BRIBES EN LIGNE
posté sur facebook sorti de de tantes herbes el pre ce mot comme à la hâte antoine simon 25       "je madame aux rumeurs dans le train premier       dans  les éditions de j’ai relu daniel biga,       allong&e prenez vos casseroles et il a surgi sans crier le pendu le 23 février 1988, il l’ami michel dieu faisait silence, mais 1 2 3&nbs page précédente longue       les traquer       l’ le flot gris roule contre naviguer dans le bazar de page suivante ► page derniers textes mis en samuel chapitre 16, versets 1 sommaire des de l’autre préparer le ciel i glaciation entre un nouvel espace est ouvert     faisant la « ces deux là tous feux éteints. des page précédente retour à voir les œufs de j’ai donné, au mois       sous retour vers le musicien des quatre archanges que 7) porte-fenêtre ce qui fait tableau : ce dernier vers aoi antoine simon 5 l’homme est       baie de pa(i)smeisuns en est venuz  si, du nouveau il aurait voulu être dernier vers aoi bruno mendonça voici quelques années,       deux   un à propos des grands cent dix remarques i► cent la littérature de dans un clignement de pour m.b. quand je me heurte 1 2 3&nbs  le livre, avec pour lee aller à la bribe suivante pour accéder au pdf, a la fin   il ne resta les lettres ou les chiffres dire que le livre est une toi, mésange à l’attente, le fruit josué avait un rythme journée de tu le sais et je le vois       apr&egra i.- avaler l’art par toujours les lettres : exode, 16, 1-5 toute portrait. 1255 : sommaire ► page suivante bernard noël, droits et ma foi, voile de nuit à la   si vous souhaitez du bibelot au babil encore recleimet deu mult       dans un soir à paris au 1 2 3&nbs ce qui importe pour 1 2 3 cliquer sur l’icône je voudrais voir les arbres page suivante page À propos de fata en pure forme, belle muette, où l’on revient et si tu dois apprendre à antoine simon 11 eurydice toujours nue à aller à la bribe suivante       vu les la communication est       dans la violette cachée ton l’annÉe 2021 mois par le géographe sait tout   six formes de la antoine simon 17 accéder à l’article boomerang b ► livre grand cinq madame aux yeux       " ouvrir f.a.t.a. i ► le voici des œuvres qui, le quel étonnant les cahiers butor sont derniers vers sun destre sommaire ► page suivante page suivante ► r.m. a toi des quatre archanges que       et tu avec marc, nous avons   ces notes les grands page suivante ► page aller à la bribe suivante dernier vers aoi   cet univers sans sommaire ► page suivante textes mis en ligne en (vois-tu, sancho, je suis       entre madame a des odeurs sauvages la terre a souvent tremblé de mes deux mains voir document expo boltanski     après     rien       sur la page précédente ► de "l’art est-il page suivante page dernier vers aoi       avant pour écouter la lecture, 1 la confusion des page d’accueil de aller à la bribe suivante page suivante ► page textes mis en ligne en antoine simon 27 textes mis en ligne en mai   un vendredi page suivante ► page haut var ► trois petits le travail de bernard nos voix lien vers la totalité des pluies et bruines, comment aller à la bribe i au le thème nous lirons deux extraits de iloec endreit remeint li os leonardo rosa sauras-tu lui répondre préparer le ciel i grant est la plaigne e large napolì napolì       &nbs aller à la liste des auteurs a quelques exceptions près  dans toutes les rues       l’ la mort, l’ultime port,  les premières passet li jurz, si turnet a preambule – ut pictura antoine simon 21       s’ clers fut li jurz e li préparer le ciel i ► abÉcÉdaire à jean carissimo ulisse, torna a Éléments - nouvelles mises en elle dit la main qui fut le    tu sais       cette premier vers aoi dernier    en 199* passé galerie pas même       à madame est la reine des raphaël monticelli 30 juin 1 2 3&nbs dernier vers aoi clers est li jurz et li   les dernier vers aoi je n’ai pas dit que le madame déchirée pour visionner la j’aurai donc vécu sur libre de lever la tête en une, une œuvre de village de poussière et de je ne sais pas si et nous n’avons rien lire chronogaphie (bribe 133 au matin du une il faut dire les ainsi alfred… coupé le son à       est-ce page précédente page 1 2 3&nbs ...et la mémoire rêve à       au dans le monde de cette       bonheu éphémère du 2 j’arrivais dans les le chêne de dodonne (i) errer est notre lot, madame, antoine simon 10 page suivante ► page seins isabelle boizard "a cannes, propos de table textes mis en ligne en moi cocon moi momie fuseau entr’els nen at ne pui ici, les choses les plus   (dans le page suivante ►   les mon cher pétrarque, travail de tissage, dans je n’aime pas les gens <script     li emperere par sa grant tant pis pour eux. sommaire ► page suivante page suivante ► page et encore   dits derniers références : xavier       quand diaphane est le page suivante ► page peinture de rimes. le texte quand il voit s’ouvrir, d’ eurydice ou bien de 1.- les rêves de ecrire les couleurs du monde       aujourd aller vers le musicien nègre in the country page suivante ► page quelque temps plus tard, de récapitulatif lieux et des voiles de longs cheveux 1 2 3 1 2 3&nbs   dits de         1 2 3&nbs aller à la bribe suivante il n’y a pas de plus alla lingua lingua madre       dans le textes mis en ligne en la vie est ce bruissement aux barrières des octrois là-bas, dans le pays des 1 2 3 sophie calle à beaubourg... les dernières pour marcel page suivante ► page textes mis en ligne en mars       ruelle page suivante ► christ a page d’accueil de qu’est-ce qui est en mult est vassal carles de 1 2 3&nbs pour accéder au texte le ciel est clair au travers art jonction semble enfin présentation du projet       dé tout est possible pour qui « ah ! mon les photos et archives la visite de la fondation       montagne       droite page suivante ► page hommage à rené la tentation du survol, à       "j& sous la pression des 13) polynésie zacinto dove giacque il mio dessiner les choses banales       journ&ea le lourd travail des meules guetter cette chose       grimpant joseph a pour sens "dieu       longtem il y a des titres qui 0- souviens-toi. sa page suivante ► page sommaire ► page suivante aller à la liste des auteurs madame chrysalide fileuse le tissu d’acier page suivante ► page j’ai en réserve la chaise, le châssis, le petits rien 4 et 5 (env. 7cm je serai le pilote aux yeux vous, dont l’âme, le 1 2 3&nbs aller à la bribe suivante  zones gardées de dernier vers aoi dentelle : il avait etait-ce le souvenir on préparait et   riche de mes l’heure de la       descenda "pour tes     un mois sans aller à la bribe suivante page précédente retour textes mis en ligne en se placer sous le signe de « voici les parents, l’ultime cliquetis obscène des       la pie haut var ► brec les textes mis en ligne écrire comme on se ce texte m’a été n’ayant pas rafale n° 4 on le le chêne de dodonne (i) 1 2 3&nbs madame, on ne la voit jamais  au mois de mars, 1166       quinze cent dix remarques i► cent 1 2 3&nbs outre la poursuite de la mise       au percey priest lake sur les dernier vers aoi 1 2 3&nbs j’ai ajouté ne pas négocier ne josué ne   j’ai souvent dernier vers aoi aller à la liste des auteurs pour accéder au texte, quand on arrive de new-york dernier vers aoi nous serons toujours ces je reviens sur des       pénétrer dans ce jour, antoine simon 26    si tout au long abords de l’inaccessible textes mis en ligne en mai baous et rious je suis c’est extrêmement madame est une torche. elle page d’accueil de bernard noël, un nous de exposition et ouvrage de la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : Tristan Cabral à l’écoute du monde /

Patrick Quillier

Tristan Cabral à l’écoute du monde
© Patrick Quillier

Tristan Cabral, le passeur de silence

Publication en ligne : 18 janvier
Clefs : Inédit , poésie

page d’accueil de Patrick Quillier ►

page précédente ►

Tristan Cabral, le passeur de silence

Nous écoutons toujours Tristan Cabral
dans le cercle ardent du compagnonnage.
Les arts, les armes, les lieux et les âges
échangeant leur vertu, leur résidence,
leur époque, ce cercle est une vague
où n’adviennent que l’écoute et la voix
épiques s’activant dans le silence.

Tristan l’enfant, chantonnant sa prière,
est là, dans la parole du gardien
de chèvres, dans l’écoute de l’audience.
Amilcar, au jardin de sa passion,
répète en ce lieu que la jungle est jeune,
pleine de vie, et tout le monde entend,
filigrane suspendu, la musique
de l’oratorio que Luigi Nono
a consacré aux lutteurs comme lui,
Umberto Bellese, Pedro Duno,
Patrice Lumumba, Nguyen Van Troi,
Agostinho Neto, dont le vers « A
floresta é jovem e cheia de
vida » (« La jungle est jeune et pleine de
vie ») est devenu le titre de l’œuvre,
manifeste de force dans l’esprit.
Les oreilles de tous sont des antennes
qui vibrent de concert dans le poème.

Alors dans les petites perceptions
des chromatismes successifs, tremblant
de leur ténuité même, respirant
tels des paramécies au déroulé
de cette seule et même vague haute,
avec le calligraphe instituteur
(hôte premier qui fait de tous des hôtes),
avec Tristan et Amilcar Cabral,
avec Nono, Neto et Lumumba,
avec Arthur Rimbaud et Jan Palach,
sont dans le cercle et le Tristan d’Yseut,
et Caeiro veillant sur ses troupeaux,
et René Char à l’écoute des mots,
et Saint-Jean Chrysostome, et Kierkegaard,
Nestor Makhno, Robert Desnos, Ossip
Mandelstam, Jean-Pierre Duprey, Gustav
Mahler, Piotr Ilitch Tchaïkovski, Socrate,
Jean Sénac, Vladimir Maïakovski,
André Breton, Mstislav Rostropovitch,
Daniel Baremboim, Mahmoud Darwich, Guy
Debord, Emmanuelle K., Raoul
Vaneigem, Auguste Blanqui, Daniel
Guérin — et même Gustave Flaubert,
Marcel Proust, Henri Bergson, introduits,
dans la vague-rhizome, grâce à Gilles
Deleuze encore en suspens dans le temps.

(Nadine Lefébure, André Chenet,
Cristina Castello, Alfonsina
Storni, Diana Bellessi, María
Negroni, Alejandra Pizarnik,
Roque Dalton, José Luis Ayala,
Djamila Abitar, Christian Deudon,

Jean-Henri Azéma, Riel Debars,
Carpanin Marimoutou, Jean-François
Samlong, Gilbert Aubry, Alain Lorraine,
Jean Albany, Alain Peters, Danyel
Waro, Jeanne Brézé, Claire Karm, Anne
Cheynet, Mickael Kourto, Jean-Louis
Robert, Patrice Treuthardt, Madoré,
Gilbert Pounia, Christian Jalma (Pink Floyd)
,

José Craveirinha, Noémia de
Sousa, Luís Carlos Patraquim, Guita
Junior, Jorge Viegas, Eduardo
White, Filimone Meigos, Mia
Couto, Momed Kadir, Heliodoro
Baptista, Gulamo Khan, Ondjaki,
Pepetela, Lopito Feijóo,
Virgílio de Lemos, Pierre Guéry,

Abdulrahman Almajedi, Antoine
Simon, Alex Susanna, Béatrice
Machet, Leo Gonçalves, Ricardo
Domeneck, Apirana Taylor, Claude
Haza, Jean-Louis Clarac, Marc Delouze,
Patrice Louise, Jean Metellus,
Marcus Fabiano, Sebastião Nunes,
Dirceu Villa, Ricardo Aleixo,

Raúl Renán, Jalal El-Hakmaoui,
Jacques Bertin, Pascal Giovannetti,
Catherine Pozzi, Hoda Hili,
Jaqcues Ancet, Raphaël Monticelli,
Alain Freixe, Dominique Ottavi,
Dom Gabrielli, Hicham Dallouri,

Patrice Angibaud, Jean-Marie Barnaud,
André Ughetto, Thomas Pontillo,
André Orphal, António Osório,
Jacques Pautard, Eugène Green, Ottó
Tolnai, Frankétienne, Dinu Flamând,
Marta Petreu, Krystyna Lenkowska,
Marie Under, Wislawa Szymborska,
Doris Kareva, Rahila Muska,
Dora Gabé, Blaga Dimitrova,
Maironis, Bella Akhmadoulina,

Max Andréoli, Danielle Fournier,
Viviane Ciampi, Seyhmus Dagtekin,
Patrick Lafontaine, Antonia Soulez,
Paul Bélanger, Madeleine Monette,
Nicole Brossard, Hélène Dorion,
Jean-Claude Xuereb, Chiara Mulas,
Pierre Ouellet, Léon-Gontran Damas,
René Depestre, Mohamed Hmoudane,
Omar Derouich, Abdelhaq Mifrani,
Marilyne Bertoncini, Marc Ross,
Paul Wamo, Omar Youssef Souleimane,
Hassan Ibrahim al-Hassan, Mahmoud
el-Hajj, Gérard Pey, Marco Passini,

Flora Devatine, Diane Glancy,
Jean-Claude Villain, Moncef Ouhaibi,
Sabine Venaruzzo, Mara Lee,
Abdellah Taïa, Rachid Djaïdani,

Guennadi Aïgui, André Markowicz,
Daniel Biga, Hawad, Yvon Le Men,
Avot Yeshurun, Jacques Alessandra,
Abdellatif Laâbi, Mohammed
Bennis, Luis Felipe Fabre, René
Barbier, Christophe Forgeot, Ivan Goll,

Pier Paolo Pasolini, Ghada
Nabil, Hussein Habasch, Aymen Hacen,
John Montague, Manuel Van Thienem,
Rachid Bey, Tahar Djaout, Amin Khan,
Hamid Nacer-Khodja, Kamel Abdou,
Kateb Yacine, Hamid Skif, Jean Amrouche,
Youssef Sebti, Jean-Pierre Millecam,
Alicia Martinez, Mirko Bozic,
Francis Combes, Dominique Sorrente,

Jean-Marie de Crozals, Carles Diaz,
Patricio Sanchez, Georges de Rivas,
Homero Aridjis, Jorge Vargas,
Mario Bojorquez, Carmen Villoro,
Jorge Arbeleche, Coral Bracho,
Jorge Esquinca, Paula Abramo,
Óscar de Pablo, César Anguiano,
Françoise Roy, Katy Remy, Abdel-
Karim Harouach, Aïcha Chibane,
Mercedes Roffé, Jean Portante, Franck
Villain, Achille Chavée, Hubert Juin,

Alain Maumejean, Kiki Dimoulá,
Iossif Ventura, Filip Kletnikov,
Robèrt Lafont, Jean Joubert, Serge Bec,
Roland Pécout, Pierre Bec, Max Rouquette,

Juan Carreón, Jean-Michel Sananes,
Ile Eniger, Colette Gibelin,
Brigitte Broc, Tarik Hemdan, Philippe
Fréchet, Colette Daviles-Estinès,
Patrick Joquel, Marie-Claire Bancquart,
Didier Pobel, Pierre Vieuguet, François
Montmaneix, Roger Kowalski, Hervé
Micolet, Jean Pérol, Yves Broussard,
Pierre Vinclair, Ossang, Ivar Ch’Vavar,
Yves Namur, Jacques Lovichi, Jean
Poncet, James Sacré, Michaël Glück,
Claude Adelen, Catherine Jarrett,
Mireille Diaz-Florian, François Minod,
Alain Minod, Gil Jouanard, Nimrod,
Françoise Mingot-Tauran, Diti-Tway,
CeeJay, Cuti, Maxime N’Debeka,
Kabîr, Federico Garcia Lorca

et ainsi de suite, et ainsi de suite…

et avec vous, myriades, les aèdes
de tous les temps et de tous les pays,

grande vague dressée contre l’horreur,
gigantesque muraille de murmures
humbles jetant un sort à la terreur,

dans ce poème on vous entend aussi,

rumeurs de criquets fécondant l’esprit,
ostinato bruissant en profondeur...

et en effet, nous le dirons toujours,
bien d’autres noms, dans la vague-rhizome,
tournoient pour notre joie ad libitum,
futurition d’hypertexte infini,
et le griot qui fait vibrer nos cœurs
ici, Tristan Cabral le magnifique,
les dit tel un criquet en la majeur
dans toutes les fissures qui lézardent
la si vieille bâtisse de notre art :
les hauts murs où l’on enferme les bardes
ne résistent jamais à ce mantra !)

Fortino Sámano est le frisson
qui parcourt la surface de la vague,
autrement dit nos peaux à l’unisson.

Le cercle qui écoute ainsi Tristan
Cabral refait le rite immémorial
d’Ulysse descendu aux catacombes
où mort et vie tourbillonnent ensemble,

houle riche d’embruns, zébrée d’éclairs,

un tumulte qui se donne le jour.
Et c’est ainsi que dans l’ellipse des
paroles, de main en main, de cœur en
cœur, le père Tristan Cabral s’emploie
à faire passer le silence, voie
sacrée, voie de croix, voie royale, office
de veilleur appliqué livrant aux fils

la matière qui vibre dans leur voix.

Oui, écoutant ainsi Tristan Cabral,
nous savons de source sûre et profonde
que nous écoutons là tant bien que mal
(car il faut bien tromper la fin, misère !)
la plus belle des écoutes du monde.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP