BRIBES EN LIGNE
rêve, cauchemar, merci au printemps des je rêve aux gorges la danse de       objectif et tout avait la prédication faite 1- c’est dans aller vers le musicien nègre 1 2 3       ...mais page suivante ► page et ma foi, page précédente retour page suivante ► page 1 2  dernier vers aoi apaches : en 1958 ben ouvre à sables mes paroles vous     " dernier vers aoi le géographe sait tout carmelo arden quin est une clxvi deus li otreit (la sue) 1 2  derniers textes mis en page suivante ► page dernier vers aoi petites proses sur terre et c’était dans vedo la luna vedo le dans les carnets un texte que j’ai souvent je ne sais rien de il arriva que 1254 : naissance de cecil beaton brassaÏ renÉ 1 2  guetter cette chose retour au texte       dé vue à la villa tamaris antoine simon 22 c’est extrêmement  la lancinante       l’ du maurithuis par     les fleurs du dernier vers aoi dernier vers aoi le lent déferlement clers est li jurz et li page suivante ► page il ne s’agit pas de pour andré villers 1)       fourr&ea le coeur du 1 2  commençons donc par       la     l’é et nous n’avons rien jusqu’à il y a       soleil aller au texte nous sommes page suivante ► macles et "pour tes       juin dernier vers aoi accorde ton désir à ta frères et       dans le aller à la bribe suivante       ( paysage de ta mélodie 1 2  aller à l’échange sur sommaire ► page suivante page suivante ► page       o rafale et combien nous savons tous, ici, que un jour nous avons sommaire ► page suivante a ma mère, femme parmi glaciation entre quatre si la mer s’est le recueil de textes       grappes   dits de       entre       la page suivante ► r.m. a toi       sur la il semble possible   la baie des anges d’abord trouver un titre. j’oublie souvent et au seuil de l’atelier page suivante ►   les  hier, 17       sur le   tout est toujours en dernier vers s’il un nouvel espace est ouvert deus li otreit (la sue) page suivante ► page page suivante ► page sommaire ► page       deux la légende fleurie est un homme dans la rue se prend  monde rassemblé madame aux rumeurs Éléments - tout le problème ils avaient si longtemps, si j’ai parlé ensevelie de silence, 1 2  tous feux éteints. des 1 2  régine robin, j’ai longtemps quel étonnant i en voyant la masse aux 0- souviens-toi. sa autre petite voix dernier vers aoi 1 2  dernier vers aoi outre la poursuite de la mise       dans       vu les merci à la toile de       le     du faucon de sorte que bientôt       reine j’arrivais dans les antoine simon 27         or sommaire ► page suivante sixième préparer le ciel i dernier vers aoi       ce qui sommaire ► page suivante       sur le    regardant pour m.b. quand je me heurte 5) triptyque marocain siglent a fort e nagent e le pendu  si, du nouveau je t’enfourche ma aller à la bribe suivante se placer sous le signe de   pour le prochain c’est seulement au rimbaud a donc ce poème est tiré du 1 la confusion des page suivante ► page   entrons maintenant constellations et on cheval       " il y a tant de saints sur le corps encaisse comme il nous avons affaire à de       en un page précédente ► le ecrire les couleurs du monde travail de tissage, dans tu le sais bien. luc ne sommaire ► page suivante il existe au moins deux m1       accéder à l’article elle dit la main qui fut le gardien de phare à vie, au les amants se       la pour julius baltazar 1 le « amis rollant, de       sur le aller à la bribe suivante tandis que dans la grande antoine simon 12 la question du récit viallat © le château de 1 2 3   un dernier vers aoi dernier vers aoi ils sortent   un vendredi sommaire ► page suivante 1 2  ce qu’un paysage peut de tantes herbes el pre    il la brume. nuages assise par accroc au bord de dix l’espace ouvert au je suis occupé ces       marche troisième essai voici quelques années, se reprendre. creuser son dernier vers aoi attention beau bernard noël, droits vertige. une distance page suivante ► page pour angelo pour martin sommaire ► page suivante sous la pression des mon cher pétrarque, page suivante ► page passet li jurz, si turnet a page suivante ► je suis né sommaire ► page suivante il n’est pire enfer que ….omme virginia par la       neige       nuage       bonheur buttati ! guarda        aux rafale n° 5 un le poiseau de parisi mon page suivante ► page page suivante ► page des quatre archanges que derniers vers sun destre antoine simon 29 ouverture d’une     oued coulant nous lirons deux extraits de page suivante ► page pourquoi yves klein a-t-il able comme capable de donner page suivante ► page station 1 : judas max charvolen, martin miguel décembre 2001. 1 2  arbre épanoui au ciel préparer le ciel i       cerisier madame est une montagnes de rafale       dans le  de même que les       parfois giovanni rubino dit       l’   iv    vers (À l’église la galerie chave qui     quand basile on trouvera la video le lent tricotage du paysage       pé retour vers le musicien autre citation  tous ces chardonnerets pour anne slacik ecrire est aller à la bribe suivante quelques textes edmond, sa grande page suivante ► nous 7) porte-fenêtre       que de de la       à et encore   dits       au cher.e.s ami.e.s vous pouvez pour marcel quando me ne so itu pe   ces sec erv vre ile c’était une pluies et bruines, comment macao grise est-ce parce que, petit, on antoine simon 16 a christiane à sylvie antoine simon 20 les céramiques et leurs       sous le proche et le lointain vos estes proz e vostre « pouvez-vous       sur   anatomie du m et nécrologie 1 2 en       pour juste un mot pour annoncer   un texte que j’ai antoine simon 18   pour olivier rafale n° 3 des haut var ► brec raphaël monticelli 30 juin     ton plaisir art jonction semble enfin la fonction, sur l’erbe verte si est bruno mendonça 1 2  il existe deux saints portant  il y a le châssis, si tu es étudiant en dans le vacarme des couleurs,       reine aucun hasard si se des voix percent, racontent       chaque aller à la bribe suivante n’ayant pas       dans rafale n° 10 ici le plus insupportable chez       pav&eacu quand c’est le vent qui       entre et   riche de mes les installations souvent, avez-vous vu rafale dernier vers aoi coupé le son à onze sous les cercles page suivante ► page attendre. mot terrible. la toile ou, du moins, la       la page suivante ► christ a du même auteur : un       en deux en cet anniversaire, ce qui 3 

les lieux aussi sont qu’est-ce qui est en       le long leonardo rosa depuis ce jour, le site dans ce périlleux nous serons toujours ces dernier vers aoi dans l’innocence des que nos princes et empereurs la terre nous chaises, tables, verres, toutefois je m’estimais attelage ii est une œuvre je suis bien dans « tu sais ce que le thème quatrième essai de   est-ce que tromper le néant « e ! malvais j’ai changé le etait-ce le souvenir page suivante ► page les grands       un page suivante ► page références : xavier   six formes de la morz est rollant, deus en ad béatrice machet vient de grant est la plaigne e large cette machine entre mes     pluie du le slam ? une ruse de dernier vers aoi ainsi fut pétrarque dans         &n descendre à pigalle, se la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : SEUILS PASSAGES ET TRANSMISSIONS /

RAPHAEL MONTICELLI

La petite poussette abandonnée
Publication en ligne : 22 octobre 2020
Artiste(s) : Christo
Clefs : 2017

Inédit, ce texte a peut-être été rédigé en 2017. J’ai souvent raconté cette anecdote qui se déroule au début des années 1990.


page suivante ►

page précédente

Pendant quelques années j’ai été chargé de cours sur l’art contemporain à la fac de Nice. Une trentaine d’heures chaque année pour des étudiants de 4e année dans la section « art, communication, langage ». Dès la première séance, j’ai noté que si certains d’entre eux avaient des rudiments en histoire de l’art, aucun n’avait idée de ce qu’était l’art contemporain. Beaucoup connaissaient deux ou trois noms -ceux des médiatisés- mais personne ne parvenait à penser que les artistes se posaient des questions, traitaient des « problèmes ». En revanche beaucoup répétaient la formule attribuée à Picasso : « je ne cherche pas. je trouve ». J’ai donc décidé de ne pas faire cours dans les locaux de l’université où, après tout, l’art n’est guère apparent, et d’aller là où des êtres vivants le produisent ou le montrent : les ateliers, les musées.
Cette histoire se passe dans un musée : au MAMAC de Nice qui avait ouvert peu d’années auparavant.
Le groupe était constitué d’une vingtaine d’étudiants. J’ai rarement « fait cours » dans ma vie d’enseignant : je cherche à provoquer des questions, et aide à construire des réponses. Pas de questionnaire. Pas de fiche de visite. Pas de discours face à une œuvre. Je propose de faire le tour des salles, chacun à son rythme, seuls ou par petits groupes, de noter les réactions -ou l’absence de réaction— les questions, les colères, les remarques -si futiles puissent-elles paraître. De se réunir ensuite dans l’une des salles, de déballer le tout et d’en parler. Le « cours », ce sont mes propres interventions dans cet ensemble.
Ce jour-là, l’une des étudiantes, canadienne, croisée dans l’une des salles, m’avait dit, sur le ton de la confidence : « M’sieur, j’ai d’la misère devant tout ça ». J’ai traduit « j’ai du mal… ou je ne comprends pas ». « Mais vous avez étudié ça, non ? Vous connaissez… » « En cours, c’est pas la même chose »…
On se réunit. Parole. Échanges. Je les vois chercher une œuvre dont il pourrait dire quelque chose. Autre chose que rien. Autre chose que de l’incompréhension. Autre chose que du rejet. On s’accroche à Rauchenberg. Le collage. Le mélange des images. On ressort des lambeaux de cours, des phrases de livres. Nikki de Saint Phalle ? Ça coince. Soudain, un coup de colère… Le jeune homme qui prend la parole est en général jovial, courtois. Poli, sérieux, un rien décontracté. Il lance : « Mais le machin, là, le truc, le paquet plastic, ne me dites pas de c’est de l’art ! » - « Quel truc ? Où ça ? Allons-y. Guidez-nous ». Et nous voici devant la poussette emballée dans un vynil de Christo.
Il prend ses camarades à témoin : « Alors ? C’est de l’art, ça ? »
Rires, sourires et murmures.
Je répète, comme pour faire entendre ce qui a été dit, en donnant à la question une tonalité d’évidence : « Oui, alors ? C’est de l’art, ça ? »
Murmures encore. Mots. Phrases incomplètes.
On s’adresse à moi :
« Et vous ? Dites-nous… C’est de l’art ? Et en quoi ? »
Moi : « Oui, c’est ça. Est-ce que c’est de l’art ? Qu’est ce que c’est ? »
Je m’adresse au jeune homme : « Alors ? C’est de l’art ? … vous pensez à quoi d’autre ? »
Lui : « Tout ce plastic, là… C’est insupportable »
Moi : « Ah… Vous ne supportez pas ça… »
Lui : « Et avec le temps c’est comme gris. Plein de poussière. »
Moi : « Du gris. De la poussière »
Lui : « Et dedans. Ça. Ça qui est emballé, là. Une poussette. Une poussette d’enfant. »
Moi : « Du gris. De la poussière. Et dedans une poussette d’enfant »
Lui : « Ça me fait penser à un vieil hôpital. C’est insupportable de penser à l’enfant qui a été dans cette poussette. Ça me fait penser aux départs. Aux objets qu’on transporte sur le toit d’une voiture. »
Des voix : « Ah oui.. c’est ça. On pense à des tas de trucs comme ça »
Lui : « Comme ces images d’exodes »
Moi : « Comme ces images d’exodes »
Lui : « Oui. C’est terrible ce truc »
La suite de la discussion se perd dans ma mémoire. Son détail. J’ai souvenir souvent de débuts de ce genre, comme on se souvient d’une première rencontre. D’un évènement marquant. Ensuite… Ensuite, je sais que la discussion a été vive. Que j’ai dit qu’il m’importait peu que ce soit de l’art ou non. Qu’évidemment, si on appliquait à cette chose de Christo les critères qui nous font reconnaître un de Vinci ou un Michel Ange, on ne pouvait rien en tirer… Quoique…
Je me souviens que le jeune homme est resté ensuite silencieux. Je me souviens qu’il est intervenu enfin pour dire : « Je crois… Je crois que si j’ai parlé de cette chose, c’est que ça m’a troublé. » Ou une phrase de ce genre.
Je sais que j’ai dû leur dire qu’en effet, ce que nous rejetons dans les objets que nous proposent les artistes de notre époque, c’est notre époque, justement. La violence, la déraison, l’inquiétude, le douloureux espoir de notre époque.
J’ai dû leur dire de refuser les objets qu’ils verront. De refuser d’y voir de l’art. Mais de ne pas refuser les images, les idées, les colères que ces objets font naître en eux. De ne pas refuser la part d’eux-mêmes que ces objets fait naître en eux, ou révèlent en eux.
J’ai dû leur dire plein de choses. Je ne fais pas cours, mais je suis bavard…
Nous sommes allés ensuite devant la voiture écrasée de César. je vous laisse imaginer comment ils en ont parlé. je vous laisse aller voir la poussette et la voiture et vous propose de vous écouter vous même…
Face à la voiture, à un moment de notre échange, quand je vous aurai parlé des crashes de voiture au cinéma, je vous parlerai de l’art du plissé, de la représentation des plis dans la peinture et la sculpture -et je pourrais partir de l’antiquité- et je vous parlerai des corps que le pli du vêtement cache. Et des plis du plastic sur la poussette de Christo. Et des plis du métal, chez César, et d’autres artistes du métal. Et après vous avoir dit que le pli, dans la peinture, est une représentation de la toile qu’ils font oublier, je vous demanderai : « Alors ? Sous les plis de la voiture écrasée, où sont les corps ? »
Je ne fais pas cours. J’aime vous écouter, parce que vous êtes toujours « justes ». Et que j’ai, aussi, des choses à vous dire.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP