BRIBES EN LIGNE
c’est à caminito que page précédente retour sur la toile de renoir, les station 4 : judas  antoine simon 24 page suivante ► page page d’accueil de aller à la bribe i au et tout avait 1 la confusion des et que vous dire des posté sur facebook sorti de pour angelo     vers le soir 1 au retour au moment madame, on ne la voit jamais pour frédéric vers la deuxième Éphémère du 22 juillet à antoine simon 7 antoine simon 21 ce qui fascine chez i voici. "il y aurait eu un       enfant retour à la recherche leonardo rosa le chêne de dodonne (i) dans l’effilé de page suivante ► page (ô fleur de courge... accoucher baragouiner       pav&eacu que d’heures nous lirons deux extraits de       s’ des voix percent, racontent       le page suivante ► page 1- nous sommes dehors.       une et si au premier jour il sculpter l’air : « h&eacut "nice, nouvel éloge de la lu le choeur des femmes de nu(e), comme son nom aller à la liste des auteurs on peut croire que martine à la bonne       dans       "j& sommaire ► page       marche préparer le ciel i iii sur l’eau a) au grÉ textes mis en ligne en juin le chêne de dodonne (i)  ce qui importe pour lorsqu’on connaît une fragilité humaine. sommaire ► page suivante voir l’essai sur ouvrir f.a.t.a. i ► le elle ose à peine attendre. mot terrible. trois (mon souffle au matin mult ben i fierent franceis e préparer le ciel i tant pis pour eux. frères et     pluie du sept (forces cachées qui vertige. une distance un besoin de couper comme de       o envoi du bulletin de bribes vers le sommaire des recueils  les trois ensembles il semble possible  dans le livre, le sommaire ► page suivante napolì napolì   nous sommes cent dix remarques i► cent mon cher pétrarque, oiseau tranquille au vol page suivante ► page approche du continent page suivante ► page       la À venise je dispose, sur le la fonction, de l’autre     une abeille de   1) cette   je ne comprends plus textes mis en ligne en août lorsque la langue dérape, le rafale n° 4 on le seins isabelle boizard 2005 voir les œufs de dernier vers aoi page d’accueil de depuis ce jour, le site  dernier salut au quand on arrive de new-york art et territoire durant antoine simon 13 je ne saurais dire avec assez reprise du site avec la     son rafale n° 9 un       bonheu dans ce périlleux  martin miguel vient         page suivante ► page 1) sommaire ► page suivante rimbaud a donc raphaël monticelli 30 juin       je me page suivante ► page avant lire une interview de un soir à paris au granz fut li colps, li dux en après la lecture de textes mis en ligne en août il y a des objets qui ont la au programme des actions petites proses sur terre       je me dorothée vint au monde       crabe-ta page d’accueil de le galop du poème me À hélène "je me tais. pour taire. textes mis en ligne en À peine jetés dans le dans les hautes herbes dernier vers s’il descendre à pigalle, se page suivante ► page       le long 199* passé galerie "sine exode, 16, 1-5 toute sommaire des contributions page suivante ► page ce paysage que tu contemplais vers stat silva dolorosa  au travers de toi je sommaire des contributions exposition de la série approche d’une la difficile question des (dans mon ventre pousse une le lent déferlement libre de lever la tête pour bruno charlotte, in page suivante ► page le scribe ne retient       pass&eac cet article est paru toutes ces pages de nos 1- ai-je reçu une et nous n’avons rien page suivante ► page ecrire les couleurs du monde cliquer pour rejoindre la s’égarer on "ces deux là se je lui ajoute trois petits pour accéder au texte,   la baie des anges page précédente retour à il pleut. j’ai vu la  de même que les 1) notre-dame au mur violet   au milieu de deus li otreit (la sue) tes chaussures au bas de sommaire ► page suivante journée de voici des œuvres qui, le textes mis en ligne en août aller à la bribe suivante inoubliables, les sixième page suivante ► page ici, les choses les plus dans le train premier cent dix remarques i► cent       et tu   un vendredi mult est vassal carles de   on n’est le pendu pour andré villers 1) aller à la liste des ne pas négocier ne ses mains aussi étaient bernard dejonghe... depuis mougins. décembre   la production page suivante ► page moi cocon moi momie fuseau       dans le       objectif       sur le effleurer le ciel du bout des bien sûr la page d’accueil de       grappes       " page précédente ► page  pour le dernier jour antoine simon 14 thème principal : clxvi deus li otreit (la sue) "et bien, voilà..." dit       à la mémoire de christian grande lune pourpre dont les aller au sommaire de pablo baous et rious je suis a quelques exceptions près  jésus le lent tricotage du paysage max charvolen, martin miguel page suivante page page d’accueil de     surgi ouverture d’une page suivante ► page  marcel migozzi vient de samuel chapitre 16, versets 1       va ton je t’enfourche ma madame a des odeurs sauvages les carnets éclaboussés 2 cent dix remarques i► cent   saint paul trois autre citation j’ai travaillé villa arson, nice, du 17 page d’accueil de de profondes glaouis une errance de     tout autour tout est possible pour qui monticelli raphael 510 035       que de à propos “la aller à la bribe suivante préparer le ciel i aller au texte nous sommes sommaire ► page suivante pour accéder au texte station 5 : comment vers le sommaire des recueils présentation du projet n’ayant pas 19 mars 2022, savigny sur 1. passera-t-on par l’eau textes mis en ligne en avril pour jacky coville guetteurs aller à la liste des auteurs en cet anniversaire, ce qui sommaire ► page suivante dans les horizons de boue, de les dernières assise par accroc au bord de aller à la liste des auteurs     un mois sans ils avaient si longtemps, si page suivante ► page vue à la villa tamaris grant est la plaigne e large page suivante page       quinze le proche et le lointain clers est li jurz et li page suivante ► page     après aller à la bribe suivante immense est le théâtre et au commencement était antoine simon 10 page d’accueil de tandis que dans la grande deux ajouts ces derniers pour visionner  la lancinante ainsi fut pétrarque dans paien sunt morz, alquant bribes en ligne a parcourir les espaces ► madame, vous débusquez   À léon-gontran textes mis en ligne en zacinto dove giacque il mio textes mis en ligne en mai page d’accueil de l’impression la plus malgré ses formules quel ennui, mortel pour je déambule et suis page suivante page page suivante ► page rafale n° 3 des  l’écriture       je madame déchirée commençons donc par   marcel       ...mais voici quelques années, textes mis en ligne en la cité de la musique à sylvie       vu les       dans la le phonétisme n’a-t-il pas textes mis en ligne en juin textes mis en ligne en page suivante ► page       une et te voici humanité antoine simon 22 des voiles de longs cheveux le plus insupportable chez       cerisier antoine simon 9 pour qui veut se faire une ou aux mots noyés dans     le cygne sur       les aller à la bribe suivante dernier vers aoi       longtemp l’entreprise dont je me la légende fleurie est bal kanique c’est mis en ligne durant ce qui fait tableau : ce       la page suivante ► page       deux "le renard connaît       à       les la brume. nuages pour rico roberto   ce siglent a fort e nagent e station 1 : judas carissimo ulisse, torna a allons fouiller ce triangle laure et pétrarque comme les terrasses abandonnées  je signerai mon "la musique, c’est le il n’était qu’un avant propos la peinture est   dernier vers aoi carissimo ulisse, torna a cliquer sur l’icône naviguer dans le bazar de l’attente, le fruit dans les écroulements avant-dire  “... villa arson d’exposition en qui d’entre nous vers avant-œuvre ► mots, ainsi va le travail de qui cet univers sans oui la je serai le pilote aux yeux autre petite voix tout le temps est là sièges préparation des corps page suivante page page suivante ► page       à la réserve des bribes "mais qui lit encore le       ( aller à la liste des auteurs       la pie dernier vers que mort c’est ici, me la parol

Retour à l'accueil

PATRICK JOQUEL

Capteur d’instants
© Patrick Joquel
Publication en ligne : 13 février 2021
Clefs : joquel , 2021 , poésie

JANVIER 2021


1er

moins quinze
hiver figé
la neige croustille sous les skis
je monte vers l’aurore
vers la lumière
un ciel bleu tendre me plonge les yeux
au sommet
le vent me tend les bras
je regarde la mer métallique
et au nord
j’égrène les noms du Mercantour
je les ai tous gravi une fois au moins
goûté leur saveur

++++

4

le vent d’Est
celui qui vient de la mer
et donne ici selon la saison tant d’eau et de neige
le vent d’Est effeuille les chênes
petit bruit de vent
petits bruits de chute ou de course
petits bruits d’hiver
je découvre l’intense architecture de chacun
les branches
de plus en plus fines et souples
un chêne
un corps
un monde
tous différents
tous chênes jusqu’au plus haut bourgeon
jusqu’au bout du bout
comme un désir
tenir le monde ou le caresser
l’offrir ou le retenir encore un peu
un tout petit peu
avant la chute
avant la perte
aller plus loin que soi-même
en cet insaisissable
où l’ombre de l’ombre projette
un désir
poursuivre
avancer
résister de bois ferme à l’effritement
le vent d’Est
vient de la mer
effeuille mes cheveux
petit bruit de vent

*

++++

7

le froid
les pins figés de neige
élan stoppé
silence drapé
beauté blanche
je monte
un crissement léger m’accompagne
feutré
douceur d’un matin bleu net
la ligne de crête semble à portée de spatule
je m’en approche
tranquille
et m’y arrête
j’infuse le paysage
un pays m’accueille
et je m’y sens bien
la mer au soleil joue avec un poème
les montagnes au nord avec leurs sommets
litanie des noms
souvenirs comme des cartes à jouer
la partie dure encore aujourd’hui
dans la pente
ma trace
témoignage d’un vivant
éphémère

++++

10

un banc d’étourneaux arabesque le ciel gr’hiver
se pose
flammes noires sur le chêne
bois nu
jacasseries à plumes
un banc d’étourneaux
une flopée de souvenirs
parfument ta mémoire
en mille géométries fugaces
autant d’étincelles dans ton cerveau d’artifices
mille étourneaux volent tes neurones
grignotent tes images
inventent un ciel aux saisons variables
un ciel pour toi
aujourd’hui
maintenant
un vol d’étourneaux
et tes pas citadins
tes pas dans le froid gr’hiver
des étourneaux
ton sourire intemporel

*

++++

18

j’écris à la table
un vol d’étourneaux traverse la baie vitrée
interrompt le clavier
je pense à l’été
à la mer
un banc de poissons volants
derrière eux
le bleu d’aurore et la neige des crêtes
zéro degré au balcon
les étourneaux nagent dans l’air glacé
flèchent mon regard
ils allègent mon silence
le voici maintenant plus profond
ce silence
plus joueur
joyeux
simplement joyeux

++++

19

comme un abrazo
glisser face aux montagnes
amoureux d’hiver

*

je fume au balcon
soudain l’étoile filante
clin d’œil du cosmos

++++

20

la neige couvre encore les pins sylvestres
appelle d’autres flocons
l’ubac ronronne
mes skis le caressent
je glisse
et mon regard l’embrasse
mes muscles s’embrasent
je suis vivant
et je passe en ce monde
qui passe à son rythme aussi
différent du mien
nous passons
le temps de quelques échanges
de quelques partages
quelques plaisirs joyeux
la vie a-t-elle un autre but que de passer
que de sourire
et parfois
de pleurer
d’un trop d’émotion

je ne sais rien de la vie
elle me vit
je la suis
le temps de quelques sentiers
à pieds ou en skis
selon la saison
l’air froid traverse mes poumons
le cœur pulse
et tout le corps respire
je suis bien dans ce corps
j’y resterai le temps qu’il veut bien m’accueillir

ensuite
on verra bien

je glisse aujourd’hui
bien équilibré
sur mes skis
cela suffit pour la joie

++++

21

thé au balcon
nuit noire
la pluie écoute
elle joue la traversière
où vibrent les dernières feuilles du noyer
laquelle passera l’hiver
 ?
à cinq heures le soir paraît loin
je ne suis pas pressé
j’entends la pluie ploquer mon thé
des ronds dans l’eau
comme les secondes d’une vie
juste des cercles d’horloge
que je traverse traversier
en pariant sur la feuille de la branche numéro quinze
du noyer d’en face

++++

23

sous la pluie
la neige
la neige éteinte
qu’un écureuil
braise ondulante
flambe

sur la neige
la pluie
la pluie
poudre de silence
aux doigts clavier
bois ou acier

la pluie
aux mille paillettes
aux yeux du passant
au jeu du vivant
silence les villages
autour de leurs feux

++++

24

sur la plaine
des dizaines de bonhommes de neige
vestiges d’un dimanche ensoleillé
de rires d’enfants
de sourires partagés
des dizaines de sentinelles blanches
fidèles au poste
droites sous la pluie
des dizaines de guetteurs
fondent et flottent
gris passé
lavis délavé
en ville comme au village
les enfants grandissent et s’éloignent
eux aussi

++++

25

ouvrir du temps
poser un silence
ici
respirer
les yeux clos
respirer profondément
lent ressac frangé bleu écume
puis ouvrir les yeux
plonger dans son regard.
ouvrir un temps
libre
et respirer
suspendu
puis renouer la marche
tranquillement

++++

27

descends de ton buffle
glisse et godille à tes pieds
la voie du haïski

++++

28

le mistral
son personnel silence
et ses houles de cyprès
d’oliviers
les grincés de bois
les fruissés des bambous
des roseaux
multiples solos
tout un ballet
plein les yeux
tout plein les oreilles
et la peau
qui retrouve la chaleur
effet de foehn
l’éclat des anémones
au balcon
la clochette de Kyoto
tinte à chaque rafale
rien d’autre
que la vie
la vie
et ses petits ou grands riens

++++

31

fin d’après-midi d’hiver
ciel gris
tout immobile
attente de la pluie
sur le chêne
les étourneaux jouent aux bougies
à change de branche aussi
silence
envol
le regard suit
puis
retrouve les gris
attend la pluie
un thé bleu fume la table
c’est tout

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP