BRIBES EN LIGNE
      cerisier station 7 : as-tu vu judas se page suivante ► page       sur les       entre page d’accueil de je déambule et suis je ne sais pas si archipel shopping, la passet li jurz, la noit est pour frédéric la visite de la fondation       la a l’aube des apaches, pour andré villers 1) madame est une torche. elle quel étonnant textes mis en ligne en       montagne       chaque “dans le dessin le 23 février 1988, il le texte qui suit est, bien nouvelles mises en paroles de chaman tu textes mis en ligne en mise en ligne textes mis en ligne en       la bernard noël, droits     les fleurs du quelque chose entr’els nen at ne pui creuser de la langue, outil (elle entretenait j’arrivais dans les tu le sais et je le vois pour daniel farioli poussant   se l’annÉe 2021 mois par page d’accueil de       o page d’accueil de bernar venet - ainsi fut pétrarque dans pénétrer dans ce jour, dans un coin de nice, page d’accueil de textes mis en ligne en août ouverture d’une les carnets éclaboussés 2 le long de l’ombre kurt schwitters. : quand les mots mis en ligne durant       enfant « h&eacut a la femme au page suivante ► page retour au texte dessiner les choses banales         textes mis en ligne en mars que nos princes et empereurs aller à la liste des auteurs quel ennui, mortel pour  si, du nouveau cent dix remarques i► cent très saintes litanies  zones gardées de page suivante ► page textes mis en ligne en mes pensées restent À peine jetés dans le     extraire  la toile couvre les cent dix remarques i► cent       fleurett retour au pdf sui generis la chaise, le châssis, le       fleur       est-ce       pour       au soir préparer le ciel i       les       ...mais textes mis en ligne en samuel chapitre 16, versets 1 par max et andré nous savons tous, ici, que       la toulon, samedi 9 les céramiques et leurs alocco peinture en laudatu sii, mi signore,     double de l’autre dans ma gorge textes mis en ligne en juin les embrassées , cantilène c’est à caminito que derniers textes mis en  tu vois im font chier page d’accueil de  hier, 17   un vendredi       le Éditeur : la diane portrait. 1255 : c’est — pense-t-on - rimbaud a donc carles respunt : il arriva que ce qu’un paysage peut       au sa langue se cabre devant le et te voici humanité toute une faune timide veille leonardo rosa ici, les choses les plus ainsi alfred… page suivante ► page lire chronogaphie (bribe 133 in the country bribes en ligne a   jn 2,1-12 : et voici maintenant quelques un nouvel espace est ouvert       le page d’accueil de page suivante ► page a) les villes abandonnées il       dans la aller à l’échange sur errer est notre lot, madame,       en     sur la pente 1- c’est dans un titre : il infuse sa stèle de la il y a des titres qui prenez vos casseroles et elle réalise des polenta retour à la recherche rossignolet tu la de pa(i)smeisuns en est venuz depuis ce jour, le site des quatre archanges que  la lancinante a) le chemin de fer 1) la    en       dans le       l’ rafale n° 4 on le chaises, tables, verres, antoine simon 12 la littérature de       neige à propos “la       les bruno mendonça avait son rafale       tourneso paysage de ta pour helmut (ô fleur de courge... paru en ce mois de juin 2021, dernier vers aoi pour jean-louis cantin 1.-       bâ préparer le ciel i les installations souvent, la prédication faite je t’ai admiré, madame dans l’ombre des       l’ dans l’innocence des denis roche : bernard dejonghe... depuis page précédente retour   *   libre dans le patriote du 16 mars heureuse ruine, pensait sous ces étagements liquides À propos de fata en de profondes glaouis le chêne de dodonne (i) pour michèle auer et gérard sables mes paroles vous charogne sur le seuil ce qui sommaire ► page suivante       s’     m2   page suivante ► page Éphémère du 22 juillet à la poésie, à la       sur       le long       apr&egra    tu sais oiseau tranquille au vol       fourmi&n l’ami michel   pour théa et ses effeuillage d’une feuille le lourd travail des meules textes mis en ligne en     surgi l’homme est vers les voix de l’ange j’ai ajouté la bouche pleine de bulles sous la pression des textes mis en ligne en avril textes mis en ligne en avril 1- ai-je reçu une le franchissement des il pleut. j’ai vu la « l’essentiel est toujours les lettres :       à   pour le prochain page suivante ► page parcourir les espaces ► les mots te viennent que tu présentation du outre la poursuite de la mise c’est un peu comme si, un texte venu de l’autre peinture de rimes. le texte au programme des actions aller à la bribe suivante dieu faisait silence, mais le soleil n’est pas sainte marie,       deux  les œuvres de aller vers le musicien nègre pour lee dernier vers aoi       quand la chaude caresse de sculpter l’air :  de la trajectoire de ce eurydice toujours nue à villa arson, nice, du 17 sommaire ► page de prime abord, il hans freibach : marcel alocco a       nuage       en deux  l’exposition  l’éclair me dure, i mes doigts se sont ouverts page suivante ► page et tout avait       droite à la mémoire de christian dans le monde de cette allons fouiller ce triangle je n’ai pas dit que le       voyage       à torna a sorrento ulisse torna madame a des odeurs sauvages quatre si la mer s’est si vous entendez le lac les cahiers butor sont       pourquoi       la accéder au texte en cliquant iloec endreit remeint li os quand on arrive de new-york 19 mars 2022, savigny sur d’abord trouver un titre.       un page d’accueil de sommaire ► page suivante cliquer pour rejoindre la (ma gorge est une naviguer dans le bazar de les lettres ou les chiffres fin première  je ne voulais pas       neige j’ai changé le ils sortent traversé le lieu-dit de     hélas, au centre des quartiers de sors de mon territoire. fais       bonheu       le pour accéder au recueil, art et territoire durant soudain un blanc fauche le       j’ carcassonne, le 06   (à   À léon-gontran vous êtes ■ cézanne en peinture grande lune pourpre dont les art jonction semble enfin c’est ici, me  il y a le châssis, ecrire les couleurs du monde l’évidence le phonétisme n’a-t-il pas       sur la   la production rafale n° 5 un       dans le       une       il feuilleton d’un travail sommaire ► page suivante encore une citation “tu       fourr&ea able comme capable de donner l’instant, celui qui ne ce poème est tiré du pour le prochain basilic, (la il y a des mots, mais comme cinq madame aux yeux vers ponctuations   j’ai souvent trois (mon souffle au matin page suivante ► page et toi figure le chêne de dodonne (i) les plus terribles dont les secrets… à quoi aller à la liste des auteurs     nous avions jamais si entêtanteeurydice le "patriote",       une pour sophie, magali et « non, peut-être des voix percent, racontent page suivante aller à la bribe suivante         or autre citation normalement, la rubrique du maurithuis par       sur le page suivante page karles se dort cum hume lorsque martine orsoni page d’accueil de [voir le texte de cummings voir les questions de r. le samedi 26 mars, à 15 i) dieu doit-il présenter sous ce titre inspiré de la si grant dol ai que ne suite du blasphème de a la fin   il ne resta voir document expo boltanski genre des mots mauvais genre al matin, quant primes pert cet article est paru dans le derniers textes mis en agnus dei qui tollis peccata il était question non cent dix remarques i► cent ils avaient si longtemps, si quelques autres page suivante ► macles et pour alain borer le 26 en europe enfin, c’est la régine robin,       la je suis et ma foi, ce qui fascine chez dernier vers doel i avrat, toute trace fait sens. que voir les œufs de les étourneaux ! aller au sommaire de pablo station 5 : comment "mais qui lit encore le la mort d’un oiseau.       un on peut croire que martine voir les œufs de  pour le dernier jour page suivante page je serai le pilote aux yeux la parol

Retour à l'accueil

Voici un texte de 2004. Préface d’une exposition collective organisée par l’association niçoise stArt, il comporte deux parties. La première, Avant-œuvre, donne les circonstances de sa rédaction. La seconde Musica Maestro ! appartient au genre littéraire du centon.


vers Musica Maestro !

Comment ne pas être fasciné par la question de ce qui s’est passé « avant » ? C’est peut-être là que se forge tout à la fois la conscience historique et la conscience critique : qu’est-ce qui m’a précédé ? Qu’est-ce qui nous a précédés ? Qu’est-ce qui a précédé l’état actuel que je vois de cette situation, de cet objet ? Et la question est d’autant plus fascinante qu’en semble perdue la mémoire. Ou la conscience.
Bien entendu, la question de ce qui viendra « après » ne manque pas non plus d’intérêt...Elle est peut-être plus troublante, à coup sûr moins saisissable, et, finalement, moins immédiatement utile, sauf à être saisie par le « projet » de comprendre/transformer le « maintenant »

Face aux oeuvres de l’art, la question de ce qui s’est passé « avant » revêt pour le spectateur toutes sortes d’aspects : l’avant concerne l’oeuvre ; mais il le concerne aussi lui : c’est son propre « avant » qu’il questionne. Dans les deux cas, les pistes sont multiples : toute une série de questions peut s’attacher à savoir ce qui a fait que sont réunis dans un même espace un objet et un spectateur. J’ai ainsi souvenir d’un groupe de personnes qui, grâce à la complicité bienveillante de directeur du château de Villeneuve, à Vence, s’était retrouvé face à la caisse qui avait transporté un Malévitch.... Avant que l’œuvre ne soit vue, dans ce lieu particulier, il y avait eu un travail social considérable qui n’apparaissait point tant dans la caisse elle même que dans les étiquettes, tampons, indications qui l’ornaient dans toutes les langues. Avant d’être là, installée à Vence, l’oeuvre avait circulé, était passée, et combien ! de main en main, de regard en regard. Tout un pan de l’histoire de l’art s’intéresse à ces questions qui nous apprennent beaucoup sur les oeuvres, sur leur conservation et leur diffusion, comme sur l’histoire et la géographie du goût. Et avant d’être devant l’oeuvre, où était le regardeur ? Par quels chemins est-il passé pour se retrouver là ? Quelles pistes a-t-il suivies, quelles balises, quels indices a-t-il déchiffrés ? Toute une partie de la sociologie a développé des approches de ces questions.

D’autres questions portent sur la recherche de ce qui vient avant l’oeuvre achevée, en faisant abstraction de ce qui s’est passé entre la fin du travail de l’artiste et la mise au regard du public. C’est tout un monde de questions qui s’ouvre à la recherche comme à l’imaginaire . Avant l’oeuvre ? On peut parler de la commande, de l’injonction, faite par un tiers, ou par l’artiste lui-même. On peut rechercher les cahiers de charges, plus ou moins explicitées. On peut explorer les ateliers, les outils, les matières, les matériaux, les savoirs, les tours de main, les postures, les attitudes, les gestes. On peut supposer les idées, les rêves, l’état d’esprit, les cheminements de toutes sortes. On peut se figurer les conditions matérielles dans lesquelles se trouvait l’artiste, on peut reconstruire son rapport aux autres, les bruits du dehors, la solidité du vent et du soleil, la qualité de la poussière, la musicalité de l’air... J’ai souvenir de ces élèves de classe de maternelle qui visitaient une exposition à la Villa Arson... Face à un Hartung, j’avais demandé aux enfants de reproduire la façon dont le peintre avait dû bouger pour faire son tableau... Dans une sorte de chorégraphie spontanée, entraînés les uns par les autres, ils se sont mis à tourner sur eux-mêmes... et à tomber.

++++

Longtemps, j’ai confondu cette question sur « l’avant » avec celle des origines... J’ai cru qu’en explorant le temps et ce qui s’était passé avant –un événement, un objet- on pouvait avoir idée de ce qui l’avait engendré. Et sans doute n’est-ce pas toujours sans rapport. Cette démarche, que sans doute nous apprenons, de façon pratique, dans la vie, je l’avais trouvée confortée dans les livres : les manuels scolaires, mais aussi dans nombre d’oeuvres de la littérature : c’était le cas dans les grands récits de fiction qui nous apprennent comment les choses surviennent de l’enclenchement inexorable de la mécanique du temps ; c’était aussi le cas de toute une partie de notre littérature d’idées. J’ai clair souvenir, par exemple, de mon adhésion à la réflexion de Jean Jacques Rousseau qui, s’interrogeant sur l’inégalité pose la question de son origine et, pour répondre à cette question, raconte l’histoire de ce qui a dû se passer « avant » toute inégalité : le roman du premier acte de propriété.

Je me suis un jour aperçu que cette recherche sur ce qui s’est passé avant dans le temps était bien insuffisante –et assez inefficace- pour comprendre. Mon évolution s’est opérée grâce à deux facteurs : le travail sur les oeuvres avec les artistes, et les livres, singulièrement les livres de linguistique. Je suppose que n’importe quelle autre discipline structurée aurait pu me faire évoluer de la même façon.

Je me suis donc aperçu, un jour, qu’il était plus important –plus urgent, plus utile, plus possible, plus efficace- de répondre à la question des conditions qu’à celle des origines. A partir de ce moment-là, je me suis moins demandé « quand » un fait, une réalité, un être, une oeuvre s’étaient constitués mais dans quelles conditions ils l’avaient fait, quelles conditions les rendaient possibles, quelles conditions devaient être remplies pour qu’ils apparaissent...

Je n’ai pas totalement cessé de me demander ce qui vient « avant l’oeuvre », mais j’ai intégré cette question dans cette autre, plus vaste et plus pertinente, de ce qu’il faut pour qu’une oeuvre soit. Du même coup, dans mon travail de vulgarisation, d’explication ou d’éducation, je m’oblige moins à dire « après quoi » ou « après qui » une oeuvre apparaît, mais ce qu’il faut savoir et faire savoir pour la rendre intelligible. Et la question se transforme alors en : « que doit-on savoir (de l’artiste, de l’art, du monde) pour comprendre le travail que fait X, Y ou Z ».

++++

Voici, maintenant, l’histoire de cette préface...
Gilbert Baud a souhaité organiser une exposition, réservée aux artistes de « stArt » (c’est à dire une cinquantaine de personnes) présentant en même temps « une oeuvre aboutie et ses préliminaires ».
Il m’a proposé d’en écrire la préface en quelques pages...
Je savais bien que présenter en quelques pages, 50 artistes répartis en 6 ou 7 sections, des arts plastiques à l’architecture et à la musique, sur le problème particulier du rapport entre l’oeuvre achevée et ses préliminaires, était proprement impossible,
Mais comment résister au plaisir de participer à ce projet. J’aime les multitudes et leurs rumeurs. Plus encore que les différences, j’aime les divergences. J’aime les heurts, les oppositions, les rencontres paradoxales...

J’ai donc décidé de donner un texte qui rende compte de la variété des oeuvres, et de la diversité de leurs préliminaires, de la multiplicité de ce que disent les artistes de « l’avant-oeuvre », des préliminaires ou , une sorte de texte-image de cette multiplicité là... C’est dans ce but que j’ai fait demander aux artistes participants de dire –en deux ou trois lignes- comment ils pratiquaient, vivaient, disaient, les préliminaires de l’oeuvre... 41 d’entre eux ont répondu... Parfois en bien plus que 3 lignes... Des généreux ont donné une page. On comprendra qu’on ne retrouvera dans les quelques pages du texte qui suit que les échos de leur générosité.

Les réponses ont été aussi variées que je le souhaitais : elles vont du déni du préliminaire (avant l’oeuvre il n’y a « rien d’important, que du désespérant » ou « Je suis un créateur précoce j’évite tous préliminaires », et « pas de dessin pas de plan ») à la métaphore amoureuse (avant, une oeuvre c’est « comme une femme qu’on n’a pas encore « eue »), en passant par des détails très pratiques dans les modalités ou les techniques (« Je laisse courir la mine de plomb sur le papier » ou « dessins aboutis dans des livres de 60 pages 50 cm x 40 cm ») ou par des avant oeuvres diverses (« Le tableau débute par un poème écrit la veille » ou « j’essaie d’associer les différents éléments qui sont dans ma tête avec ceux qui sont sur ma table de travail » ) ou des préliminaires généraux (« avant, c’est la révolte ! » ou « l’évocation d’une rage rendre sensible une certaine façon d’être au monde »)

Ce sont toutes ces phrases que j’ai voulu reprendre, dans une sorte de grand choral à quarante et une voix... Ce qui rend l’oeuvre possible ? C’est tout ça. Et d’abord cette faculté et ce besoin que nous avons d’échanger, de nous parler, le grand palabre en quoi, si l’on en croit nos genèses, dieu a pris forme... et avant les mots, le souffle, cette grande musique qui est la condition et l’origine de tout, alors.... « Musica maestro !! »

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP