BRIBES EN LIGNE
carcassonne, le 06 c’est une sorte de si elle est belle ? je  dans toutes les rues si j’avais de son ma voix n’est plus que pour qui veut se faire une j’aime chez pierre deux nouveauté, chaises, tables, verres, ki mult est las, il se dort le soleil n’est pas pour raphaël       la       baie en introduction à printemps breton, printemps non... non... je vous assure, a l’aube des apaches, avant propos la peinture est station 5 : comment la littérature de c’est la chair pourtant   marcel « amis rollant, de bernadette griot vient de sur la toile de renoir, les deux mille ans nous       la "moi, esclave" a i.- avaler l’art par 1. il se trouve que je suis       le a propos de quatre oeuvres de     dans la ruela un nouvel espace est ouvert  au travers de toi je antoine simon 6   six formes de la 0 false 21 18 1.- les rêves de réponse de michel apaches :     un mois sans dans le pays dont je vous 0 false 21 18       mouett ainsi va le travail de qui dans les rêves de la antoine simon 22 et que dire de la grâce autre petite voix d’un bout à il en est des noms comme du 1 au retour au moment vertige. une distance lorsque martine orsoni   jn 2,1-12 : hans freibach : macles et roulis photo 1 essai de nécrologie, les avenues de ce pays voici des œuvres qui, le macles et roulis photo 6       un Ç’avait été la non, björg, macles et roulis photo mon travail est une pour helmut je t’enfourche ma franchement, pensait le chef, les durand : une dans ce pays ma mère livre grand format en trois deuxième antoine simon 7 a supposer quece monde tienne a la libération, les       voyage antoine simon 2 je t’enlace gargouille outre la poursuite de la mise dernier vers aoi maintenant il connaît le     surgi le lent déferlement       l̵   d’un coté,       les dire que le livre est une ma mémoire ne peut me   ciel !!!!  le "musée heureuse ruine, pensait     après certains prétendent montagnesde intendo... intendo ! je n’hésiterai générations     vers le soir jouer sur tous les tableaux       dans le 19 novembre 2013, à la quando me ne so itu pe il était question non il en est des meurtrières. sous l’occupation     nous il existe deux saints portant     double dernier vers aoi « pouvez-vous dernier vers aoi       sur on a cru à  hier, 17 dernier vers aoi   anatomie du m et pourquoi yves klein a-t-il ce qui importe pour madame, vous débusquez   l’oeuvre vit son un verre de vin pour tacher       object pour gilbert    seule au pour marcel epuisement de la salle, rêves de josué, macles et roulis photo 4       marche cliquetis obscène des ce qui fascine chez à cri et à art jonction semble enfin spectacle de josué dit       vu pour jean gautheronle cosmos       &eacut     sur la les oiseaux s’ouvrent       l̵ li emperere s’est     le cette machine entre mes couleur qui ne masque pas il arriva que       dans abstraction voir figuration je meurs de soif  l’exposition  antoine simon 9       fourr&       et af : j’entends pluies et bruines, le coeur du le plus insupportable chez l’instant criblé       chaque carissimo ulisse,torna a sous la pression des       aujour       ruelle libre de lever la tête ils avaient si longtemps, si in the country envoi du bulletin de bribes marie-hélène  l’écriture       assis       en l’impression la plus on trouvera la video halt sunt li pui e mult halt (ma gorge est une se placer sous le signe de le temps passe dans la trois (mon souffle au matin dernier vers aoi le lourd travail des meules l’illusion d’une trois tentatives desesperees dernier vers aoi   le ciel de ce pays est tout encore la couleur, mais cette lorsqu’on connaît une       sur       " le samedi 26 mars, à 15   le 10 décembre "et bien, voilà..." dit villa arson, nice, du 17 antoine simon 30 li quens oger cuardise   pour théa et ses attention beau  tu ne renonceras pas. les dieux s’effacent c’est le grand  pour jean le tout en travaillant sur les le travail de bernard tout mon petit univers en soudain un blanc fauche le f le feu est venu,ardeur des macao grise huit c’est encore à dernier vers aoi ce 28 février 2002. station 3 encore il parle dernier vers aoi zacinto dove giacque il mio le nécessaire non aucun hasard si se nous avons affaire à de c’est ici, me  epître aux madame a des odeurs sauvages       journ& madame porte à je suis celle qui trompe l’évidence la vie humble chez les mi viene in mentemi la fonction, temps de cendre de deuil de       il       et tu       bonhe     pourquoi madame, c’est notre face aux bronzes de miodrag je dors d’un sommeil de       la gardien de phare à vie, au et…  dits de       au merci à marc alpozzo giovanni rubino dit dernier vers aoi et il parlait ainsi dans la  “... parler une inoubliables, les la légende fleurie est dans le respect du cahier des branches lianes ronces la question du récit je suis bien dans etait-ce le souvenir carmelo arden quin est une       soleil l’impossible la chaude caresse de f j’ai voulu me pencher n’ayant pas fin première ensevelie de silence, pour pierre theunissen la       b&acir exode, 16, 1-5 toute quel ennui, mortel pour       jonath pour frédéric     hélas, a claude b.   comme des quatre archanges que onze sous les cercles raphaël f dans le sourd chatoiement ainsi alfred… « h&eacu f toutes mes si, il y a longtemps, les       dans tes chaussures au bas de  zones gardées de c’est la peur qui fait       longte  pour le dernier jour l’attente, le fruit       apparu et je vois dans vos       sur des quatre archanges que "tu sais ce que c’est   voici donc la je ne saurais dire avec assez       (     de rigoles en À max charvolen et       pass&e pour andré pour michèle vous avez sors de mon territoire. fais il y a des objets qui ont la grant est la plaigne e large a ma mère, femme parmi et que vous dire des dentelle : il avait     tout autour deuxième essai le elle réalise des madame est une torche. elle pour julius baltazar 1 le       embarq       dans toi, mésange à sequence 6   le       va seul dans la rue je ris la polenta       sur tous ces charlatans qui il s’appelait  les éditions de la mort, l’ultime port, 0 false 21 18       la je découvre avant toi morz est rollant, deus en ad juste un       arauca à       quand iv.- du livre d’artiste   je n’ai jamais j’ai longtemps les petites fleurs des     les fleurs du poussées par les vagues au commencement était six de l’espace urbain, j’ai ajouté le "patriote", normalement, la rubrique       je les installations souvent, constellations et quand c’est le vent qui il tente de déchiffrer, régine robin,       tourne mais non, mais non, tu pas de pluie pour venir    nous (ô fleur de courge...     pluie du       au s’égarer on rien n’est plus ardu pas même ce va et vient entre on dit qu’agathe       l̵ dernier vers aoi       les       un faisant dialoguer dernier vers aoi       faisant la depuis le 20 juillet, bribes depuis ce jour, le site pour andrée de proche en proche tous dans un coin de nice,       allong nous savons tous, ici, que     cet arbre que dans ce périlleux   3   

les  il est des objets sur  je signerai mon imagine que, dans la et  riche de mes est-ce parce que, petit, on à propos “la ouverture d’une raphaËl a christiane que reste-t-il de la diaphane est le  hors du corps pas mesdames, messieurs, veuillez lentement, josué au rayon des surgelés nécrologie f les marques de la mort sur la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Après le départ des amis | Retourné là où je vis ->
Descendant le chemin des hêtres
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : été

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

descendant le chemin des hêtres

où le berger passa quarante ans durant

buvant à sa source d’émotion

Publication en ligne : 31 août 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette