BRIBES EN LIGNE
1 2 3&nbs il y a des titres qui       entre 1 2 3&nbs     extraire 3 

les lieux aussi sont       & page suivante ► page      & ce n’est pas aux choses  il y a le châssis, dans un coin de nice, a l’extrémité du depuis le 20 juillet, bribes quand il voit s’ouvrir, 1 2 3&nbs dans les carnets le flot pâle des maisons dans les écroulements préparer le ciel i si vous entendez le lac une fois entré dans la  les trois ensembles s’égarer on villa arson, nice, du 17 textes mis en ligne en il y a bien là, dans clers fut li jurz e li il aurait voulu être zacinto dove giacque il mio de toutes les  les premières nécrologie maintenant il connaît le les textes mis en ligne       montagne ce texte m’a été l’eau froide de l’anse       ton rimbaud a donc et…   dits quand on arrive de new-york le pendu je serai le pilote aux yeux rafale on préparait rien n’est plus ardu antoine simon 33 sous ce titre inspiré de la a propos de quatre oeuvres de       je suis 1 2 3&nbs  l’exposition  1254 : naissance de cela fait 53 ans que je 1 2 3&nbs       chaque introibo ad altare a-t-il       apr&egra  hors du corps pas je suis occupé ces le numéro exceptionnel de  mise en ligne du texte     &nbs   le texte suivant a       " sculpter l’air : la route de la soie, à pied, préparer le ciel i textes rÉunis sous un titre présentation du projet toujours les lettres : suite du blasphème de     sur la pente c’est le grand depuis ce jour, le site bribes en ligne a       deux imagine que, dans la le chêne de dodonne (i) sommaire ► page suivante reflets et echos la salle les dernières cent dix remarques i► cent       fourr&ea le vieux qui nous serons toujours ces un survol de l’annÉe page d’accueil de       sur mise en ligne       juin       l’       quinze a la fin   il ne resta joseph a pour sens "dieu  hier, 17 on a cru à       mouette 1 2 3&nbs page suivante page a christiane vers le sommaire des recueils pour accéder au pdf, en ceste tere ad estet ja je crie la rue mue douleur 1 2 3&nbs guetter cette chose normalement, la rubrique ce paysage que tu contemplais un texte que j’ai page suivante ► macles et 1 2 3&nbs village de poussière et de le samedi 26 mars, à 15       j’ avant lire une interview de attelage ii est une œuvre antoine simon 32       dans la les parents, l’ultime 1 2 3&nbs deux ajouts ces derniers percey priest lake sur les au matin du le recueil de textes j’ai changé le tout le temps est là sièges       est-ce     chambre chaque automne les l’illusion d’une les éditions de la passe du station 3 encore il parle nous lirons deux extraits de       mé 1 2 3&nbs sous la pression des       le le ciel est clair au travers la réserve des bribes intendo... intendo ! aller à edmond, sa grande   maille 1 : que       les textes mis en ligne en       dans je meurs de soif       ( allons fouiller ce triangle       s’ "école de et si au premier jour il page précédente le café là-bas, dans le pays des du maurithuis par cliquez sur l’icône       l’ aucun hasard si se 1 2 3&nbs pourquoi yves klein a-t-il textes mis en ligne en antoine simon 20       allong&e pour andré c’est la peur qui fait 1 les morceaux de nuit se toute une faune timide veille       à sommaire ► page suivante et c’était dans page suivante page page suivante ► page pour daniel farioli poussant       objectif station 4 : judas        assis pour visionner la dernier vers aoi pour accéder au texte, ce qu’un paysage peut samuel chapitre 16, versets 1 présentation du projet page suivante ► page quelques textes c’est vrai alocco en patchworck © je t’ai admiré,       neige raphaël monticelli : tu (la numérotation des       en deux       grappes un nouvel espace est ouvert textes mis en ligne en page suivante ► page vous avez dans le pain brisé son page suivante ► page dernier vers aoi juste un 199* passé galerie       le long       st (de)lecta lucta         maquis   iv    vers présentation du projet aller à la bribe suivante 1 2 la strada       sur le       le pure forme, belle muette, prenez vos casseroles et marie antoinette montagnes de antoine simon 5 le scribe ne retient    seule au       reine       voyage pour accéder au texte au pour michèle       le 1 2 3&nbs   <p présentation du projet la vie humble chez les voir les œufs de la chaude caresse de       au   je n’ai jamais       bruyante cent dix remarques i► cent     chant de madame, c’est notre ceci… pour prendre mesure. page suivante ► page antoine simon 30 clere est la noit e la bien sûr, il y eut page suivante toi, mésange à pas une année sans évoquer elle réalise des page d’accueil de À hélène eloge de la boite aux exposition de la série page suivante ► ce pays que retour vers le musicien       baie année 2018 ► année 2020 derniers dernier vers aoi page d’accueil de la littérature de le flot gris roule contre attention beau il y a longtemps, branches lianes ronces 1 2 3&nbs sommaire ► page suivante violette cachée ton réponse de michel biboon. plus qu’une saison. non, björg, s’il 1 2 en rita est trois fois humble. il y a des objets qui ont la       coude a ma mère, femme parmi je reviens sur des et voici maintenant quelques l’ami michel       grimpant page suivante ► page décembre 2001. dernier vers aoi tes chaussures au bas de la bouche pleine de bulles 1 2 3&nbs constellations et patrick joquel vient de le long de l’ombre     hélas, le film sur annie sidro et le       ce qui dernier vers aoi    courant voir les bifaces de b. et ma foi, issent de mer, venent as       à   en grec, morías Éphémère du 22 juillet à ce qui aide à pénétrer le 1 2 3 i) pour frédéric predication_du_15_ao antoine simon 10       m’ dans un clignement de c’est — pense-t-on -       nuage       dans la j’ai travaillé c’est ici, me six de l’espace urbain, 1 2 3&nbs mougins. décembre dessiner les choses banales l’instant criblé laure et pétrarque comme rare moment de bonheur, sur la toile de renoir, les outre la poursuite de la mise voir aussi boltanski galerie 1 2 3&nbs 7) porte-fenêtre       le ciel     [1] l à la bonne il faut laisser venir madame 1 2 3&nbs       au pas  tu vois im font chier le 15 mai, à cent dix remarques i► cent page suivante ► page et que dire de la grâce aller au sommaire des page d’accueil de merci à la toile de i mes doigts se sont ouverts assise par accroc au bord de essai de nécrologie, page suivante ► page est-ce parce que, petit, on page précédente ► de les lettres ou les chiffres pour accéder au pdf, {{}} on trouvera la et toi figure dernier vers aoi       la rafale n° 10 ici il semble possible       su lou immense est le théâtre et 1 2 3&nbs       ...mais         &n je n’aime pas ce monde. présentation du la musique est le parfum de page d’accueil de page d’accueil de ço dist li reis : et ces page suivante ► page     un mois sans passet li jurz, si turnet a aller à la bribe suivante creuser de la langue, outil bal kanique c’est vers le sommaire des recueils  née à       sous   pour théa et ses clxvi deus li otreit (la sue) ► abÉcÉdaire à jean revue aller au texte nous sommes textes mis en ligne en textes mis en ligne en mai un homme dans la rue se prend et que vous dire des seins isabelle boizard 1 2 3&nbs tu le sais bien. luc ne peinture de rimes. le texte rêve, cauchemar, sa langue se cabre devant le mélodie « je me tais.   les le 26 août 1887, depuis rossignolet tu la pas sur coussin d’air mais       une       pass&eac petit souvenir page suivante ► page     sur la la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : LAURENT Jean-Jacques /

RAPHAËL MONTICELLI

Jean-Jacques, peintre
Publication en ligne : 10 janvier 2021
Artiste(s) : Laurent (site)

Ce texte date de 1998. Il figure dans un opuscule sur Jean Jacques Laurent publié par l’association stArt à l’occasion d’une exposition personnelle de l’artiste à l’atelier d’art contemporain des musées de Nice. Jean Jacques Laurent avait intitulé son exposition « Ironie d’un sort ».


vers Ponctuations

Première approche

Peindre : s’introduire dans la famille de l’art

Pour Jean-Jacques Laurent, la peinture a d’abord été affaire de famille. Voilà qui doit bien, en partie au moins, s’expliquer par le fait qu’il est issu de potiers et d’artistes, qu’il a vécu dans la petite ville de Vallauris, à deux pas de Cannes et de Nice, qu’il a y a côtoyé tous les mythes de l’art moderne qui venaient achever là, dans ces parages-là, leur longue et éblouissante route et dont la présence hante encore tous les espaces du sud. Que d’ombres immenses pèsent encore ici, vous attendent sur le pas des portes, infiltrées dans les ruelles, toujours attentives devant les tours de potiers, impatientes, devant les fours à céramique, d’être surprises, une fois encore, par ce que le feu a pu faire d’un pigment ou d’un émail….Quand on déambule dans les rues de Vallauris avec Jean-Jacques, on voit littéralement se lever du sol qui les a accueillies les figures communes, banales, terriblement humaines et lourdes, de Jacques Prévert ou Pablo Picasso…
L’art est alors famille : donnée immédiate et indiscutable ; un monde tout d’un bloc, sans concession, sans ouverture, sans changement, à prendre ou à laisser, tel quel. Une effroyable éternité, en somme, gardée par des ombres écrasantes, divinités étrangement familières : immensément présentes, occupant tout l’espace, aveuglant l’horizon et cherchant à nous garder sous leur tutelle, admiratifs et muets. En échange, on reçoit l’espoir de savoir ce que seuls les dieux savent et la grâce de faire, avec notre pauvre corps, un peu de ce qu’ils ont su faire.

Pour Jean-Jacques, l’art est ainsi d’abord famille avec laquelle on entretient des rapports secrets, intimes, jalousement et douloureusement intimes : on en vibre, incompréhensiblement, au point d’en être agacé, de chercher à faire cesser cette tension dont on se dit, qu’en fait, on ne l’a pas voulue, qu’elle disparaisse, qu’elle cesse de gâcher la clarté du monde ; sans elle, la vie serait plus simple, plus immédiatement vivable ; plus tranquillement vivable…

On est déchiré : parce que, finalement, ça s’installe au creux de nous-mêmes, ça se niche dans des zones de faille ou de manque, et ça se niche pourtant sans les combler, en les élargissant, au contraire, en avivant leur sensibilité, comme ces caresses dont la douceur même ravive sur d’anciennes plaies, la sensibilité de la peau, plus fine là qu’ailleurs, sans cesse comme prête à s’ouvrir à nouveau. On sait aussi pourtant qu’on peut en s’enfonçant et en se calfeutrant dans cette intimité, construire le début de toute jouissance. L’art est famille : Jean-Jacques s’y est trouvé plongé. Et vous savez bien comment : vous connaissez cette passion, cet amour douloureux si fort qu’il se sent parfois plus fort que le retour qu’il reçoit, qui fait qu’on en arrive à rejeter avec le plus de violence ceux que l’on aime le plus et dont on sait bien, avec rage, que ce sont ceux dont on a le plus besoin et que, dans le même mouvement, avec la même rage, on se rapproche d’eux, on cherche à supprimer cette frontière de la peau, pour se fondre, ne faire qu’un.
Au prix de la perte et de la douleur. Et on sait que quand on parvient, un peu, au bout de la perte, à ces instants de fusion, toute douleur s’efface, quelque chose s’étend sur le monde et l’allège : la paix…

La peinture a bien été ainsi, pour Jean-Jacques, pendant longtemps une affaire de famille ; c’est entre soi, on le sait bien, qu’on lave ses affaires, dans une famille : les affaires du monde y trouvent peu d’échos. Mais il suffit, en somme, d’un tout petit recul, d’une toute petite distance, pour se rendre compte que les affaires qu’on lave sont celles de n’importe qui, de tout un chacun, et que le monde traverse la famille qui le traverse.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP