BRIBES EN LIGNE
dernier vers s’il voir les œufs de retour au pdf sui generis à claude held patiente la je désire un pour daniel farioli poussant dernier vers aoi accéder à l’article       dans la dans ce périlleux         or       le long pour andré assise par accroc au bord de le 26 août 1887, depuis vous êtes sommaire ► page suivante   la baie des anges       st       le vent 1 2 3&nbs oiseau tranquille au vol       à la fraîcheur et la able comme capable de donner granz est li calz, si se derniers vers sun destre cent dix remarques i► cent madame est une torche. elle     rien éphémère du 2 petit souvenir travail de tissage, dans       su lou       bien page suivante ► page  un livre écrit page suivante ► page le proche et le lointain macao grise traversé le lieu-dit de dernier vers aoi       ".. d’ eurydice ou bien de  avec « a la       gloussem préparer le ciel i Ç’avait été la       je abu zayd me déplait. pas tout est possible pour qui       je me Éphémère du 22 juillet à  epître aux page suivante ►   les  l’écriture je me souviens de page suivante ► page la chaise, le châssis, le  il est des objets sur     vers le soir       o 1 2 3&nbs j’ai donné, au mois       la à propos “la deus li otreit (la sue) pour nicolas lavarenne ma page suivante ► r.m. a toi       cerisier vous avez   nous sommes       ce sans être grand 1 2 3 en de proche en proche tous la fraîcheur et la envoi du bulletin de bribes     une abeille de ils avaient si longtemps, si   au milieu de dans la caverne primordiale rafale page suivante ► ce pays que lancinant ô lancinant à sylvie dernier vers doel i avrat, page d’accueil de dernier vers aoi un temps hors du je déambule et suis 1 2 3&nbs madame est la reine des       l’ page suivante ► page "l’art est-il préparer le ciel i page suivante gérard ] heureux l’homme  née à deux mille ans nous il arriva que du bibelot au babil encore  la toile couvre les je ne sais pas si je t’enfourche ma le texte qui suit est, bien     sur la pente bel équilibre et sa j’pense à toi bruno il y a des mots, mais comme       le je n’ai pas dit que le l’attente, le fruit quando me ne so itu pe       le ciel il ne s’agit pas de la bouche pleine de bulles bruno mendonça les petites fleurs des       sur éphémère du 6 octobre       au la chaude caresse de page suivante ► page 1 2 3 dernier vers aoi page précédente page reflets et echos la salle       dans le ils s’étaient 1 2 3&nbs page précédente ► de 1 2 3&nbs il ne sait rien qui ne va 1 2 3&nbs pour accéder au texte, dieu faisait silence, mais marie antoinette 1 2 3 ce paysage que tu contemplais       dé       pass&eac jusqu’à il y a  le "musée cent dix remarques i► cent rafale n° 9 un siglent a fort e nagent e       m’ antoine simon 9 autres litanies du saint nom chers élèves du collège 1 2 3&nbs       pav&eacu le 26 août 1887, depuis me 7) porte-fenêtre ainsi fut pétrarque dans mouans sartoux. traverse de 1 2 3&nbs dans l’herbier de ses aller vers bribes, livres 1 tant pis pour eux. textes mis en ligne en introibo ad altare sixième on peut croire que martine dernier vers aoi mais non, mais non, tu dans les carnets       au fond page suivante ► page  zones gardées de dans ma gorge pour accéder au pdf,  je signerai mon et   riche de mes pour accéder au texte, les photos et archives antoine simon 31 quand c’est le vent qui le nécessaire non le geste de l’ancienne, pour jean-louis cantin 1.-     tout autour       vaches     les fleurs du 1 2 3&nbs a-t-il cyclades, iii°       avant et…   dits « pouvez-vous textes mis en ligne en avril même si       " tous ces charlatans qui s’égarer on si tu es étudiant en présentation du projet mult ben i fierent franceis e préparer le ciel i j’ai changé le page suivante ► page page suivante page c’est — pense-t-on - aller à la bribe i au présentation du projet sommaire ► page suivante     chant de       sur le aller à la bribe suivante quel ennui, mortel pour pour robert   ces notes pour écouter la lecture, antoine simon 12       au le temps passe dans la page d’accueil de À l’occasion de aller à la bribe suivante peinture de rimes. le texte  mise en ligne du texte textes mis en ligne en juin tout en vérifiant 1 2 3 i) (de)lecta lucta         sur le les éditions colophonarte pour le prochain basilic, (la aller au texte nous sommes page suivante ► page page d’accueil de       &nbs     du faucon j’ai perdu mon page suivante ► page       il       midi clere est la noit e la sommaire ► page suivante deuxième suite dernier vers aoi passent .x. portes, dernier vers aoi antoine simon 19 page d’accueil de est-ce parce que, petit, on retour vers le musicien antoine simon 27 textes mis en ligne en avril       nuage       jardin sommaire ► page suivante     " autre essai d’un  ce mois ci : sub je sais bien ce qu’il seul dans la rue je ris la page suivante ► page saluer d’abord les plus tristan_cabral_a_l_e page suivante ► page page suivante ► page et te voici humanité   voici donc la       quand la mastication des la légende fleurie est       chaque il y a tant de saints sur aller à la bribe suivante de la bribes en ligne a       pourquoi aller à la liste des auteurs les terrasses abandonnées page suivante ► page le film sur annie sidro et le charogne sur le seuil ce qui art jonction semble enfin page précédente page approche d’une       sur la nous dirons donc inoubliables, les les amants se aller à la bribe suivante       bruyante dimanche 18 avril 2010 nous ce jour-là il lui       et     &nbs il existe deux saints portant page suivante ► page clquez sur 1 2 3&nbs très malheureux... toulon, samedi 9 le plus insupportable chez apaches : page suivante ► page la littérature de       la pour bruno charlotte, in l’ami michel ainsi va le travail de qui le thème préparer le ciel i aller à la liste des "a cannes, propos de table les installations souvent,       pass&eac il avait accepté pour lire les textes de rafale n° 3 des page suivante page antoine simon 10 page suivante ► page sommaire ► page suivante       les   né le 7 les dernières sauvage et fuyant comme rafale dernier vers aoi lire chronogaphie (bribe 133 1 2 3&nbs « ces deux là pour marcel cet article est paru dans le dernier vers aoi aller à la bribe suivante    il pour frédéric le grand combat : page suivante ► nous page suivante ► page j’ai relu daniel biga, dessiner les choses banales       le douce est la terre aux yeux 1 2 3&nbs carissimo ulisse, torna a tu le sais bien. luc ne sommaire ► page page suivante ► page sommaire ► page suivante a la libération, les   que signifie on a cru à deuxième essai     l’é pour qui veut se faire une 1 2 3&nbs       est-ce 1 2 3&nbs aller à la liste des auteurs  l’exposition  grande lune pourpre dont les sommaire ► page suivante       préparer le ciel i il souffle sur les collines   maille 1 : que aller à la bribe suivante deux nouveauté, li quens oger cuardise 0- souviens-toi. sa s’ouvre la antoine simon 28  les œuvres de 1 2 3&nbs 1 la confusion des quatrième essai de elle dit la main qui fut le pour accéder au pdf de j’ai longtemps       mé ( ce texte a dans l’innocence des       gentil chercher une sorte de sommaire ► page suivante pénétrer dans ce jour, ço dist li reis : la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : Tristan Cabral à l’écoute du monde /

Patrick Quillier

Tristan Cabral à l’écoute du monde
© Patrick Quillier

Tristan Cabral, le passeur de silence

Publication en ligne : 18 janvier
Clefs : Inédit , poésie

page d’accueil de Patrick Quillier ►

page précédente ►

Tristan Cabral, le passeur de silence

Nous écoutons toujours Tristan Cabral
dans le cercle ardent du compagnonnage.
Les arts, les armes, les lieux et les âges
échangeant leur vertu, leur résidence,
leur époque, ce cercle est une vague
où n’adviennent que l’écoute et la voix
épiques s’activant dans le silence.

Tristan l’enfant, chantonnant sa prière,
est là, dans la parole du gardien
de chèvres, dans l’écoute de l’audience.
Amilcar, au jardin de sa passion,
répète en ce lieu que la jungle est jeune,
pleine de vie, et tout le monde entend,
filigrane suspendu, la musique
de l’oratorio que Luigi Nono
a consacré aux lutteurs comme lui,
Umberto Bellese, Pedro Duno,
Patrice Lumumba, Nguyen Van Troi,
Agostinho Neto, dont le vers « A
floresta é jovem e cheia de
vida » (« La jungle est jeune et pleine de
vie ») est devenu le titre de l’œuvre,
manifeste de force dans l’esprit.
Les oreilles de tous sont des antennes
qui vibrent de concert dans le poème.

Alors dans les petites perceptions
des chromatismes successifs, tremblant
de leur ténuité même, respirant
tels des paramécies au déroulé
de cette seule et même vague haute,
avec le calligraphe instituteur
(hôte premier qui fait de tous des hôtes),
avec Tristan et Amilcar Cabral,
avec Nono, Neto et Lumumba,
avec Arthur Rimbaud et Jan Palach,
sont dans le cercle et le Tristan d’Yseut,
et Caeiro veillant sur ses troupeaux,
et René Char à l’écoute des mots,
et Saint-Jean Chrysostome, et Kierkegaard,
Nestor Makhno, Robert Desnos, Ossip
Mandelstam, Jean-Pierre Duprey, Gustav
Mahler, Piotr Ilitch Tchaïkovski, Socrate,
Jean Sénac, Vladimir Maïakovski,
André Breton, Mstislav Rostropovitch,
Daniel Baremboim, Mahmoud Darwich, Guy
Debord, Emmanuelle K., Raoul
Vaneigem, Auguste Blanqui, Daniel
Guérin — et même Gustave Flaubert,
Marcel Proust, Henri Bergson, introduits,
dans la vague-rhizome, grâce à Gilles
Deleuze encore en suspens dans le temps.

(Nadine Lefébure, André Chenet,
Cristina Castello, Alfonsina
Storni, Diana Bellessi, María
Negroni, Alejandra Pizarnik,
Roque Dalton, José Luis Ayala,
Djamila Abitar, Christian Deudon,

Jean-Henri Azéma, Riel Debars,
Carpanin Marimoutou, Jean-François
Samlong, Gilbert Aubry, Alain Lorraine,
Jean Albany, Alain Peters, Danyel
Waro, Jeanne Brézé, Claire Karm, Anne
Cheynet, Mickael Kourto, Jean-Louis
Robert, Patrice Treuthardt, Madoré,
Gilbert Pounia, Christian Jalma (Pink Floyd)
,

José Craveirinha, Noémia de
Sousa, Luís Carlos Patraquim, Guita
Junior, Jorge Viegas, Eduardo
White, Filimone Meigos, Mia
Couto, Momed Kadir, Heliodoro
Baptista, Gulamo Khan, Ondjaki,
Pepetela, Lopito Feijóo,
Virgílio de Lemos, Pierre Guéry,

Abdulrahman Almajedi, Antoine
Simon, Alex Susanna, Béatrice
Machet, Leo Gonçalves, Ricardo
Domeneck, Apirana Taylor, Claude
Haza, Jean-Louis Clarac, Marc Delouze,
Patrice Louise, Jean Metellus,
Marcus Fabiano, Sebastião Nunes,
Dirceu Villa, Ricardo Aleixo,

Raúl Renán, Jalal El-Hakmaoui,
Jacques Bertin, Pascal Giovannetti,
Catherine Pozzi, Hoda Hili,
Jaqcues Ancet, Raphaël Monticelli,
Alain Freixe, Dominique Ottavi,
Dom Gabrielli, Hicham Dallouri,

Patrice Angibaud, Jean-Marie Barnaud,
André Ughetto, Thomas Pontillo,
André Orphal, António Osório,
Jacques Pautard, Eugène Green, Ottó
Tolnai, Frankétienne, Dinu Flamând,
Marta Petreu, Krystyna Lenkowska,
Marie Under, Wislawa Szymborska,
Doris Kareva, Rahila Muska,
Dora Gabé, Blaga Dimitrova,
Maironis, Bella Akhmadoulina,

Max Andréoli, Danielle Fournier,
Viviane Ciampi, Seyhmus Dagtekin,
Patrick Lafontaine, Antonia Soulez,
Paul Bélanger, Madeleine Monette,
Nicole Brossard, Hélène Dorion,
Jean-Claude Xuereb, Chiara Mulas,
Pierre Ouellet, Léon-Gontran Damas,
René Depestre, Mohamed Hmoudane,
Omar Derouich, Abdelhaq Mifrani,
Marilyne Bertoncini, Marc Ross,
Paul Wamo, Omar Youssef Souleimane,
Hassan Ibrahim al-Hassan, Mahmoud
el-Hajj, Gérard Pey, Marco Passini,

Flora Devatine, Diane Glancy,
Jean-Claude Villain, Moncef Ouhaibi,
Sabine Venaruzzo, Mara Lee,
Abdellah Taïa, Rachid Djaïdani,

Guennadi Aïgui, André Markowicz,
Daniel Biga, Hawad, Yvon Le Men,
Avot Yeshurun, Jacques Alessandra,
Abdellatif Laâbi, Mohammed
Bennis, Luis Felipe Fabre, René
Barbier, Christophe Forgeot, Ivan Goll,

Pier Paolo Pasolini, Ghada
Nabil, Hussein Habasch, Aymen Hacen,
John Montague, Manuel Van Thienem,
Rachid Bey, Tahar Djaout, Amin Khan,
Hamid Nacer-Khodja, Kamel Abdou,
Kateb Yacine, Hamid Skif, Jean Amrouche,
Youssef Sebti, Jean-Pierre Millecam,
Alicia Martinez, Mirko Bozic,
Francis Combes, Dominique Sorrente,

Jean-Marie de Crozals, Carles Diaz,
Patricio Sanchez, Georges de Rivas,
Homero Aridjis, Jorge Vargas,
Mario Bojorquez, Carmen Villoro,
Jorge Arbeleche, Coral Bracho,
Jorge Esquinca, Paula Abramo,
Óscar de Pablo, César Anguiano,
Françoise Roy, Katy Remy, Abdel-
Karim Harouach, Aïcha Chibane,
Mercedes Roffé, Jean Portante, Franck
Villain, Achille Chavée, Hubert Juin,

Alain Maumejean, Kiki Dimoulá,
Iossif Ventura, Filip Kletnikov,
Robèrt Lafont, Jean Joubert, Serge Bec,
Roland Pécout, Pierre Bec, Max Rouquette,

Juan Carreón, Jean-Michel Sananes,
Ile Eniger, Colette Gibelin,
Brigitte Broc, Tarik Hemdan, Philippe
Fréchet, Colette Daviles-Estinès,
Patrick Joquel, Marie-Claire Bancquart,
Didier Pobel, Pierre Vieuguet, François
Montmaneix, Roger Kowalski, Hervé
Micolet, Jean Pérol, Yves Broussard,
Pierre Vinclair, Ossang, Ivar Ch’Vavar,
Yves Namur, Jacques Lovichi, Jean
Poncet, James Sacré, Michaël Glück,
Claude Adelen, Catherine Jarrett,
Mireille Diaz-Florian, François Minod,
Alain Minod, Gil Jouanard, Nimrod,
Françoise Mingot-Tauran, Diti-Tway,
CeeJay, Cuti, Maxime N’Debeka,
Kabîr, Federico Garcia Lorca

et ainsi de suite, et ainsi de suite…

et avec vous, myriades, les aèdes
de tous les temps et de tous les pays,

grande vague dressée contre l’horreur,
gigantesque muraille de murmures
humbles jetant un sort à la terreur,

dans ce poème on vous entend aussi,

rumeurs de criquets fécondant l’esprit,
ostinato bruissant en profondeur...

et en effet, nous le dirons toujours,
bien d’autres noms, dans la vague-rhizome,
tournoient pour notre joie ad libitum,
futurition d’hypertexte infini,
et le griot qui fait vibrer nos cœurs
ici, Tristan Cabral le magnifique,
les dit tel un criquet en la majeur
dans toutes les fissures qui lézardent
la si vieille bâtisse de notre art :
les hauts murs où l’on enferme les bardes
ne résistent jamais à ce mantra !)

Fortino Sámano est le frisson
qui parcourt la surface de la vague,
autrement dit nos peaux à l’unisson.

Le cercle qui écoute ainsi Tristan
Cabral refait le rite immémorial
d’Ulysse descendu aux catacombes
où mort et vie tourbillonnent ensemble,

houle riche d’embruns, zébrée d’éclairs,

un tumulte qui se donne le jour.
Et c’est ainsi que dans l’ellipse des
paroles, de main en main, de cœur en
cœur, le père Tristan Cabral s’emploie
à faire passer le silence, voie
sacrée, voie de croix, voie royale, office
de veilleur appliqué livrant aux fils

la matière qui vibre dans leur voix.

Oui, écoutant ainsi Tristan Cabral,
nous savons de source sûre et profonde
que nous écoutons là tant bien que mal
(car il faut bien tromper la fin, misère !)
la plus belle des écoutes du monde.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP