BRIBES EN LIGNE
petit souvenir ce qui importe pour  la lancinante 1 2 3&nbs sommaire ► page suivante le nécessaire non sixième vedo la luna vedo le page précédente le café  le "musée aller à la liste des les ruelles blanches qui       la carles respunt :       baie   la baie des anges c’était une antoine simon 16 {{}} on trouvera la les grands a propos d’une il est le jongleur de lui pour jean-louis cantin 1.- voici l’homme aux deux aller à la liste des auteurs troisième essai    regardant la pureté de la survie. nul   ces sec erv vre ile       voyage station 7 : as-tu vu judas se creuser de la langue, outil naviguer dans le bazar de présentation du projet 1- nous sommes dehors. l’envers de huit c’est encore à les articles mis en ligne en titrer "claude viallat, dans les carnets   que signifie les cuivres de la symphonie il y a des titres qui dernier vers aoi cliquetis obscène des station 5 : comment toutes sortes de papiers, sur station 3 encore il parle clers fut li jurz e li dernier vers que mort le slam ? une ruse de dernier vers aoi page suivante ► page à cri et à josué avait un rythme 1 2 3&nbs préparer le ciel i aux barrières des octrois page suivante page   maille 1 : que pure forme, belle muette, l’impression la plus       neige je déambule et suis il ne sait rien qui ne va       le gardien de phare à vie, au   est-ce que 1 2 3&nbs je t’enlace gargouille today i eat my       embarq retour vers le musicien page suivante ► page page précédente page 1 2 3&nbs ce texte m’a été       ce page suivante ► page elle dit la main qui fut le mis en ligne durant     surgi     hélas, un survol de l’annÉe chants à tu mon recueil       retourn& boomerang b ► livre grand la communication est       j’ tristan_cabral_a_l_e 1 2 3   la production a christiane       le page suivante ► page un titre : il infuse sa la terre a souvent tremblé   pour olivier arbre épanoui au ciel un nouvel espace est ouvert page suivante ► christ a dernier vers aoi pas sur coussin d’air mais je serai toujours attentif à chers élèves du collège quai des chargeurs de page suivante ► macles et le chêne de dodonne (i) quelque temps plus tard, de       un couleur qui ne masque pas j’ai perdu mon aller à la liste des auteurs nous avancions en bas de 1 2 3&nbs a la libération, les bien sûr, il y eut     les fleurs du page d’accueil de page suivante ► page j’aurai donc vécu sur n’ayant pas bernard noël, droits       mouette antoine simon 25 page suivante ► page 1 2 en « vive la page d’accueil de 1 2 3&nbs     m2   je suis occupé ces       je fais très saintes litanies 1 2 3&nbs josué ne   *   libre page suivante ► page à propos “la 1 les morceaux de nuit se langues de plomb a la dans les hautes herbes le 15 mai, à normalement, la rubrique antoine simon 22 À la loupe, il observa halt sunt li pui e mult halt des quatre archanges que     chambre sauvage et fuyant comme 1- c’est dans       au       la pour jacky coville guetteurs heureuse ruine, pensait aller à la bribe suivante aller à la bribe suivante page suivante ► page max charvolen, martin miguel   un vendredi     [1] l Être appelé par son nom page suivante ► page elle réalise des les terrasses abandonnées dire que le livre est une raphaël monticelli : tu page suivante ► page peinture de rimes. le texte       entre est-ce parce que, petit, on que d’heures abords de l’inaccessible sous la pression des   encore une je t’enfourche ma dans les horizons de boue, de pur ceste espee ai dulor e pour raphaël rafale n° 10 ici lorsqu’on connaît une À hélène       le le géographe sait tout sainte marie, page suivante ► page page suivante ► page un tunnel sans fin et, à le recueil de textes       avant le samedi 26 mars, à 15 de la cliquer sur l’icône il y a deux villes à on a cru à douze (se fait terre se une errance de antoine simon 31 baous et rious je suis j’ai ajouté les premières le franchissement des aller à la bribe suivante nous savons tous, ici, que       sur le       quatrième essai de avant même de commencer, raphaël monticelli 30 juin le soleil n’est pas percey priest lake sur les             dans la rue la les photos et archives 1 2 3 1 2 3&nbs trois (mon souffle au matin       qui si c’est ça, sept (forces cachées qui quel ennui, mortel pour m1       naviguer dans le bazar de cela fait 53 ans que je 1 2 3&nbs ► abÉcÉdaire à jean essai de nécrologie, l’erbe del camp, ki haut var ► trois petits inoubliables, les abu zayd me déplait. pas assise par accroc au bord de vertige. une distance aller à la bribe suivante à sylvie sous l’occupation en une, une œuvre de le vieux qui 1 2 3&nbs textes mis en ligne en le tissu d’acier page d’accueil de « e ! malvais cover-oleti_artin_ri sculpter l’air : commençons donc par rita est trois fois humble. page précédente retour 1 2 3&nbs antoine simon 2 voir les œufs de page suivante page photos de frédéric page d’accueil de     double 1 2 3&nbs       il au seuil de l’atelier page suivante ► page     un mois sans 1 2 questions   (à le proche et le lointain merle noir  pour dernier vers aoi page suivante ► page       dans le       reine page suivante ► nous       m’ ce qui aide à pénétrer le antoine simon 21 pas même récapitulatif lieux et le lent déferlement dernier vers doel i avrat, aller à la bribe suivante voici des œuvres qui, le page suivante gérard       neige       dans le préparation des corps dans le train premier page précédente ► page       la buttati ! guarda    si vous souhaitez et nous n’avons rien pour frédéric raphaël monticelli 30 juin       quand le geste de l’ancienne, ceci… pour prendre mesure.       l’  l’exposition  régine robin, encore une citation “tu textes mis en ligne en  jésus dimanche 18 avril 2010 nous aux george(s) (s est la       su lou page suivante ► page  marcel migozzi vient de madame, on ne la voit jamais aller à l’échange sur ils sortent       sur le pour accéder au texte, décembre 2001. page suivante ► page dentelle : il avait       sur le aller à la bribe suivante aller à la bribe suivante cent dix remarques i► cent dans ce périlleux tu le sais bien. luc ne bruits de langues. en rester       deux qui d’entre nous si vous entendez le lac       s’ morz est rollant, deus en ad page suivante page ce qui fascine chez passet li jurz, si turnet a l’eau froide de l’anse vers le sommaire des recueils aller à la liste des auteurs voir les œufs de       à six de l’espace urbain, année 2019 ► albert posté sur facebook sorti de       reine l’illusion d’une       longtemp sommaire ► page suivante   nous sommes aller à la liste des auteurs     du faucon raphaËl page suivante page présentation du le chêne de dodonne (i) encore la couleur, mais cette au rayon des surgelés leonardo rosa pour accéder au pdf,       pour       les imagine que, dans la bribes en ligne a       je       aujourd où l’on revient éphémère du 2 du bibelot au babil encore   entrons maintenant (ô fleur de courge...       je me (vois-tu, sancho, je suis       ce qui libre de lever la tête dans le pain brisé son       sur les d’abord l’échange des etudiant à et ces dernier vers aoi 1 2 3 page suivante ► page de pa(i)smeisuns en est venuz pour le prochain basilic, (la 1 2 3&nbs macao grise sommaire ► page suivante grant est la plaigne e large 1 2 3&nbs voici quelques années, a-t-il il y a des mots, mais comme  hier, 17 « je suis un a quelques exceptions près ils s’étaient bribes en ligne a pas de pluie pour venir nous serons toujours ces       dans tant pis pour eux.  les œuvres de et combien jusqu’à il y a la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : Freixe, Alain /

ALAIN FREIXE

Coups d’aile pour déplier le ciel de la poésie de Pierre Reverdy
© Alain Freixe
Publication en ligne : 9 novembre 2009
Clefs : poésie

J’aime chez Pierre Reverdy sentir la présence de ce qui manque, a manqué, manquera. Ce trou d’air dans la gaine du ciel que lace l’horizon. Cette limpidité du vent quand il passe. Et mes mains à tourner les pages qui ne sauront que peu retenir de ces ombres dérisoires perdues sur la toile sans chassis qui claque..




1-
Pour les lignes rouges de ses poèmes où il y a toujours à mesurer la hauteur des voix.

2-
Pour son sens de l’image, bout de miroir tendu contre l’effacement.

3-
Pour cette terre lourde. Ces temps froids le plus souvent. Froid sourd qui n’éteint pas les arêtes. Silencieux amour de la poésie de Pierre Reverdy qui l’allège et l’avive de tout l’hiver de ses coups de vent.

4-
Pour son sens de la posture, cette façon de se tenir devant ce qui fuit – Avec quelques amis nous l’appelons Madame - ces lignes, ces couleurs, ces sons que le cirque des montagnes renvoie ici comme en écho alentour.

5-
Pour son sens de la mesure : ni bas, ni haut. Qui invite à se tenir du côté des ombres. Ce pays d’à côté.

6-
Pour son image du « voyageur accoudé au repli d’une vague de vent » .

7-
Pour ce qui pousse au milieu, entre les lignes, dalles non mal jointes mais disjointes du poème qui menace toujours de déséquilibrer la pierre d’à côté qu’à déjà fendu le gel – c’était de l’autre hiver, il est vrai…

8-
Pour ses poèmes qui, compacts comme gants de cuir, attendent nos poings fermés pour boxer. Nos mains coupées pour disposer du vent.


9-
Pour son sens des sources, de leur émergence puis de leur retour en terre jusqu’à ces résurgences dans la voix des lecteurs.

10-
Pour les ardoises de son toit qui font le ciel noir plus petit.

11-
Pour son sens de ce qui se tient derrière. Ce noir derrière les étoiles, ce vide où le vent tient réserve.

12-
Pour ses yeux ouverts sur le monde tel qu’il va mal.

13-
Pour son sens des verrous. Des murs. Ceux du dehors comme ceux du dedans.

14-
Pour son sens de la guerre que chacun doit mener contre lui-même. Son sens de l’inquiétude, du jamais sûr.

15-
Pour son sens de la hauteur, signe ascendant du désir qui toujours se dégage, se désentrave, se désembourbe, émerge tout ruisselant encore des terres « où on aligne les cadavres ». Importe seule sa vaillance !

16-
Pour son sens de cette insomnie spirituelle qu’on retrouvera plus tard chez René Char.

17-
 Pour son sens de « l’une fois », équivalent ici de l’éternité.

18-
Pour son sens de la musique, non celle qui depuis les oreilles vous remue tout le corps mais ce rythme qui secoue l’intérieur de votre tête : saccades, bercements, âpres tournants, courbes douces, lignes de front, lignes de risque.

19-
Pour son sens du diamant quand il ne vaut que par ses poussières.




J’aime chez Pierre Reverdy, l’homme qui baisse le feu, préfère aux flammes les braises et ces cendres qui tiennent les rougeoiements des mots jusqu’à ce cœur en fusion du poème que l’on n’entend battre qu’entre les caresses du vent sur les sarments éteints.

 

P.-S.

Texte publié dans la revue Triages, Vingt-trois poètes et Reverdy vivants, textes réunis et présentés par Antoine Emaz en 2007, éditions Tarabuste

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP