BRIBES EN LIGNE
présentation du projet la terre nous antoine simon 27       l’ les embrassées , cantilène ouvrir la série des pages dorothée vint au monde avant propos la peinture est aller à la bribe suivante comme ce mur blanc nous serons toujours ces page suivante ► page roland barthes : propos giovanni rubino dit quand c’est le vent qui c’est le grand archipel shopping, la un besoin de couper comme de page suivante ► page       à page suivante ► page aller vers bribes, livres 1 "si elle est   on n’est       le sommaire ► page suivante dessiner les choses banales 1. passera-t-on par l’eau j’ai perdu mon je découvre avant toi il y a quelques livres, c’est à caminito que page suivante ► page       sur le l’attente, le fruit naviguer dans le bazar de bruno mendonça   (à voir les œufs de deuxième essai textes mis en ligne en     m2   voici quelques années, rafale a - preliminaire prenez 3 3 

les lieux aussi sont antoine simon 22 grande digue est dispersée préparer le ciel ii j’ai donné, au mois dernier vers aoi page suivante ► page vertige. une distance dans l’effilé de ouverture d’une pour lee au commencement était si c’est ça, sixième la vie est dans la vie. se       m’ pour egidio fiorin des mots le ciel est clair au travers    en page précédente retour pour sophie, magali et     un mois sans page d’accueil de deus li otreit (la sue) préparer le ciel i       coude le texte qui suit est, bien derniers vers sun destre station 7 : as-tu vu judas se biboon. plus qu’une saison.       la aller à la bribe suivante     du faucon les lettres ou les chiffres page d’accueil de préparer le ciel i a christiane sommaire des mises en village de poussière et de rita est trois fois humble. la fonction, naviguer dans le bazar de noir d’en bas ► un page suivante ► page ► les mots du désir à textes mis en ligne en avril immense est le théâtre et antoine simon 26   saint paul trois d’abord la crise du page suivante page et ces       et tu le grand combat : on a cru à non, björg, s’il pour accéder au recueil, encore la couleur, mais cette page précédente page sommaire ► page suivante page précédente retour glaciation entre aller à la liste des auteurs je me souviens qu’à propos titrer "claude viallat, textes mis en ligne en août sommaire ► page suivante       gentil sommaire ► page suivante pour rico roberto   ce il n’y a pas de plus il ne sait rien qui ne va  marcel migozzi vient de ce poème est tiré du c’est la chair pourtant lors de la fête du livre le numéro exceptionnel de à raphaël page suivante ► page éphémère du 2 oui la textes mis en ligne en mars au centre des quartiers de c’est — pense-t-on -    7 artistes et 1 si tu es étudiant en m1       trois tentatives desesperees sur la toile de renoir, les     quand basile cliquetis obscène des page suivante ► ce pays que je n’ai pas dit que le (de)lecta lucta         l’ napolì napolì       sous un texte venu de l’autre l’une des dernières     cet arbre que dernier vers aoi josué avait un rythme je n’aime pas ce monde. page suivante gérard sous l’occupation al matin, quant primes pert       aux bien sûr, il y eut toujours les lettres :       ce les parents, l’ultime page d’accueil de la tentation du survol, à avec marc, nous avons aux george(s) (s est la edmond, sa grande       dé       la i mes doigts se sont ouverts quatrième essai de       magnolia     dans la rue la     sur la pente voir les bifaces de b. page suivante ► page dernier vers aoi pour frédéric raphaël monticelli 30 juin ce 28 février 2002.     hélas, en introduction à je crie la rue mue douleur villa arson d’exposition en dernier vers aoi voici des œuvres qui, le dernier vers aoi nous serons toujours ces "le renard connaît       sur le       je fais bernar venet -   pour le prochain un titre : il infuse sa et te voici humanité je serai toujours attentif à c’est vrai le nécessaire non « pouvez-vous page précédente ► de       s’       vaches douce est la terre aux yeux textes mis en ligne en juin page suivante ► christ a il nous aura laissé textes mis en ligne en mai   tout est toujours en j’ai longtemps les plus terribles       dans la       aujourd le chêne de dodonne (i) i.- avaler l’art par halt sunt li pui e mult halt       pourquoi a) le chemin de fer 1) la       cette thème principal : antoine simon 13 deux ajouts ces derniers       au pas juste un tout le problème paien sunt morz, alquant page suivante ► page page d’accueil de    seule au   se cent dix remarques i► cent retour à la recherche et combien approche du continent les dessins de martine orsoni aux barrières des octrois 1er moins quinze hiver bruits de langues. en rester marie antoinette embrasement du mantra gore     le cygne sur     " bribes en ligne a les installations souvent,       longtem  les trois ensembles pour max charvolen 1) antoine simon 7 cliquer sur le titre pour tu le sais bien. luc ne agnus dei qui tollis peccata page suivante page difficile alliage de dentelle : il avait commençons donc par le aller à la bribe suivante 1- ai-je reçu une est-ce parce que, petit, on et si au premier jour il des quatre archanges que li quens oger cuardise si j’étais un il en est des meurtrières. antoine simon 12       dans     sur la voir les bifaces de b. des quatre archanges que mult ben i fierent franceis e textes mis en ligne en si grant dol ai que ne en 1958 ben ouvre à au rayon des surgelés du maurithuis par fragilité humaine. page suivante ► page alla lingua lingua madre     longtemps sur dernier vers aoi vue à la villa tamaris branches lianes ronces  le grand brassage des 199* passé galerie "sine rafale Être appelé par son nom pour martin antoine simon 6 présentation du projet les ruelles blanches qui À propos de fata en       tourneso il y a tant de saints sur de pa(i)smeisuns en est venuz a propos d’une attention beau antoine simon 14  au travers de toi je "l’art est-il les plus vieilles présentation du projet page suivante ► macles et (À l’église       sur la l’appel tonitruant du le chêne de dodonne (i) page suivante ► page montagnes de       allong&e page suivante ► page pour andré villers 1) antoine simon 21       à       m’ voudrais je vous       sur le       voyage la force du corps, pour andré page suivante page   six formes de la fête du livre la lecture de sainte patrick joquel vient de       pé dernier vers aoi toutes ces pages de nos page d’accueil de certains prétendent alocco en patchworck © s’il lui faut, en dépit de page suivante ► page aller au sommaire de pablo je reviens sur des aller au sommaire des page suivante ► page le plus insupportable chez viallat © le château de il avait accepté       devant premier vers aoi dernier pour robert ce qui fascine chez  jésus     au couchant gardien de phare à vie, au « (…) et il  pour de le scribe ne retient la musique est le parfum de       entre le geste de l’ancienne, dans le flou des souvenirs... de mes deux mains       la mise en ligne d’un pas même quel ennui, mortel pour pour marcel j’ai ajouté en une, une œuvre de bribes dans le nid de diaphane est le abu zayd me déplait. pas cent dix remarques i► cent       sur le pour visionner la retour au pdf sui generis iii sur l’eau a) au grÉ préparer le ciel i           adagio   je outre la poursuite de la mise       six le rideau (gallimard 2005) de antoine simon 29 quelque temps plus tard, de       force page suivante page       les page suivante ► voici donc merci à marc alpozzo dans les rêves de la il ne s’agit pas de vedo la luna vedo le  ce mois ci : sub vous dites : "un et que vous dire des ] heureux l’homme le 15 mai, à antoine simon 33 je t’enlace gargouille pour jacky coville guetteurs ++++   sur le papier le lent tricotage du paysage pour anne slacik ecrire est       une la parol

Retour à l'accueil

JACQUELINE PASCHETTA

Les terrasses abandonnées
© Jacqueline Paschetta

Le seuil

Publication en ligne : 7 août 2020
Ecrivain(s) : Paschetta
Clefs : poésie

Ce recueil évoque l’instant perdu, imaginé et retrouvé, les « vagabondances » dans le monde ainsi que les lieux cristallisés de l’enfance, entre légendes et sortilèges, sensations recueillies d’escapades proches ou lointaines. Il est des maisons où l’on a vécu et qui sont toujours nôtres, la poésie est la clef pour y entrer et l’on y demeure en toute liberté. Il y a de la glaneuse et de la contemplative, les poèmes caracolent sur les sentiers de montagne ou se posent sur le rebord d’une fenêtre. Etre sur le seuil de quelque chose qui s’annonce, sur une terrasse abandonnée au soleil ou à la pluie, près de la pierre qui chante ou de la rivière qui murmure sont mes lieux de poésie. Village libre tente de transcrire les paroles de ceux qui sont partis pour d’autres raisons que le voyage.

« Pourquoi les peintres ne s’étaient-ils pas intéressés aux terrasses abandonnées ? Il y avait là toutes les caractéristiques des Vanités du XVIIIe siècles. »

Sylvain Tesson - Sur les chemins noirs

« Le lyrisme n’est-il pas la forme la plus ancienne et la plus noble de l’étrangeté des choses ? »

Francesco BIAMONTI - Le silence


vers le sommaire des recueils de J. Paschetta ►

Le seuil

I

Ce qui était beau, c’était la vieille plomberie qui grinçait, la chasse d’eau rouillée, le lavoir glacé. Tant d’heures passées à s’ennuyer.
Le léger désordre laissé par les enfants, une trace de leur passage, des repères pour trouver un chemin.
Le soir, le feu à surveiller, il fallait l’endormir en clignant des yeux. Et puis, le matin, l’écureuil dans le noyer, les oiseaux et la montagne qui se défroissait comme un coquelicot.

II

Le lézard noir à l’aube dissipe les malentendus. J’ai rêvé d’un jeune chien tout doré, un chien de berger que je ne me lassais pas de caresser. Il était à mes pieds, fou et docile, fidèle et rassurant. Et puis d’un bébé qui était censé être mien, de père inconnu, je lui donnai un prénom ancien lu sur le monument aux morts du village, Anselme, Thérésius, doux et sonore quand sonne l’angélus.

III

C’est un tableau, il faut se pencher, la tristesse sent l’herbe coupée, le soleil courbe sur sa nuque des flammes de sommeil.

L’acte manqué est un manqué de peu, l’acte manqué est ce qui manque
On me voulait blanche, je suis noire
C’est un voyage, il faut s’avancer du bleu au lutrin, de l’ocre au bastingage, du grenat à la Méditerranée.

IV

A l’amie d’enfance,

Le temps était notre abri, il y avait des cigales très pâles sur un livre posé sur la balustrade,
La terrasse où poussaient des fleurs des champs comme dans une chapelle abandonnée était notre scène de théâtre,
Il y avait ce coin d’ombre entre deux haies de buis que les serpents fréquentaient. Mais nous n’en avons jamais vu.
Ma grand-mère dormait l’après-midi sous le noyer, bercée par le torrent.
Le passage derrière la maison était si étroit et l’on marchait sans faire de bruit sur les pierres qui bougeaient, sans grenouille ni crapaud mais combien de métamorphoses.
Que d’amitié et de vagabondages, les rochers, l’odeur de résine, les framboises et les groseilles cueillies entre le grillage et la peur d’être surprises par le vieux bossu.
L’histoire glisse sous les paupières et le jeu revient comme des lucioles en été.

V

J’ai oublié de partir, un grain de folie m’a échappé du bout des doigts.
Reprenons à la racine, à l’arbre d’où le texte est issu.

Revenons à nos conversations, nous dispersâmes les cendres
De celui qui est mort avant-hier, dîtes-le lui, il ne s’en souvient plus.

Les opercules sont des portes par où nul ne peut entrer sans redessiner au préalable la spirale qui les constituait et Le dénouement s’ensuit.

VI

J’habiterais bien dans une baraque oubliée pour dire la chose perdue, le rêve des habitants qui ne sont plus, l’usage des mots effacés, les histoires de passage, les lamentations et les rituels, le sable amoncelé entre les doigts du joueur de tambourin, les feuillages en toiture, les encres de l’écorce et la pelure des fruits sauvages.

VII

Elle sait qu’il va pleuvoir, mais les femmes dansent sous la pluie le prochain départ
La mauvaise heure, elles soupirent et reprennent le geste commencé
Il meurt près de la barque où hier l’enfant s’est blessé.

VIII

Ecrivez-moi, ce ne sera pas long, l’encre va sécher, la plume est abîmée.
Le rouge n’est pas le sang, mais l’anémone, la cochenille, la coloquinte.
Les crocus donnent le safran, esquissez un croquis, ce sera suffisant, je saurai que vous êtes vivant, dessinez au crayon à papier l’épure d’une arabesque, un je ne sais quoi de rien du tout, un mélange de grave et de fantaisie, une note au bas de la page, une anecdote sur le dernier soleil couchant, un enjambement sur le vers suivant, une pauvre rime, une fugue qui connaît la musique, un acrostiche, un jeu de mots que je ne comprendrai pas, un calligramme, un hiéroglyphe, une lettre de vous.

IX

Sur le sentier escarpé au-dessus de la mer, le soir, elle fredonnait la chute des étoiles et l’accent fut mis sur la dernière, la vétuste, l’incomparable, la blessée, la syllabe oubliée.
Le costume épinglé aux armures fut rebrodé d’or et de moisissure, elle sidère la pâleur de cette portion de nuit et reprend son chemin.

X

Donnez un lustre à votre soif, un oracle à la brindille repliée, un souffle à la fournaise, une trace à l’aube épuisée, une source au flanc du rocher, une empreinte au silence, rien de funeste à cela.

XI

Pour une faille dans un champ d’asphodèles, un abîme s’est ouvert
Pour un grain de grenade sur le marbre jeté, la course s’arrêta
Elle écoutait le poète, l’aède, le devin et le bruit de leurs pas sur le sentier d’airelles souriait qu’il fût tard et qu’il fallût rentrer.

XII

Un enfant sur la plage joue de la flûte traversière
Les mouettes répondent à l’annonce et le fou s’envole sur la frange roussie des couplets mélancoliques.

XIII

Pour quelques plumes de l’oiseau blessé, il renonça à parler, ne voulut que les fruits de saison, la compagnie des chats, des goélands et des grands pins tordus par le vent.
Il dessinait sur les galets bien ronds, doux et chauds et marchait sur la plage en écoutant l’écume qui roule.

XIV

Ils ont su pour l’hydre et le vent l’a emportée, ils ont su pour l’idiot et le sable l’a recouvert.
Le mur a blanchi de floraisons nouvelles, Les cistes et les cimaises en plein ciel ont suspendu les ailes des mouettes martelées.
Le blé et l’orge, le fer forgé, le maréchal frappe le sabot du cheval, le tanneur rue des oublies vide son sac, l’odeur des établis, des boulanges, des fougasses à la fleur d’oranger menace quiconque entre par la Porte Fausse un matin d’été.

XV

En février, des loups de carnaval courent par les ruelles, traversent les ponts, longent les berges
Un camarade vous salue et chante la venue des masques, la demoiselle au fin poignet joue du violon, assise sur la balustrade, penchée au-dessus de la rivière, seule, vêtue de marbre et de dentelles
Tandis que les fileuses tissent le lin, les tentures des îles du temps de Richelieu, d’ajours et de broderies.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP