BRIBES EN LIGNE
on préparait comment entrer dans une   j’ai souvent cet article est paru pour martine, coline et laure tous ces charlatans qui deux ajouts ces derniers       p&eacu   pour le prochain j’ai travaillé c’est vrai la fraîcheur et la karles se dort cum hume  improbable visage pendu le grand combat : la mort d’un oiseau.       l̵     pourquoi clquez sur c’est la peur qui fait in the country       pav&ea f les marques de la mort sur pour maguy giraud et antoine simon 9     m2 &nbs         &n lentement, josué les oiseaux s’ouvrent un temps hors du   3   

les l’ami michel "je me tais. pour taire. eurydice toujours nue à nouvelles mises en je serai toujours attentif à histoire de signes . quand vous serez tout       la morz est rollant, deus en ad       le leonardo rosa antoine simon 15 f tous les feux se sont quand c’est le vent qui le glacis de la mort elle ose à peine ensevelie de silence, pour martine       b&acir       " tromper le néant c’est seulement au deuxième suite ouverture d’une       parfoi l’impression la plus antoine simon 22 de la et il fallait aller debout     extraire  tous ces chardonnerets j’ai relu daniel biga, on a cru à dix l’espace ouvert au       dans mise en ligne il en est des noms comme du etait-ce le souvenir       gentil les amants se un homme dans la rue se prend  hors du corps pas       je me il s’appelait ainsi fut pétrarque dans jusqu’à il y a attention beau 1 la confusion des écrirecomme on se très malheureux... antoine simon 3 carissimo ulisse,torna a normal 0 21 false fal je rêve aux gorges (ô fleur de courge...       fourr& dans le respect du cahier des je ne sais pas si    en les avenues de ce pays madame a des odeurs sauvages « 8° de bernard dejonghe... depuis l’illusion d’une       en pour michèle  il y a le printemps breton, printemps …presque vingt ans plus les doigts d’ombre de neige folie de josuétout est dernier vers aoi à le galop du poème me temps de pierres faisant dialoguer la brume. nuages genre des motsmauvais genre halt sunt li pui e mult halt je suis bien dans       le station 4 : judas  station 7 : as-tu vu judas se dernier vers aoi grande lune pourpre dont les  pour de i mes doigts se sont ouverts       fleure dans le patriote du 16 mars toute trace fait sens. que    au balcon     chant de jamais je n’aurais (vois-tu, sancho, je suis la terre nous je suis celle qui trompe     [1]  libre de lever la tête       juin le tissu d’acier l’existence n’est granz fut li colps, li dux en       sur j’ai ajouté ajout de fichiers sons dans       entre le géographe sait tout quai des chargeurs de "tu sais ce que c’est antoine simon 20 le 26 août 1887, depuis onze sous les cercles les grands o tendresses ô mes bernadette griot vient de nice, le 30 juin 2000 f le feu s’est       chaque religion de josué il   dits de a la fin il ne resta que madame, vous débusquez       je en introduction à "nice, nouvel éloge de la polenta   le texte suivant a dans ce pays ma mère très saintes litanies vous avez dimanche 18 avril 2010 nous deuxième approche de pour alain borer le 26 le coquillage contre mes pensées restent buttati ! guarda&nbs   marcel   six formes de la    nous abstraction voir figuration pour mireille et philippe antoine simon 19 coupé en deux quand dieu faisait silence, mais 1- c’est dans       aux       descen dans l’innocence des qu’est-ce qui est en préparation des preambule – ut pictura rêves de josué, à propos “la       la ici, les choses les plus un besoin de couper comme de le temps passe dans la nu(e), comme son nom pour mes enfants laure et       au     chambre traquer       glouss dernier vers aoi       le toute une faune timide veille (elle entretenait la terre a souvent tremblé des voix percent, racontent il n’est pire enfer que du bibelot au babilencore une       pav&ea se placer sous le signe de j’écoute vos vous n’avez je meurs de soif marcel alocco a station 1 : judas       midi pour m.b. quand je me heurte deuxième essai jouer sur tous les tableaux sept (forces cachées qui nice, le 8 octobre et je vois dans vos les petites fleurs des       ruelle       coude le lent tricotage du paysage       maquis la mort, l’ultime port, sainte marie,       &       sur comme une suite de pour andrée clers fut li jurz e li pour qui veut se faire une quand il voit s’ouvrir, pour frédéric et  riche de mes a la libération, les voici des œuvres qui, le (josué avait       au pas une année sans évoquer il en est des meurtrières. glaciation entre rien n’est plus ardu la poésie, à la le corps encaisse comme il je m’étonne toujours de la a claude b.   comme g. duchêne, écriture le ki mult est las, il se dort mille fardeaux, mille a propos de quatre oeuvres de pour angelo 1) la plupart de ces       bruyan il semble possible       ma       je af : j’entends dire que le livre est une la légende fleurie est antoine simon 2 il y a dans ce pays des voies dans l’innocence des paysage de ta tombe  et "moi, esclave" a   tout est toujours en       ton cet article est paru dans le dans l’effilé de antoine simon 12 fontelucco, 6 juillet 2000 raphaËl f les rêves de laure et pétrarque comme sur la toile de renoir, les  marcel migozzi vient de diaphane est le mot (ou ce va et vient entre l’art c’est la janvier 2002 .traverse des quatre archanges que       retour je t’enfourche ma   si vous souhaitez al matin, quant primes pert       bonhe tant pis pour eux. c’est parfois un pays art jonction semble enfin langues de plomba la quant carles oït la pour jean gautheronle cosmos dernier vers aoi iloec endreit remeint li os       au pour helmut la liberté de l’être le texte qui suit est, bien     sur la pente       vu       il       deux       embarq raphaël       que il aurait voulu être macles et roulis photo 1   (à  le grand brassage des ainsi va le travail de qui charogne sur le seuilce qui mieux valait découper derniers vers sun destre       les coupé le sonà violette cachéeton autres litanies du saint nom c’est une sorte de un tunnel sans fin et, à et que dire de la grâce       allong       arauca       s̵ samuelchapitre 16, versets 1 l’attente, le fruit et te voici humanité la deuxième édition du  l’écriture derniers exacerbé d’air la langue est intarissable les parents, l’ultime dans ce périlleux dessiner les choses banales dernier vers aoi carles li reis en ad prise sa le lourd travail des meules et voici maintenant quelques dernier vers aoi   trois (mon souffle au matin générations il existe au moins deux   voici donc la marché ou souk ou non, björg, nous viendrons nous masser aucun hasard si se "mais qui lit encore le j’entends sonner les apaches :     sur la il avait accepté rm : d’accord sur   pour théa et ses clere est la noit e la mesdames, messieurs, veuillez de sorte que bientôt pour michèle aueret ce qui aide à pénétrer le       six paien sunt morz, alquant s’ouvre la       pourqu me   que signifie on peut croire que martine légendes de michel de pareïs li seit la f dans le sourd chatoiement pour michèle gazier 1)     double c’est la chair pourtant la danse de À max charvolen et « pouvez-vous able comme capable de donner tout est possible pour qui i en voyant la masse aux certains prétendent s’égarer on guetter cette chose et…  dits de un jour, vous m’avez (josué avait lentement dernier vers aoi       le une errance de pour lee  au mois de mars, 1166 nécrologie       apparu antoine simon 28  “la signification la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES EN CHANTIER > VOLUME VIII

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette