BRIBES EN LIGNE
temps où les coeurs tous ces charlatans qui le lent tricotage du paysage madame des forêts de deuxième apparition de ce pays que je dis est   encore une a propos d’une même si quelques textes dans l’innocence des dernier vers aoi « pouvez-vous       la  tu vois im font chier aucun hasard si se le travail de bernard l’instant criblé noble folie de josué, à bernadette tu le saiset je le vois       object epuisement de la salle,  hier, 17 macles et roulis photo 3 clers fut li jurz e li une errance de l’heure de la tant pis pour eux. dernier vers aoi  la toile couvre les       et equitable un besoin sonnerait   tout est toujours en raphaël       ruelle deux nouveauté, macles et roulis photo 6 "nice, nouvel éloge de la le géographe sait tout      & lorsqu’on connaît une       bruyan en introduction à il n’y a pas de plus f le feu s’est  le livre, avec dans les écroulements la galerie chave qui 13) polynésie   ces sec erv vre ile le grand combat : les enseignants : dans les carnets en cet anniversaire, ce qui     l’é       nuage coupé en deux quand le soleil n’est pas à la mémoire de dans ce périlleux   3   

les       entre pure forme, belle muette, mi viene in mentemi on croit souvent que le but 1.- les rêves de exode, 16, 1-5 toute l’ami michel       &agrav ce va et vient entre       la pie dans le respect du cahier des antoine simon 10 antoine simon 23 en ceste tere ad estet ja dernier vers aoi ecrire les couleurs du monde deuxième essai le le pendu quatrième essai de       " Ç’avait été la peinture de rimes. le texte  “... parler une rita est trois fois humble. pour martine     de rigoles en le samedi 26 mars, à 15 me histoire de signes . f le feu m’a ma voix n’est plus que     depuis dernier vers que mort       l̵ nous avancions en bas de       l̵ j’ai longtemps " je suis un écorché vif.       dans leonardo rosa nous dirons donc accoucher baragouiner ki mult est las, il se dort pour michèle gazier 1) c’est une sorte de    si tout au long je t’enfourche ma     chambre bruno mendonça montagnesde vedo la luna vedo le a la libération, les viallat © le château de  je signerai mon il est le jongleur de lui la terre a souvent tremblé       en       l̵       sous le "patriote", ce qu’un paysage peut temps de bitume en fusion sur (en regardant un dessin de sors de mon territoire. fais toutefois je m’estimais   six formes de la a christiane les oiseaux s’ouvrent branches lianes ronces       d&eacu pour andré   d’un coté, démodocos... Ça a bien un les amants se reflets et echosla salle       vu       devant l’attente, le fruit macao grise       au     le cygne sur la légende fleurie est grande lune pourpre dont les trois (mon souffle au matin       un 1) notre-dame au mur violet seins isabelle boizard 2005 "et bien, voilà..." dit       sur il était question non l’une des dernières j’ai donc       la au commencement était ce paysage que tu contemplais pour raphaël quand vous serez tout si, il y a longtemps, les       allong et ma foi,  mise en ligne du texte a dix sept ans, je ne savais on a cru à   anatomie du m et attelage ii est une œuvre et  riche de mes dernier vers aoi dans un coin de nice, marcel alocco a       &n pour daniel farioli poussant cinq madame aux yeux       je je suis celle qui trompe le temps passe dans la rêves de josué, de l’autre 1. il se trouve que je suis 0 false 21 18 pour martine, coline et laure à la bonne     nous au labyrinthe des pleursils       assis diaphane est le       longte ici. les oiseaux y ont fait ainsi va le travail de qui       &agrav certains soirs, quand je       avant       deux       au     faisant la    au balcon vos estes proz e vostre (josué avait lentement   si vous souhaitez       &agrav    de femme liseuse       dans jamais si entêtanteeurydice a la femme au beaucoup de merveilles pas une année sans évoquer   la baie des anges neuf j’implore en vain   voici donc la tout est possible pour qui dentelle : il avait       soleil     rien dernier vers aoi en 1958 ben ouvre à pour jacqueline moretti, le passé n’est toujours les lettres :       les juste un       embarq sur la toile de renoir, les       au un besoin de couper comme de se placer sous le signe de 1) la plupart de ces    nous   nous sommes   au milieu de       le polenta toutes sortes de papiers, sur cet article est paru       pass&e face aux bronzes de miodrag des voiles de longs cheveux de profondes glaouis rare moment de bonheur, passet li jurz, si turnet a       un de pareïs li seit la bientôt, aucune amarre   en grec, morías bien sûrla le 26 août 1887, depuis références : xavier     &nbs a claude b.   comme la vie est dans la vie. se       le macles et roulis photo "le renard connaît des conserves ! dernier vers aoi suite de imagine que, dans la attendre. mot terrible. quelque chose j’aime chez pierre madame porte à les étourneaux !       le 7) porte-fenêtre “le pinceau glisse sur régine robin, la fraîcheur et la assise par accroc au bord de pour max charvolen 1) fin première antoine simon 2 pour jean-marie simon et sa marché ou souk ou f le feu s’est la bouche pleine de bulles charogne sur le seuilce qui à sylvie       la à propos “la         &n il y a dans ce pays des voies mougins. décembre ce j’ai en réserve s’égarer on rien n’est comment entrer dans une de proche en proche tous vue à la villa tamaris dernier vers doel i avrat,       apparu rm : nous sommes en rm : d’accord sur  “s’ouvre  le "musée antoine simon 20 ce qui importe pour libre de lever la tête (la numérotation des quand les mots  “ce travail qui       l̵       magnol ce qui aide à pénétrer le tendresses ô mes envols le recueil de textes fontelucco, 6 juillet 2000 antoine simon 9 c’est ici, me deux ce travail vous est comme une suite de ajout de fichiers sons dans   pour théa et ses 1 au retour au moment on dit qu’agathe carissimo ulisse,torna a je crie la rue mue douleur pour andré villers 1) frères et eurydice toujours nue à  dans toutes les rues nice, le 30 juin 2000       (   dits de       dans       cette sixième    tu sais derniers carissimo ulisse,torna a pour       le ainsi alfred… madame a des odeurs sauvages avant dernier vers aoi dernier vers s’il la langue est intarissable je me souviens de abstraction voir figuration dernier vers aoi antoine simon 7       &agrav  un livre écrit tous feux éteints. des j’entends sonner les madame aux rumeurs la mastication des       p&eacu       fourmi dernier vers aoi mille fardeaux, mille c’est le grand il n’était qu’un pour gilbert chercher une sorte de normalement, la rubrique dernier vers aoi bal kanique c’est monde imaginal,    regardant du fond des cours et des i.- avaler l’art par autres litanies du saint nom i mes doigts se sont ouverts passent .x. portes, deuxième l’évidence présentation du je suis bien dans ma mémoire ne peut me       deux   j’ai souvent 0 false 21 18   est-ce que (josué avait il y a tant de saints sur outre la poursuite de la mise max charvolen, martin miguel comme ce mur blanc  de la trajectoire de ce elle disposait d’une pour jean gautheronle cosmos avant propos la peinture est approche d’une temps de pierres dans la       voyage "mais qui lit encore le le 26 août 1887, depuis f le feu est venu,ardeur des a l’aube des apaches, nos voix ne pas négocier ne     quand douze (se fait terre se la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > RÉVERSIONS

Troisième essai d’autoportrait dit au cas clinique
Ils ne savent pas qui je suis... Non, non ! Ils ne le savent pas. Ne le savent... ou, s’ils le savent, ils le cachent bien. Ils le cachent. Pourquoi le cachent-ils ? Pourquoi ? Ils jouent, ils jouent l’ignorance. Il veulent paraître ignorants, m’ignorer. Ils veulent m’ignore et y réussissent parfaitement, oui, puisque j’en viens à croire que loin de faire ceux qui m’ignorent, ils m’ignorent vraiment. Pourquoi ? Pourquoi veulent-ils me cacher qu’ils savent qui je suis alors qu’ils savaent très bien que je dois me douter qu’ils savent et que je sais qu’ils jouent, qu’ils feignent, qu’ils font semblant. A quoi jouent... Quel jeu jouent-ils pour se cacher de moi et me faire croire qu’ils ne savent pas ? Voilà. Pourquoi jouent-ils ce jeu Pouquoi me me laissent-ils le rôle de celui qui n’est pas ? Je veux dire : pourquoi ne me laissent-ils aucun rôle dans ce jeu ? Aucun rôle. Ce rôle de rien qu’ils veulent que je tienne, dans lequel, ignoré de ceux qui savent qui je suis, je suis censé ignorer qu’ils savent qui je suis, pourquoi me le font-ils jouer ? Qu’ont-ils à gagner, m’ignorant, à me tenir ignoré et me jeter sur le dos leur ignorance ? Pour m’ignorer ainsi, pour me faire croire qu’ils ne savent pas qui je suis, ils doivent forcément, au contraire, parfaitement le savoir, parce que s’ils ne savaient pas vraiment qui je suis, quel besoin auraient-ils de m’ignorer ? De me faire croire qu’ils ne savent pas ? Oui, oui, c’est ça. S’ils m’ignorent, c’est qu’ils me savent. Mais s’ils pensent qu’ils peuvent arriver à me faire croire qu’ils m’ignorent et que serai dupe de leur jeu, si, si, c’est qu’ils ne savent pas qui je suis. Bon bon, mais ils ne doivent vraiment pas savoir que je sais combien ils ne le savent pas, ils ne doivent pas, puisqu’ils m’ignorent... Oui, ils savent à quel point ils ne savent pas qui je suis, puisqu’ils m’ignorent. C’est parce qu’ils savent leur ignorance, qu’ils m’ignorent. Et pourquoi ? Pourquoi jouent-ils, alors qu’ils savent leur ignorance, à ceux qui en savent assez pour pouvoir m’ignorer ? Mais, moi, je sais bien qu’ils savent et ne veulent pas me le faire savoir. Il est des jours, ainsi, où leur ignorance me pèse... Pourquoi donc m’en veulent-ils ? Je leur apprendrai bien qui je suis. Oui, oui, qui je suis... Pour qui me prennent-ils à croire que je peux tenir leur ignorance de ce que je suis vraiment pour leur connaissance de qui je suis ? Il est des jours, ainsi, où je me dis que je saurai bien leur montrer qui je suis, et qu’ils en seront si étonnés, qu’ils ne pourront plus feindre l’ignorance. Je les contraindrai bien à avouer qu’ils savent...

Ainsi parlait-il dans la grande salle

Notre mère m’avait dit que tu l’aimais
  AOI

 

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette