BRIBES EN LIGNE
saluer d’abord les plus  “ne pas la mort, l’ultime port, passet li jurz, la noit est troisième essai la cité de la musique preambule – ut pictura dernier vers aoi         or antoine simon 30 je reviens sur des et si tu dois apprendre à guetter cette chose cinq madame aux yeux rm : d’accord sur la musique est le parfum de aux barrières des octrois la liberté de l’être quel étonnant  la toile couvre les   au milieu de je rêve aux gorges outre la poursuite de la mise     hélas, antoine simon 31 nice, le 18 novembre 2004     " pour angelo constellations et cliquetis obscène des deuxième approche de souvent je ne sais rien de langues de plomba la dans la caverne primordiale hans freibach : f le feu s’est pluies et bruines,  improbable visage pendu quand c’est le vent qui je crie la rue mue douleur la liberté s’imprime à pour andrée les grands f dans le sourd chatoiement       alla cet article est paru     l’é bien sûrla en ceste tere ad estet ja antoine simon 18 dont les secrets… à quoi dans le train premier derniers  martin miguel vient au seuil de l’atelier mise en ligne  ce mois ci : sub  il est des objets sur   tout est toujours en je n’ai pas dit que le       reine carmelo arden quin est une cet article est paru dans le avec marc, nous avons imagine que, dans la (la numérotation des antoine simon 24 j’ai en réserve au matin du le ciel est clair au travers     un mois sans pour pierre theunissen la rossignolet tu la f qu’il vienne, le feu       gentil       montag ce qu’un paysage peut "moi, esclave" a première dernier vers aoi dernier vers aoi       et tu À la loupe, il observa merci à la toile de et encore  dits ils sortent la pureté de la survie. nul       m̵       sur mougins. décembre       mouett       l̵       dans tout est prêt en moi pour merle noir  pour gardien de phare à vie, au si j’étais un       il ce n’est pas aux choses       " lorsqu’on connaît une       au       é li quens oger cuardise   je n’hésiterai madame est une torche. elle antoine simon 13 mult est vassal carles de       st je t’ai admiré, dernier vers aoi nice, le 30 juin 2000       la 1.- les rêves de     le cygne sur antoine simon 28       au rm : nous sommes en pour gilbert le nécessaire non un homme dans la rue se prend mult ben i fierent franceis e       droite chaises, tables, verres, torna a sorrento ulisse torna       bonhe       allong station 7 : as-tu vu judas se vous n’avez napolì napolì …presque vingt ans plus tout le problème dernier vers aoi la bouche pleine de bulles       ton       aujour   (dans le   3   

les pour jean-marie simon et sa  dans toutes les rues il existe au moins deux       en un zacinto dove giacque il mio dans le respect du cahier des toujours les lettres : à la mémoire de jusqu’à il y a       le "l’art est-il art jonction semble enfin giovanni rubino dit f les marques de la mort sur 1-nous sommes dehors. en introduction à je déambule et suis je ne peins pas avec quoi, le géographe sait tout dans le monde de cette dix l’espace ouvert au beaucoup de merveilles il ne sait rien qui ne va monde imaginal,  dans le livre, le i mes doigts se sont ouverts pour egidio fiorin des mots j’ai parlé  pour de       p&eacu station 5 : comment comme une suite de toutes sortes de papiers, sur percey priest lakesur les pour michèle gazier 1) tous feux éteints. des j’ai ajouté paysage de ta tombe  et clere est la noit e la soudain un blanc fauche le raphaël       la   d’un coté, des quatre archanges que     dans la ruela tandis que dans la grande         &n       au du bibelot au babilencore une     son nécrologie ço dist li reis : tendresses ô mes envols a claude b.   comme seul dans la rue je ris la cyclades, iii° certains soirs, quand je       bien abu zayd me déplait. pas (elle entretenait     du faucon intendo... intendo ! antoine simon 22 tes chaussures au bas de  ce qui importe pour recleimet deu mult pour jacqueline moretti,       dans quand il voit s’ouvrir,  mise en ligne du texte n’ayant pas ne faut-il pas vivre comme le 15 mai, à comme ce mur blanc du fond des cours et des       journ& coupé le sonà able comme capable de donner normal 0 21 false fal       au f les rêves de la fraîcheur et la le glacis de la mort agnus dei qui tollis peccata ensevelie de silence, lancinant ô lancinant sur la toile de renoir, les     depuis comme un préliminaire la       il un titre : il infuse sa les dernières cet univers sans "tu sais ce que c’est toute trace fait sens. que madame des forêts de carcassonne, le 06  tous ces chardonnerets À l’occasion de de mes deux mains chaque automne les se reprendre. creuser son madame est une il était question non avant propos la peinture est onzième le lourd travail des meules arbre épanoui au ciel reprise du site avec la comme c’est la prédication faite suite du blasphème de     sur la pente       object à bernadette histoire de signes . glaciation entre références : xavier temps où les coeurs si j’avais de son l’ami michel maintenant il connaît le dernier vers aoi quelque chose exode, 16, 1-5 toute       la cette machine entre mes les premières     double       & diaphane est le       sur a grant dulur tendrai puis antoine simon 32    il les dessins de martine orsoni quand sur vos visages les que d’heures nous avancions en bas de       j̵ mes pensées restent pour martin vue à la villa tamaris autre citation"voui la rencontre d’une       au  référencem aucun hasard si se dernier vers aoi   dernier vers aoi à sylvie   voici donc la macles et roulis photo 3 0 false 21 18 etudiant à 13) polynésie il n’y a pas de plus encore une citation“tu temps de bitume en fusion sur chaque jour est un appel, une deux ce travail vous est quatrième essai rares madame, on ne la voit jamais  tu ne renonceras pas. la lecture de sainte l’évidence       pav&ea le 23 février 1988, il a la femme au ouverture de l’espace macles et roulis photo       pourqu viallat © le château de sainte marie,   marcel   la baie des anges       le       aux       neige     tout autour sept (forces cachées qui si grant dol ai que ne cinquième essai tout nous savons tous, ici, que où l’on revient     après     vers le soir deuxième apparition de     de rigoles en la route de la soie, à pied, certains prétendent tout en vérifiant le 2 juillet       glouss       le générations toulon, samedi 9 derniers vers sun destre pour jean marie toutefois je m’estimais dernier vers aoi voile de nuità la le "patriote", ce pays que je dis est       midi il semble possible       dans genre des motsmauvais genre   ces sec erv vre ile une errance de à propos des grands     chambre       les dernier vers aoi     chant de dans les écroulements sixième       vaches il y a des objets qui ont la  de la trajectoire de ce     &nbs temps de pierres dans la a dix sept ans, je ne savais il n’est pire enfer que       l̵ 5) triptyque marocain 1) la plupart de ces pas une année sans évoquer       dans seins isabelle boizard 2005 l’existence n’est  les trois ensembles       chaque bel équilibre et sa leonardo rosa       sur le       la temps de pierres     ton pour frédéric   six formes de la il y a dans ce pays des voies mi viene in mentemi l’instant criblé       m&eacu       six pour le prochain basilic, (la nouvelles mises en issent de mer, venent as madame est la reine des assise par accroc au bord de  zones gardées de     sur la       entre la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Mouette planeur blanc | Enfant avant de m’endormir ->
Bien avant la nuit
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : printemps

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

bien avant la nuit

un tranquille sourire de lune

flotte vers l’ouest

Publication en ligne : 17 juin 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette