BRIBES EN LIGNE
branches lianes ronces sculpter l’air : ceci… pour prendre mesure.     vers le soir rm : tu as décidé marché ou souk ou générations soudain un blanc fauche le je serai toujours attentif à page suivante ► nous textes mis en ligne en sommaire ► page suivante bal kanique c’est       cerisier il souffle sur les collines  l’exposition        ç page suivante ► page l’éclair me dure, il en est des noms comme du c’est une sorte de la littérature de je n’aime pas les gens j’ai ajouté lire le texte       parfois aller au sommaire de pablo dans les carnets présentation du page suivante ► page la bouche pleine de bulles  pour jean le lorsque martine orsoni la force du corps, textes mis en ligne en août mougins. décembre madame dans l’ombre des page suivante ► macles et     sur la pente quelque chose en cet anniversaire, ce qui page précédente ► de normal 0 21 false fal       le dans le respect du cahier des j’ai donné, au mois le chêne de dodonne (i) dernier vers aoi et c’était dans jacques kober : les présentation du projet pour alain borer le 26 sauras-tu lui répondre pour accéder au texte, antoine simon 26       et pénétrer dans ce jour, le lent déferlement page suivante les plus vieilles vers le sommaire des recueils paroles de chaman tu il y a tant de saints sur couleur qui ne masque pas nous serons toujours ces       s’ a) le chemin de fer 1) la  pour le dernier jour un temps hors du dans ce périlleux eloge de la boite aux lorsque la langue dérape, le vos estes proz e vostre j’pense à toi bruno cristina m’avait demandé   si vous souhaitez la pureté de la survie. nul les articles mis en ligne en des voix percent, racontent josué ne certains prétendent textes mis en ligne en g. duchêne, écriture le sous ces étagements liquides       crabe-ta       je fais le chêne de dodonne (i)       dé rimbaud a donc "tu sais ce que c’est sommaire ► page suivante jusqu’à il y a       objectif     longtemps sur page d’accueil de page suivante ► page violette cachée ton diaphane est le page suivante ► voici donc sommaire ► page suivante deux mille ans nous d’abord l’échange des epuisement de la salle, cliquer sur l’icône je me souviens de l’évidence l’illusion d’une       gentil « voici fin première madame des forêts de       vu les alocco, au château de hommage à rené       voyage   en grec, morías toutes sortes de papiers, sur très saintes litanies [voir le texte de cummings       la et combien  tu ne renonceras pas. les dernières sommaire ► page suivante page suivante ► page chants à tu mon recueil je crie la rue mue douleur seul dans la rue je ris la samuel chapitre 16, versets 1 elle réalise des       à ce qui fascine chez autre essai d’un année 2019 ► albert 1er moins quinze hiver page suivante page les petites fleurs des       quinze dernier vers aoi    courant clere est la noit e la page d’accueil de aller au sommaire de pablo "ces deux là se le film sur annie sidro et le dernier vers aoi page d’accueil de je t’enlace gargouille karles se dort cum hume la poésie, à la le dernier recueil de       m’ page suivante ► page voir les bifaces de b. la liberté de l’être rien n’est plus ardu       au pour michèle gazier 1 le chêne de dodonne (i) i en voyant la masse aux reprise du site avec la textes mis en ligne en le scribe ne retient       descenda quando me ne so itu pe si tu es étudiant en il était question non d’ eurydice ou bien de       vu les       le       dans le village de poussière et de reste de cet été dans cet de soie les draps, de soie ce jour-là il lui dix l’espace ouvert au tout est possible pour qui centre georges d’abord la crise du (dans mon ventre pousse une introibo ad altare     " aller à la bribe suivante antoine simon 13 rafale n° 5 un <p présentation du projet   je n’ai jamais       quand nécrologie   ces sec erv vre ile voile de nuit à la tout en travaillant sur les présentation du projet bruno mendonça pour accéder au texte, les premières le chêne de dodonne (i) pour marcel textes mis en ligne en août dans le patriote du 16 mars       su lou page suivante ► page à yvon quand une fois on a monde imaginal, le franchissement des     [1] l la toile ou, du moins, la le 15 mai, à lien vers la totalité des page suivante ► page etait-ce le souvenir de proche en proche tous madame déchirée le chêne de dodonne (i) au commencement était page suivante ► page libre de lever la tête si j’avais de son dans la caverne primordiale   *   libre quelque temps plus tard, de voici des œuvres qui, le madame est la reine des       la a l’extrémité du où l’on revient ce jour là, je pouvais même si   ciel !!!! feuilleton d’un travail le 28 novembre, mise en ligne préparer le ciel i  martin miguel vient carissimo ulisse, torna a dans le flou des souvenirs... les cahiers butor sont il tente de déchiffrer,       "j& sur l’erbe verte si est l’instant, celui qui ne   iv    vers       dans le pour rico roberto   ce voir les œufs de aller à la liste des auteurs mathieu bénézet : mon       la pie bien sûr, il y eut    de femme liseuse le chêne de dodonne (i)     dans la rue la lancinant ô lancinant quand un critique français autre citation       jonathan       les       le vent bernard dejonghe... depuis entr’els nen at ne pui pour accéder au texte au moi cocon moi momie fuseau     double paysage de ta       sur la       & bel équilibre et sa page précédente ► page sommaire ► page suivante ses mains aussi étaient   six formes de la       soleil   maille 1 : que le chêne de dodonne (i) les grands cette machine entre mes rita est trois fois humble.       enfant attention beau jamais je n’aurais dans un clignement de rafale n° 12 où portrait. 1255 : a) les villes abandonnées il       entre textes mis en ligne en le 26 août 1887, depuis page suivante ► page préparer le ciel i ce qu’un paysage peut antoine simon 17 pour accéder au pdf,     chant de textes mis en ligne en sous l’occupation       en sommaire ► page suivante josué avait un rythme suite du blasphème de immense est le théâtre et un jour nous avons je déambule et suis dernier vers aoi lire la réponse de michel à propos des grands la fonction, elle ose à peine  si, du nouveau archipel shopping, la bernard noël, droits présentation du projet "a cannes, propos de table avec marc, nous avons page d’accueil de il y a des soirs où le page suivante ► page la fraîcheur et la       journ&ea page suivante ► page Écoute, bûcheron, arrête que nos princes et empereurs quand les mots antoine simon 19    tu sais journée de       pav&eacu nous serons toujours ces       pourquoi sommaire ► page suivante la lecture de sainte bernadette griot vient de voir l’essai sur abstraction voir figuration le proche et le lointain       le normalement, la rubrique accorde ton désir à ta À propos de fata en madame, c’est notre page suivante ► page zacinto dove giacque il mio page d’accueil de page suivante ► page bribes en ligne a       fleur       longtem page suivante ► page dans ma gorge       pass&eac a-t-il 7) porte-fenêtre rafale aller à la bribe i au imagine que, dans la pour m.b. quand je me heurte tout en vérifiant pas facile d’ajuster le une image surgit traverse le  dans toutes les rues       la 0- souviens-toi. sa et si au premier jour il il faut aller voir       é pas de pluie pour venir page suivante ► page derniers textes mis en page d’accueil de aller à la liste des auteurs       bâ 1- c’est dans grande lune pourpre dont les page précédente retour       les l’annÉe 2022 mois par antoine simon 31 page suivante ► page À hélène en guise pour michèle auer et ► abÉcÉdaire à jean madame est toute       apparu À max charvolen et aller à la bribe suivante  pour de     une abeille de paru en ce mois de juin 2021, i mes doigts se sont ouverts exode, 16, 1-5 toute ils avaient si longtemps, si chère florence retour au texte la parol

Retour à l'accueil

RAPHAËL MONTICELLI

Patiences du sculpteur de temps
Publication en ligne : 16 novembre 2020
Artiste(s) : Warneck

J’ai retrouvé ce texte de 1987 en classant mes archives numériques. Je me souvenais très bien qu’il concernait le travail de Luc Warneck. Il y avait eu une première version qui a disparu. Quant à celle-ci, je ne savais plus du tout à quoi elle avait servi.
Renseignement pris auprès de Luc : ce texte figure dans le catalogue de l’exposition de Kai Masayuki et Luc Warneck au centre culturel de la paix, à Hiroshima en 1987.
Luc Warneck avait développé une série en se servant de chaises brisées qu’il réparait de toutes sortes de façons, la plus étonnante à mes yeux étant d’installer la chaise en terre et de faire pousser un arbuste sur la partie à réparer.
Cette alliance du débris usiné et du naturel qui le panse ou le soigne m’avait beaucoup frappé, et je la trouvais particulièrement adaptée à une exposition sur le site d’Hiroshima.


Tout le temps est là

Sièges où trônent les siècles ils s’y font de nos rêves de corps quand nous projetons nos images d’assis sur la matière vivante nous la plions alors à notre image et à tous les rêves que nos images portent trainent accueillent drainent accrochent

Sièges défaits de nos corps jusqu’à la mort jusqu’à l’éclatement désarticulés gisants dérisoires figures de corps disloqués au bas de quelque décharge machines usées ridiculement lascives chargées de fausses promesses faux espoirs abandonnées délaissées sur un trottoir incertaines trônes pourtant que rien ne peut déchoir portant des temps plus lourds fiers de tous les corps vautrés affalés perdus

Chaise présentée dans l'exposition à Hiroshima

Tout le temps est là

Sièges où dialoguent les temps hommes oeuvrant pour leur donner forme scie serpe rabot mèche rape trusquin varlope herminette ciseau maillet villebrequin guillaume objets de patience et de calme (tout le temps est là) est-elle fortuite la rencontre entre un pied tourné et un dossier à la lyre un barreau de ce siècle et un montant de l’autre conjugaison aléatoire des douze pièces de la chaise année de bois que le temps éparpille et que rassemble l’art

Patience encore

Tout le temps est là

Une chaise installée en 1987, état actuel

dans la violence (lente -mais violence-) des nécessités végétales et minérales - herbes feuilles ronces assauts saisonniers de la terre écumes prurits larves vers grouillements vie silencieuse secrète inexorablement renaissante et sans cesse présente de toutes parts poussant ou comme immobile dansant caressant l’air à l’entour l’embrassant l’enserrant l’encerclant et durcissant en cercle embrassade caresse danse arbres sans cesse ils brassent leurs ramures ils n’occupent pas l’espace ils le créent

Sièges où s’unissent les temps des hommes leurs rêves et celui de la terre
Patience encore
Terre -pierres en elles-mêmes envolées- lentes- squelette de l’eau qui du dedans pousse les herbes les feuilles les ronces les arbres et nous-mêmes constructions d’eau qui portons nos roches en dedans suc ralenti de l’arbre tout le temps est là qui s’y terre

Patience :
saisir le temps ce n’est pas le savoir c’est l’apprendre
non le chercher- le construire

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP