyée dans l’eau

de mille pluies en cavale

que brûlant ses dernières épines

bousculée par un vent noir

on la sentira

remonter et renouer

ses clefs cabrées aux silences

de sa portée déchirée

 

 

 

 

après

c’est comme une musique

qui rouvre les yeux

et lance le regard

drapé de déchirures

de mots écrasés

d’images écorchées

pour au loin

l’entendre tinter

entre l’herbe blanche

les mottes brûlées

et le coup de grâce du vent

 

 

 

 

 

ferrée de silence

la route à présent

est rendue à son asphalte

à ses mirages

un tournant attend

l’étrangère

(…)

 

 

 

P.-S.

A l’étrangère est extrait d’un poème en travail. tel quel il sera proposé à Henri Maccheroni pour une réplique plastique.

Publication en ligne : 22 janvier 2010

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette