BRIBES EN LIGNE
ce monde est semé j’écoute vos temps où le sang se dans les rêves de la "je me tais. pour taire. deux ajouts ces derniers i.- avaler l’art par ce texte m’a été premier vers aoi dernier       fourr& « e ! malvais polenta           du faucon vue à la villa tamaris       sur     au couchant (ô fleur de courge...       &eacut pour à propos “la       jardin pour le prochain basilic, (la antoine simon 18 ki mult est las, il se dort il y a dans ce pays des voies   ces sec erv vre ile le "patriote",   marcel       su j’ai relu daniel biga, toujours les lettres : bel équilibre et sa il arriva que     chant de pour nicolas lavarenne ma le 28 novembre, mise en ligne       en un   on n’est il tente de déchiffrer, issent de mer, venent as l’une des dernières       " a la libération, les     nous       ton …presque vingt ans plus derniers vers sun destre et  riche de mes elle réalise des ce jour là, je pouvais station 3 encore il parle couleur qui ne masque pas écrirecomme on se  avec « a la la communication est le pendu   la baie des anges       la onzième  je signerai mon il y a tant de saints sur    nous   maille 1 :que et nous n’avons rien       retour   d’un coté, au matin du il pleut. j’ai vu la À l’occasion de les plus terribles huit c’est encore à grande lune pourpre dont les             pass&e dernier vers aoi       coude du fond des cours et des       ( normalement, la rubrique ce pays que je dis est À la loupe, il observa dans les carnets « h&eacu d’un bout à pour marcel       entre dernier vers aoi passet li jurz, si turnet a chairs à vif paumes 1-nous sommes dehors. agnus dei qui tollis peccata si, il y a longtemps, les f le feu est venu,ardeur des rossignolet tu la   pour le prochain antoine simon 3    il  mise en ligne du texte toi, mésange à très saintes litanies le glacis de la mort à       sur allons fouiller ce triangle       le tout le problème  “ce travail qui le 2 juillet a ma mère, femme parmi       bonhe nous serons toujours ces       la       l̵ deuxième essai le pour julius baltazar 1 le       jonath r.m.a toi le don des cris qui       dans pour maxime godard 1 haute pour philippe quel étonnant onze sous les cercles la langue est intarissable rêve, cauchemar, ma mémoire ne peut me ce n’est pas aux choses le 15 mai, à moisissures mousses lichens pour michèle aueret et combien dernier vers aoi et je vois dans vos attention beau  dernier salut au nous dirons donc       soleil madame est une torche. elle mon travail est une pour mireille et philippe dans l’innocence des       dans       longte ( ce texte a eurydice toujours nue à dernier vers doel i avrat,   en grec, morías       dans       &agrav c’est la distance entre dans le respect du cahier des alocco en patchworck ©       st (elle entretenait       "  epître aux chercher une sorte de       sous je me souviens de     chambre cinq madame aux yeux       &agrav mise en ligne giovanni rubino dit       la mille fardeaux, mille nous viendrons nous masser  c’était     &nbs les petites fleurs des dont les secrets… à quoi la terre nous j’aime chez pierre pour alain borer le 26       le ici. les oiseaux y ont fait ici, les choses les plus rare moment de bonheur,       il carcassonne, le 06 j’ai travaillé pour egidio fiorin des mots il existe deux saints portant bientôt, aucune amarre li quens oger cuardise régine robin, dernier vers aoi là, c’est le sable et rm : d’accord sur   saint paul trois  pour le dernier jour inoubliables, les (de)lecta lucta   dans ce périlleux c’est une sorte de pour yves et pierre poher et a l’aube des apaches, trois tentatives desesperees antoine simon 27 le lent déferlement a christiane après la lecture de       fourmi       le poussées par les vagues l’ami michel     faisant la       pass&e quand nous rejoignons, en macles et roulis photo 7 bribes en ligne a       allong  si, du nouveau à la mémoire de j’ai changé le a claude b.   comme l’impression la plus il est le jongleur de lui mesdames, messieurs, veuillez pour martine, coline et laure la prédication faite pour m.b. quand je me heurte       enfant ma chair n’est madame, vous débusquez morz est rollant, deus en ad       apparu       pav&ea tout est prêt en moi pour quando me ne so itu pe légendes de michel ecrire sur mougins. décembre il existe au moins deux à propos des grands         or pour michèle gazier 1       les       &agrav tes chaussures au bas de fontelucco, 6 juillet 2000 vous êtes ce qu’un paysage peut   dits de granz fut li colps, li dux en clers est li jurz et li les parents, l’ultime paysage de ta tombe  et c’est vrai petites proses sur terre madame aux rumeurs que d’heures ….omme virginia par la le passé n’est toute une faune timide veille    si tout au long les textes mis en ligne les enseignants : pour mes enfants laure et     à iloec endreit remeint li os toulon, samedi 9 quelques textes (À l’église l’homme est macles et roulis photo 3 la chaude caresse de dernier vers s’il charogne sur le seuilce qui       aux le lent tricotage du paysage il en est des noms comme du       un 1.- les rêves de « amis rollant, de quelque chose le recueil de textes c’est seulement au   est-ce que "ah ! mon doux pays, dans l’effilé de  improbable visage pendu dernier vers aoi a dix sept ans, je ne savais dans le train premier 1 la confusion des   je n’ai jamais       sur  ce qui importe pour     surgi mes pensées restent clere est la noit e la les amants se de proche en proche tous         &n des conserves !       é au lecteur voici le premier       vaches quel ennui, mortel pour   encore une on peut croire que martine de la  tu ne renonceras pas. antoine simon 30 f j’ai voulu me pencher 10 vers la laisse ccxxxii       ( je meurs de soif  le "musée approche d’une antoine simon 15 en 1958 ben ouvre à branches lianes ronces jamais si entêtanteeurydice maintenant il connaît le       crabe-   le 10 décembre portrait. 1255 : en cet anniversaire, ce qui premier essai c’est c’est pour moi le premier       l̵ et c’était dans autre citation aucun hasard si se la lecture de sainte la liberté s’imprime à antoine simon 32 halt sunt li pui e mult halt exode, 16, 1-5 toute dernier vers aoi pas une année sans évoquer 5) triptyque marocain dernier vers aoi je reviens sur des leonardo rosa pierre ciel  “la signification     un mois sans soudain un blanc fauche le     oued coulant nice, le 18 novembre 2004 le plus insupportable chez l’éclair me dure, douze (se fait terre se       le pour max charvolen 1) et encore  dits dans ce pays ma mère (josué avait lentement carissimo ulisse,torna a j’oublie souvent et vous n’avez dernier vers aoi   li emperere s’est lentement, josué       la  la lancinante les installations souvent,  hors du corps pas       le quand les mots depuis ce jour, le site tous ces charlatans qui sors de mon territoire. fais au rayon des surgelés autre citation"voui deuxième carmelo arden quin est une l’impossible est-ce parce que, petit, on il y a des objets qui ont la    courant à cri et à les doigts d’ombre de neige       m&eacu toutes sortes de papiers, sur traquer guetter cette chose m1       elle disposait d’une ce le coquillage contre (vois-tu, sancho, je suis merle noir  pour       les station 4 : judas  « 8° de attendre. mot terrible. la réserve des bribes la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Dans le champ de blé les chèvres ! | Bâton de marche ->
Grappes de sureau
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : été

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

grappes de sureau

tombées sur la terrasse

sabbat du loir !

Publication en ligne : 20 août 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette