BRIBES EN LIGNE
      avant tous feux éteints. des rien n’est plus ardu un besoin de couper comme de page suivante ►   les antoine simon 28 ço dist li reis : lancinant ô lancinant cet article est paru archipel shopping, la page suivante page  jésus page suivante ► page 1254 : naissance de       l’       descenda grande lune pourpre dont les       cette     un mois sans attendre. mot terrible. pour accéder au pdf, et…   dits li emperere par sa grant antoine simon 29 page suivante ► page textes mis en ligne en juin portrait. 1255 : dans le pain brisé son aller à la bribe suivante retour vers le musicien carcassonne, le 06 aller à la bribe suivante page précédente l’eau froide de l’anse aller à la bribe suivante autres litanies du saint nom un survol de l’annÉe       dans la a la libération, les d’abord un curieux page suivante ► page       mé       sur la ainsi va le travail de qui il n’était qu’un le lent déferlement   tout est toujours en pour michèle auer et pour écouter la lecture, maintenant il connaît le se reprendre. creuser son j’ai parlé       &nbs dernier vers aoi       fleur page précédente longue allons fouiller ce triangle     quand basile       un     longtemps sur lire chronogaphie (bribe 133 page suivante ► page sommaire ► page suivante eloge de la boite aux dieu faisait silence, mais sur la toile de renoir, les 1 2    pour théa et ses quand c’est le vent qui  dans toutes les rues abu zayd me déplait. pas quand il voit s’ouvrir,       dans le   ces notes effleurer le ciel du bout des la pureté de la survie. nul       neige pour egidio fiorin des mots       apr&egra dire que le livre est une l’illusion d’une de sorte que bientôt       sur le dans les hautes herbes je suis celle qui trompe    de femme liseuse entr’els nen at ne pui de profondes glaouis passet li jurz, la noit est je n’hésiterai page précédente le café seins isabelle boizard paien sunt morz, alquant bernard dejonghe... depuis chers élèves du collège du maurithuis par Éléments - mouans sartoux. traverse de         voyage clers est li jurz et li  les trois ensembles madame est une torche. elle nice, le 8 octobre toujours les lettres : antoine simon 30       aujourd lorsque martine orsoni page suivante page       araucari il a surgi sans crier quai des chargeurs de hans freibach : page suivante ► page couleur qui ne masque pas ( ce texte a pourquoi yves klein a-t-il etudiant à page précédente retour       sur le rare moment de bonheur,       bruyante « pouvez-vous page précédente page antoine simon 6 la danse de voici quelques années, textes rÉunis sous un titre À peine jetés dans le je rêve aux gorges arbre épanoui au ciel page suivante ► page aller à la bribe suivante       au autre petite voix il faut laisser venir madame (dans mon ventre pousse une carles li reis en ad prise sa       dans la       la voir document expo boltanski l’instant criblé l’impression la plus on dit qu’agathe       dans le page précédente retour à l’évidence ce poème est tiré du les textes mis en ligne       bonheur a l’extrémité du reprise du site avec la ensevelie de silence, retour au texte après la lecture de la gaucherie à vivre, antoine simon 21 descendre à pigalle, se etait-ce le souvenir page suivante ► r.m. a toi et que vous dire des able comme capable de donner     une abeille de la vie est dans la vie. se   en grec, morías       pour aller à la bribe suivante antoine simon 12 présentation du projet       &   ciel !!!!   nous sommes dernier vers aoi   rafale n° 7 un  il y a le châssis,       crabe-ta tendresse du monde si peu pas une année sans évoquer 1 2   hors du corps pas soudain un blanc fauche le       le pour daniel farioli poussant   un vendredi ] heureux l’homme suite de dernier vers aoi    si tout au long nous dirons donc derniers textes mis en    seule au pour angelo leonardo rosa bal kanique c’est il aurait voulu être zacinto dove giacque il mio <img852|left> forest       longtem il avait accepté passent .x. portes,       dans dont les secrets… à quoi elle disposait d’une si j’avais de son page suivante page avec marc, nous avons cliquez sur l’icône depuis le 20 juillet, bribes le géographe sait tout page suivante ► page  ce mois ci : sub j’ai travaillé dernier vers aoi paru en ce mois de juin 2021, ce qu’un paysage peut 1 2  a la fin   il ne resta À l’occasion de       embarq de toutes les chaque automne les retour à la recherche  au mois de mars, 1166   la baie des anges dans le train premier 10 vers la laisse ccxxxii   (à deuxième essai sixième « voici et il fallait aller debout le soleil n’est pas     cet arbre que démodocos... Ça a bien un   voici donc la       à tous ces charlatans qui toulon, samedi 9 dorothée vint au monde de l’autre l’homme est je n’ai pas dit que le 1 2      double “dans le dessin pour pierre theunissen la sommaire ► page suivante page suivante ► ce pays que très malheureux... toutes ces pages de nos un soir à paris au       parfois très saintes litanies page suivante ► page       cerisier   1) cette pour m.b. quand je me heurte marché ou souk ou dernier vers que mort 1 2  certains prétendent je voudrais voir les arbres macao grise oiseau tranquille au vol   pour olivier   encore une trois (mon souffle au matin posté sur facebook sorti de ils sortent haut var ► brec ki mult est las, il se dort décembre 2001.       " nous avancions en bas de je ne sais pas si 1 la confusion des le proche et le lointain       qui guetter cette chose et   riche de mes six de l’espace urbain, pour accéder au pdf, "a cannes, propos de table dernier vers aoi pour michèle page suivante ► page cet article est paru dans le 1 2  il ne sait rien qui ne va vue à la villa tamaris antoine simon 19       chaque equitable un besoin sonnerait ce n’est pas aux choses li quens oger cuardise il semble possible dernier vers aoi clere est la noit e la       juin dans les carnets c’est la peur qui fait pour philippe page suivante ► page page suivante ► page     pluie du       bonheu       vu les la force du corps, madame est une sainte marie, cliquetis obscène des page suivante ► nous village de poussière et de il n’y a pas de plus       en un       deux le lent tricotage du paysage quant carles oït la       rampant page suivante ► page paroles de chaman tu une fois entré dans la bien sûr la je suis bien dans c’était une gardien de phare à vie, au     chambre mise en ligne madame est la reine des       sous l’une des dernières       sur le sommaire ► page suivante sommaire ► page suivante « mais qui lit pour michèle gazier 1 ajout de fichiers sons dans branches lianes ronces la communication est début de la mise en ligne de le texte qui suit est, bien il y a deux villes à       é et combien juste un mot pour annoncer antoine simon 25 d’ eurydice ou bien de       m’ page suivante ► page il y a bien là, dans rafale j’oublie souvent et agnus dei qui tollis peccata présentation du projet de la quelques textes preambule – ut pictura dans l’innocence des       est-ce  le "musée beaucoup de merveilles {{}} on trouvera la ses mains aussi étaient textes mis en ligne en onzième 1 2  cet univers sans ouverture d’une constellations et histoire de signes . comment entrer dans une page précédente retour     son  dans le livre, le heureuse ruine, pensait chère florence  pour de         1 2  "l’art est-il  l’entretien il existe deux saints portant page suivante ► page 1 2  le franchissement des       ( peinture de rimes. le texte rafale n° 5 un page suivante ► page sous ces étagements liquides le geste de l’ancienne, page précédente retour la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : Butor, Michel /

MICHEL BUTOR

Éloge du traitement de texte
© Michel Butor
Publication en ligne : 14 février 2009
Artiste(s) : Scheffel Ecrivain(s) : Butor (site)
Clefs : écrire

pour Helmut Scheffel

J’ai longtemps rêvé sur l’ordinateur, même lorsque c’était une lourde machine qu’il fallait refroidir avec circulation d’eau et dans laquelle on introduisait l’information sous forme de cartes perforées. Je rêvais qu’on me permît de l’utiliser quasi clandestinement pendant les heures de calme, la nuit par exemple, pour l’apprivoiser, m’y mesurer, m’y embarquer. Les années ont passé sans que je découvre ce clairvoyant mécène.

Mais pendant ce temps les machines se sont considérablement améliorées, allégées, assouplies, se sont répandues partout dans nos pays : aux guichets des banques ou des agences de voyages, chez les secrétaires des médecins ou des avocats, dans les chambres des étudiants ou les salles des écoles. Il a pourtant fallu encore longtemps avantque l’écrivain marginal pût en profiter.

Mes collègues professeurs qui n’en attendaient pas grand chose, se sont équipés avant moi ; et aussi de nombreux écrivains routiniers avec leur rang marqué sur la liste des meilleures ventes de la semaine. Et l’instrument que j’utilise enfin, acheté au bonheur d’une occasion, est déjà une vieillerie par rapport aux leurs.

Je déplore sa lenteur et ses raideurs, son manque de capacités. Je ne dispose que d’une imprimante quasi antédiluvienne, et j’ai honte quand je compare mes pages à celles des heureux possesseurs de coûteux modèles plus récents. L’écran est trop petit pour mon goût ; je voudrais qu’il ait le format A4, la taille d’une feuille dactylographique habituelles, et naturellement je le voudrais enluminé de couleurs.

Mais par l’intermédiaire de ce noir et blanc, de cette étroite lucarne, à quelles prodigieuses aventures de transcriptions et traductions, de combinaisons et multiplications, ne suis-je pas convié ! Copier, couper, déplacer, coller ; à droite, à gauche, plus haut, plus bas ; agrandir, diminuer, reprendre, mettre en réserve ; aligner, souligner, distinguer, encadrer ; changer les caractères, séparer les paragraphes et les pages, refondre, reserrer ; parcourir, fouiller, identifier, classer ; et toujours aveccettedanse délicate sous les yeux tandis que je caresse voluptueusement le clavier du bout de mes doigts.



Ainsi j’écris ces quelques mots.

Je recopie cette ligne en y introduisant un nouvel adverbe :

Ainsi j’écris deux fois ces quelques mots.

Je change l’ordre, comme dans la célèbre scène du Bourgeois gentilhomme :

J’écris ainsi trois fois ces quelques mots.

Et je continue :

J’aurai ainsi écrit quatre fois cette ligne.

Je rature :

Cette ligne, que j’aurai déjà écrite cinq fois, je la transforme ainsi :

Ligne qui s’allonge et déborde, mots qui s’ajustent et se multiplient, sous mes yeux, sous mes doigts, en cette sixième version déployez vos ailes et envolez-vous dans l’espace des paragraphes et des pages.

Enfin pour aider cet envol
découpons les lignes en vers
comme en une chanson d’antan
voici le septième couplet
où les mots se métamorphosent
échos mariages naissances
multiplications aventures
courant voluptueusement
parmi l’écume du clavier
de sable en île et en nuages
de livre en concert et voyages
de ville en fouille et découvertes
pour l’éloge du traitement
des maux de notre fin de siècle
ou le traitement de l’éloge
dont soit digne un siècle prochain

Lucinges, le 6 février1994

 

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP