BRIBES EN LIGNE
dans le vacarme des couleurs, nécrologie descendre à pigalle, se en europe enfin, c’est la tout en vérifiant  je signerai mon ecrire les couleurs du monde quant carles oït la mais jamais on ne pour jacky coville guetteurs sequence présentation du projet le numéro exceptionnel de de toutes les page précédente retour à page suivante page posté sur facebook sorti de à raphaël antoine simon 17 page d’accueil de pas de pluie pour venir       que de page suivante ► je suis né       avant     une abeille de       le vent il ne sait rien qui ne va page suivante ► page sous ces étagements liquides à propos “la 1) page d’accueil de marcel alocco a antoine simon 28       droite je rêve aux gorges page suivante ► page       ç   voici donc la cent dix remarques i► cent  la toile couvre les les étourneaux !       dans le retour au pdf sui generis autre petite voix d’abord trouver un titre. « amis rollant, de le thème       sur le avant dernier vers aoi rafale n° 12 où   le texte suivant a vers la première trois (mon souffle au matin       dans le derniers textes mis en sommaire ► page suivante et toi figure page suivante ► page page suivante ► page le rideau (gallimard 2005) de les carnets éclaboussés 2 grant est la plaigne e large on peut croire que martine j’ai relu daniel biga,       é carmelo arden quin est une la pureté de la survie. nul de soie les draps, de soie   nous sommes  je ne voulais pas le flot gris roule contre et que dire de la grâce  référencem “dans le dessin sous ce titre inspiré de la « (…) et il    courant que reste-t-il de la       s’ petit matin frais. je te       fleurett sommaire ► page suivante vous dites : "un textes mis en ligne en ce mot comme à la hâte       sur le       à madame dans l’ombre des     [1] l lorsque la langue dérape, le dernier vers aoi villa arson, nice, du 17 page suivante ► page aller à la liste des auteurs constellations et diaphane est le petites proses sur terre  le livre, avec les grands bruno mendonça page d’accueil de si c’est ça, merci au printemps des  martin miguel vient ma mémoire ne peut me vers le sommaire des recueils une errance de pas facile d’ajuster le page suivante page pour maxime godard 1 haute rafale n° 3 des À propos de fata en À hélène       le    7 artistes et 1 dans les horizons de boue, de la vie est ce bruissement page suivante ► page vertige. une distance     hélas, voici l’homme aux deux page suivante ► page tout est possible pour qui voir les œufs de écrire comme on se  il y a le châssis,       dans le ce n’est pas aux choses À l’occasion de dernier vers doel i avrat, merci à la toile de  un livre écrit c’est un peu comme si,       le long chers élèves du collège noble folie de josué, une il faut dire les guetter cette chose clere est la noit e la page d’accueil de pourquoi yves klein a-t-il s’ouvre la mieux valait découper       voyage       coude ouverture de l’espace rm : tu as décidé le galop du poème me denis roche : page suivante ► page page suivante ► page tromper le néant "et bien, voilà..." dit pour angelo sommaire ► page suivante napolì napolì faisant dialoguer   encore une stèle       sur le mise en ligne art et territoire durant ce qui aide à pénétrer le préparer le ciel i à la mémoire de christian       gentil cet univers sans 1er moins quinze hiver ce poème est tiré du pour michèle aller à la liste des auteurs on cheval       la pie page suivante ► r.m. a toi page d’accueil de la difficile question des qu’est-ce qui est en       "j& le chêne de dodonne (i) page précédente le café et combien comme c’est sommaire ► page suivante page suivante gérard   À peine jetés dans le un tunnel sans fin et, à pour alain borer le 26 page suivante ► page       en un pure forme, belle muette, légendes de michel sans être grand le geste de l’ancienne, vers jean-jacques, peintre normalement, la rubrique sors de mon territoire. fais commençons donc par le     après toute trace fait sens. que les embrassées , cantilène       bonheur page suivante ► page parcourir les espaces ► dernier vers aoi   « pouvez-vous art jonction semble enfin page suivante ► page       dans le page suivante page joseph a pour sens "dieu " je suis un écorché vif. voici quelques années, a inishmore chaque plante est tous ces charlatans qui dimanche 18 avril 2010 nous       au et ces qui d’entre nous accoucher baragouiner "je me tais. pour taire. alocco peinture en textes mis en ligne en juin naviguer dans le bazar de la liberté de l’être décembre 2001. et que vous dire des antoine simon 18       pour       cette page d’accueil de 0- souviens-toi. sa cet article est paru dans le il faut aller voir viallat © le château de marché ou souk ou portrait. 1255 : l’instant criblé un texte que j’ai 5) triptyque marocain à sylvie       voyage page d’accueil de     nous avions giovanni rubino dit station 3 encore il parle sur l’erbe verte si est page d’accueil de iii sur l’eau a) au grÉ dernier vers aoi  pour le dernier jour mis en ligne durant sous l’occupation frères et gardien de phare à vie, au       deux un survol de l’annÉe     de rigoles en       parfois       l’ dieu faisait silence, mais       au eurydice toujours nue à       ...mais fin première d’abord quelques {{}} on trouvera la préparer le ciel i       ruelle rafale n° 6 just do   cinq approches ….omme virginia par la       soleil       objectif dernier vers aoi toutes ces pages de nos   né le 7 la réserve des bribes certains prétendent Éléments - pour egidio fiorin des mots rafale la poésie, à la suite du blasphème de du bibelot au babil encore bernard noël en débat patrick joquel vient de huit c’est encore à       le ► abÉcÉdaire à jean (ma gorge est une les lettres ou les chiffres agnus dei qui tollis peccata page suivante page suivante ► page dans les écroulements antoine simon 10 ce texte m’a été neuf j’implore en vain paien sunt morz, alquant haut var ► trois petits et   riche de mes (À l’église a-t-on remarqué à quel granz fut li colps, li dux en attendre. mot terrible. ecrire sur les cahiers butor sont ils sortent la fraîcheur et la  les œuvres de carissimo ulisse, torna a antoine simon 31 voir les bifaces de b.       l’ préparer le ciel i     le cygne sur pas une année sans évoquer centre georges pour michèle auer et nu(e), comme son nom vos estes proz e vostre tu le sais bien. luc ne         station 5 : comment d’ eurydice ou bien de en ceste tere ad estet ja retour vers le musicien le peintre manuel casimiro 1 les morceaux de nuit se textes mis en ligne en mars aller à la bribe suivante il souffle sur les collines grande digue est dispersée a quelques exceptions près il n’est pire enfer que i) dieu doit-il présenter       deux lors de la fête du livre   dits de page suivante ► page là-bas, dans le pays des nous serons toujours ces je suis bien dans  l’exposition  un homme dans la rue se prend l’eau froide de l’anse     tout autour dernier vers que mort   que signifie cent dix remarques i► cent des quatre archanges que retour au texte rare moment de bonheur,       dans la "ces deux là se cliquer sur l’icône le voici devant la toile Ç’avait été la dernier vers aoi marie-hélène envoi du bulletin de bribes pour hélène dubois 1) la musique est le parfum de       au dernier vers aoi       entre  les éditions de commençons donc par la fonction, quelques photos pour jean-louis cantin 1.- page précédente ► page si vous entendez le lac merci à marc alpozzo dans l’innocence des sept (forces cachées qui page d’accueil de       dans le aller à la liste des auteurs   entrons maintenant il y a longtemps, la deuxième édition du attention beau  dernier salut au raphaël monticelli 30 juin la parol

Retour à l'accueil

Aller à la Bribe suivante

Retour à la Bribe précédente

Et il parlait ainsi dans la grande salle
Troisième apparition de la figure du grand père, autres éléments d’autobiographie
Je suis incapable de commencer à parler (pensait Josué) sans que s’impose à ma mémoire ce vieil homme à qui je dois le goût des histoires. C’est lui qui m’a servi d’intermédiaire avec des millénaires de récits.
Je me souviens qu’il remuait des quantités de balivernes, qu’il se lançait dans d’énormes histoires à dormir debout qui ont duré le long des jours, des semaines, des années ; rien ne lui était étranger, des pairs de France à la conquête de l’Ethiopie, des Sarrasins de la légende aussi cornus qu’ils devaient le paraître à l’imagination populaire de l’an mil, au général Cadorna et à la moustache (i baffi !) du Négus ; c’était une seule histoire, dite comme d’un seul souffle, dans un seul discours qui embrassait tout son savoir et toutes ses illusions. Il m’a ainsi tenu en haleine des années durant au récit de ses aventures. Je me souviens surtout de quelques récits plus forts que les autres, parce que leur évocation était devenue incantatoire. C’était le cas, notamment, de ces voyages en Enfer qui s’ouvraient immanquablement par la phrase que Dante voit inscrite au linteau de la porte qui donne sur la Cité de Dite. Ainsi, au début de chacun de ces récits, il m’engageait, solennellement à quitter tout espoir. Evidemment, j’ai longtemps cru qu’il avait accompagné le poète dans son voyage.
L’autre personnage était Orlando. Il avait surtout retenu de l’Arioste qu’Orlando, étant furieux, devait être ivrogne. J’ai gardé ainsi le souvenir de quelques unes de se grandioses beuveries où le héros finissait par perdre la raison. Le héros, mais pas mon grand père -tête trop dure pour se laisser glisser dans la folie. Il semblait avoir connu tous les papes du plus incrédule au plus saint et le récit le présentait lui-même comme le bouffon d’une légion de Borgias ; à travers de complexes métempsycoses il se retrouvait parfois dans la peau d’un chien : il ponctuait alors sa narration par la phrase rituelle : "Moi, qui en ce temps là étais chien, j’étais couché sous la table et j’ai tout entendu." Comment dire ? Pouvais-je comprendre qu’au grand banquet de la parole, mon grand père, en somme, n’était pas convié, mais qu’avec la fidélité de la bête, il pouvait rendre compte de chaque mot, de chaque geste, de chacune des histoires ? J’ai retrouvé un jour dans une nouvelle de science fiction ce même type de personnage, dérisoirement indestructible : le caporal Cucchoo. Les innombrables rides de son cou étaient à mes yeux autant de cicatrices laissées par ses décapitations. Son auriculaire droit avait été broyé par une bétonnière : il gisait près du loup ou du boa au fond de la gueule desquels il avait plongé la main et qu’il avait retournés.

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP