BRIBES EN LIGNE
  l’oeuvre vit son seul dans la rue je ris la       au la brume. nuages tu le saiset je le vois       l̵ pour ma dernier vers aoi  “comment la légende fleurie est       chaque  les premières       apr&eg mais jamais on ne un soir à paris au la poésie, à la et te voici humanité       &agrav À peine jetés dans le ] heureux l’homme ( ce texte a antoine simon 20 voudrais je vous paroles de chamantu       dans m1       saluer d’abord les plus le lent déferlement       assis on cheval encore une citation“tu des conserves ! leonardo rosa non... non... je vous assure, ce jour là, je pouvais chercher une sorte de pour robert je ne sais pas si pas une année sans évoquer faisant dialoguer nos voix       la       aujour dernier vers aoi ce n’est pas aux choses poussées par les vagues       droite c’est extrêmement au lecteur voici le premier ma voix n’est plus que vous n’avez c’est une sorte de elle disposait d’une c’est vrai       dans attelage ii est une œuvre une errance de il pleut. j’ai vu la  c’était 1 la confusion des le pendu "je me tais. pour taire. dernier vers aoi c’était une d’un bout à ço dist li reis : f j’ai voulu me pencher un trait gris sur la dans le pays dont je vous au rayon des surgelés 0 false 21 18 « amis rollant, de ce qui fascine chez voici des œuvres qui, le       au l’impossible nous serons toujours ces l’attente, le fruit a dix sept ans, je ne savais dans le patriote du 16 mars tendresses ô mes envols les doigts d’ombre de neige       au    courant       grimpa merci au printemps des macao grise ki mult est las, il se dort ce paysage que tu contemplais la vie est ce bruissement antoine simon 13 avez-vous vu madame des forêts de       baie       sur ce qui fait tableau : ce     un mois sans  les éditions de dernier vers aoi lorsqu’on connaît une       la travail de tissage, dans     ton quelques autres le 26 août 1887, depuis  on peut passer une vie     rien et je vois dans vos décembre 2001.  de la trajectoire de ce dernier vers aoi    tous ces chardonnerets       fourr& pluies et bruines, 1257 cleimet sa culpe, si moi cocon moi momie fuseau sixième (josué avait  improbable visage pendu "ah ! mon doux pays,       l̵ alocco en patchworck © de profondes glaouis pour andrée archipel shopping, la à bernadette et si tu dois apprendre à le geste de l’ancienne, je découvre avant toi le travail de bernard sequence 6   le       juin f le feu s’est       apparu rimbaud a donc pour michèle aueret giovanni rubino dit j’ai changé le c’est la distance entre     dans la ruela g. duchêne, écriture le       m&eacu je reviens sur des c’est un peu comme si, vous avez       ce dernier vers aoi dernier vers aoi    7 artistes et 1  pour jean le rare moment de bonheur, au commencement était le géographe sait tout     &nbs montagnesde  dans le livre, le je t’enlace gargouille pour nicolas lavarenne ma je sais, un monde se pour qui veut se faire une c’est parfois un pays tout est possible pour qui le 26 août 1887, depuis l’homme est issent de mer, venent as       jardin f toutes mes apaches : attendre. mot terrible. “le pinceau glisse sur lorsque martine orsoni au programme des actions les avenues de ce pays ce pays que je dis est il s’appelait li emperere s’est la littérature de     oued coulant   pour adèle et pour maguy giraud et nous avons affaire à de     du faucon   dits de on dit qu’agathe       b&acir autre essai d’un antoine simon 15 pour mes enfants laure et bal kanique c’est tous ces charlatans qui pour michèle où l’on revient       le pour lee  marcel migozzi vient de   (à 5) triptyque marocain       j̵   ciel !!!! si, il y a longtemps, les pour yves et pierre poher et normal 0 21 false fal dans les écroulements antoine simon 25   la baie des anges tandis que dans la grande polenta le 23 février 1988, il nous avancions en bas de j’ai longtemps rien n’est plus ardu ma voix n’est plus que autres litanies du saint nom vous avez de la quand c’est le vent qui       l̵ l’art n’existe       à       "       l̵ les dernières dernier vers aoi en ceste tere ad estet ja       sur juste un a propos de quatre oeuvres de       il      &   six formes de la ajout de fichiers sons dans maintenant il connaît le sous la pression des de pa(i)smeisuns en est venuz lu le choeur des femmes de       sur merci à la toile de       le autre citation et tout avait tous feux éteints. des       &eacut c’est la peur qui fait le temps passe si vite,       madame est une pour egidio fiorin des mots bel équilibre et sa folie de josuétout est un besoin de couper comme de       devant la terre nous       embarq f qu’il vienne, le feu paysage de ta tombe  et j’ai en réserve présentation du       l̵ « e ! malvais       les edmond, sa grande six de l’espace urbain, la liberté s’imprime à pour michèle gazier 1 madame aux rumeurs ce qu’un paysage peut 1254 : naissance de quand vous serez tout    seule au       rampan       banlie pour m.b. quand je me heurte       nuage 1- c’est dans chaque automne les       la de l’autre la bouche pure souffrance madame, c’est notre le "patriote", af : j’entends  tu vois im font chier face aux bronzes de miodrag       vaches 1. il se trouve que je suis pourquoi yves klein a-t-il pour mireille et philippe  le livre, avec juste un mot pour annoncer le coeur du ses mains aussi étaient       é beaucoup de merveilles       sabots madame, on ne la voit jamais dans les rêves de la quand nous rejoignons, en ici. les oiseaux y ont fait    au balcon c’est seulement au (la numérotation des les plus terribles buttati ! guarda&nbs dernier vers aoi “dans le dessin dans l’innocence des le vieux qui     [1]  exode, 16, 1-5 toute dernier vers aoi je suis les routes de ce pays sont dans le train premier journée de       au percey priest lakesur les histoire de signes . et que dire de la grâce       la  un livre écrit de toutes les dans le respect du cahier des un verre de vin pour tacher       en (À l’église pour max charvolen 1) Éléments - nice, le 8 octobre derniers       maquis macles et roulis photo 1       sur       s̵       gentil able comme capable de donner       que pour julius baltazar 1 le je t’enfourche ma chaque jour est un appel, une     pourquoi ecrire sur petit matin frais. je te effleurer le ciel du bout des       longte  référencem  pour le dernier jour la question du récit dans les hautes herbes       &  ce qui importe pour rossignolet tu la "nice, nouvel éloge de la  ce mois ci : sub dix l’espace ouvert au li emperere par sa grant pour andré villers 1)   saint paul trois les premières « voici     tout autour là, c’est le sable et       alla pour marcel quatrième essai de pour jean-marie simon et sa l’instant criblé f les rêves de le 28 novembre, mise en ligne f les feux m’ont       je me al matin, quant primes pert ma chair n’est diaphane est le mot (ou pour le prochain basilic, (la f les marques de la mort sur premier vers aoi dernier       le errer est notre lot, madame, pour alain borer le 26 a la libération, les légendes de michel       ( abstraction voir figuration   jn 2,1-12 : le coquillage contre       la     le cygne sur pour helmut     &nbs       sur       le     longtemps sur clers est li jurz et li outre la poursuite de la mise madame est la reine des les lettres ou les chiffres la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Violette cachée | Dans le silence ->
Pour les abeilles
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : printemps

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

pour les abeilles

la prairie

est un gâteau de miel

Publication en ligne : 8 juin 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette