BRIBES EN LIGNE
7) porte-fenêtre douze (se fait terre se elle ose à peine je découvre avant toi au seuil de l’atelier madame des forêts de station 4 : judas   on peut passer une vie       soleil la galerie chave qui il n’était qu’un c’est extrêmement  marcel migozzi vient de "moi, esclave" a  il y a le       entre vous avez sixième le travail de bernard j’ai relu daniel biga, quand les eaux et les terres attention beau       un  l’exposition  g. duchêne, écriture le en introduction à ils s’étaient les cuivres de la symphonie ne faut-il pas vivre comme   on n’est qu’est-ce qui est en  avec « a la quatrième essai de       jonath moisissures mousses lichens bal kanique c’est (elle entretenait dans ce périlleux       ...mai quatrième essai de jusqu’à il y a       vu     à       la patrick joquel vient de où l’on revient deuxième approche de et combien "mais qui lit encore le       dans pour martin       que pour egidio fiorin des mots   si vous souhaitez       &agrav in the country   j’ai souvent       il toute trace fait sens. que quando me ne so itu pe pour m.b. quand je me heurte À l’occasion de  epître aux toutes ces pages de nos       l̵       enfant l’appel tonitruant du     sur la pente les étourneaux !       pourqu     au couchant madame porte à       au nous savons tous, ici, que un verre de vin pour tacher et si tu dois apprendre à dans les hautes herbes à propos “la je n’ai pas dit que le a propos de quatre oeuvres de les doigts d’ombre de neige la légende fleurie est j’ai donné, au mois j’ai travaillé       le j’aime chez pierre c’est le grand des voiles de longs cheveux a toi le don des cris qui      & autre essai d’un pas même f le feu m’a torna a sorrento ulisse torna pour jean-marie simon et sa le recueil de textes le grand combat :   tout est toujours en   est-ce que (À l’église dernier vers aoi       en un le plus insupportable chez la lecture de sainte n’ayant pas neuf j’implore en vain tendresses ô mes envols madame déchirée sa langue se cabre devant le le nécessaire non attendre. mot terrible.       sur À max charvolen et       au sur la toile de renoir, les  les œuvres de autre citation"voui mouans sartoux. traverse de 1) notre-dame au mur violet     pourquoi dernier vers aoi au lecteur voici le premier ce qu’un paysage peut       voyage chercher une sorte de à la bonne j’arrivais dans les ici. les oiseaux y ont fait chaque jour est un appel, une de soie les draps, de soie station 3 encore il parle pour alain borer le 26 morz est rollant, deus en ad tu le sais bien. luc ne   adagio   je quand les mots traquer       la sept (forces cachées qui quand sur vos visages les dans un coin de nice, a l’aube des apaches, franchement, pensait le chef, 1257 cleimet sa culpe, si   pour adèle et très saintes litanies     pluie du   six formes de la les petites fleurs des       voyage tendresse du mondesi peu de les textes mis en ligne régine robin, vedo la luna vedo le       je troisième essai dernier vers aoi pas sur coussin d’air mais       crabe- carles li reis en ad prise sa première j’ai donc raphaËl à bernadette  mise en ligne du texte cliquetis obscène des saluer d’abord les plus       b&acir  martin miguel vient l’attente, le fruit des quatre archanges que légendes de michel une errance de ses mains aussi étaient       le il est le jongleur de lui       pass&e pour julius baltazar 1 le ….omme virginia par la ecrire sur polenta f tous les feux se sont tout en travaillant sur les       arauca les amants se archipel shopping, la       j̵ et  riche de mes ce va et vient entre des quatre archanges que pas facile d’ajuster le pour anne slacik ecrire est     son   (dans le  née à dans les carnets « h&eacu et ma foi,       sur le tout à fleur d’eaula danse j’écoute vos pour robert       au ainsi va le travail de qui abu zayd me déplait. pas       st       la       dans je crie la rue mue douleur vous êtes pas de pluie pour venir et la peur, présente       bien nu(e), comme son nom dans le monde de cette pour pierre theunissen la       pav&ea  “s’ouvre face aux bronzes de miodrag ecrire les couleurs du monde     de rigoles en dernier vers aoi   voici donc la a supposer quece monde tienne 1 la confusion des antoine simon 31 la fraîcheur et la histoire de signes .       soleil i en voyant la masse aux ...et poème pour je me souviens de tous ces charlatans qui dernier vers aoi       dans       la antoine simon 10 il y a des objets qui ont la       chaque buttati ! guarda&nbs 0 false 21 18 d’un bout à de profondes glaouis napolì napolì le ciel est clair au travers j’ai perdu mon dernier vers aoi i mes doigts se sont ouverts       m̵ merle noir  pour à sylvie dernier vers aoi vous n’avez "le renard connaît temps de pierres dans la les oiseaux s’ouvrent       bruyan les routes de ce pays sont pour mes enfants laure et  les premières     extraire bribes en ligne a  ce mois ci : sub li quens oger cuardise       avant     &nbs les durand : une       entre genre des motsmauvais genre rossignolet tu la antoine simon 16 la deuxième édition du   le texte suivant a 1-nous sommes dehors. il y a tant de saints sur temps de pierres suite du blasphème de       neige  le "musée cyclades, iii°  dans le livre, le   pour le prochain antoine simon 12 la liberté de l’être    si tout au long       voyage  hors du corps pas des voix percent, racontent je t’ai admiré, …presque vingt ans plus toi, mésange à 1) la plupart de ces moi cocon moi momie fuseau antoine simon 9 noble folie de josué, sors de mon territoire. fais se placer sous le signe de rimbaud a donc c’est parfois un pays c’est la chair pourtant deuxième essai mult ben i fierent franceis e       à on dit qu’agathe   (à livre grand format en trois la bouche pleine de bulles la vie est ce bruissement a dix sept ans, je ne savais   pour olivier je reviens sur des la vie est dans la vie. se       sur    de femme liseuse il n’y a pas de plus fragilité humaine.       il pour jean gautheronle cosmos li emperere par sa grant  le livre, avec fin première bien sûr, il y eut    tu sais bel équilibre et sa preambule – ut pictura c’est pour moi le premier f les marques de la mort sur a ma mère, femme parmi mille fardeaux, mille beaucoup de merveilles après la lecture de dernier vers aoi inoubliables, les de pareïs li seit la   né le 7 dernier vers aoi et te voici humanité       coude deuxième suite paroles de chamantu iloec endreit remeint li os il n’est pire enfer que     faisant la il ne sait rien qui ne va       en cinquième essai tout les plus vieilles au rayon des surgelés vos estes proz e vostre       va la fonction, deux ajouts ces derniers ainsi fut pétrarque dans j’ai longtemps  la lancinante pour raphaël ce samuelchapitre 16, versets 1     chant de       je       allong poème pour       une       la lu le choeur des femmes de       le j’ai parlé       le antoine simon 25       dans  dernières mises temps où les coeurs mesdames, messieurs, veuillez toujours les lettres : antoine simon 15 dessiner les choses banales le ciel de ce pays est tout quel étonnant un titre : il infuse sa    au balcon (ma gorge est une au programme des actions tes chaussures au bas de la question du récit je t’enfourche ma il y a dans ce pays des voies mon travail est une " je suis un écorché vif.       " charogne sur le seuilce qui il s’appelait       neige je rêve aux gorges la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Mouette planeur blanc | Enfant avant de m’endormir ->
Bien avant la nuit
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : printemps

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

bien avant la nuit

un tranquille sourire de lune

flotte vers l’ouest

Publication en ligne : 17 juin 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette