BRIBES EN LIGNE
      " l’éclair me dure,    regardant 0 false 21 18 au lecteur voici le premier la liberté s’imprime à je suis celle qui trompe dernier vers aoi et que dire de la grâce lorsqu’on connaît une tendresses ô mes envols c’est la peur qui fait       bien ] heureux l’homme je suis       qui tout est possible pour qui  née à       il les avenues de ce pays après la lecture de printemps breton, printemps marie-hélène antoine simon 6 le 15 mai, à quand sur vos visages les   1) cette       " dans les horizons de boue, de et nous n’avons rien       maquis mi viene in mentemi dans les hautes herbes vous êtes       fourr& a claude b.   comme la gaucherie à vivre, à la bonne g. duchêne, écriture le une fois entré dans la certains prétendent difficile alliage de   saint paul trois       rampan       sur coupé le sonà ce texte se présente halt sunt li pui e mult halt mon cher pétrarque, toulon, samedi 9 ce n’est pas aux choses    courant       baie exode, 16, 1-5 toute tendresse du mondesi peu de la bouche pleine de bulles une autre approche de       sur le dans le respect du cahier des   nous sommes       de l’autre grant est la plaigne e large dernier vers aoi bribes en ligne a il s’appelait pour mireille et philippe le nécessaire non dernier vers aoi vue à la villa tamaris les enseignants : quelques textes       ( il pleut. j’ai vu la de proche en proche tous abstraction voir figuration la langue est intarissable il est le jongleur de lui   on n’est     cet arbre que       sous       assis "la musique, c’est le       juin ainsi alfred… un nouvel espace est ouvert il était question non "tu sais ce que c’est dernier vers aoi …presque vingt ans plus autre petite voix       dans       su antoine simon 27 l’existence n’est       b&acir       l̵ avez-vous vu  la lancinante paroles de chamantu pour ma bel équilibre et sa       le moi cocon moi momie fuseau vedo la luna vedo le    nous dans ce pays ma mère (josué avait lentement comment entrer dans une   le texte suivant a pour gilbert béatrice machet vient de pour philippe       la       neige huit c’est encore à encore une citation“tu  dans toutes les rues       l̵ macles et roulis photo pour maguy giraud et il semble possible       devant   marcel au matin du   en grec, morías derniers vers sun destre dernier vers aoi  jésus dernier vers aoi   ciel !!!! tous ces charlatans qui ouverture de l’espace madame est la reine des       le ajout de fichiers sons dans  de même que les rossignolet tu la la mort, l’ultime port,       o  c’était le coquillage contre mougins. décembre viallat © le château de ce jour là, je pouvais pour egidio fiorin des mots       magnol il y a dans ce pays des voies madame est une torche. elle dernier vers s’il tant pis pour eux. très malheureux... madame déchirée       neige et que vous dire des rêve, cauchemar, et te voici humanité c’est seulement au apaches : giovanni rubino dit le bulletin de "bribes   l’oeuvre vit son       p&eacu antoine simon 31 antoine simon 17 ecrire les couleurs du monde able comme capable de donner antoine simon 29 pas facile d’ajuster le sixième je suis occupé ces la terre nous (vois-tu, sancho, je suis       vaches sous la pression des sauvage et fuyant comme même si       six dans l’innocence des     le       bruyan antoine simon 18       sur abu zayd me déplait. pas merci au printemps des j’ai relu daniel biga, le "patriote", poème pour onze sous les cercles de soie les draps, de soie rita est trois fois humble.       object les durand : une       midi vos estes proz e vostre       je me je ne sais pas si pour andré antoine simon 33 il n’est pire enfer que pour raphaël dire que le livre est une le 26 août 1887, depuis la fonction, nous viendrons nous masser       la       la a la fin il ne resta que       deux petites proses sur terre aux barrières des octrois  les œuvres de station 5 : comment nu(e), comme son nom première     à accoucher baragouiner dont les secrets… à quoi reflets et echosla salle       ...mai exacerbé d’air raphaËl le passé n’est  “ne pas       la cyclades, iii° et je vois dans vos  un livre écrit la terre a souvent tremblé ils avaient si longtemps, si       voyage  l’écriture cliquetis obscène des imagine que, dans la de profondes glaouis le proche et le lointain ils sortent ki mult est las, il se dort ce qui fait tableau : ce onzième ecrire sur       descen le soleil n’est pas       ce       en un d’un bout à       la bien sûr, il y eut « h&eacu approche d’une (la numérotation des       mouett juste un       crabe- recleimet deu mult "l’art est-il 13) polynésie j’ai changé le je serai toujours attentif à les plus terribles “le pinceau glisse sur       le       la antoine simon 32      & mes pensées restent       l̵ l’impossible quand il voit s’ouvrir, dernier vers aoi on dit qu’agathe dernier vers aoi   chercher une sorte de "je me tais. pour taire. Ç’avait été la zacinto dove giacque il mio dans la caverne primordiale vi.- les amicales aventures la liberté de l’être   voici donc la si j’étais un la route de la soie, à pied, macao grise des quatre archanges que a ma mère, femme parmi tromper le néant morz est rollant, deus en ad       que   anatomie du m et       nuage 1 au retour au moment il n’était qu’un   se je t’enfourche ma dans les carnets (elle entretenait dernier vers aoi     une abeille de c’est ici, me dernier vers aoi je t’ai admiré, pour michèle  je signerai mon laure et pétrarque comme       marche   entrons       &ccedi ici, les choses les plus douce est la terre aux yeux rm : d’accord sur             grappe le 19 novembre 2013, à la    si tout au long polenta       dans si, il y a longtemps, les       je l’erbe del camp, ki       entre troisième essai et  la toile couvre les merci à marc alpozzo pour mes enfants laure et si grant dol ai que ne   encore une antoine simon 16 six de l’espace urbain, je ne saurais dire avec assez 10 vers la laisse ccxxxii     longtemps sur       l̵ l’instant criblé au rayon des surgelés (en regardant un dessin de l’attente, le fruit       sur macles et roulis photo 4 dernier vers aoi rm : nous sommes en je reviens sur des       cette  le livre, avec un homme dans la rue se prend non... non... je vous assure, iv.- du livre d’artiste deux mille ans nous deuxième apparition de je me souviens de     faisant la le grand combat : dernier vers aoi     surgi pour helmut tout le problème que reste-t-il de la premier vers aoi dernier si elle est belle ? je bal kanique c’est l’appel tonitruant du  il y a le autre citation"voui frères et le 2 juillet elle disposait d’une dans les écroulements 1254 : naissance de pur ceste espee ai dulor e torna a sorrento ulisse torna antoine simon 26 li emperere s’est edmond, sa grande nous savons tous, ici, que le coeur du       le pour marcel   la production       sabots       dans je n’hésiterai je désire un les doigts d’ombre de neige et il parlait ainsi dans la sors de mon territoire. fais     de rigoles en epuisement de la salle, carles li reis en ad prise sa dorothée vint au monde nécrologie ...et poème pour antoine simon 11 mon travail est une la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Freixe, Alain > Madame ou le recours aux forêts

Madame, c’est notre coeur. Quand il nous manque.Quand se tait le sang du fond de ces crispations que l’on sait aux mains face au vide. A ses vagues qui se ruent depuis la pointe du jour.

 

 

Ce martèlement contre nos tempes. Cette étreinte de la gorge au ventre. Cet aveuglement pulsant tandis que nos poumons s’épuisent. Cette panique, Madame, qui fait se sécher notre langue et se serrer nos machoires. C’est que la peur de vous perdre nous a saisis.

Publication en ligne : 23 mars 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette