BRIBES EN LIGNE
les terrasses abandonnées de l’autre page précédente longue j’aurai donc vécu sur dernier vers aoi les premières station 1 : judas il semble possible les ruelles blanches qui passent .x. portes, cet article est paru et que vous dire des la route de la soie, à pied,   adagio   je j’ai travaillé me un verre de vin pour tacher       juin avant lire une interview de cliquer sur le titre pour       est-ce 1 2 3 en préparer le ciel i  tu vois im font chier       ruelle page suivante ► je suis né d’abord trouver un titre. de toutes les pour helmut et il fallait aller debout mais jamais on ne antoine simon 24 1 2 3&nbs       le carles li reis en ad prise sa   la production li emperere s’est   pour le prochain page précédente retour     extraire madame chrysalide fileuse la liberté de l’être 1 2 3&nbs pour jean-louis cantin 1.- antoine simon 15 constellations et présentation du projet       coude textes mis en ligne en ma mémoire ne peut me page suivante ► page l’annÉe 2021 mois par 1 2 en voir les bifaces de b. trois tentatives desesperees je me souviens qu’à propos page d’accueil de à claude held patiente la à    tu sais en une, une œuvre de guetter cette chose les amants se textes mis en ligne en voudrais je vous textes mis en ligne en  de même que les dire que le livre est une les plus terribles il est le jongleur de lui a l’extrémité du préparer le ciel i       le       la       apr&egra intendo... intendo ! page d’accueil de de tantes herbes el pre page suivante ► r.m. a toi a - preliminaire prenez 3 la vie humble chez les aller à la bribe suivante a-t-il textes mis en ligne en mars aller à la liste des auteurs page précédente retour à il tente de déchiffrer, une fois entré dans la       assis   le texte suivant a antoine simon 14 giovanni rubino dit les céramiques et leurs attendre. mot terrible. rafale n° 4 on le références : xavier aucun hasard si se tu le sais bien. luc ne éphémère du 6 octobre entr’els nen at ne pui le 28 novembre, mise en ligne ainsi va le travail de qui la toile ou, du moins, la aller à la liste des dernier vers aoi avant dernier vers aoi       ç morz est rollant, deus en ad les parents, l’ultime je crie la rue mue douleur page suivante ► page pour accéder au pdf de chaises, tables, verres, noble folie de josué,             le dix l’espace ouvert au 1 2 questions aller à la bribe suivante       l’ 1 2 3&nbs a la libération, les cliquer sur l’icône page suivante ► page et   riche de mes page suivante ► page à cri et à quando me ne so itu pe       une « je suis un les photos et archives onze sous les cercles page d’accueil de carissimo ulisse, torna a il souffle sur les collines quelques textes onzième ço dist li reis : mougins. décembre carcassonne, le 06       force prenez vos casseroles et s’ouvre la 1 2 3 i)  au mois de mars, 1166 viallat © le château de voici des œuvres qui, le aller à la liste des auteurs neuf j’implore en vain carles respunt :   (à dans les hautes herbes i en voyant la masse aux       à rien n’est plus ardu       sur le aller à la liste des auteurs page suivante ► page 1 2 3&nbs  je ne voulais pas deus li otreit (la sue) aller à la bribe suivante 5) triptyque marocain pour daniel farioli poussant de pareïs li seit la page précédente page page suivante ► page c’est la chair pourtant toulon, samedi 9 antoine simon 29       soleil       objectif       droite aller vers bribes, livres 1 aller à la liste des auteurs cher.e.s ami.e.s vous pouvez tromper le néant  epître aux       en il y a des titres qui page suivante page voir les œufs de ils s’étaient 0- souviens-toi. sa langues de plomb a la 1 2 3&nbs le 15 mai, à les embrassées , cantilène le proche et le lointain lorsqu’on connaît une le plus insupportable chez  l’exposition  1 2 3&nbs page suivante ► page la mastication des   anatomie du m et antoine simon 6 cliquer pour rejoindre la attelage ii est une œuvre « je me tais.       parfois cet univers sans dernier vers aoi  ce qui importe pour présentation du projet tout en vérifiant page précédente ► de depuis le 20 juillet, bribes histoire de signes . 1 2 3&nbs   que signifie mes pensées restent « ces deux là       la cent dix remarques i► cent le scribe ne retient où l’on revient dentelle : il avait ce 28 février 2002. vous êtes dans les carnets le "patriote", dernier vers aoi bribes en ligne a       mé rafale n° 9 un page suivante ► page n’ayant pas le géographe sait tout     le cygne sur antoine simon 11       j’ cent dix remarques i► cent  de la trajectoire de ce  l’entretien madame est une torche. elle début de la mise en ligne de ( ce texte a la deuxième édition du  je signerai mon dernier vers aoi ce qui fait tableau : ce aller vers le musicien nègre le chêne de dodonne (i) le grand combat :       fourr&ea page suivante ► page       sur le le flot gris roule contre page suivante ► page (la numérotation des page suivante ► page aller à dernier vers doel i avrat, c’est un peu comme si, À la loupe, il observa « ah ! mon sommaire ► page suivante ecrire les couleurs du monde de soie les draps, de soie       ".. 1 2 3&nbs et que vous dire des antoine simon 10   voici donc la dernier vers aoi page d’accueil de       je me certains prétendent vos estes proz e vostre grande digue est dispersée textes mis en ligne en mai derniers textes mis en       l’    regardant il y a longtemps, si j’étais un aller à la bribe suivante des quatre archanges que aller à la bribe suivante page suivante page grande lune pourpre dont les traversé le lieu-dit de pour max charvolen 1) dernier vers aoi sainte marie, (elle entretenait la mort d’un oiseau. cent dix remarques i► cent cliquer sur l’icône embrasement du mantra gore travail de tissage, dans 1 2 3&nbs préparer le ciel i  hier, 17 quatrième essai de thème principal : le peintre manuel casimiro « tu sais ce que 199* passé galerie       jonathan l’envers de dans l’herbier de ses   dits de     &nbs page précédente le café       "       sur le la galerie chave qui       et       pav&eacu  dernières mises la danse de madame est la reine des page suivante page on a cru à apaches : sommaire des 1 2 3 c’était une très jeune (ô fleur de courge... À l’occasion de et si au premier jour il Éléments -       en un nice, le 18 novembre 2004 commençons donc par je suis occupé ces 1 2 bruno paroles de chaman tu page d’accueil de pierre ciel cent dix remarques i► cent j’ai parlé       la et si tu dois apprendre à 1 2 3&nbs présentation du douze (se fait terre se au labyrinthe des pleursils il existe deux saints portant   si vous souhaitez deuxième essai là-bas, dans le pays des à la bonne générations douce est la terre aux yeux pour accéder au texte au antoine simon 27       mouette que reste-t-il de la de prime abord, il tous feux éteints. des je t’ai admiré, aller à la bribe suivante  l’écriture j’ai donné, au mois six de l’espace urbain, gardien de phare à vie, au revue    seule au page suivante ► page     au couchant       deux sauras-tu lui répondre antoine simon 5 nice, le 8 octobre aller à la bribe suivante able comme capable de donner vue à la villa tamaris       reine 1 2 3&nbs page suivante ► macles et preambule – ut pictura deux nouveauté, 1 2 3&nbs le lourd travail des meules pour julius baltazar 1 le       fourmi&n quand c’est le vent qui que nos princes et empereurs  hors du corps pas       dans le 1 2 3&nbs l’appel tonitruant du une il faut dire les aller à la bribe suivante la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : SEUILS PASSAGES ET TRANSMISSIONS /

RAPHAEL MONTICELLI

Trois petits cochons
Publication en ligne : 22 octobre 2020

Ce texte a été rédigé en 2006, peut-être. Si je ne fais pas erreur, deux amis l’ont mis sur leur site : Martin Winckler et Ludovic Bablon. J’ai souvent raconté cette anecdote en formation de formateurs à l’éducation artistique.


page suivante ►

page précédente

Septembre 1970. j’ai 22 ans. Je suis nommé à Pithiviers (Loiret), lycée Denis Poisson. J’ai des 5e et des 1re... Pithiviers... Entre Beauce et Gatinet. Les champs de betterave, les sucreries, l’odeur lourde de la betterave qui fond dans la puanteur pour devenir sucre, les biscuits, les usines de produits pharmaceutiques. Le pâté d’alouette. Le gâteau... de Pithiviers. Une ville tranquille. Un mail (pas le courrier électronique, la promenade , le cours). Un urbanisme suranné. Une architecture très XIXe... Mes premiers élèves...

La Beauce, le Gatinet. Une France inconnue de moi... La France Profonde. La douce France. A 82 km : Paris. A 45 : Orléans... Dans un rayon de moins de 80 km : Fontainebleau... Et Chartres... Chartres !! Que je ne connais pas. Un pays d’anciennes comptines hanté par des blondes aux yeux noirs.

Septembre 70... Je lis qu’un concert d’orgue va se donner dans la cathédrale de Chartres. Chartres ! à 70 km de là. A deux tours de roue. Je rêve de Chartres depuis Péguy. Depuis Duby. Quant à l’orgue... Je suis de ces traditions qui ont connu l’orgue en naissant. Les enfants du christianisme occidental sont nés dans des orgues et ont grandi dans le grondement harmonique de ses tuyaux.

Je décide de m’offrir ce plaisir. Ce luxe. Prof à 70 km des orgues de Chartres. Une heure de route et je peux plonger dans 7 siècles -ou 7 fois 7 siècles- d’histoire, dans la nuit, dans ce berceau de pierre, d’air, de musique. Je décide.

Mais comment y aller seul ? Comment jouir en solitaire de ce plaisir qui n’est à portée de ma main que parce que j’ai été déplacé là par des forces qui me dépassent infiniment. Que parce que des générations depuis longtemps disparues ont balisé le territoire et le temps. Que parce que des maîtres de toutes sortes et de toutes origines se sont assemblés pour travailler ensemble. Que parce que aujourd’hui encore, pour faire vibrer l’air de la cathédrale de Chartres, des quantités de gens, musiciens et éclairagistes, électriciens et balayeurs, guichetiers, secrétaires, journalistes, imprimeurs, se sont donné le mot.

Comment ne pas partager ? Et avec qui partager ? Je lance des invitations dans mes classes de première. J’offre le transport. Ils ont été trois à répondre. Heureusement. Je n’avais pas plus de place dans ma Fiat. Je ne vous dis rien de l’aller. Rien du concert. Rien du choc. Rien de l’architecture. Rien de la rosace aveugle dans la nuit. Rien du retour. Rien des discussions. Rien de la fatigue de ces adolescents à peine moins âgés que moi. Rien de leur endormissement pendant le trajet.

Ce que je veux dire, c’est la longue et lente rumination qui a commencé cette nuit là en moi. C’est le malaise qui m’a pris cette nuit là et qui ne m’a plus lâché. C’est la révolte qui m’a pris cette nuit là sur la route entre Chartres et Pithiviers. Pour d’insondables raisons, j’aimais la musique. Par quelles incompréhensibles voies en étais-je arrivé à rêver de Chartres ? Pourquoi Péguy m’avait-il tant secoué depuis l’âge de raison ? Ce n’était pas le problème encore. Le problème, c’était de voir dans ma voiture 3 élèves avec qui j’avais partagé cette émotion. Trois élèves seulement. Pourquoi ceux-là ? Et les autres ? Pourquoi 3 seulement ? Et pourquoi avais-je proposé ce partage ? De quel droit ? Qui m’y autorisait ? Qui garantissait que c’était bon pour eux ? Et si c’était bon pour eux, pourquoi n’y avait-il pas tout simplement droit ? Et si eux en avait le droit pourquoi pas mes 80 autres élèves ? Et pourquoi pas tous ceux du lycée ? Et pourquoi pas tout le monde ? Ceux qui n’avaient pas eu droit au concert de Chartres, de quoi avaient-ils été privés ?

C’est dans la nuit entre Chartres et Pithiviers que je me suis promis de ne plus réserver l’art, la musique, la peinture, la poésie à quelques uns seulement. Que je me suis juré que je ferais tout pour que personne n’en soit exclu. Que j’ai décidé que je ne pouvais pas être seul juge de ce qui était bon pour les autres. Et que, paradoxalement, j’ai pensé qu’il y avait une si grande injustice à ce que seuls quelques uns profitent de ce qui était nécessaire à tous, que je préférais, somme toutes, que le nécessaire manque clairement à tous -de façon criante- plutôt que de me complaire dans l’illusion du plaisir partagé entre connaisseurs, et de m’en satisfaire.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP