BRIBES EN LIGNE
la bouche pleine de bulles sept (forces cachées qui  tu ne renonceras pas. dans un clignement de ce n’est pas aux choses aller au texte nous sommes page suivante ► page station 5 : comment   un vendredi i en voyant la masse aux       qui a propos de quatre oeuvres de année 2019 ► albert 1 2 3 pour michèle gazier 1) préparer le ciel ii la mort, l’ultime port,       & nous lirons deux extraits de cliquez sur l’icône il y a des objets qui ont la  il est des objets sur pour andré pour accéder au vingtième page suivante ► page le numéro exceptionnel de dernier vers aoi reprise du site avec la j’ai changé le       une antoine simon 29 au seuil de l’atelier   j’ai souvent comme une suite de à sylvie   ces sec erv vre ile posté sur facebook sorti de les dernières gardien de phare à vie, au dernier vers aoi on dit qu’agathe ce paysage que tu contemplais       ( 1 2  « la musique,  le grand brassage des dernier vers aoi page suivante ► page 1 2        "j& deux nouveauté,       vaches le temps passe dans la page suivante ► page nous serons toujours ces essai de nécrologie, se reprendre. creuser son pour egidio fiorin des mots page suivante ► page le peintre manuel casimiro preambule – ut pictura onzième six de l’espace urbain, on préparait (ô fleur de courge...       la bernadette griot vient de nous dirons donc       six       la régine robin, prenez vos casseroles et la deuxième édition du pour jean gautheron le cosmos    tu sais antoine simon 17 pas une année sans évoquer à propos “la antoine simon 24       la on trouvera la video dernier vers aoi       le ensevelie de silence, et te voici humanité page suivante ► page sous la pression des         entr’els nen at ne pui langues de plomb a la bel équilibre et sa       sabots certains prétendent   d’un coté, baous et rious je suis à la mémoire page suivante ► page quelques textes granz est li calz, si se mais jamais on ne l’heure de la  pour le dernier jour et il fallait aller debout Être tout entier la flamme 1 2  le flot pâle des maisons vous dites : "un pluies et bruines, comment normalement, la rubrique le lent tricotage du paysage toulon, samedi 9       fleur guetter cette chose passet li jurz, la noit est on cheval À propos de fata en en cet anniversaire, ce qui i mes doigts se sont ouverts comme un préliminaire la pour jacqueline moretti, le lent déferlement       sur la       journ&ea sur la toile de renoir, les tout est possible pour qui la brume. nuages  ce mois ci : sub       la pie descendre à pigalle, se 1 2  un livre écrit pour robert et tout avait pour accéder au texte, vous avez sous ces étagements liquides je suis celle qui trompe page suivante ► voici donc   (dans le       un la fraîcheur et la mouans sartoux. traverse de ma chair n’est       descenda ce qu’un paysage peut pour jacky coville guetteurs l’ami michel equitable un besoin sonnerait le géographe sait tout page suivante ► page « ah ! mon nous serons toujours ces josué ne edmond, sa grande marché ou souk ou       force deux mille ans nous 1 2  la force du corps, mult ben i fierent franceis e À peine jetés dans le dernier vers aoi voici quelques années, agnus dei qui tollis peccata c’est la chair pourtant je suis aller à la bribe suivante les amants se premier vers aoi dernier aller à la bribe suivante       maquis  le livre, avec voir l’essai sur antoine simon 3 deuxième essai cyclades, iii°       le traquer   je n’ai jamais  mise en ligne du texte       les dieu faisait silence, mais dernier vers aoi passent .x. portes, ainsi alfred… ► abÉcÉdaire à jean encore une citation “tu dernier vers aoi ainsi fut pétrarque dans       fourr&ea jusqu’à il y a avant même de commencer,       ...mais dernier vers aoi  jésus ici, les choses les plus       sur le       sur       retourn& constellations et tromper le néant       j’ la route de la soie, à pied, page suivante ► page   adagio   je je meurs de soif dernier vers aoi       la 1 2    *   libre page suivante page etudiant à       cette c’est extrêmement fontelucco, 6 juillet 2000 même si 1 2  pour alain borer le 26 1.- les rêves de décembre 2001. la musique est le parfum de  l’écriture préparation des corps et ma foi, page suivante ► page monde imaginal, 1 2  le texte qui suit est, bien le slam ? une ruse de vertige. une distance       m’ l’éclair me dure, aller à la bribe suivante       l’ a l’aube des apaches, page précédente page sur l’erbe verte si est       objectif issent de mer, venent as 1 2 3 pour daniel farioli poussant un nouvel espace est ouvert       je me juste un mot pour annoncer   saint paul trois page suivante ► page derniers textes mis en au rayon des surgelés 7) porte-fenêtre dans le pain brisé son je suis bien dans présentation du  pour de page suivante page textes mis en ligne en ne pas négocier ne       aux le recueil de textes la rencontre d’une ses mains aussi étaient tous ces charlatans qui page suivante ► page rare moment de bonheur, de toutes les textes mis en ligne en carissimo ulisse, torna a imagine que, dans la dernier vers aoi       vu les et que dire de la grâce antoine simon 28 paroles de chaman tu derniers vers sun destre soudain un blanc fauche le réponse de michel non... non... je vous le réveil des satyres tous sors de mon territoire. fais la terre a souvent tremblé percey priest lake sur les le travail de bernard la mort d’un oiseau. et nous n’avons rien 10 vers la laisse ccxxxii  de même que les sauvage et fuyant comme et que vous dire des       en deux leonardo rosa tout en travaillant sur les page suivante ► page antoine simon 14 je t’enlace gargouille dernier vers aoi un survol de l’annÉe lancinant ô lancinant 1 2  un homme dans la rue se prend haut var ► trois petits dernier vers aoi du maurithuis par       dans le   nous sommes       dans le grand combat : journée de page précédente le café « e ! malvais       juin       avant  les premières mise en ligne d’un  référencem dernier vers aoi   pour le prochain       &  l’entretien page suivante ► page page suivante ► page a la femme au page suivante tant pis pour eux.       les quatre si la mer s’est     une abeille de on peut croire que martine chaque automne les       au pas 1 2  je déambule et suis 1 2 en       &nbs « et bien, dans le train premier nous serons toujours ces dernier vers aoi torna a sorrento ulisse torna       le l’entreprise dont je me       "     quand basile antoine simon 16     [1] l       mé frères et village de poussière et de       voyage       la envoi du bulletin de bribes j’ai longtemps       à tout en vérifiant eurydice toujours nue à pour marcel  dans toutes les rues 1 2  page suivante ► page dans ce périlleux allons fouiller ce triangle en ceste tere ad estet ja 1 2  aller à la bribe suivante des conserves ! se placer sous le signe de madame est une torche. elle       objectif c’est la peur qui fait zacinto dove giacque il mio   ces notes apaches :       parfois à cri et à le corps encaisse comme il  née à livre grand format en trois page suivante page derniers textes mis en       ".. les premières     hélas, sainte marie, toutefois je m’estimais page suivante ► page seins isabelle boizard page suivante page pour angelo la cité de la musique       dans le tu le sais bien. luc ne quelques autres il aurait voulu être page suivante ► page pas facile d’ajuster le antoine simon 32 aller à la bribe suivante carles li reis en ad prise sa clers est li jurz et li       bien il faut aller voir la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : Forgeot Christophe /

Christophe Forgeot

Sauver la vie
© Christophe Forgeot
Publication en ligne : 21 octobre 2020
/ Anthologie poétique
Sur le net : Sauver la vie

(Sauver la vie est paru dans l’Anthologie Sauvons les migrants, dédiée aux équipages de l’Aquarius et d’Ocean Viking, en mai 2020 et dont 60 % des ventes reviennent à SOS MEDITERRANEE.
Ce texte a également fait l’objet d’un film d’une dizaine de minutes, visible sur YouTube en cliquant sur https://www.youtube.com/watch?v=M6u... )


Sauver la vie
C’est ne plus accepter la main tendue dans le vide
Les doigts écartés dans la vacuité du ciel
D’une humanité oublieuse

Sauver la vie
C’est ne plus croire à la montagne sans le soleil glissant dans sa nuque
C’est ne plus s’accommoder de la vague sans sa mousse crépitante
C’est en pleine conscience
Ne plus tolérer la parole sans ses nappes fraternelles
Les champs d’ignames sans la pluie des poignées de main
Le partage sans le forage des sourires

Sauver la vie
C’est ne plus supporter le pissenlit sans la bouche de l’enfant qui le disperse
D’un seul souffle dans l’univers

Sauver la vie
C’est ne pas baisser les bras devant la finitude mutilée
C’est ne pas baisser les yeux devant la fatalité poisseuse
Devant le canot qui crève
Devant l’âme engloutie des chants premiers
C’est ne pas baisser la pensée devant l’étendard de la détresse
La bannière de la misère
C’est ne pas baisser le poème face à l’impuissance
Reculer devant l’oriflamme de l’adversité

Sauver la vie
C’est ne pas renoncer devant ce qui nous dérange
Devant l’épicentre de l’existence
C’est ne pas fuir devant le tir groupé de l’évidence
Devant la bête noire de celui qui hurle
L’épouvante de la dernière heure

Sauver la vie
C’est ne plus confondre le rire de la faucheuse avec celui de l’enfance
C’est ne plus équarrir la plénitude
Disséquer le colibri
C’est ne plus dépecer la cohésion du monde
Ne plus séparer les lois de la bienveillance
Ni la faim de l’appétit

Sauver la vie
C’est ne plus déchirer la muqueuse du projet
Ni écraser la coque du désir
C’est ne plus arracher les pattes du cœur

Sauver la vie
C’est ne jamais consentir au redoublement des fautes
À l’abandon des utopies
Ni au démembrement des rêves

Sauver la vie
C’est poser l’éléphant et le gorille au-delà des barreaux
C’est retirer l’écharde de la peur
C’est démolir la peste des idées
C’est aspirer la poussière des croyances

Sauver la vie
C’est migrer vers un autre pan de son être
C’est partir vers un ailleurs plus proche de soi
Découvrir un archipel caché derrière les brouillards intimes
Parcourir la parcelle de notre démesure

Sauver la vie c’est entrelacer nos différences
Et se baigner dans l’eau de ce qui nous est commun

Sauver la vie
C’est prendre tous les risques
Pour préserver la tige de la sollicitude

Sauver la vie
C’est décliner l’invitation au bal fatal
Et s’inviter à la farandole du possible

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP