BRIBES EN LIGNE
      parfoi au labyrinthe des pleursils tout mon petit univers en non, björg, f les feux m’ont samuelchapitre 16, versets 1   ces notes  les premières charogne sur le seuilce qui exacerbé d’air ne faut-il pas vivre comme si j’avais de son (de)lecta lucta   pour anne slacik ecrire est ouverture de l’espace pour helmut attelage ii est une œuvre     les fleurs du effleurer le ciel du bout des je t’enfourche ma nos voix je sais, un monde se juste un mot pour annoncer  référencem pas de pluie pour venir       sur le la terre a souvent tremblé cinq madame aux yeux li emperere par sa grant       je me nous serons toujours ces ce texte se présente       les introibo ad altare je suis celle qui trompe c’est la peur qui fait f le feu s’est il avait accepté constellations et antoine simon 15 marie-hélène il pleut. j’ai vu la cinquième essai tout troisième essai       sur     hélas, le lourd travail des meules douce est la terre aux yeux j’ai donc "et bien, voilà..." dit macles et roulis photo 4 antoine simon 22 polenta       su       o dernier vers que mort on a cru à j’ai parlé  le grand brassage des il en est des meurtrières.  les œuvres de sa langue se cabre devant le et la peur, présente avant propos la peinture est       dans i en voyant la masse aux je ne sais pas si franchement, pensait le chef, tout en travaillant sur les "si elle est une autre approche de       magnol et que vous dire des   1) cette premier vers aoi dernier lorsqu’on connaît une non... non... je vous assure, ce qui aide à pénétrer le 0 false 21 18 art jonction semble enfin       embarq vous avez       glouss seins isabelle boizard 2005 aucun hasard si se écoute, josué, se placer sous le signe de tromper le néant l’art n’existe errer est notre lot, madame, deuxième apparition tout est prêt en moi pour       la petites proses sur terre       au antoine simon 12 pour jean-louis cantin 1.- « h&eacu la tentation du survol, à et voici maintenant quelques     sur la que d’heures a propos de quatre oeuvres de pour andré quelque chose ki mult est las, il se dort     "   encore une macles et roulis photo 6       la       object À peine jetés dans le a ma mère, femme parmi et  riche de mes très malheureux... dieu faisait silence, mais   tout est toujours en pour martin sors de mon territoire. fais la vie est ce bruissement       cette ils s’étaient l’homme est       dans des quatre archanges que le vieux qui « e ! malvais à bernadette pour  zones gardées de antoine simon 18 diaphane est le mot (ou mult ben i fierent franceis e     au couchant ( ce texte a c’est un peu comme si,       " immense est le théâtre et j’ai relu daniel biga, histoire de signes . et encore  dits       le il y a dans ce pays des voies       le bruno mendonça ouverture d’une       " une errance de antoine simon 23 vue à la villa tamaris suite de cet univers sans dernier vers aoi chaque jour est un appel, une 1257 cleimet sa culpe, si sables mes parolesvous raphaël       longte ici. les oiseaux y ont fait la cité de la musique derniers vers sun destre       sur etudiant à nécrologie   ces sec erv vre ile tout le problème   nous sommes pur ceste espee ai dulor e mise en ligne d’un quatrième essai rares antoine simon 10 on préparait 1.- les rêves de dans ce périlleux rien n’est plus ardu  les éditions de j’entends sonner les aux george(s) (s est la les dieux s’effacent essai de nécrologie, vi.- les amicales aventures antoine simon 2 rm : nous sommes en avez-vous vu chercher une sorte de à la mémoire de   (dans le dernier vers aoi antoine simon 24       la dernier vers aoi       allong     surgi passet li jurz, si turnet a à la bonne antoine simon 16       sur station 4 : judas  deux nouveauté,       sabots       st     du faucon       au       que       dans i.- avaler l’art par imagine que, dans la f j’ai voulu me pencher il existe au moins deux les cuivres de la symphonie  “s’ouvre encore une citation“tu dernier vers aoi jamais si entêtanteeurydice titrer "claude viallat, macles et roulis photo 7 deuxième essai le       dans giovanni rubino dit genre des motsmauvais genre la liberté s’imprime à attention beau pour gilbert tu le sais bien. luc ne deuxième essai a dix sept ans, je ne savais       j̵ à propos “la       enfant autre essai d’un       en un dans le respect du cahier des il y a tant de saints sur       dans able comme capable de donner les plus terribles laure et pétrarque comme     les provisions v.- les amicales aventures du on trouvera la video   adagio   je     longtemps sur f dans le sourd chatoiement la chaude caresse de       apr&eg       apr&eg       grappe pourquoi yves klein a-t-il       le       sur       la le samedi 26 mars, à 15 noble folie de josué, deuxième f tous les feux se sont un verre de vin pour tacher l’impression la plus       retour pour philippe   l’oeuvre vit son karles se dort cum hume 0 false 21 18       fourr& dimanche 18 avril 2010 nous cette machine entre mes         or chaque automne les     sur la pente sculpter l’air : il ne s’agit pas de carissimo ulisse,torna a     chant de       alla le géographe sait tout raphaël au lecteur voici le premier nu(e), comme son nom je reviens sur des clere est la noit e la la question du récit mieux valait découper f le feu s’est je me souviens de seul dans la rue je ris la il faut laisser venir madame antoine simon 3       et tu en cet anniversaire, ce qui  c’était je n’ai pas dit que le       rampan       l̵     oued coulant dans les rêves de la madame a des odeurs sauvages le franchissement des pour jean gautheronle cosmos temps où le sang se assise par accroc au bord de du fond des cours et des le corps encaisse comme il   si vous souhaitez où l’on revient  “la signification vos estes proz e vostre grant est la plaigne e large marché ou souk ou ...et poème pour     nous abu zayd me déplait. pas    de femme liseuse certains prétendent "moi, esclave" a       apparu       dans toi, mésange à il ne reste plus que le lancinant ô lancinant dans les carnets l’ami michel    courant   maille 1 :que ecrire les couleurs du monde sur l’erbe verte si est    en dernier vers aoi     faisant la reprise du site avec la de la il ne sait rien qui ne va     pluie du     quand       soleil       le dernier vers aoi vedo la luna vedo le une il faut dire les       reine c’est la distance entre  dernières mises       vaches pour michèle gazier 1 dentelle : il avait pas facile d’ajuster le       la  hors du corps pas j’ai ajouté       pass&e la bouche pure souffrance nous dirons donc madame aux rumeurs pour michèle gazier 1) la mastication des dernier vers s’il de soie les draps, de soie       ( l’une des dernières je suis occupé ces langues de plomba la   (à nous viendrons nous masser carles respunt :     une abeille de   d’un coté, voile de nuità la epuisement de la salle, madame dans l’ombre des « amis rollant, de sainte marie,       fleur carmelo arden quin est une et si tu dois apprendre à       la vous n’avez  je signerai mon sequence 6   le prenez vos casseroles et  ce mois ci : sub la communication est  on peut passer une vie antoine simon 28    tu sais des conserves ! je découvre avant toi       montag li emperere s’est le geste de l’ancienne, à propos des grands réponse de michel       &agrav il semble possible       banlie antoine simon 21 tendresses ô mes envols un besoin de couper comme de la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Approches critiques > Klein

Raphaël Monticelli

| premier essai ->
Six essais sur les monochromes de Klein.

À propos d’Yves Klein



À Max Charvolen


et Martin Miguel


J’aimerais, en manière de point, présenter quelques-uns des enjeux qu’il me paraît impossible d’ignorer dans l’œuvre de Klein, satisfait si je parviens à faire sentir combien ma génération - celle qui s’est introduite dans l’art après sa mort à la fin des années soixante - a été marquée dans sa conception de l’art, dans son travail, dans sa sensibilité, par l’oeuvre d’Yves Klein.
Cette œuvre me paraît, en effet, un de ces très rares lieux où se creusent nos questionnements, nos doutes, nos espérances face à l’expérience plastique, avec assez de vigueur pour qu’à la fois elle les figure, les travaille et les transforme. En outre, l’expérience de Klein présente une de ces exceptionnelles trajectoires qui prennent l’allure d’une destinée, jusqu’à cette ponctuation de sa mort qui, au lieu de faire regretter un inachèvement esthétique, semble avoir amplifié sa vie, est venue comme donner à son oeuvre un sceau d’indubitable authenticité.


 


 

Publication en ligne : 12 février

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette