BRIBES EN LIGNE
dernier vers aoi je serai toujours attentif à autres litanies du saint nom je découvre avant toi pour qui veut se faire une rafale n° 12 où le poiseau de parisi mon  pour de 0- souviens-toi. sa epuisement de la salle, un titre : il infuse sa le samedi 26 mars, à 15 « h&eacut madame est une torche. elle passet li jurz, si turnet a dans le monde de cette  ce qui importe pour       m’ patrick joquel vient de et ces descendre à pigalle, se     quand basile a toi le don des cris qui 1 2        fourmi&n page suivante ► page temps où le sang se dieu faisait silence, mais pour accéder au pdf, dernier vers aoi       la textes mis en ligne en mai deux ce travail vous est 1 2  aller à la bribe suivante       sur le réponse de michel  hors du corps pas deuxième suite on préparait       mé page suivante ► page granz est li calz, si se gardien de phare à vie, au à cri et à dans le pain brisé son il arriva que tout à fleur d’eaula danse       vu les ainsi alfred… il souffle sur les collines faisant dialoguer  le livre, avec dernier vers aoi   démodocos... Ça a bien un derniers textes mis en               gloussem religion de josué il en ceste tere ad estet ja toi, mésange à       fleur grande digue est dispersée agnus dei qui tollis peccata douze (se fait terre se <img852|left> forest       l’ les installations souvent, je reviens sur des septembre 1970. j’ai 22   pour théa et ses o tendresses ô mes 1- c’est dans village de poussière et de villa arson, nice, du 17     cet arbre que       sur le pour mireille et philippe preambule – ut pictura la communication est station 3 encore il parle nous savons tous, ici, que   j’ai souvent et te voici humanité d’abord un curieux est-ce parce que, petit, on       allong&e immense est le théâtre et mélodie verte je n’aime pas les gens   pour le prochain aux barrières des octrois de pa(i)smeisuns en est venuz 1- nous sommes dehors. 1 2  chaque automne les première si tu es étudiant en attention beau fragilité humaine. l’homme est de tantes herbes el pre pénétrer dans ce jour, franchement, pensait le chef, il y a des objets qui ont la   si vous souhaitez rafale n° 7 un je t’ai admiré, la terre a souvent tremblé       le dernier vers aoi dernier vers aoi pour nicolas lavarenne ma   je n’ai jamais       au soir les plus vieilles livre grand format en trois le désir de faire avec intendo... intendo ! bien sûr, il y eut normalement, la rubrique max charvolen, martin miguel des conserves ! morz est rollant, deus en ad pierre ciel il aurait voulu être       apr&egra samuel chapitre 16, versets 1 seul dans la rue je ris la ma mémoire ne peut me encore une citation “tu       dans le sauver la vie c’est ne nous avancions en bas de depuis le 20 juillet, bribes page précédente le café       sur le antoine simon 28 tous feux éteints. des du bibelot au babil encore       chaque       je me       soleil de soie les draps, de soie ouverture de l’espace il ne s’agit pas de la légende fleurie est       nuage bruno mendonça vous êtes pur ceste espee ai dulor e ki mult est las, il se dort ce 28 février 2002. page suivante page c’est seulement au       ...mais mais jamais on ne la rencontre d’une  de même que les 1 2  toutes sortes de papiers, sur madame, c’est notre et ma foi,       objectif cher bernard accoucher baragouiner le bulletin de je suis celle qui trompe dans les carnets       en     oued coulant toujours les lettres : pour philippe  le "musée vous dites : "un écoute, josué, les petites fleurs des bernard dejonghe... depuis 1 2  quatrième essai de aller à la bribe suivante bribes en ligne a today i eat my  de la trajectoire de ce       j’ journée de ce qui fascine chez le numéro exceptionnel de       pourquoi dernier vers aoi le corps encaisse comme il   un ajouts à la autre citation       sabots petites proses sur terre f les rêves de  epître aux sous la pression des       dé décembre 2001. si vous entendez le lac « e ! malvais       baie montagnes de les cuivres de la symphonie    il ce texte m’a été nous serons toujours ces la bouche pleine de bulles       quinze       é thème principal :       vaches le galop du poème me ce pays que je dis est légendes de michel dix l’espace ouvert au madame est toute       dans le       ruelle traquer il semble possible on dit qu’agathe       sous       force nice, le 30 juin 2000       cerisier le pendu chaises, tables, verres, la cité de la musique quand c’est le vent qui c’est parfois un pays un besoin de couper comme de       les sables mes paroles vous la pureté de la survie. nul     à (de)lecta lucta   oiseau tranquille au vol rafale n° 6 just do f le feu est venu, ardeur des heureuse ruine, pensait       l’ f toutes mes dans le respect du cahier des  l’entretien 1257 cleimet sa culpe, si       ton    au balcon       à page suivante page pour ma il tente de déchiffrer,   la baie des anges dentelle : il avait   on n’est nous avons affaire à de il n’est pire enfer que l’eau froide de l’anse abu zayd me déplait. pas quelque chose       dans le       tourneso de la il s’appelait       sur la pour accéder au vingtième       la l’impression la plus rafale n° 9 un 1) la plupart de ces       à page suivante page glaciation entre carcassonne, le 06 page suivante ► voici donc       aujourd et si au premier jour il  l’écriture       au fond       crabe-ta archipel shopping, la station 5 : comment       le li emperere s’est "l’art est-il guetter cette chose 1 2        "       voyage 1 2  onzième 1 2  antoine simon 33 la force du corps, dernier vers aoi   pour écouter la lecture, viallat © le château de tout en travaillant sur les   adagio   je autre petite voix folie de josué tout de profondes glaouis antoine simon 24 je déambule et suis  je ne voulais pas       ( introibo ad altare jusqu’à il y a mult est vassal carles de approche d’une à bernadette rêve, cauchemar,       coude  marcel migozzi vient de       la pour jacky coville guetteurs entr’els nen at ne pui sur la toile de renoir, les textes mis en ligne en août pendant quelques années  hier, 17 de toutes les dernier vers aoi troisième essai l’erbe del camp, ki commençons donc par mais non, mais non, tu able comme capable de donner       araucari madame est la reine des la galerie chave qui outre la poursuite de la mise douce est la terre aux yeux antoine simon 6       le long       bâ   en grec, morías ecrire les couleurs du monde pour marcel bribes en ligne a si grant dol ai que ne il pleut. j’ai vu la cher.e.s ami.e.s vous pouvez       pour       le pourquoi yves klein a-t-il bal kanique c’est bel équilibre et sa cliquetis obscène des accorde ton désir à ta les amants se iloec endreit remeint li os (ma gorge est une si c’est ça, tout en vérifiant page suivante page grande lune pourpre dont les     faisant la apaches :   anatomie du m et a christiane page suivante gérard retour au texte       grimpant pour michèle gazier 1)     après sequence     un mois sans       neige  martin miguel vient les photos et archives   tout est toujours en       dans rafale n° 10 ici il en est des meurtrières. art jonction semble enfin la fonction, le 26 août 1887, depuis si j’étais un       le ciel cliquez sur l’icône violette cachée ton  jésus juste un mot pour annoncer cette machine entre mes pas une année sans évoquer et il fallait aller debout je t’enfourche ma la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Butor, Michel

MICHEL BUTOR

Dans la forêt des sons
Publication en ligne : 5 mai

Chère Florence Rigal,

j’ai eu la chance de lire déjà plusieurs livres consacrés aux miens. Le premier sentiment, lorsqu’on voit l’objet, est une reconnaissance éperdue, striée de quelques inquiétudes.

Avant même d’ouvrir, quel soulagement ! Car on a tellement l’impression de parler dans le désert. Ces ouvrages qui nous avaient coûté tant de mal, eh bien, ils n’ont donc pas été tout à fait comme des pierres tombées dans un lac, ayant parfois produit de jolies ondes parfois furieuses avant que soit revenu toujours bien trop rapidement le calme ou plutôt la houle habituelle. Les ondes reviennent, les ouvrages émergent à nouveau pour quelques instants.

La forêt a grandi tout autour de nous, menaçante, et ce nouveau livre qu’on nous propose est comme un de ces cailloux qui aidaient le petit Poucet à retrouver avec ses frères le chemin de la cabane d’où ils avaient été exclus par la misère de leurs parents. Comme ce processus d’éloignement ne cesse pas, le besoin se fera toujours sentir. On espère de nouveaux cailloux aussi phosphorescents que possible, car l’obscurité s’épaissit. On aura donc toujours besoin de ces aides.

Mais on ne peut en rester à cette contemplation timide ; il faut ouvrir la couverture, heurter à la porte, entrer dans le vif. C’est alors que l’angoisse se réveille. Non que l’on ait vraiment à craindre un éreintement douloureux. Ce qui est possible dans un article de journal écrit à la va-vite dans un mouvement d’humeur, tient rarement le temps de la rédaction d’un livre. Si l’auteur de celui-ci a amassé tant de pages, c’est vraisemblablement qu’il a trouvé quelque intérêt dans les nôtres ; et si, par presque impossible, il s’est acharné à vous démolir, alors, malgré tout ce qu’il dit, il nous rend l’hommage de nous considérer comme dangereux, donc efficace.

La question n’est pas de savoir s’il donne de vous une image ressemblante. On ne sait jamais qui on est. Ce n’est pas d’un miroir qu’on a besoin, mais d’un relais. Je ne désire nullement qu’on me voie ; au contraire je veux savoir si je disparais suffisamment dans ce que j’ai dit.

On se demande tout simplement si on va être intéressé, donc si l’action continue. Il y a un risque considérable à être confronté encore une fois à ces clichés qui traînent dans la presse et les vestibules universitaires, à ce fantôme à qui l’on donne le même nom qu’à vous, mais qui parfois vous ennuie terriblement. Hélas il arrive que le caillou auquel on espérait se raccrocher, se révèle n’être qu’une miette de vieux pain dur que les oiseaux ont tôt fait d’engloutir. On a besoin d’être réanimé.

Votre livre m’ouvre une clairière. Il a pour moi l’immense avantage de prélever dans l’ensemble de mes écrits certains textes beaucoup moins commentés que d’autres, et que vous me faites redécouvrir avec tout le trac que vous imaginez, textes particulièrement délicats puisqu’il y est question de musique, ou qu’ils s’efforcent ouvertement de rivaliser avec elle. Or c’est un sujet sur lequel on s’embrouille facilement. Vous éclaircisez tout cela.

Ainsi je me prends à rêver de nouvelles réalisations radiophoniques ou télévisuelles. C’est le château de l’ogre que j’aperçois derrière les frondaisons, avec ses trésors et périls.

 

Vous réveillez en moi le musicien refoulé qui se met à tressaillir d’aise et à m’enjoindre : “Allons, toi qui a tant écrit, paraît-il, encore un effort ! Tu vois bien que tu pourrais écrire. Comment se fait-il qu’à ton âge, tu n’aies encore, à proprement parler, jamais dépassé les balbutiements ?”

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP