BRIBES EN LIGNE
bribes dans le nid de  si, du nouveau marie-hélène page d’accueil de       sur le       l’ sables mes paroles vous j’arrivais dans les page suivante ► page bel équilibre et sa page suivante ►   les boomerang b ► livre grand [voir le texte de cummings aller à la liste des auteurs dans les hautes herbes voir document expo boltanski    regardant       sur le a) les villes abandonnées il ma mémoire ne peut me (elle entretenait toulon, samedi 9 sommaire ► page suivante j’imagine que, comme tout  les premières antoine simon 21       en deux merci à la toile de   en grec, morías le 28 novembre, mise en ligne la toile ou, du moins, la       fleur la prédication faite       autres litanies du saint nom l’homme est la littérature de       en un des conserves ! l’annÉe 2022 mois par le géographe sait tout       à suite du blasphème de     au couchant g. duchêne, écriture le traversé le lieu-dit de page précédente retour sommaire ► page suivante pas même raphaël monticelli 30 juin le thème raphaël monticelli : tu       au       dans le je ne saurais dire avec assez si grant dol ai que ne et…   dits       pav&eacu je désire un     hélas, saluer d’abord les plus quelques photos  dans toutes les rues vers avant-œuvre ► mots, pour frédéric le chêne de dodonne (i) les amants se derniers prologue et puis t’es la communication est quand on arrive de new-york un soir à paris au       embarq cent dix remarques i► cent pour max charvolen 1) elle réalise des hommage à rené passent .x. portes, rêve, cauchemar, leonardo rosa où l’on revient       é     du faucon nous dirons donc au centre des quartiers de toutes sortes de papiers, sur accoucher baragouiner   À léon-gontran   la baie des anges dans ce périlleux   tout est toujours en attelage ii est une œuvre diaphane est le vous dites : "un voir les œufs de page suivante ► page sites de mes       il       parfois m1       préparer le ciel i       les antoine simon 5 nous avons affaire à de       pour antoine simon 18 <script     ceci… pour prendre mesure. 10 vers la laisse ccxxxii 5) triptyque marocain on croit souvent que le but les photos et archives dernier vers aoi onze sous les cercles pour andré villers 1) dans le patriote du 16 mars page suivante ► page madame, c’est notre il y a des titres qui j’ai changé le  pour le dernier jour  il est des objets sur À venise je dispose, sur le 1. passera-t-on par l’eau pour m.b. quand je me heurte dernier vers aoi effrayante humilité de ces attendre. mot terrible. ► abÉcÉdaire à jean  au mois de mars, 1166 a claude b.   comme une couleur qui ne masque pas quando me ne so itu pe le flot gris roule contre vers jean-jacques, peintre       je me dernier vers s’il en une, une œuvre de page suivante ► page       au pas très saintes litanies * il te reste à passer pour michèle gazier 1 se reprendre. creuser son page suivante ► page antoine simon 31 raphaël monticelli :   "je me tais. pour taire. in the country dans un coin de nice, le 15 mai, à marché ou souk ou mes pensées restent oui la       retourn& bruno mendonça aller à la bribe suivante vous avez dans le respect du cahier des       la art jonction semble enfin accorde ton désir à ta petit matin frais. je te aux barrières des octrois  il y a le châssis,       pass&eac       sur le cyclades, iii°       su lou descendre à pigalle, se apaches :      & quant carles oït la chaque automne les présentation du projet     cet arbre que ils sortent ce texte m’a été lire le texte page suivante ► page page suivante ► page envoi du bulletin de bribes page précédente retour le geste de l’ancienne, clxvi deus li otreit (la sue) maintenant il connaît le textes mis en ligne en nous savons tous, ici, que l’erbe del camp, ki ce qui importe pour page suivante page À max charvolen et   est-ce que textes mis en ligne en     rien textes mis en ligne en mai       la         ouverture de l’espace agnus dei qui tollis peccata cher.e.s ami.e.s vous pouvez       le long pour andré page suivante ► page À la loupe, il observa page suivante ► page aller à la liste des auteurs rafale au seuil de l’atelier       les et c’était dans montagnes de page suivante ► page sors de mon territoire. fais page d’accueil de c’est ici, me la légende fleurie est Écoute, bûcheron, arrête textes mis en ligne en mars       le présentation du projet   un vendredi monde imaginal, les textes mis en ligne aller vers le musicien nègre raphaël monticelli 30 juin frères et bernard noël, droits est-ce parce que, petit, on       apr&egra   je n’ai jamais       apparu avant-dire  “... pour alain borer le 26    au balcon parmi les éditeurs le texte qui suit est, bien un titre : il infuse sa noble folie de josué, aller à la bribe suivante antoine simon 30 voir l’essai sur textes mis en ligne en de tantes herbes el pre     pourquoi tu voile de nuit à la       avant       fleurett 30 décembre 1963. revue réponse de michel il avait accepté cristina de simone : le       ruelle rm : tu as décidé aller à la bribe suivante l’envers de le chêne de dodonne (i) albertine tu le sais bien. luc ne naviguer dans le bazar de       à dernier vers aoi arbre épanoui au ciel a supposer que ce monde voici l’homme aux deux ► les mots du désir à les carnets éclaboussés 2 essai de nécrologie, tandis que dans la grande dimanche 18 avril 2010 nous       la     après       l’ rafale n° 7 un dernier vers aoi       dans le aller à la liste des auteurs       ".. cent dix remarques i► cent       vu les tous ces charlatans qui ço dist li reis : clquez sur cent dix remarques i► cent     quand basile comme un prÉliminaire la il souffle sur les collines page d’accueil de la vie est ce bruissement       il page suivante ► page       assis page d’accueil de dans l’innocence des page suivante ► page       j’       &nbs un homme dans la rue se prend clere est la noit e la les éditions colophonarte 1.- les rêves de sommaire des contributions du bibelot au babil encore rare moment de bonheur, page d’accueil de "la musique, c’est le et il fallait aller debout   marcel si vous entendez le lac   que signifie alocco peinture en a l’aube des apaches, la cité de la musique normalement, la rubrique village de poussière et de oiseau tranquille au vol c’est un peu comme si, tous feux éteints. des bernard dejonghe... depuis patrick joquel vient de à raphaël on n’écrit qu’un de sorte que bientôt sommaire ► page suivante       au fond sommaire ► page suivante dernier vers aoi page suivante page a l’extrémité du les éditions de la passe du archipel shopping, la les dessins de martine orsoni <p présentation du projet       midi textes mis en ligne en il existe deux saints portant dernier vers aoi 1254 : naissance de       la       je suis photos de frédéric  avec « a la pierre ciel dernier vers aoi c’est la peur qui fait       " alain remila : un des       bonheu antoine simon 24       la une errance de       sabots       le voir les œufs de page d’accueil de dont les secrets… à quoi     surgi centre georges en cet anniversaire, ce qui le vieux qui il a surgi sans crier cliquer sur l’icône li emperere s’est mult est vassal carles de torna a sorrento ulisse torna page suivante ► page cent dix remarques i► cent   (dans le a-t-on remarqué à quel dix l’espace ouvert au <img852|left> forest la poésie, à la aller à la bribe suivante naviguer dans le bazar de je n’aime pas ce monde. aller à la bribe suivante bernadette griot vient de pluies et bruines, comment dans le flou des souvenirs... morz est rollant, deus en ad présentation du projet ce paysage que tu contemplais aller au sommaire de pablo textes mis en ligne en       nuage vous, dont l’âme, le le travail de bernard       un la parol

Retour à l'accueil

PATRICK JOQUEL

Capteur d’instants
© Patrick Joquel
Publication en ligne : 13 février 2021
Clefs : joquel , 2021 , poésie

JANVIER 2021


1er

moins quinze
hiver figé
la neige croustille sous les skis
je monte vers l’aurore
vers la lumière
un ciel bleu tendre me plonge les yeux
au sommet
le vent me tend les bras
je regarde la mer métallique
et au nord
j’égrène les noms du Mercantour
je les ai tous gravi une fois au moins
goûté leur saveur

++++

4

le vent d’Est
celui qui vient de la mer
et donne ici selon la saison tant d’eau et de neige
le vent d’Est effeuille les chênes
petit bruit de vent
petits bruits de chute ou de course
petits bruits d’hiver
je découvre l’intense architecture de chacun
les branches
de plus en plus fines et souples
un chêne
un corps
un monde
tous différents
tous chênes jusqu’au plus haut bourgeon
jusqu’au bout du bout
comme un désir
tenir le monde ou le caresser
l’offrir ou le retenir encore un peu
un tout petit peu
avant la chute
avant la perte
aller plus loin que soi-même
en cet insaisissable
où l’ombre de l’ombre projette
un désir
poursuivre
avancer
résister de bois ferme à l’effritement
le vent d’Est
vient de la mer
effeuille mes cheveux
petit bruit de vent

*

++++

7

le froid
les pins figés de neige
élan stoppé
silence drapé
beauté blanche
je monte
un crissement léger m’accompagne
feutré
douceur d’un matin bleu net
la ligne de crête semble à portée de spatule
je m’en approche
tranquille
et m’y arrête
j’infuse le paysage
un pays m’accueille
et je m’y sens bien
la mer au soleil joue avec un poème
les montagnes au nord avec leurs sommets
litanie des noms
souvenirs comme des cartes à jouer
la partie dure encore aujourd’hui
dans la pente
ma trace
témoignage d’un vivant
éphémère

++++

10

un banc d’étourneaux arabesque le ciel gr’hiver
se pose
flammes noires sur le chêne
bois nu
jacasseries à plumes
un banc d’étourneaux
une flopée de souvenirs
parfument ta mémoire
en mille géométries fugaces
autant d’étincelles dans ton cerveau d’artifices
mille étourneaux volent tes neurones
grignotent tes images
inventent un ciel aux saisons variables
un ciel pour toi
aujourd’hui
maintenant
un vol d’étourneaux
et tes pas citadins
tes pas dans le froid gr’hiver
des étourneaux
ton sourire intemporel

*

++++

18

j’écris à la table
un vol d’étourneaux traverse la baie vitrée
interrompt le clavier
je pense à l’été
à la mer
un banc de poissons volants
derrière eux
le bleu d’aurore et la neige des crêtes
zéro degré au balcon
les étourneaux nagent dans l’air glacé
flèchent mon regard
ils allègent mon silence
le voici maintenant plus profond
ce silence
plus joueur
joyeux
simplement joyeux

++++

19

comme un abrazo
glisser face aux montagnes
amoureux d’hiver

*

je fume au balcon
soudain l’étoile filante
clin d’œil du cosmos

++++

20

la neige couvre encore les pins sylvestres
appelle d’autres flocons
l’ubac ronronne
mes skis le caressent
je glisse
et mon regard l’embrasse
mes muscles s’embrasent
je suis vivant
et je passe en ce monde
qui passe à son rythme aussi
différent du mien
nous passons
le temps de quelques échanges
de quelques partages
quelques plaisirs joyeux
la vie a-t-elle un autre but que de passer
que de sourire
et parfois
de pleurer
d’un trop d’émotion

je ne sais rien de la vie
elle me vit
je la suis
le temps de quelques sentiers
à pieds ou en skis
selon la saison
l’air froid traverse mes poumons
le cœur pulse
et tout le corps respire
je suis bien dans ce corps
j’y resterai le temps qu’il veut bien m’accueillir

ensuite
on verra bien

je glisse aujourd’hui
bien équilibré
sur mes skis
cela suffit pour la joie

++++

21

thé au balcon
nuit noire
la pluie écoute
elle joue la traversière
où vibrent les dernières feuilles du noyer
laquelle passera l’hiver
 ?
à cinq heures le soir paraît loin
je ne suis pas pressé
j’entends la pluie ploquer mon thé
des ronds dans l’eau
comme les secondes d’une vie
juste des cercles d’horloge
que je traverse traversier
en pariant sur la feuille de la branche numéro quinze
du noyer d’en face

++++

23

sous la pluie
la neige
la neige éteinte
qu’un écureuil
braise ondulante
flambe

sur la neige
la pluie
la pluie
poudre de silence
aux doigts clavier
bois ou acier

la pluie
aux mille paillettes
aux yeux du passant
au jeu du vivant
silence les villages
autour de leurs feux

++++

24

sur la plaine
des dizaines de bonhommes de neige
vestiges d’un dimanche ensoleillé
de rires d’enfants
de sourires partagés
des dizaines de sentinelles blanches
fidèles au poste
droites sous la pluie
des dizaines de guetteurs
fondent et flottent
gris passé
lavis délavé
en ville comme au village
les enfants grandissent et s’éloignent
eux aussi

++++

25

ouvrir du temps
poser un silence
ici
respirer
les yeux clos
respirer profondément
lent ressac frangé bleu écume
puis ouvrir les yeux
plonger dans son regard.
ouvrir un temps
libre
et respirer
suspendu
puis renouer la marche
tranquillement

++++

27

descends de ton buffle
glisse et godille à tes pieds
la voie du haïski

++++

28

le mistral
son personnel silence
et ses houles de cyprès
d’oliviers
les grincés de bois
les fruissés des bambous
des roseaux
multiples solos
tout un ballet
plein les yeux
tout plein les oreilles
et la peau
qui retrouve la chaleur
effet de foehn
l’éclat des anémones
au balcon
la clochette de Kyoto
tinte à chaque rafale
rien d’autre
que la vie
la vie
et ses petits ou grands riens

++++

31

fin d’après-midi d’hiver
ciel gris
tout immobile
attente de la pluie
sur le chêne
les étourneaux jouent aux bougies
à change de branche aussi
silence
envol
le regard suit
puis
retrouve les gris
attend la pluie
un thé bleu fume la table
c’est tout

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP