BRIBES EN LIGNE
1 2      longtemps sur le 26 août 1887, depuis et tout avait juste un  pour de a la femme au tout mon petit univers en madame est une la chaise, le châssis, le 1 2  la littérature de       vaches tous ces charlatans qui   dits de a l’aube des apaches, présentation du projet page suivante ► page la pureté de la survie. nul à propos “la aller à la bribe suivante       "       je  l’exposition   je signerai mon les amants se « je suis un tu le sais et je le vois    regardant à la bonne  un livre écrit page suivante page       neige madame est toute bel équilibre et sa la fonction, page suivante ► page textes mis en ligne en merci à la toile de a propos d’une bien sûr la page suivante ► page madame aux rumeurs antoine simon 7       pav&eacu monde imaginal, il était question non ce jour là, je pouvais toutefois je m’estimais       aujourd attention beau  dans le livre, le aucun hasard si se je découvre avant toi pour frédéric sommaire ► page suivante mais non, mais non, tu fin première    seule au page suivante ► page et nous n’avons rien etudiant à zacinto dove giacque il mio quatre si la mer s’est preambule – ut pictura béatrice machet vient de on trouvera la video page suivante ► page si j’étais un derniers textes mis en ils avaient si longtemps, si       cerisier noble folie de josué, couleur qui ne masque pas   *   libre eurydice toujours nue à       pass&eac 1 2  predication_du_15_ao       les 1 2 3 page suivante ► page boomerang b ► livre grand l’heure de la antoine simon 20       le       gentil dans le monde de cette quand il voit s’ouvrir,       sur le       le long       la raphaël monticelli 30 juin       ce rafale n° 10 ici ainsi va le travail de qui démodocos... Ça a bien un dernier vers aoi       va ton le proche et le lointain pour maxime godard 1 haute   le texte suivant a la question du récit nos voix cliquer sur l’icône 1 2  à sylvie on croit souvent que le but cher.e.s ami.e.s vous pouvez quel ennui, mortel pour   tout est toujours en page suivante ► page suite du blasphème de dernier vers aoi carcassonne, le 06       est-ce       & l’erbe del camp, ki chers élèves du collège 1 2  Éléments - immense est le théâtre et 1 2  aller à la bribe suivante libre de lever la tête la brume. nuages a la libération, les           ces sec erv vre ile dernier vers aoi  pour jean le tes chaussures au bas de     son quatrième essai de de soie les draps, de soie il faut aller voir       embarq 1 au retour au moment       o maintenant il connaît le le lourd travail des meules comme une suite de page suivante page     hélas, page suivante ► page     &nbs in the country du bibelot au babil encore torna a sorrento ulisse torna antoine simon 28       la       dans la titrer "claude viallat,   on n’est seul dans la rue je ris la       marche les étourneaux !   anatomie du m et la mort d’un oiseau. je suis celle qui trompe je reviens sur des bal kanique c’est dernier vers aoi   macao grise et que vous dire des   pour olivier   d’un coté, page suivante ► page lancinant ô lancinant 1- ai-je reçu une ainsi alfred…       montagne       ç       la   si vous souhaitez quelques textes constellations et       objectif     pluie du il y a tant de saints sur a la fin   il ne resta il existe deux saints portant 1 2        longtem rita est trois fois humble. on préparait sommaire ► page suivante de sorte que bientôt j’ai donné, au mois  dernières mises       allong&e   la baie des anges imagine que, dans la       au fond une autre approche de comme c’est tu le sais bien. luc ne nous avancions en bas de préparer le ciel i page suivante ► page madame est une torche. elle se reprendre. creuser son et ma foi, pas facile d’ajuster le antoine simon 32 de prime abord, il page suivante ► page 1 2  références : xavier       je fais rafale n° 7 un grande digue est dispersée c’est — pense-t-on - art jonction semble enfin la force du corps, le numéro exceptionnel de « amis rollant, de    de femme liseuse page suivante ► page « e ! malvais pour michèle auer et rafale       les  epître aux merci au printemps des nice, le 18 novembre 2004 page suivante ► page le pendu exode, 16, 1-5 toute page suivante ► page il ne sait rien qui ne va     le 1 2      le cygne sur je t’enfourche ma préparer le ciel ii halt sunt li pui e mult halt       enfant       sur le       l’ « ah ! mon       deux pour robert la communication est       six       le Ç’avait été la 1 2  de proche en proche tous       dans le j’ai ajouté vos estes proz e vostre textes mis en ligne en avril les cuivres de la symphonie dernier vers aoi page suivante page ouverture d’une année 2019 ► albert  de la trajectoire de ce lu le choeur des femmes de ce 28 février 2002. merci à marc alpozzo       bruyante bernard noël, droits ce qu’un paysage peut écrire comme on se antoine simon 19 les photos et archives rafale  les premières biboon. plus qu’une saison. dans un clignement de d’ eurydice ou bien de       à page précédente retour générations page suivante ► page       l’ page suivante  le grand brassage des où l’on revient       grappes il en est des noms comme du eloge de la boite aux "école de la tentation du survol, à dernier vers aoi       j’ 1 2  au programme des actions       jardin dire que le livre est une       banlieue siglent a fort e nagent e     cet arbre que attendre. mot terrible. dans les horizons de boue, de « mais qui lit ajout de fichiers sons dans antoine simon 14 les plus vieilles       st traquer      & le travail de bernard     après textes mis en ligne en dernier vers aoi     nous avions me dernier vers aoi       entre page suivante ► page ki mult est las, il se dort antoine simon 24 a claude b.   comme une       au       dans     chambre       coude page suivante ► page       mouette page précédente retour À l’occasion de c’est la peur qui fait pour jean marie baous et rious je suis antoine simon 12 deuxième suite sommaire ► page suivante toujours les lettres : de profondes glaouis morz est rollant, deus en ad bruno mendonça des voix percent, racontent       " 1 2   avec « a la       voyage ► abÉcÉdaire à jean       la dernier vers aoi aller à la bribe suivante onzième derniers vers sun destre  si, du nouveau présentation du       ma 1) chaque oeuvre est en 1 2 en page suivante ► page dernier vers aoi souvent je ne sais rien de       au pas grande lune pourpre dont les page suivante ► page       fleurett       pour    il page précédente retour “dans le dessin   est-ce que textes mis en ligne en  zones gardées de le texte qui suit est, bien     double ecrire les couleurs du monde page suivante ► page et c’était dans ouverture de l’espace karles se dort cum hume d’un côté     de rigoles en un titre : il infuse sa   né le 7 1 2  page suivante ► page a propos de quatre oeuvres de page suivante page     au couchant un tunnel sans fin et, à  la lancinante le thème       l’ un texte que j’ai (dans mon ventre pousse une la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : VERNASSA Edmond /
Vernassa, une oeuvre au regard de la science
Publication en ligne : 5 septembre 2008
Première publication : 14 octobre 2005
Artiste(s) : Vernassa

 

Nous sommes réunis parmi des œuvres d’art contemporain
Nous sommes réunis dans une galerie installée dans une université, un établissement voué à la production et à la transmission du savoir.
Nous sommes réunis dans la faculté des sciences de cette université.
Et nous sommes réunis parce que l’un des laboratoires de cette faculté des sciences a jugé intéressant, du point de vue scientifique, de montrer des œuvres d’art contemporain…

Il est vrai que les relations entre art, technique et sciences sont particulièrement à l’œuvre dans le travail d’Edmond Vernassa. Chacun voit bien que les matériaux qu’il emploie sont particuliers à notre dernier siècle et qu’ils nous viennent de la recherche et de l’industrie pétrochimique. L’usage que Vernassa fait du plexiglass, aussi bien du point de vue technique que du point de vue esthétique n’est possible et n’est pensable et compréhensible que si l’on se réfère à ces développements de la science et de la technologie.

Mais la référence aux sciences dans l’oeuvre de Vernassa ne se réduit pas seulement au matériau particulier qu’il emploie ; elle s’élargit à l’ensemble des problématiques auxquelles il soumet toutes sortes de matériaux.

Ce que Vernassa, l’artiste, se pose comme problème, ce qu’il pose en problème de l’art ou en problème pour l’art, ce n’est pas d’abord la façon dont on peut représenter le monde immédiatement visible.
Ce problème de la représentation du visible, tous les arts visuels se le sont posé et se le posent encore bien souvent. Et ce problème n’est pas étranger à ce que les sciences nous apprennent et nous permettent. Il nous suffit pour nous en convaincre de songer à la façon dont s’installe lentement, en Europe occidentale, l’esthétique de la perspective à partir des XIIIe-XIVe siècle. Ce recours à la perspective est impossible et impensable sans le développement de la pensée rationnelle, sans la conviction que le réel est rationnel et que la réalité est saisissable et représentable selon des procédures rationnelles, sans le développement des machines à dessiner et des chambres obscures, et sans la confiance accordée à la raison pour donner du monde des idées et images satisfaisantes.
Dans les deux derniers siècles, c’est encore aux sciences, de la chimie à la physique, que l’on doit le développement de la photographie et du cinéma, qui sont, en partie, les formes de la perspective classique dans le monde contemporain

Mais ce qui intéresse Vernassa, ce n’est pas d’abord la représentation du visible. Ce qui l’intéresse, c’est la présentation et la représentation des forces à l’œuvre dans le monde et les effets de ces forces dans des espaces et sur des objets spécifiques. Ce qui l’intéresse, c’est de rendre visibles les forces à l’œuvre… Vernassa joue ainsi de et sur la lumière, le mouvement, et sur les divers aspects que peut revêtir un mouvement : torsion, impact, pendule etc. Il veut voir –et faire voir- ce que produit une poussée, une manipulation, un geste, selon qu’ils s’appliquent à une matière ou à une autre.
Autant de problèmes qui concernent aussi les scientifiques, selon d’autres modalités, peut-être pour d’autres raisons apparentes, mais pour la même raison de fond : la science non plus ne se pose plus comme problème le déchiffrement du seul monde visible.
Dans les sciences exactes comme dans les sciences humaines ce qui fait toujours plus l’objet des recherches, c’est la mise en évidence des forces à l’œuvre, des éléments constitutifs du réel, et de la façon dont ces éléments se mettent en place et en mouvement, de la façon dont ils se combinent et interagisssent pour produire ce que, finalement, nous voyons, vivons, sentons, disons ou pensons…

Il suffit de jeter un regard autour de nous ici, pour voir comment l’œuvre de Vernassa peut « parler » à des scientifiques. Depuis les matières qu’il emploie, jusqu’aux montages qu’il réalise, en passant par les forces qu’il met en œuvre et les objets qu’il obtient, tout dans son travail se présente comme une sorte de mise au regard de problèmes et de démarches scientifiques : un peu comme si Vernassa donnait forme à la situation de recherche, comme s’il proposait une dramaturgie de la démarche du chercheur…

Etendons un peu le propos : Vernassa utilise les matières, les matériaux, les produits, les outils que lui propose la technologie de son temps. Il les travaille non pas pour répondre à des problèmes surannés, dépassés, mais pour y poser les problèmes que se posent les hommes et les femmes, scientifiques ou non, de son temps : au-delà des apparences immédiates, qu’est-ce que le réel ? Quels sont les éléments qui le constituent ? Qelles sont les forces qui l’affectent ? Nous est-il possible de le transformer ? Pouvons-nous le constituer ? Quelle est la réalité matérielle de la lumière ? Comment peut-elle nous apparaître ? Comment pouvons-nous rendre compte de notre rapport au mouvement, à la vitesse ? Comment comprendre les transformations d’une matière/d’un réel soumis aux impacts, aux torsions, aux déchirures, aux implosions ?

Ce faisant, Vernassa s’inscrit dans une démarche artistique initiée il y a plus d’un siècle. Il est l’héritier de ceux qui ont travaillé sur la lumière comme phénomène physique et non plus uniquement comme image d’une métaphysique ou métaphore philosophique. Il est l’héritier de ceux qui ont analysé le mouvement réel des corps et ont voulu le rendre et non en donner l’illusion ; il s’inscrit dans la lignée de ceux qui ont cherché à donner des images fixes du regard tournant autour d’un objet ou de ceux qui ont voulu faire voir comment se forment les formes de façon plus ou moins contrôlée, plus ou aléatoire.

Il est classique de dire que pour penser et comprendre la peinture impressionniste, il faut faire référence aux recherches qui se développent au XIXe siècle sur la lumière, le prisme et la couleur, mais aussi à la technologie qui invente le tube de peinture, à la chimie qui met en place des siccatifs bien plus rapides que ceux que l’on connaissait depuis la renaissance, à la technique qui met alors en place le chemin de fer, à l’urbanisme qui crée l’opposition contemporaine entre ville et campagnes etc.
De la même façon, on a tout intérêt à penser et comprendre parallèlement les approches de l’art et de la littérature et celles des sciences quand, au tournant du XXe siècle, se fondant sur un dépassement des apparences immédiates, sur des expériences intellectuelles et pratiques nouvelles des relations entre espace et temps, on les pose en problème, de façon différente et avec des moyens différents.
Et nous pourrions ainsi donner encore d’innombrables exemples de ces relations extrêmement profondes entre une pratique humaine, dans le cas qui nous occupe la pratique des arts plastiques, et l’ensemble des autres qui apparaissent bien souvent comme des conditions qui la rendent possible.
Me vient par exemple en tête la belle et longue histoire des pigments, des liants et des siccatifs, que j’évoquais plus haut, et des révolutions plastiques et visuelles qui ont été rendues possibles au XXe siècle par la production des colorants synthétiques et de la relation nouvelle au temps et aux surfaces d’éxécution que cette production a rendu possible.

On pourrait faire, écrivait René Passeron, une histoire de la peinture qui soit une histoire des techniques… On ne saurait faire, à vrai dire, d’histoire des arts qui ne soit une histoire aussi des sciences, des techniques, des mentalités, des comportements, des idées.
L’état de la recherche dans l’art de chaque époque est indissociable des préoccupations de la société dans laquelle il s’exerce et en particulier de l’état d’avancement et de perception des sciences à cette époque donnée.

C’est à cette approche que l’exposition consacrée à Vernassa nous convie. En ce sens elle est urgente, pertinente et nécessaire.

Nous sommes réunis parmi des œuvres d’art contemporain
Nous sommes réunis dans une galerie installée dans une université, un établissement voué à la production et à la transmission du savoir.
Nous sommes réunis dans la faculté des sciences de cette université.
Et nous sommes réunis parce que l’un des laboratoires de cette faculté des sciences a jugé intéressant, du point de vue scientifique, de montrer des œuvres d’art contemporain…

Il est vrai que les relations entre art, technique et sciences sont particulièrement à l’œuvre dans le travail d’Edmond Vernassa. Chacun voit bien que les matériaux qu’il emploie sont particuliers à notre dernier siècle et qu’ils nous viennent de la recherche et de l’industrie pétrochimique. L’usage que Vernassa fait du plexiglass, aussi bien du point de vue technique que du point de vue esthétique n’est possible et n’est pensable et compréhensible que si l’on se réfère à ces développements de la science et de la technologie.

Mais la référence aux sciences dans l’oeuvre de Vernassa ne se réduit pas seulement au matériau particulier qu’il emploie ; elle s’élargit à l’ensemble des problématiques auxquelles il soumet toutes sortes de matériaux.

Ce que Vernassa, l’artiste, se pose comme problème, ce qu’il pose en problème de l’art ou en problème pour l’art, ce n’est pas d’abord la façon dont on peut représenter le monde immédiatement visible.
Ce problème de la représentation du visible, tous les arts visuels se le sont posé et se le posent encore bien souvent. Et ce problème n’est pas étranger à ce que les sciences nous apprennent et nous permettent. Il nous suffit pour nous en convaincre de songer à la façon dont s’installe lentement, en Europe occidentale, l’esthétique de la perspective à partir des XIIIe-XIVe siècle. Ce recours à la perspective est impossible et impensable sans le développement de la pensée rationnelle, sans la conviction que le réel est rationnel et que la réalité est saisissable et représentable selon des procédures rationnelles, sans le développement des machines à dessiner et des chambres obscures, et sans la confiance accordée à la raison pour donner du monde des idées et images satisfaisantes.
Dans les deux derniers siècles, c’est encore aux sciences, de la chimie à la physique, que l’on doit le développement de la photographie et du cinéma, qui sont, en partie, les formes de la perspective classique dans le monde contemporain

Mais ce qui intéresse Vernassa, ce n’est pas d’abord la représentation du visible. Ce qui l’intéresse, c’est la présentation et la représentation des forces à l’œuvre dans le monde et les effets de ces forces dans des espaces et sur des objets spécifiques. Ce qui l’intéresse, c’est de rendre visibles les forces à l’œuvre… Vernassa joue ainsi de et sur la lumière, le mouvement, et sur les divers aspects que peut revêtir un mouvement : torsion, impact, pendule etc. Il veut voir –et faire voir- ce que produit une poussée, une manipulation, un geste, selon qu’ils s’appliquent à une matière ou à une autre.
Autant de problèmes qui concernent aussi les scientifiques, selon d’autres modalités, peut-être pour d’autres raisons apparentes, mais pour la même raison de fond : la science non plus ne se pose plus comme problème le déchiffrement du seul monde visible.
Dans les sciences exactes comme dans les sciences humaines ce qui fait toujours plus l’objet des recherches, c’est la mise en évidence des forces à l’œuvre, des éléments constitutifs du réel, et de la façon dont ces éléments se mettent en place et en mouvement, de la façon dont ils se combinent et interagisssent pour produire ce que, finalement, nous voyons, vivons, sentons, disons ou pensons…

Il suffit de jeter un regard autour de nous ici, pour voir comment l’œuvre de Vernassa peut « parler » à des scientifiques. Depuis les matières qu’il emploie, jusqu’aux montages qu’il réalise, en passant par les forces qu’il met en œuvre et les objets qu’il obtient, tout dans son travail se présente comme une sorte de mise au regard de problèmes et de démarches scientifiques : un peu comme si Vernassa donnait forme à la situation de recherche, comme s’il proposait une dramaturgie de la démarche du chercheur…

Etendons un peu le propos : Vernassa utilise les matières, les matériaux, les produits, les outils que lui propose la technologie de son temps. Il les travaille non pas pour répondre à des problèmes surannés, dépassés, mais pour y poser les problèmes que se posent les hommes et les femmes, scientifiques ou non, de son temps : au-delà des apparences immédiates, qu’est-ce que le réel ? Quels sont les éléments qui le constituent ? Qelles sont les forces qui l’affectent ? Nous est-il possible de le transformer ? Pouvons-nous le constituer ? Quelle est la réalité matérielle de la lumière ? Comment peut-elle nous apparaître ? Comment pouvons-nous rendre compte de notre rapport au mouvement, à la vitesse ? Comment comprendre les transformations d’une matière/d’un réel soumis aux impacts, aux torsions, aux déchirures, aux implosions ?

Ce faisant, Vernassa s’inscrit dans une démarche artistique initiée il y a plus d’un siècle. Il est l’héritier de ceux qui ont travaillé sur la lumière comme phénomène physique et non plus uniquement comme image d’une métaphysique ou métaphore philosophique. Il est l’héritier de ceux qui ont analysé le mouvement réel des corps et ont voulu le rendre et non en donner l’illusion ; il s’inscrit dans la lignée de ceux qui ont cherché à donner des images fixes du regard tournant autour d’un objet ou de ceux qui ont voulu faire voir comment se forment les formes de façon plus ou moins contrôlée, plus ou aléatoire.

Il est classique de dire que pour penser et comprendre la peinture impressionniste, il faut faire référence aux recherches qui se développent au XIXe siècle sur la lumière, le prisme et la couleur, mais aussi à la technologie qui invente le tube de peinture, à la chimie qui met en place des siccatifs bien plus rapides que ceux que l’on connaissait depuis la renaissance, à la technique qui met alors en place le chemin de fer, à l’urbanisme qui crée l’opposition contemporaine entre ville et campagnes etc.
De la même façon, on a tout intérêt à penser et comprendre parallèlement les approches de l’art et de la littérature et celles des sciences quand, au tournant du XXe siècle, se fondant sur un dépassement des apparences immédiates, sur des expériences intellectuelles et pratiques nouvelles des relations entre espace et temps, on les pose en problème, de façon différente et avec des moyens différents.
Et nous pourrions ainsi donner encore d’innombrables exemples de ces relations extrêmement profondes entre une pratique humaine, dans le cas qui nous occupe la pratique des arts plastiques, et l’ensemble des autres qui apparaissent bien souvent comme des conditions qui la rendent possible.
Me vient par exemple en tête la belle et longue histoire des pigments, des liants et des siccatifs, que j’évoquais plus haut, et des révolutions plastiques et visuelles qui ont été rendues possibles au XXe siècle par la production des colorants synthétiques et de la relation nouvelle au temps et aux surfaces d’éxécution que cette production a rendu possible.

On pourrait faire, écrivait René Passeron, une histoire de la peinture qui soit une histoire des techniques… On ne saurait faire, à vrai dire, d’histoire des arts qui ne soit une histoire aussi des sciences, des techniques, des mentalités, des comportements, des idées.
L’état de la recherche dans l’art de chaque époque est indissociable des préoccupations de la société dans laquelle il s’exerce et en particulier de l’état d’avancement et de perception des sciences à cette époque donnée.

C’est à cette approche que l’exposition consacrée à Vernassa nous convie. En ce sens elle est urgente, pertinente et nécessaire.

 

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP