BRIBES EN LIGNE
madame a des odeurs sauvages commençons donc par le       la       neige c’est ici, me ainsi va le travail de qui préparer le ciel i page suivante ► page la vie est ce bruissement page suivante ► page dont les secrets… à quoi       ma page suivante ► page je t’enlace gargouille pour accéder au texte antoine simon 20 À peine jetés dans le       la à propos des grands 1 2 3&nbs sous la pression des viallat © le château de   si vous souhaitez cher.e.s ami.e.s vous pouvez     l’é ] heureux l’homme dieu faisait silence, mais       sur année 2019 ► albert page suivante ► page etudiant à abu zayd me déplait. pas 0- souviens-toi. sa sommaire ► page suivante je crie la rue mue douleur       mé     pluie du  le "musée dernier vers aoi page suivante ► page  jésus page d’accueil de raphaël monticelli 30 juin iloec endreit remeint li os le thème       sur la il existe deux saints portant guetter cette chose dernier vers aoi page d’accueil de non... non... je vous       longtem aller à la liste des auteurs textes mis en ligne en accoucher baragouiner le chêne de dodonne (i) biboon. plus qu’une saison. pas facile d’ajuster le vertige. une distance textes mis en ligne en         or       voyage madame des forêts de passet li jurz, si turnet a en ceste tere ad estet ja 1 2 3&nbs page suivante ► page dernier vers aoi   voici donc la deux nouveauté,       mouette page suivante ► page saluer d’abord les plus i en voyant la masse aux       au  pour le dernier jour tout mon petit univers en page suivante ► page paysage de ta le geste de l’ancienne, errer est notre lot, madame, edmond, sa grande     les fleurs du 1 2 3&nbs hans freibach : à sylvie   né le 7 pour gilbert cet article est paru dans le voudrais je vous branches lianes ronces   tout est toujours en dernier vers aoi aller à la bribe suivante nice, le 8 octobre voir les œufs de textes mis en ligne en mai village de poussière et de l’homme est       marche a la fin   il ne resta ce poème est tiré du je reviens sur des raphaËl     pourquoi tu a grant dulur tendrai puis       à 1 2 3       le ciel en introduction à       banlieue aller à la bribe suivante la terre nous sommaire ► page suivante assise par accroc au bord de 1 2 c’est et toi figure   la baie des anges       l’ la légende fleurie est la prédication faite pluies et bruines, comment petites proses sur terre 1 2 3&nbs sixième à ceci… pour prendre mesure.   *   libre       dans un texte que j’ai clxvi deus li otreit (la sue)       s’ reflets et echos la salle alla lingua lingua madre aller à la bribe suivante et tout avait page précédente retour allons fouiller ce triangle la bouche pleine de bulles onze sous les cercles a quelques exceptions près page suivante page mise en ligne d’un       est-ce  dans le livre, le 1 2 3&nbs ouvrir f.a.t.a. i ► le on croit souvent que le but dans ma gorge préparer le ciel i moi cocon moi momie fuseau sommaire ► page suivante À perte de vue, la houle des vos estes proz e vostre 1 2 3&nbs grande digue est dispersée il aurait voulu être page suivante page     son normalement, la rubrique madame est la reine des le ciel est clair au travers   adagio   je 1 2 3 en       dans la       sur le     une abeille de page suivante page démodocos... Ça a bien un voici des œuvres qui, le mieux valait découper accéder à l’article n’ayant pas       à rafale rafale Ç’avait été la très malheureux... page suivante ► page quelques autres 1 2 la strada commençons donc par pur ceste espee ai dulor e elle disposait d’une haut var ► brec       un page d’accueil de un texte que j’ai aller à la liste des auteurs au commencement était madame aux rumeurs  au mois de mars, 1166 al matin, quant primes pert quatrième essai de des voiles de longs cheveux le chêne de dodonne (i)  hors du corps pas à claude held patiente la  de même que les     surgi       le mult est vassal carles de 1 2 3&nbs passet li jurz, la noit est et ma foi, clquez sur si c’est ça,     " 1 2 3&nbs    au balcon antoine simon 5 ce jour-là il lui dernier vers aoi   page suivante ► page preambule – ut pictura   ces notes       la dernier vers aoi d’abord trouver un titre. aller à la bribe suivante sans être grand il y a des titres qui page d’accueil de 1 2 3&nbs in the country page suivante ► page       ç    il       sur le page suivante ► page 1 2 3&nbs monde imaginal, monticelli raphael 510 035   entrons maintenant     hélas, bribes dans le nid de 1 2 3&nbs  hier, 17 cliquer pour rejoindre la antoine simon 13 page précédente longue « tu sais ce que on a cru à    de femme liseuse aller à la liste des auteurs     [1] l aller à la bribe suivante d’abord un curieux il avait accepté       soleil je t’enfourche ma le texte qui suit est, bien       l’ préparer le ciel ii antoine simon 11 textes mis en ligne en textes mis en ligne en et combien le flot pâle des maisons violette cachée ton aller à la bribe suivante marie-hélène station 5 : comment retour au pdf sui generis 3 

les lieux aussi sont laure et pétrarque comme sept (forces cachées qui 7) porte-fenêtre rafale n° 9 un       aux 1 2 3&nbs       sur les la question du récit pour julius baltazar 1 le j’ai donc issent de mer, venent as dans le train premier mult ben i fierent franceis e derniers dernier vers aoi je me souviens de       au soir c’était une très jeune  ce qui importe pour lorsqu’on connaît une l’impression la plus le chêne de dodonne (i) voir document expo boltanski page d’accueil de       je   (à le peintre manuel casimiro aller à la bribe i au si j’avais de son immense est le théâtre et pour accéder au pdf, et que vous dire des granz fut li colps, li dux en « ah ! mon si vous entendez le lac la toile ou, du moins, la aux barrières des octrois quatrième essai de béatrice machet vient de 1 les morceaux de nuit se cent dix remarques i► cent 1 2 3&nbs vedo la luna vedo le le chêne de dodonne (i) j’pense à toi bruno depuis le 20 juillet, bribes dernier vers aoi aller à ils sortent la fraîcheur et la       pav&eacu 1 2 3 une il faut dire les le flot gris roule contre    en i.- avaler l’art par de pareïs li seit la que d’heures aller à la bribe suivante       j’ li emperere par sa grant dimanche 18 avril 2010 nous du bibelot au babil encore la fonction, textes mis en ligne en août l’impossible derniers vers sun destre décembre 2001. alocco, au château de       enfant j’ai longtemps pour max charvolen 1) un nouvel espace est ouvert recleimet deu mult passent .x. portes, face aux bronzes de miodrag page suivante ► page et   riche de mes 1 2 3&nbs l’erbe del camp, ki       retourn&  je signerai mon cent dix remarques i► cent       je me antoine simon 6 à yvon « oui, je serai le pilote aux yeux le proche et le lointain deux ce travail vous est de profondes glaouis       pass&eac ce paysage que tu contemplais       ( il n’était qu’un aller à la liste des auteurs carissimo ulisse, torna a ► abÉcÉdaire à jean       embarq approche d’une a-t-il tromper le néant 1 2 3 ils s’étaient       "j& de mes deux mains pour daniel farioli poussant ce qui importe pour aller au texte nous sommes page précédente retour l’envers de deuxième suite les amants se     cet arbre que voile de nuit à la page suivante ► page page suivante page   1) cette boomerang b ► livre grand vers le sommaire des recueils posté sur facebook sorti de la tentation du survol, à       su lou 1 2 3&nbs autres litanies du saint nom le nécessaire non toute trace fait sens. que 1    le recueil que     du faucon la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : Paschetta Jacqueline /

JACQUELINE PASCHETTA

Les terrasses abandonnées
© Jacqueline Paschetta

Le seuil

Publication en ligne : 7 août 2020
Ecrivain(s) : Paschetta
Clefs : poésie

Ce recueil évoque l’instant perdu, imaginé et retrouvé, les « vagabondances » dans le monde ainsi que les lieux cristallisés de l’enfance, entre légendes et sortilèges, sensations recueillies d’escapades proches ou lointaines. Il est des maisons où l’on a vécu et qui sont toujours nôtres, la poésie est la clef pour y entrer et l’on y demeure en toute liberté. Il y a de la glaneuse et de la contemplative, les poèmes caracolent sur les sentiers de montagne ou se posent sur le rebord d’une fenêtre. Etre sur le seuil de quelque chose qui s’annonce, sur une terrasse abandonnée au soleil ou à la pluie, près de la pierre qui chante ou de la rivière qui murmure sont mes lieux de poésie. Village libre tente de transcrire les paroles de ceux qui sont partis pour d’autres raisons que le voyage.

« Pourquoi les peintres ne s’étaient-ils pas intéressés aux terrasses abandonnées ? Il y avait là toutes les caractéristiques des Vanités du XVIIIe siècles. »

Sylvain Tesson - Sur les chemins noirs

« Le lyrisme n’est-il pas la forme la plus ancienne et la plus noble de l’étrangeté des choses ? »

Francesco BIAMONTI - Le silence


vers le sommaire des recueils de J. Paschetta ►

Le seuil

I

Ce qui était beau, c’était la vieille plomberie qui grinçait, la chasse d’eau rouillée, le lavoir glacé. Tant d’heures passées à s’ennuyer.
Le léger désordre laissé par les enfants, une trace de leur passage, des repères pour trouver un chemin.
Le soir, le feu à surveiller, il fallait l’endormir en clignant des yeux. Et puis, le matin, l’écureuil dans le noyer, les oiseaux et la montagne qui se défroissait comme un coquelicot.

II

Le lézard noir à l’aube dissipe les malentendus. J’ai rêvé d’un jeune chien tout doré, un chien de berger que je ne me lassais pas de caresser. Il était à mes pieds, fou et docile, fidèle et rassurant. Et puis d’un bébé qui était censé être mien, de père inconnu, je lui donnai un prénom ancien lu sur le monument aux morts du village, Anselme, Thérésius, doux et sonore quand sonne l’angélus.

III

C’est un tableau, il faut se pencher, la tristesse sent l’herbe coupée, le soleil courbe sur sa nuque des flammes de sommeil.

L’acte manqué est un manqué de peu, l’acte manqué est ce qui manque
On me voulait blanche, je suis noire
C’est un voyage, il faut s’avancer du bleu au lutrin, de l’ocre au bastingage, du grenat à la Méditerranée.

IV

A l’amie d’enfance,

Le temps était notre abri, il y avait des cigales très pâles sur un livre posé sur la balustrade,
La terrasse où poussaient des fleurs des champs comme dans une chapelle abandonnée était notre scène de théâtre,
Il y avait ce coin d’ombre entre deux haies de buis que les serpents fréquentaient. Mais nous n’en avons jamais vu.
Ma grand-mère dormait l’après-midi sous le noyer, bercée par le torrent.
Le passage derrière la maison était si étroit et l’on marchait sans faire de bruit sur les pierres qui bougeaient, sans grenouille ni crapaud mais combien de métamorphoses.
Que d’amitié et de vagabondages, les rochers, l’odeur de résine, les framboises et les groseilles cueillies entre le grillage et la peur d’être surprises par le vieux bossu.
L’histoire glisse sous les paupières et le jeu revient comme des lucioles en été.

V

J’ai oublié de partir, un grain de folie m’a échappé du bout des doigts.
Reprenons à la racine, à l’arbre d’où le texte est issu.

Revenons à nos conversations, nous dispersâmes les cendres
De celui qui est mort avant-hier, dîtes-le lui, il ne s’en souvient plus.

Les opercules sont des portes par où nul ne peut entrer sans redessiner au préalable la spirale qui les constituait et Le dénouement s’ensuit.

VI

J’habiterais bien dans une baraque oubliée pour dire la chose perdue, le rêve des habitants qui ne sont plus, l’usage des mots effacés, les histoires de passage, les lamentations et les rituels, le sable amoncelé entre les doigts du joueur de tambourin, les feuillages en toiture, les encres de l’écorce et la pelure des fruits sauvages.

VII

Elle sait qu’il va pleuvoir, mais les femmes dansent sous la pluie le prochain départ
La mauvaise heure, elles soupirent et reprennent le geste commencé
Il meurt près de la barque où hier l’enfant s’est blessé.

VIII

Ecrivez-moi, ce ne sera pas long, l’encre va sécher, la plume est abîmée.
Le rouge n’est pas le sang, mais l’anémone, la cochenille, la coloquinte.
Les crocus donnent le safran, esquissez un croquis, ce sera suffisant, je saurai que vous êtes vivant, dessinez au crayon à papier l’épure d’une arabesque, un je ne sais quoi de rien du tout, un mélange de grave et de fantaisie, une note au bas de la page, une anecdote sur le dernier soleil couchant, un enjambement sur le vers suivant, une pauvre rime, une fugue qui connaît la musique, un acrostiche, un jeu de mots que je ne comprendrai pas, un calligramme, un hiéroglyphe, une lettre de vous.

IX

Sur le sentier escarpé au-dessus de la mer, le soir, elle fredonnait la chute des étoiles et l’accent fut mis sur la dernière, la vétuste, l’incomparable, la blessée, la syllabe oubliée.
Le costume épinglé aux armures fut rebrodé d’or et de moisissure, elle sidère la pâleur de cette portion de nuit et reprend son chemin.

X

Donnez un lustre à votre soif, un oracle à la brindille repliée, un souffle à la fournaise, une trace à l’aube épuisée, une source au flanc du rocher, une empreinte au silence, rien de funeste à cela.

XI

Pour une faille dans un champ d’asphodèles, un abîme s’est ouvert
Pour un grain de grenade sur le marbre jeté, la course s’arrêta
Elle écoutait le poète, l’aède, le devin et le bruit de leurs pas sur le sentier d’airelles souriait qu’il fût tard et qu’il fallût rentrer.

XII

Un enfant sur la plage joue de la flûte traversière
Les mouettes répondent à l’annonce et le fou s’envole sur la frange roussie des couplets mélancoliques.

XIII

Pour quelques plumes de l’oiseau blessé, il renonça à parler, ne voulut que les fruits de saison, la compagnie des chats, des goélands et des grands pins tordus par le vent.
Il dessinait sur les galets bien ronds, doux et chauds et marchait sur la plage en écoutant l’écume qui roule.

XIV

Ils ont su pour l’hydre et le vent l’a emportée, ils ont su pour l’idiot et le sable l’a recouvert.
Le mur a blanchi de floraisons nouvelles, Les cistes et les cimaises en plein ciel ont suspendu les ailes des mouettes martelées.
Le blé et l’orge, le fer forgé, le maréchal frappe le sabot du cheval, le tanneur rue des oublies vide son sac, l’odeur des établis, des boulanges, des fougasses à la fleur d’oranger menace quiconque entre par la Porte Fausse un matin d’été.

XV

En février, des loups de carnaval courent par les ruelles, traversent les ponts, longent les berges
Un camarade vous salue et chante la venue des masques, la demoiselle au fin poignet joue du violon, assise sur la balustrade, penchée au-dessus de la rivière, seule, vêtue de marbre et de dentelles
Tandis que les fileuses tissent le lin, les tentures des îles du temps de Richelieu, d’ajours et de broderies.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP