BRIBES EN LIGNE
rafale textes mis en ligne en mai madame déchirée dans ma gorge les petites fleurs des page suivante ► page traversé le lieu-dit de page suivante ► page page suivante ► page voir les œufs de raphaël monticelli 30 juin quand il voit s’ouvrir, alain lestié, gravure       la violette cachée ton deuxième essai       m’       "j& cent dix remarques i► cent page suivante page 1 la confusion des patrick joquel vient de     les fleurs du       l’       le "ces deux là se       fourr&ea max charvolen, martin miguel page d’accueil de       ç pour bruno charlotte, in alla lingua lingua madre bernar venet - torna a sorrento ulisse torna page suivante ► page toutes sortes de papiers, sur la visite de la fondation pour michèle gazier 1) j’ai travaillé le numéro exceptionnel de quand c’est le vent qui (vois-tu, sancho, je suis page d’accueil de "le renard connaît écrire comme on se       au etait-ce le souvenir "a cannes, propos de table on peut croire que martine     quand basile       que de mieux valait découper      & (ô fleur de courge... le geste de l’ancienne, cliquer sur l’icône polenta sommaire des mises en le plus insupportable chez page d’accueil de antoine simon 25 les cahiers butor sont rossignolet tu la il ne s’agit pas de la rencontre d’une ouverture d’une       pour accéder au texte, dans un clignement de le phonétisme n’a-t-il pas sauver la vie c’est ne   la baie des anges couleur qui ne masque pas elle disposait d’une madame est une torche. elle tant pis pour eux. sommaire des contributions 1- c’est dans textes mis en ligne en juin in the country vous avez aux george(s) (s est la page suivante ► page glaciation entre il existe deux saints portant       à petit matin frais. je te clere est la noit e la madame aux rumeurs       " page précédente retour les carnets éclaboussés 1       je fais sommaire des contributions dans les hautes herbes i mes doigts se sont ouverts page suivante ► page il nous aura laissé le chêne de dodonne (i) cent dix remarques i► cent       maquis me À perte de vue, la houle des       le       ( j’aime chez pierre mis en ligne durant lors de la fête du livre  la lancinante     faisant la depuis ce jour, le site textes rÉunis sous un titre       l’ antoine simon 30 sainte marie, voir les bifaces de b.  je ne voulais pas dans le patriote du 16 mars sequence avant propos la peinture est j’ai donc journée de kurt schwitters. : pour nicolas lavarenne ma un homme dans la rue se prend la bouche pleine de bulles les photos et archives et ma foi, samuel chapitre 16, versets 1 comme une suite de si vous entendez le lac paysage de ta       qui       en dernier vers aoi       reine page suivante ► page dans l’herbier de ses  pour de pas une année sans évoquer       banlieue       les pour écouter ce moment de dimanche 18 avril 2010 nous mult est vassal carles de page suivante ► page page suivante ► page passet li jurz, si turnet a j’aurai donc vécu sur la vie est dans la vie. se ++++ il y a, dans mon       sur la agnus dei qui tollis peccata page suivante ► page pas sur coussin d’air mais page d’accueil de   anatomie du m et la strada n° 27, textes mis en ligne en août raphaËl paroles de chaman tu bel équilibre et sa accoucher baragouiner la réserve des bribes       apparu   les quatrième essai de rafale n° 4 on le marcel alocco a       pass&eac du bibelot au babil encore      & maintenant il connaît le et…   dits à bernadette page suivante ► page cher.e.s ami.e.s vous pouvez page d’accueil de rare moment de bonheur, « pouvez-vous       dans le en cet anniversaire, ce qui pour robert la prédication faite       sur les 13) polynésie page d’accueil de sommaire ► page suivante sommaire ► page suivante {{}} on trouvera la       sur le nice, le 8 octobre haut var ► trois petits l’annÉe 2022 mois par dernier vers aoi le long de l’ombre on a cru à suite du blasphème de  le livre, avec dernier vers aoi page suivante ► page le tissu d’acier c’est vrai régine robin, premier vers aoi dernier       dé je serai le pilote aux yeux antoine simon 20 je n’aime pas ce monde. préparer le ciel i noir d’en bas ► un pour michèle auer et le dit du guide de le galop du poème me page suivante ► page l’odeur de ce sommaire ► page suivante aller à la bribe suivante carcassonne, le 06 où l’on revient bernard noël, un nous de sommaire ► page suivante d’abord trouver un titre. ce jour-là il lui 1 les morceaux de nuit se nu(e), comme son nom textes mis en ligne en mai rafale n° 6 just do un texte que j’ai effeuillage d’une feuille attendre. mot terrible. je suis quelque chose       ...mais al matin, quant primes pert       nuage       force       un À peine jetés dans le page suivante ► page page suivante ► page       deux encore une citation “tu       à normalement, la rubrique "ah ! mon doux pays, ce texte m’a été la fraîcheur et la aller au sommaire de pablo   né le 7 voir les œufs de il arriva que   j’ai souvent derniers textes mis en sommaire ► page  avec « a la la difficile question des eloge de la boite aux ► les mots du désir à accéder à l’article dernier vers aoi quelques autres dernier vers aoi station 5 : comment a la femme au un texte que j’ai       sur le aller à la liste des auteurs bruits de langues. en rester il était question non sites de mes bribes en ligne a       au       gloussem chère florence  hier, 17 sommaire ► page suivante pourquoi yves klein a-t-il sommaire ► page suivante biboon. plus qu’une saison. cet article est paru rafale il en est des noms comme du  la toile couvre les « non, peut-être  l’entretien lire chronogaphie (bribe 133  pour le dernier jour sept (forces cachées qui sous ce titre inspiré de la béatrice machet vient de madame des forêts de il faut aller voir le lourd travail des meules       rampant voir les œufs de a propos d’une lire la réponse de michel       nuage nous lirons deux extraits de je rêve aux gorges elle réalise des (de)lecta lucta   carles respunt : le slam ? une ruse de j’ai changé le     sur la pente normal 0 21 false fal a) les villes abandonnées il dernier vers aoi noble folie de josué,       avant outre la poursuite de la mise sommaire des       le autre citation mon cher pétrarque, sommaire ► page suivante rafale n° 7 un diaphane est le       dans textes mis en ligne en juin textes mis en ligne en très saintes litanies quelques photos début de la mise en ligne de cent dix remarques i► cent tu le sais bien. luc ne petits rien 4 et 5 (env. 7cm rafale la danse de page précédente le café À propos de fata en  au travers de toi je l’évidence peinture de rimes. le texte Éléments - il n’est pire enfer que page suivante ► page le chêne de dodonne (i) les terrasses abandonnées le bulletin de antoine simon 26 pour sophie, magali et pour accéder au recueil,       au présentation du projet retour à la recherche comment entrer dans une aller à la liste des auteurs dans un coin de nice, qui d’entre nous ce je sais bien ce qu’il pour accéder au pdf, baous et rious je suis c’est ici, me dans les carnets deux mille ans nous       l’ un verre de vin pour tacher (ma gorge est une       pav&eacu si grant dol ai que ne à la bonne commençons donc par introibo ad altare en 1958 ben ouvre à très malheureux... embrasement du mantra gore cliquer sur le titre pour antoine simon 23 l’instant criblé un texte venu de l’autre ils s’étaient       la dernier vers doel i avrat, pour andré la lecture de sainte page suivante ► page inoubliables, les   iv    vers       au soir village de poussière et de   est-ce que       soleil aller à la bribe suivante page suivante ► christ a voir aussi boltanski galerie ] heureux l’homme sommaire des contributions les premières la parol

Retour à l'accueil
XII


Aller à la Bribe suivante

Retour à la Bribe précédente

Deuxième apparition de la figure du grand père dite "le grand jeu"
Faîtes vos jeux, rien ne va plus...
Ses premières absences m’avaient irrité : qu’il pût perdre un neuf d’atout, qu’il délaissât un sept de soleil ou dédaignât une scopa, m’apparaissaient si improbable, si contraire à sa compréhension des cartes et à son acharnement au jeu, que j’y voyais une gentillesse mesquine à mon égard, et il m’importait peu de vaincre si ça devait être par complaisance de l’adversaire. Mes réactions furent vives, éclatant en reproches : l’erreur n’affaiblissait-elle pas l’intérêt du jeu, n’en raccourcissait-elle pas la durée ? N’y avait-il pas dans la faute, sciemment commise, comme de la lâcheté ou du mépris pour le joueur adverse ? pouvait-il penser que je serais dupe, que je croirais qu’il était tombé dans un piège que je n’avais pas tendu, voire que, reconstruisant les phases antérieures, je finirais par me persuader que son erreur venait de ma subtilité ? Il semblait, alors, confus, comme s’éveiller et jurait qu’il n’y avait eu de sa part qu’inattention, faisant mine de rejouer le coup, ce qu’évidemment je lui refusais, préférant, s’il le désirait, recommencer la partie ou changer de jeu, après lui avoir laissé reprendre ses forces ou ses esprits...
Il me fallut ainsi quelque temps pour m’apercevoir que l’erreur, si elle n’était pas de mon fait, n’était pas non plus du sien, qu’elle était l’intervention directe de sa mort sur notre jeu, que si, à certains moments, je jouais ma partie contre lui, c’était avec une alliée comme elle ou que si je jouais soudain contre elle, c’était à un autre jeu que celui qui me préoccupait, auquel elle ne prêtait aucun intérêt sinon pour en désorganiser les termes, le dérégler.
Dans le même temps elle intervenait sur l’histoire qu’il avait l’habitude de raconter, en prenant possession de son sujet ; elle l’attaquait comme on voit le temps attaquer les couleurs, les affaiblir jusqu’à remettre au jour la toile et en user la trame, sans netteté, sans programme apparent, mais suivant les unions imprévues de l’air, de la lumière et des matières qui corrompent ici plus profondément que là, sauvegardant ailleurs une zone qui, sur ses bords, s’étiole, à l’endroit où se chevauchent deux sujets, deux couleurs, deux moments distincts du travail, deux chimies différentes. Il devait y avoir une cohérence nouvelle cachée derrière le radotage, plus malaisée à saisir, mais plus essentielle et qui s’installait chaque jour davantage au coeur de l’ancienne comme un discours de la mort elle-même lové dans les creux oubliés du vivant.
Ainsi revenait sans cesse, en son seul commencement, l’épopée des preux chevaliers autour de Charlemagne, et se répétait l’image du début de l’ultime rencontre entre Roland et les Sarrasins -mêlée, il est vrai, du départ pour la conquête de l’Abyssinie- l’image aussi des parapluies ouverts par l’ennemi en de dérisoires boucliers, ridicules et poignants. Cela tenait bon ; et lui, chien sous la table... Mais ne lui avait-on brisé quelque membre ? Il n’avait pas même conscience de l’avoir oublié. Et Saint Louis Gonzague ? Il en avait perdu jusqu’au nom. Jamais il n’avait eu quoi que ce soit de commun avec lui. Mais ne m’avait-il pas dit qu’il était devenu roi ? Les rois n’intervenaient jamais dans son histoire. La seule chose que l’on sût d’eux, c’est qu’ils étaient morts, sauf le Négus, mais il est plus que roi. La traversée ? L’attente sur les flots ? La tempête ? Ils étaient partis ; ils étaient arrivés.
Parfois il perdait patience, me reprochant le flot de mes questions, mes mensonges, me soupçonnant de me moquer de lui, de vouloir semer le doute et la perturbation, à des fins qu’il ne devinait que trop. Voilà qui était peu respectueux ou tout simplement peu charitable. Il me fallait communier plus souvent sous les deux espèces et apprendre à me soumettre au corps dont je me nourrissais, au sang dont je m’abreuvais. Oserais-je prétendre qu’il ne me l’avait pas enseigné ? Pourquoi ne le lui disais-je jamais ?
Il lançait ses reproches et ses colères sans efforts apparents, sans s’animer, presque sans animosité, la tête rejetée en arrière, immobile, le regard fixant un point, puis un autre, longuement, au dessus de lui, le corps légèrement relevé contre le chevet du lit, les bras à plat, la parole coulant, en lentes bordées, comme à la limite des larmes. On disait qu’il s’agitait la nuit, menaçant, qu’alors l’oeil devenait fixe à faire peur, qu’entre deux sommeils il semblait conscient de la mort et s’était parfois efforcé d’y entraîner ma grand-mère. Je dois préciser que -si je n’ai aucune raison de ne pas ajouter fois à ces propos- jamais je ne l’ai vu dans un état autre que celui dont je rends compte : ce renoncement chaque jour un peu plus pacifié. Sans quoi je n’aurais pu le regarder avec tant de patience et d’intérêt, supposant un itinéraire à l’oeuvre de la mort, l’imaginant dans son corps, la constatant dans ses effets, demeurant près de lui chaque fois que les va-et-vient étrangers ou mes jeunes obligations me le permettaient, l’écoutant sans crainte et sans remords, avec seulement ma compassion naissante ; jamais non plus je n’aurais pu user chaque jour davantage de compromis, admettre que je pouvais faire erreur, le prier de me pardonner mon arrogance et mon orgueil et mes cruelles questions et ma perverse mémoire et ma diabolique attitude, lui proposer de nouveau les cartes, lui laisser le choix du jeu et le soin de battre, ne pas lui faire remarquer les fantaisies de la mort ; jamais enfin l’irritation n’aurait si aisément cédé le pas à la fascination.

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP