BRIBES EN LIGNE
page suivante ► page       gentil   pour théa et ses   dits de rafale baous et rious je suis Être appelé par son nom il y a des titres qui       voyage page suivante gérard le bulletin de le plus insupportable chez  le grand brassage des antoine simon 33 descendre à pigalle, se mathieu bénézet : mon sommaire des contributions aller à la liste des auteurs       au la fraîcheur et la pour le prochain basilic, (la souvent je ne sais rien de     vers le soir equitable un besoin sonnerait se reprendre. creuser son stèle des voiles de longs cheveux saisies de frontières tout le grand combat : ++++   sur le papier en ceste tere ad estet ja page d’accueil de sous la pression des pour accéder au texte, vers les voix de l’ange       nuage vers la première reste de cet été dans cet j’ai donc « amis rollant, de       au fond       la seul dans la rue je ris la   *   libre chants à tu mon recueil dans les carnets al matin, quant primes pert  il est des objets sur l’envers de page suivante page sommaire ► page suivante page suivante ► page les carnets éclaboussés 2 beaucoup de merveilles le chêne de dodonne (i) dernier vers aoi aller à la liste des auteurs page suivante ► page on n’écrit qu’un 30 décembre 1963. revue (de)lecta lucta   sables mes paroles vous boomerang b ► livre grand (elle entretenait c’est — pense-t-on - aux barrières des octrois textes mis en ligne en mai il existe deux saints portant pour qui veut se faire une aller à la bribe suivante tu le sais et je le vois montagnes de « pouvez-vous a la femme au       vu les l’eau froide de l’anse ] heureux l’homme 1 la confusion des sommaire ► page suivante page suivante ► page et encore   dits il faut laisser venir madame     après page suivante ► page rafale n° 5 un page suivante ► page li quens oger cuardise 19 mars 2022, savigny sur   encore une       je me aller à la bribe suivante préparation des corps tu le sais bien. luc ne page d’accueil de deux ce travail vous est       pass&eac       & jamais si entêtanteeurydice comme ce mur blanc 1 les morceaux de nuit se       au pénétrer dans ce jour, le 23 février 1988, il j’ai longtemps page d’accueil de deuxième essai tant pis pour eux. il existe au moins deux dernier vers aoi   à raphaël alocco, au château de in the country (ô fleur de courge... vers la deuxième page suivante ► page page d’accueil de antoine simon 14 aller vers le musicien nègre glaciation entre cent dix remarques i► cent  dans toutes les rues marie antoinette dans le train premier (À l’église tous feux éteints. des ► les mots du désir à à page suivante ► page page d’accueil de la terre a souvent tremblé toulon, samedi 9 je crie la rue mue douleur percey priest lake sur les       "je       su lou accorde ton désir à ta carles li reis en ad prise sa comme un prÉliminaire la page suivante page textes mis en ligne en       allong&e pas facile d’ajuster le       dans le chercher une sorte de   je ne comprends plus page précédente longue dorothée vint au monde éphémère du 2 le samedi 26 mars, à 15       apr&egra le vieux qui       ( noir d’en bas ► un effleurer le ciel du bout des dernier vers s’il quand on arrive de new-york arbre épanoui au ciel samuel chapitre 16, versets 1  hors du corps pas je lui ajoute trois petits       st granz fut li colps, li dux en un soir à paris au nous serons toujours ces à propos des grands dernier vers aoi j’ai relu daniel biga, sur l’erbe verte si est   saint paul trois paien sunt morz, alquant paru en ce mois de juin 2021,     m2   textes mis en ligne en mai  tous ces chardonnerets raphaËl * il te reste à passer quando me ne so itu pe bel équilibre et sa able comme capable de donner naviguer dans le bazar de epuisement de la salle, nous savons tous, ici, que genre des mots mauvais genre alain lestié, gravure page suivante ► page imagine que, dans la villa arson, nice, du 17    regardant antoine simon 31 a inishmore chaque plante est pour accéder au recueil, sommaire ► page suivante ouverture de l’espace page suivante ► page les mots te viennent que tu       soleil le poiseau de parisi mon le rideau (gallimard 2005) de la vie est dans la vie. se       quand antoine simon 30 cet article est paru pour écouter ce moment de mouans sartoux. traverse de le temps passe dans la je suis bien dans  née à pour michèle il n’y a pas de plus recleimet deu mult denis roche : page d’accueil de aller au sommaire de pablo “dans le dessin page suivante ► page très saintes litanies   entrons maintenant   en grec, morías rafale n° 7 un       &nbs       maquis page suivante ► page antoine simon 5 dernier vers aoi sommaire ► page suivante  je ne voulais pas page suivante ► page marcel alocco a ils sortent textes mis en ligne en juin fragilité humaine. c’était une très jeune d’abord trouver un titre. textes rÉunis sous un titre 0- souviens-toi. sa c’est ici, me cher.e.s ami.e.s vous pouvez les textes mis en ligne       le je rêve aux gorges giovanni rubino dit bruits de langues. en rester troisième essai apaches : la rencontre d’une  la toile couvre les       bâ  je signerai mon embrasement du mantra gore halt sunt li pui e mult halt posté sur facebook sorti de j’arrivais dans les page suivante ► page autre essai d’un sur la toile de renoir, les un verre de vin pour tacher l’ami michel       entre       le le film sur annie sidro et le grande digue est dispersée       pass&eac       "     son est-ce parce que, petit, on toutes ces pages de nos "tu sais ce que c’est branches lianes ronces page précédente retour     un mois sans la fonction, 1. il se trouve que je suis sommaire ► page suivante si c’est ça, la deuxième édition du page d’accueil de quelques textes le soleil n’est pas  les premières       le fin première charogne sur le seuil ce qui toute trace fait sens. que le lent déferlement page suivante page pour écouter la lecture, effeuillage d’une feuille par max et andré on a cru à dernier vers aoi         pour m.b. quand je me heurte la mort, l’ultime port, printemps breton, printemps antoine simon 26 chère florence cent dix remarques i► cent lancinant ô lancinant le 26 août 1887, depuis       bonheur il ne s’agit pas de attendre. mot terrible. le chêne de dodonne (i) antoine simon 9 la tentation du survol, à       ( textes mis en ligne en rossignolet tu la retour au texte ce textes mis en ligne en vers le sommaire des recueils torna a sorrento ulisse torna page d’accueil de antoine simon 24 pour lee page suivante ► page page suivante page <img852|left> forest  référencem les embrassées , cantilène "école de tes chaussures au bas de alain lestiÉ un art de la rêve, cauchemar, dernier vers aoi si tu es étudiant en je t’enfourche ma les parents, l’ultime à yvon « oui, la gaucherie à vivre, sommaire des       deux à propos “la     tout autour présentation du projet et vers le sommaire des recueils c’est la chair pourtant de prime abord, il ….omme virginia par la pour martin sommaire ► page suivante bernard noël, un nous de       pav&eacu ses mains aussi étaient antoine simon 21 de tantes herbes el pre dernier vers aoi  les œuvres de le 15 mai, à       é       la « 8° de       baie légendes de michel 199* passé galerie "sine 1- c’est dans et si tu dois apprendre à page suivante ► je suis né suite du blasphème de i) dieu doit-il présenter sans être grand   maille 1 : que immense est le théâtre et les cahiers butor sont ► abÉcÉdaire à jean       embarq  pour le dernier jour textes mis en ligne en       reine   À léon-gontran mieux valait découper retour vers le musicien  avec « a la madame chrysalide fileuse difficile alliage de 3 

les lieux aussi sont antoine simon 19 des voix percent, racontent dernier vers aoi quelques autres voir les bifaces de b. tromper le néant     pluie du tout le problème madame porte à <script     quand les mots quand il voit s’ouvrir,       fourmi&n       alla       tourneso oiseau tranquille au vol la parol

Retour à l'accueil

RAPHAËL MONTICELLI

Arlecchino sfamarsi non può
Publication en ligne : 29 janvier 2023

Ce texte, dédié à Marcel Alocco, date de 1977. Il a été publié en 1988 aux éditions Voix Richard Meier dans Lisières Arlequin, où il fait suite à un texte de Michel Butor.


Oui la représentation

l’autre disait balzar sul palcoscenico

des représentations

Ce soir on n’improvise que

la déchirure

(Mais à vrai dire le canevas tient bon)

Et face à ça

Est-ce toi Marguerite ou encore

Beatrice criait l’autre bondissant aussi bien en entrant qu’en sortant

bal

balzando

sur le devant de la scène sautant en toile de fond

s’agite la toile retournée

( Mais il y avait, en plus des loges et de l’orchestre,

quelques places en coulisses où de nombreux

privilégiés, dos au décor, voyait l’envers de l’action)

Alors l’image

Si la faim viens viens si viens ma faim si Arlequin si

Arlecchino sfamarsi non può

tra fame e fama

la représentation, le brouillage… cousu de fil blanc

C’est retourner la toile sans en renverser une seule goutte

(Ne disait-on pas que les muses sont filles de mémoire

N’oublie-t-on pas jusqu’à leurs noms)

Alors la toile

tendue de souffle

Débordant d’images

Pliée aux inscriptions, soumise aux traces parée

Pour la déchirure

Toile

(Nous sommes pas tels mais crânes perforés où

le monde s’engouffre

c’est la fame di Arlecchino o

Beatrice o amore o pane o morte o fame)

Et de nombreux privilégiés, dos à l’action, regardent

l’envers du décor

Est-il plus curieuse invention que cette peau d’artifice

que ce simulacre de mur

né de la réduction des vides dans l’entrelacs des fils

Capillaire

Poreuse

nouable froissable pliable voile tente où le

monde s’engouffre étendard tambour drap où le monde

s’engouffre fame amore morte

Et l’autre sur le devant de la scène – devant un

Monde d’artifice criait Beatrice balzando o che fame

o che fame

Est-il seulement besoin d’une incision ?

Quatre doigts posés sur le côté face à toi le

Pouce au verso tu tiens tu tends tu tires

Chant des fils rompus dans l’écartèlement de la toile

Bruissement d’images enfuies

Chant dont la hauteur se règle sur l’écartement des bras

Pauses au terme de l’extension

Ponctuation comme un souffle en suspens

Ci gît la déchirure limite effacée de l’espace odeur

de poussière dans le crissement du tissu

Longue patience jusqu’à ces derniers gestes où la

prise ne peut plus se faire à pleines mains mais du

médium de l’index et du pouce

Alors la toile crâne ou gouffre écartelé

Pauvre tissu du pauvre

Qui des morceaux épars fait toile

(Et ma peau retenue

que des boursouflures pâles coutures)

j’ai mis au monde en désordre sur mon corps

strimbello et salticchio

Oui les représentations

Elles vont balzando sul palcoscenico de la

Représentation

Carrefours imprévus cousus sur l’épiderme de la terre

Echangeurs pour de soudaines sautes de temps

Alors la couleur

 

(…)

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP