BRIBES EN LIGNE
les grands douze (se fait terre se   anatomie du m et   ces sec erv vre ile    courant une errance de « 8° de m1       station 5 : comment carcassonne, le 06       enfant 5) triptyque marocain pour frédéric rm : d’accord sur de tantes herbes el pre dernier vers aoi le grand combat :      &       nuage       sur       dans recleimet deu mult À la loupe, il observa constellations et "mais qui lit encore le       un  “ce travail qui epuisement de la salle,       " le ciel de ce pays est tout       la quelque chose effleurer le ciel du bout des ] heureux l’homme dans les hautes herbes ensevelie de silence, pour yves et pierre poher et laure et pétrarque comme poème pour me       m̵ deux ajouts ces derniers ce paysage que tu contemplais vedo la luna vedo le nous avons affaire à de antoine simon 28 merci à la toile de antoine simon 20 deux nouveauté, j’ai donné, au mois tout en vérifiant tendresses ô mes envols c’est la chair pourtant sors de mon territoire. fais       les je n’hésiterai quelques textes       &ccedi antoine simon 2       b&acir pas sur coussin d’air mais a toi le don des cris qui       magnol non... non... je vous assure, un besoin de couper comme de       parfoi une fois entré dans la j’ai parlé       au pour mes enfants laure et le 2 juillet  ce mois ci : sub pour daniel farioli poussant rêve, cauchemar, la vie humble chez les ainsi va le travail de qui leonardo rosa à cri et à encore une citation“tu dernier vers aoi et voici maintenant quelques deuxième essai le tous feux éteints. des le pendu les amants se guetter cette chose  avec « a la buttati ! guarda&nbs giovanni rubino dit       glouss       pass&e    tu sais janvier 2002 .traverse lorsque martine orsoni je rêve aux gorges antoine simon 25 ce qui importe pour je déambule et suis  tu ne renonceras pas. six de l’espace urbain,  au travers de toi je   je ne comprends plus l’impossible bien sûr, il y eut petites proses sur terre langues de plomba la le 19 novembre 2013, à la les enseignants : dire que le livre est une deux ce travail vous est certains soirs, quand je ma mémoire ne peut me je ne peins pas avec quoi, pour mon épouse nicole je t’enlace gargouille dernier vers aoi percey priest lakesur les beaucoup de merveilles       droite pour helmut Être tout entier la flamme un jour nous avons siglent a fort e nagent e tout mon petit univers en   pour le prochain la brume. nuages         &n     longtemps sur d’ eurydice ou bien de je t’enfourche ma antoine simon 10 sixième       et fragilité humaine. etait-ce le souvenir et la peur, présente un jour, vous m’avez dernier vers que mort n’ayant pas pourquoi yves klein a-t-il régine robin, bruno mendonça nice, le 18 novembre 2004 tendresse du mondesi peu de     &nbs trois tentatives desesperees ils sortent pour       &agrav  la lancinante       midi saluer d’abord les plus art jonction semble enfin c’est une sorte de soudain un blanc fauche le       le quand nous rejoignons, en le temps passe dans la  il est des objets sur       reine dieu faisait silence, mais   adagio   je la bouche pleine de bulles ma voix n’est plus que nice, le 8 octobre deux mille ans nous cinquième essai tout des conserves ! au matin du la lecture de sainte macao grise a supposer quece monde tienne "si elle est 1.- les rêves de marie-hélène premier vers aoi dernier je suis celle qui trompe  pour le dernier jour pour martine   on n’est pour maxime godard 1 haute chercher une sorte de je découvre avant toi j’ai longtemps et ces     au couchant le proche et le lointain ecrire les couleurs du monde à s’égarer on a dix sept ans, je ne savais  de la trajectoire de ce     ton       sur prenez vos casseroles et temps de pierres dans la monde imaginal, errer est notre lot, madame, antoine simon 27 et que vous dire des  pour de grande lune pourpre dont les décembre 2001. cette machine entre mes       nuage pour philippe al matin, quant primes pert     du faucon comme une suite de a l’aube des apaches,       le ki mult est las, il se dort après la lecture de madame, vous débusquez    en madame déchirée       au       sabots temps de cendre de deuil de pour mireille et philippe à la mémoire de grant est la plaigne e large toi, mésange à temps où le sang se preambule – ut pictura deuxième apparition   dernier vers aoi je désire un et que dire de la grâce l’ami michel derniers dernier vers aoi     extraire qu’est-ce qui est en dernier vers aoi quatrième essai rares il en est des meurtrières. madame porte à   d’un coté, vous dites : "un raphaël des quatre archanges que il y a des objets qui ont la ouverture de l’espace     les fleurs du les étourneaux !     [1]        dans cet univers sans       les       journ& il arriva que le bulletin de "bribes la deuxième édition du     après       un tunnel sans fin et, à la prédication faite pour qui veut se faire une je dors d’un sommeil de       sous « pouvez-vous dentelle : il avait       rampan    nous sables mes parolesvous comme un préliminaire la la langue est intarissable       dans des voix percent, racontent     le cygne sur d’un bout à       dans       vu noble folie de josué, jamais je n’aurais c’est vrai dernier vers aoi     double le temps passe si vite, 1. il se trouve que je suis c’était une c’est le grand cyclades, iii°       avant li emperere s’est « e ! malvais inoubliables, les   1) cette       coude morz est rollant, deus en ad clers est li jurz et li il est le jongleur de lui       st pour pierre theunissen la générations dans les carnets faisant dialoguer envoi du bulletin de bribes       à si j’étais un chairs à vif paumes fin première  marcel migozzi vient de nous viendrons nous masser deuxième approche de   (à       la pas de pluie pour venir ce monde est semé et te voici humanité  on peut passer une vie       bonheu (de)lecta lucta   carissimo ulisse,torna a assise par accroc au bord de attelage ii est une œuvre antoine simon 14 sur l’erbe verte si est       grappe ce qui fascine chez diaphane est le lorsqu’on connaît une       deux immense est le théâtre et j’ai perdu mon je meurs de soif pour martine, coline et laure f le feu est venu,ardeur des a propos de quatre oeuvres de nous lirons deux extraits de     quand écoute, josué,       ma dernier vers aoi en cet anniversaire, ce qui       sur       entre merle noir  pour sous l’occupation vous avez ...et poème pour a propos d’une       sur       sur maintenant il connaît le pour marcel rien n’est plus ardu       au "tu sais ce que c’est (À l’église       au 1- c’est dans carles li reis en ad prise sa quel ennui, mortel pour       é       aujour     vers le soir le lourd travail des meules troisième essai et un homme dans la rue se prend       sur       au jouer sur tous les tableaux pierre ciel       jardin les premières       &agrav suite du blasphème de     nous       vaches pour michèle gazier 1)       juin coupé en deux quand   pour adèle et macles et roulis photo 6 0 false 21 18 "ah ! mon doux pays,       en un un titre : il infuse sa martin miguel art et madame chrysalide fileuse les cuivres de la symphonie moisissures mousses lichens     dans la ruela travail de tissage, dans apaches :       dans pas une année sans évoquer ce jour-là il lui (dans mon ventre pousse une       la la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Butor, Michel > L’éloignement du prince Icare

Le franchissement des frontières
devint une spécialité
il fallut un jour rencontrer
cet homme aux semelles de vent
qui riait aux forêts d’Ardenne
avant de brûler comme un cierge
dans celles de l’Abyssinie
aujourd’hui presque disparues
 
Pour le centième anniversaire
de sa mort il y eut à Metz
la cantate Leçons d’enfer
autour du journal de voyage
rédigé lors de son transport
de Harrar jusqu’à Zeilkah
comme un ballot dans une toile
car il ne pouvait plus marcher
 
Une cascade de hasards
que tout nécessitait nous fit
parcourir le même trajet
que le fantôme de l’enfant
marcheur il avait fait une fois
après une sinistre expédition
entre Addis-Abbeba la rose
qui de son temps n’existait pas
et Harrar qu’il avait choisi
 
Cet aller dont il a tenu
le journal qu’il a expédié
dans une lettre à son ancien
patron commerçant de café
pour que celui-ci la soumette
à la savante parisienne
société de géographie
dont il était correspondant
 
Une fois une seule fois
il sortait toujours vers la mer
comme pour la dernière fois
il était à dos de mulet
il lui a fallu quinze jours
pour retrouver son lieu changé
où il deviendrait commerçant
nous avons eu besoin de deux
 
La région n’était pour l’instant
pas trop dangereuse on a pu
partir par un temps délicieux
le quatre quatre et son chauffeur
nous ont fait voir le paysage
en grande partie déboisé
que j’ai décrit dans un volume
avec photos de Marie-Jo
 
Dans les rues entre les mosquées
dans les échoppes du marché
dans le musée belle villa
édifiée par un commerçant
indien après la mort d’Arthur
revenaient impérieusement
passages d’Illuminations
et de la Saison en enfer
 
Divers problèmes mécaniques
ont retardé notre retour
pour le départ il a fallu
attendre fin d’après-midi
après des mois de sécheresse
le ciel s’est couvert et la pluie
s’est mise à tomber transformant
la piste en un fleuve de boue
 
Dans la nuit noire l’ocre rouge
giclait ça roulait ça tanguait
les essuie-glaces ont lâché
au premier village on a pu
rafistoler sommairement
mais au bout de quelques minutes
il a fallu se résigner
à essuyer de temps en temps
 
Dans le lointain quelques villages
avaient encore des lumières
nous imaginions que c’était
celles de l’étape attendue
mais la piste nous éloignait
tournant autour des promontoires
et nous forçant à ralentir
de plus en plus sous le déluge
 
Notre chauffeur pour conserver
son calme mâchouillailt la drogue
locale qui n’existait pas
du temps du poète marchand
enfin nous sommes arrivés
dans une auberge de routiers
dès que nous sommes descendus
le pneu avant s’est déglonflé
 
Le lendemain le grand soleil
était revenu des Chinois
travaillaient sur une autre route
les fleuves étaient rechargés
les gués ne nous suffisaient plus
il fallait aller jusqu’au pont
les oiseaux reprenaient leurs chants
les nomades leur transhumance
Publication en ligne : 22 mars 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette