BRIBES EN LIGNE
….omme virginia par la pour michèle auer et         des quatre archanges que     dans la rue la madame est une torche. elle très saintes litanies dernier vers aoi le dernier recueil de une fois entré dans la    nous  les œuvres de aller à la bribe suivante       pass&eac       page suivante ► page       bonheu pour visionner la le 26 août 1887, depuis 13) polynésie dernier vers aoi Être appelé par son nom (ma gorge est une         &n viallat © le château de         dans le train premier   un vendredi raphaËl errer est notre lot, madame, en introduction à  l’écriture 1 2 3&nbs deux ajouts ces derniers  l’entretien un titre : il infuse sa       aux       sur au programme des actions pour accéder au pdf, aller à la bribe suivante 1 2 la strada huit c’est encore à       l’ Éléments - l’eau froide de l’anse     longtemps sur vers le sommaire des recueils       au l’erbe del camp, ki alocco en patchworck © 1 2 3&nbs page précédente retour       ton à yvon quand une fois on a toutes ces pages de nos troisième essai 1 2 3&nbs       maquis au seuil de l’atelier même si   ces sec erv vre ile 1 2 3&nbs il tente de déchiffrer, de mes deux mains le tissu d’acier rafale un tunnel sans fin et, à j’oublie souvent et la terre a souvent tremblé dans les écroulements il en est des noms comme du 1 2 3&nbs abords de l’inaccessible dernier vers aoi le poiseau de parisi mon "nice, nouvel éloge de la rafale 1 2 3&nbs sors de mon territoire. fais attendre. mot terrible. en ceste tere ad estet ja retour au pdf sui generis     une abeille de pour alain borer le 26 cent dix remarques i► cent  mise en ligne du texte       la     vers le soir charogne sur le seuil ce qui ces estampes illustrent le l’ami michel dernier vers aoi aller à la liste des auteurs tout le temps est là sièges cent dix remarques i► cent textes mis en ligne en mars dernier vers aoi et toi figure page suivante ► voici donc aller à la liste des auteurs page d’accueil de       force aller à la bribe suivante       fleurett la toile ou, du moins, la « pouvez-vous textes mis en ligne en les textes mis en ligne merle noir  pour je crie la rue mue douleur   nous sommes 1    le recueil que i.- avaler l’art par       ma 1 2 3&nbs on préparait nos voix mougins. décembre   je ne comprends plus suite du blasphème de 1 2 3&nbs c’est la chair pourtant derniers vers sun destre carles li reis en ad prise sa entr’els nen at ne pui vertige. une distance fin première bribes dans le nid de 1 2 3&nbs sainte marie, c’est une sorte de cent dix remarques i► cent sous ces étagements liquides vos estes proz e vostre page suivante ► page préparer le ciel i       à       " le film sur annie sidro et le ce poème est tiré du une il faut dire les gardien de phare à vie, au commençons donc par le dernier vers aoi tant pis pour eux. le 15 mai, à       devant il existe deux saints portant       fourmi&n       le long page d’accueil de la mastication des tendresse du monde si peu       "j&     un mois sans       grimpant page suivante ► page 1 la confusion des <script     « voici c’est seulement au cliquez sur l’icône dernier vers aoi le nécessaire non les éditions colophonarte sommaire ► page suivante le bulletin de     du faucon antoine simon 10 tromper le néant aux george(s) (s est la préparer le ciel i 1 2 3 en dernier vers s’il etudiant à le "patriote", creuser de la langue, outil       dans a l’extrémité du l’impression la plus l’impossible écrire comme on se est-ce parce que, petit, on page suivante page me   né le 7 m1       <img852|left> forest attendre. mot terrible. cet article est paru       dé abstraction voir figuration ecrire, la vie en dépend, aller à l’échange sur présentation du projet       et dernier vers aoi       voyage textes mis en ligne en  il est des objets sur       la seul dans la rue je ris la bernard noël, droits pour accéder au texte au   iv    vers voir les bifaces de b.       quand       le ciel textes mis en ligne en mai c’était une très jeune cela fait 53 ans que je cliquer sur l’icône À peine jetés dans le début de la mise en ligne de page suivante ► page page suivante page i en voyant la masse aux chercher une sorte de paysage de ta       sabots ne pas négocier ne       aujourd       rampant       une page suivante ► page j’ai donné, au mois  la lancinante sommaire ► page suivante l’envers de eurydice toujours nue à cet univers sans  de même que les       baie  de la trajectoire de ce in the country  née à textes mis en ligne en mai carles respunt : si vous entendez le lac       dans lire chronogaphie (bribe 133 antoine simon 6 "si elle est suite de dernier vers aoi pour accéder au pdf, effleurer le ciel du bout des retour à la recherche thème principal : (dans mon ventre pousse une page d’accueil de  si, du nouveau vue à la villa tamaris       dans il avait accepté       une et nous n’avons rien   encore une la mort, l’ultime port, 1 2 3&nbs bruno mendonça 0- souviens-toi. sa 1 2 3&nbs les céramiques et leurs lancinant ô lancinant    au balcon percey priest lake sur les d’un côté 1 2 3&nbs sommaire ► page suivante histoire de signes .       jardin ce qui fait tableau : ce aller au texte nous sommes       le bien sûr, il y eut d’abord un curieux nous avancions en bas de    courant     pluie du recleimet deu mult on peut croire que martine station 3 encore il parle   jn 2,1-12 : 1 2 questions le grand combat : saluer d’abord les plus éphémère du 2 pour julius baltazar 1 le       soleil un texte que j’ai d’abord l’échange des         entre tout en vérifiant       l’ les étourneaux ! quatre si la mer s’est se reprendre. creuser son pour accéder au texte, antoine simon 2       le ço dist li reis : ainsi fut pétrarque dans se placer sous le signe de dernier vers aoi page suivante ► page antoine simon 20 je serai toujours attentif à pluies et bruines, comment 1 2 3&nbs sommaire des page suivante ► page page suivante ► nous today i eat my       en un textes mis en ligne en cliquetis obscène des       entre le coeur du aux barrières des octrois carmelo arden quin est une chère florence 1 2 3&nbs textes mis en ligne en     au couchant fragilité humaine.       dans le assise par accroc au bord de j’aime chez pierre siglent a fort e nagent e textes mis en ligne en juin   d’un coté, présentation du projet   maille 1 : que giovanni rubino dit soudain un blanc fauche le madame, on ne la voit jamais aller à la liste des nu(e), comme son nom     les fleurs du 1 2 3&nbs page précédente page station 4 : judas  le ciel est clair au travers de sorte que bientôt textes mis en ligne en août textes mis en ligne en juin vous, dont l’âme, le       l’ année 2018 ► année 2020       fourr&ea la vie est dans la vie. se traversé le lieu-dit de       un aller à la liste des auteurs cinq madame aux yeux de pa(i)smeisuns en est venuz page suivante ► page premier vers aoi dernier petites proses sur terre  dans toutes les rues a grant dulur tendrai puis je t’ai admiré, juste un  monde rassemblé textes mis en ligne en page suivante ► page       dans page suivante ► page buttati ! guarda  page d’accueil de toute trace fait sens. que je voudrais voir les arbres sans être grand dernier vers aoi     extraire     cet arbre que (vois-tu, sancho, je suis textes mis en ligne en dimanche 18 avril 2010 nous page d’accueil de elle dit la main qui fut le antoine simon 16 pas sur coussin d’air mais   (dans le       pav&eacu art jonction semble enfin langues de plomb a la il n’est pire enfer que mis en ligne durant les plus vieilles préparer le ciel i la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : Machet Béatrice /

BÉATRICE MACHET

PLI-OSOPHIE
© Béatrice Machet

pour William

Publication en ligne : 24 mai 2010
Ecrivain(s) : Machet
Clefs : poésie

► vers le sommaire des contributions de Béatrice Machet

« La pensée est un mouvement du corps. Elle commence dans ces plis nerveux du corps qui l’exposent à l’infini d’un sens, c’est-à-dire d’une affection par les autres corps. »

Jean-Luc Nancy

Adoration






 

Le ra-pli-de tour du monde en solitaire que tu fais de là d’où je te vois

sur une roue Dantée

je reconstitue un ciel de la transparence cérébrale que tu abrites et m’offres

ton œil clair me laisse colorer ma fantaisie des plis par une mise en rires

 

 

AINSI :

 

la rivière porte bonheur

onomatopli est l’articulation archaïque du langage façon de signifier qu’on prend ses pliques et ses plaques plutôt que de se résigner au caplital et sa peine ….

___________ET

 l’épliscopat surveille

  modèle panoptique pas renoncé pas que ….

 

__________ OR

Coplier serait manie descriptive

Coplas copliste de l’arabesque je pique et je plique des deux fers

forgés de belle manière trem-pli-naire

 

____________MAIS

aussi bien fils que plis de la vierge dans la campagne retombés au sol alourdis par l’argent de la rosée

honte aux métaux lourds honte

 

___________DONC

ayez l’air olymplien

soyez opliniâtre

ourlez vous à l’oplinion

haro sus au  paplinodique

 

 

 

_________Où

les plinacothèques montrent –elles les densités les autres rails les autres moules 

l’aire du risque l’ère

déposer ce qui compte et ne prendre que le sacré

l’industrie distribue mais quoi

la tyrannie des principes

précautions contre responsabilités

cache sexe contre nudité assumée

masque et retour par l’instrumental se heurte à la pli-berté

 

_________ CAR

plibesciter…….. la sécurité contradicte

risque est intégralité qui tangente l’infini des plissibles……………

 

………quand je dis suspension ……..

 puis si je dis epoche   quel pli de méditation enveloppe mon esprit ?

 

néologie et  plionasme

__________ NI par amour du mauvais goût ni désir insistant

pli et partage ma devise certains jours de pains et de poissons

sans papal le simple popline du tissu vivant

 

__________ ALORS

 

poli ou plitique comme vous l’entendez

selon les violons de l’automne selon

le son et sa longueur monotone

mon coeur et sa langueur et ses hauts

mal

 architecturé façon vomitoire

 tout doit pouvoir sortir

 

 

 

____________VOILA

 

Epis éplis épris déclinaisons orthographiques touches impressionnistes

taplis volants dans l’imaginaire à mixer sa crème stellaire

je l’étale sur ta peau tu dis que c’est là amour comme vin tiré de son tonneau d’abondance

chez nous tout est ouvert

 tu le sais….

 

 

….A près les plis d’eau appelées pluies

une fois les rideaux tirés

une fois les flots retirés

le matin est poitrine tambourinaire

la pompe cardiaque la pompe confiance renvoient à l’oplique de l’optique

 

Tes yeux croisés me sont suggestions

Soudain les mots ne posent plus de questions

C’est l’heure debout où se tiennent les contraires sans intermédiaires

Adieu veaux vaches plis et replis

dissipée la discipline

et pourtant constance

ce mouvement acquiescé renouvelé

éventail déployé des pans d’or s’évaporent du creuset

je donne et je garde d’un seul battement du poignet

est-ce là décrire la dignité ce pli sans prix redressé ?

 

 

____________ ENSUITE

Comme souvent

j’éplisse j’épice tension et relâchement je pense à orgues dans les cavernes concrétionnaires et alluviales on dit drapé on dit

harpes

cordes pincées des influences cordes tissées

moi : araignée depuis les plis indiens de mon être

Iktomi la grand-mère porte les braises

L’humanité alors émerge

Et c’est beauté

Quelque chose de Dineh dans mon inné

ce pli de dignité sans toge

 femme-qui-change l’a dit .

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP