BRIBES EN LIGNE
 ce mois ci : sub première 0 false 21 18  au mois de mars, 1166 « e ! malvais deux mille ans nous en introduction à       parfoi les enseignants :   que signifie       reine       fleure       j̵     son  dernières mises c’est un peu comme si, leonardo rosa si tu es étudiant en très saintes litanies jamais je n’aurais (ô fleur de courge...   je n’ai jamais       sur et je vois dans vos i.- avaler l’art par       un       l̵ de prime abord, il vedo la luna vedo le folie de josuétout est voile de nuità la réponse de michel d’un côté onzième ...et poème pour max charvolen, martin miguel écoute, josué,       la une errance de       au bernard dejonghe... depuis       midi temps où le sang se a claude b.   comme un trait gris sur la c’est pour moi le premier je sais, un monde se vue à la villa tamaris lentement, josué la vie est dans la vie. se d’un bout à       &agrav  l’exposition  marcel alocco a     chant de       quand equitable un besoin sonnerait entr’els nen at ne pui le vieux qui ce monde est semé le passé n’est du bibelot au babilencore une chaque jour est un appel, une …presque vingt ans plus elle réalise des le temps passe dans la  avec « a la       le autres litanies du saint nom temps où les coeurs       dans pas sur coussin d’air mais la route de la soie, à pied, un besoin de couper comme de rimbaud a donc huit c’est encore à janvier 2002 .traverse     sur la     le démodocos... Ça a bien un       va si j’avais de son f j’ai voulu me pencher vous dites : "un cyclades, iii° les petites fleurs des     longtemps sur carissimo ulisse,torna a       jardin nous avons affaire à de   j’ai souvent la deuxième édition du       la pie (À l’église       glouss sous l’occupation rita est trois fois humble. maintenant il connaît le f les feux m’ont carissimo ulisse,torna a aux barrières des octrois j’ai changé le       un ils sortent toujours les lettres : tromper le néant nice, le 18 novembre 2004 les amants se dans ma gorge antoine simon 32 à la bonne       jonath normal 0 21 false fal il aurait voulu être  il est des objets sur       voyage reprise du site avec la mes pensées restent pour yves et pierre poher et       ce mi viene in mentemi tout mon petit univers en     faisant la ce 28 février 2002. religion de josué il je m’étonne toujours de la premier essai c’est l’homme est antoine simon 26 avec marc, nous avons certains soirs, quand je jamais si entêtanteeurydice spectacle de josué dit paroles de chamantu l’appel tonitruant du pour egidio fiorin des mots dernier vers aoi       rampan antoine simon 6 ensevelie de silence, dans le pays dont je vous dans l’effilé de nu(e), comme son nom charogne sur le seuilce qui Être tout entier la flamme au lecteur voici le premier deux ce travail vous est violette cachéeton   un vendredi dans les écroulements présentation du non... non... je vous assure, ouverture d’une la vie humble chez les des voiles de longs cheveux derniers vers sun destre on trouvera la video macles et roulis photo 3 ma voix n’est plus que ses mains aussi étaient     dans la ruela       mouett  hier, 17 le géographe sait tout m1       six de l’espace urbain,     &nbs "nice, nouvel éloge de la il faut aller voir j’entends sonner les comme un préliminaire la       au       six jusqu’à il y a granz fut li colps, li dux en et si tu dois apprendre à le lent tricotage du paysage langues de plomba la       s̵       cerisi antoine simon 29 en cet anniversaire, ce qui       apparu mesdames, messieurs, veuillez tu le sais bien. luc ne  improbable visage pendu antoine simon 20 pluies et bruines, f le feu s’est les dieux s’effacent antoine simon 24 prenez vos casseroles et n’ayant pas       su       m̵ préparation des un verre de vin pour tacher       " je t’enlace gargouille un soir à paris au la galerie chave qui et combien  “comment       fourmi la fraîcheur et la       juin       droite       l̵ se reprendre. creuser son le lourd travail des meules autre citation"voui ce qui fait tableau : ce granz est li calz, si se       &n cinquième citationne difficile alliage de j’oublie souvent et la fraîcheur et la      & merle noir  pour       apr&eg     de rigoles en       pass&e "si elle est coupé en deux quand ma voix n’est plus que dernier vers doel i avrat, carcassonne, le 06 patrick joquel vient de bel équilibre et sa de pa(i)smeisuns en est venuz quelque chose  “ce travail qui merci à marc alpozzo pour jacqueline moretti, derniers titrer "claude viallat, effleurer le ciel du bout des       longte   entrons le 2 juillet dernier vers aoi         d&eacu À max charvolen et la terre a souvent tremblé macles et roulis photo 1 dans les carnets au rayon des surgelés il y a tant de saints sur il pleut. j’ai vu la  référencem       entre poussées par les vagues neuf j’implore en vain 10 vers la laisse ccxxxii le pendu autre petite voix madame porte à     pluie du il est le jongleur de lui des conserves ! je suis bien dans journée de f tous les feux se sont rare moment de bonheur,     extraire    tu sais ce n’est pas aux choses il n’était qu’un si, il y a longtemps, les toulon, samedi 9 quel étonnant histoire de signes . a la libération, les macles et roulis photo la légende fleurie est       baie  l’écriture comme c’est     sur la pente nous savons tous, ici, que le franchissement des  née à       fourr& f le feu s’est seul dans la rue je ris la à cri et à approche d’une  hors du corps pas quand sur vos visages les       longte carles li reis en ad prise sa ils s’étaient outre la poursuite de la mise clere est la noit e la franchement, pensait le chef, exacerbé d’air un jour, vous m’avez  c’était l’erbe del camp, ki pour robert lorsqu’on connaît une     cet arbre que envoi du bulletin de bribes       l̵ eurydice toujours nue à du fond des cours et des ma mémoire ne peut me je suis celle qui trompe dernier vers aoi pour daniel farioli poussant viallat © le château de       pourqu dans l’innocence des       coude il ne sait rien qui ne va rossignolet tu la     quand troisième essai et     m2 &nbs   (dans le       la       les madame est toute le recueil de textes pour jean-marie simon et sa antoine simon 13 le geste de l’ancienne, l’existence n’est je découvre avant toi ecrire sur À max charvolen et martin les routes de ce pays sont "ces deux là se     [1]  carles respunt :       au en 1958 ben ouvre à  zones gardées de j’ai perdu mon rêve, cauchemar, la langue est intarissable les plus vieilles       st       le et ma foi,     un mois sans quel ennui, mortel pour tout en travaillant sur les bien sûr, il y eut c’est la peur qui fait       sur bientôt, aucune amarre quatrième essai de l’impossible pour andré villers 1) petites proses sur terre  pour le dernier jour arbre épanoui au ciel   la baie des anges   on n’est  marcel migozzi vient de il ne s’agit pas de station 7 : as-tu vu judas se soudain un blanc fauche le Ç’avait été la je serai toujours attentif à quelques autres il était question non       sous       dans il arriva que   maille 1 :que       les vous êtes dans un coin de nice, antoine simon 10   je ne comprends plus 1.- les rêves de « voici de sorte que bientôt etait-ce le souvenir     rien       vu un homme dans la rue se prend la force du corps, branches lianes ronces       bonheu       cette il avait accepté   (à nos voix       le la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Oeuvres croisées > avec Jean Jacques Laurent > Terre de l’enfuie
<- VI | VIII ->
VII
Artiste(s) : Laurent (site)

Les avenues de ce pays laissent glisser l’eau et le vent
  tu pars ton ombre te suit jusqu’à la mer au loin des échos s’affaiblissent
  il se fait ainsi de grands remous de vagues et d’écume les rêves de ton
  ombre s’évaporent qui lèchent la terre en lançant aussi haut que la
  voix le permet et en lui donnant cette saveur de sel la longue complainte
  des disparus que vous connaissez si bien entre la terre et la nuit
  grappes timides de reines des prés.

JPEG - 51 ko
les avenues de ce pays...
Publication en ligne : 7 janvier 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette