BRIBES EN LIGNE
      six ce qu’un paysage peut   3   

les pour martine     depuis a l’aube des apaches, quelques textes clers fut li jurz e li dans le pays dont je vous a la libération, les je rêve aux gorges tout le problème pour jean gautheronle cosmos d’abord l’échange des une autre approche de dans la caverne primordiale       mouett     m2 &nbs dernier vers aoi   le 28 novembre, mise en ligne le samedi 26 mars, à 15 macles et roulis photo 1 le travail de bernard equitable un besoin sonnerait  pour de non... non... je vous assure,       il       le dans les carnets       le l’appel tonitruant du antoine simon 22       la dernier vers aoi il existe deux saints portant attendre. mot terrible.       enfant non, björg,   en grec, morías la cité de la musique    en exode, 16, 1-5 toute dernier vers aoi       le un verre de vin pour tacher au labyrinthe des pleursils la fraîcheur et la traquer reflets et echosla salle  c’était   on n’est quand sur vos visages les faisant dialoguer en 1958 ben ouvre à printemps breton, printemps       dans        si, du nouveau tout en vérifiant dernier vers aoi station 4 : judas        et tu « 8° de ce qui fait tableau : ce avant dernier vers aoi l’ami michel il n’était qu’un deux mille ans nous       pass&e dernier vers aoi  les premières la liberté de l’être dimanche 18 avril 2010 nous Éléments - dernier vers aoi "la musique, c’est le le lourd travail des meules       dans petit matin frais. je te (vois-tu, sancho, je suis  avec « a la       vu  au mois de mars, 1166       bruyan le ciel de ce pays est tout pour helmut la gaucherie à vivre,       le les plus vieilles   pour adèle et buttati ! guarda&nbs la mort d’un oiseau.       bonheu 1.- les rêves de la bouche pure souffrance pour martine, coline et laure dernier vers aoi antoine simon 30       nuage       sur elle réalise des marché ou souk ou si j’avais de son       m̵    de femme liseuse même si clers est li jurz et li À l’occasion de sors de mon territoire. fais ainsi alfred…   (à les routes de ce pays sont       glouss journée de pour michèle gazier 1 la réserve des bribes j’ai ajouté nice, le 18 novembre 2004 pas une année sans évoquer voudrais je vous       fourr& d’un côté avant propos la peinture est       rampan       pav&ea marie-hélène antoine simon 23       un ce     dans la ruela la lecture de sainte fontelucco, 6 juillet 2000 il y a dans ce pays des voies il faut aller voir en cet anniversaire, ce qui       pass&e "ces deux là se       soleil epuisement de la salle, petites proses sur terre jamais je n’aurais josué avait un rythme       object a toi le don des cris qui     extraire gardien de phare à vie, au pour julius baltazar 1 le madame a des odeurs sauvages le scribe ne retient       longte "pour tes toutes sortes de papiers, sur au programme des actions     &nbs "nice, nouvel éloge de la quel ennui, mortel pour « amis rollant, de nos voix  de même que les cinquième citationne     un mois sans je dors d’un sommeil de macles et roulis photo il était question non     chambre "tu sais ce que c’est r.m.a toi le don des cris qui carissimo ulisse,torna a pour michèle ma mémoire ne peut me       la pie peinture de rimes. le texte       l̵ c’est la distance entre       &n  epître aux dorothée vint au monde       aujour c’est vrai se placer sous le signe de       m̵     tout autour monde imaginal,       la       st       la un jour nous avons la musique est le parfum de cinquième essai tout       pour un nouvel espace est ouvert l’éclair me dure, dans les rêves de la ce texte se présente écoute, josué, le 26 août 1887, depuis " je suis un écorché vif. on a cru à       &n       la    tu sais (elle entretenait un tunnel sans fin et, à       object libre de lever la tête  pour le dernier jour le 23 février 1988, il  les œuvres de de pareïs li seit la macao grise halt sunt li pui e mult halt       avant l’instant criblé      au balcon antoine simon 6 5) triptyque marocain       pour mireille et philippe pas de pluie pour venir les premières       m&eacu à propos des grands trois (mon souffle au matin de mes deux mains le pendu entr’els nen at ne pui pour le prochain basilic, (la premier vers aoi dernier vos estes proz e vostre rm : nous sommes en souvent je ne sais rien de temps de pierres dans la pour qui veut se faire une recleimet deu mult quatrième essai rares       et    il bruno mendonça nous avancions en bas de       une me il est le jongleur de lui       magnol franchement, pensait le chef, pour ma       &agrav pour jean-louis cantin 1.- juste un mot pour annoncer     chant de dans le monde de cette je reviens sur des f le feu est venu,ardeur des     nous exacerbé d’air sixième   ces notes macles et roulis photo 7 archipel shopping, la rêve, cauchemar, je ne saurais dire avec assez   voici donc la       jonath     quand Être tout entier la flamme 1-nous sommes dehors.       s̵ a dix sept ans, je ne savais chaque jour est un appel, une ainsi fut pétrarque dans je suis occupé ces   anatomie du m et comme une suite de violette cachéeton   je ne comprends plus a ma mère, femme parmi  hier, 17 dernier vers aoi les durand : une     sur la pente “le pinceau glisse sur       dans       montag       ruelle quai des chargeurs de  née à merci à marc alpozzo le texte qui suit est, bien à sylvie  dernières mises madame est la reine des       (  de la trajectoire de ce un trait gris sur la il avait accepté seul dans la rue je ris la l’une des dernières 1254 : naissance de rien n’est plus ardu (en regardant un dessin de       au antoine simon 33 errer est notre lot, madame,       au une errance de a propos d’une 0 false 21 18 de toutes les les avenues de ce pays c’est le grand   un       bien       &ccedi dernier vers aoi des voix percent, racontent troisième essai et       fleur on préparait si, il y a longtemps, les bal kanique c’est       ma   pour le prochain pour gilbert cliquetis obscène des l’heure de la  marcel migozzi vient de etait-ce le souvenir pour jean marie fragilité humaine. la brume. nuages     sur la "le renard connaît dans ce pays ma mère       en il en est des meurtrières. se reprendre. creuser son pour philippe   ces sec erv vre ile je suis celle qui trompe 1. il se trouve que je suis mult ben i fierent franceis e giovanni rubino dit c’est un peu comme si,     après  l’exposition  sous l’occupation ne faut-il pas vivre comme   (dans le janvier 2002 .traverse les grands elle disposait d’une il souffle sur les collines accorde ton désir à ta   je n’ai jamais deuxième approche de dernier vers aoi       apparu       &n bien sûrla dans les carnets la littérature de et que dire de la grâce     pourquoi       au j’écoute vos intendo... intendo ! le lent déferlement       crabe- dernier vers aoi pas sur coussin d’air mais 1 au retour au moment qu’est-ce qui est en       retour tant pis pour eux.       dans elle ose à peine  il y a le dans le train premier au commencement était du bibelot au babilencore une aux barrières des octrois les plus terribles nouvelles mises en la chaude caresse de 10 vers la laisse ccxxxii   le texte suivant a l’art c’est la morz est rollant, deus en ad  tu vois im font chier rimbaud a donc rêves de josué, ….omme virginia par la nous lirons deux extraits de quelques autres la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Objectif | Voyage à nouveau ->
Nuage de neige *
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : printemps

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

nuage de neige

sur champ ensoleillé ?

non ! tempête de pollen

Publication en ligne : 24 juin 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette