BRIBES EN LIGNE
      longte tous ces charlatans qui écrirecomme on se ce n’est pas aux choses       il viallat © le château de un titre : il infuse sa elle réalise des souvent je ne sais rien de       soleil si, il y a longtemps, les     " un soir à paris au       qui quand les eaux et les terres dernier vers aoi       ma       dans pour martine, coline et laure   (dans le depuis ce jour, le site " je suis un écorché vif.       le j’ai perdu mon si j’étais un reflets et echosla salle j’ai en réserve paroles de chamantu pour jacky coville guetteurs (ma gorge est une  jésus       et tu ce 28 février 2002. tu le sais bien. luc ne là, c’est le sable et vertige. une distance       soleil mise en ligne       ( présentation du encore la couleur, mais cette sixième toutes sortes de papiers, sur cinquième essai tout il existe au moins deux  avec « a la au seuil de l’atelier je serai toujours attentif à l’art c’est la tant pis pour eux. pour julius baltazar 1 le 1.- les rêves de cyclades, iii°  “ne pas       & les enseignants : livre grand format en trois d’abord l’échange des       nuage equitable un besoin sonnerait  dernières mises thème principal :       l̵       pav&ea il arriva que et nous n’avons rien villa arson, nice, du 17 madame chrysalide fileuse ce qui fascine chez napolì napolì je n’ai pas dit que le       les les durand : une le 2 juillet f les marques de la mort sur   adagio   je c’est ici, me préparation des le nécessaire non quatrième essai de f j’ai voulu me pencher    regardant il pleut. j’ai vu la comme une suite de madame est une "et bien, voilà..." dit deuxième à sylvie       gentil     les fleurs du folie de josuétout est immense est le théâtre et       j̵       au attelage ii est une œuvre en introduction à et ces titrer "claude viallat, et  riche de mes juste un se reprendre. creuser son       " a la femme au   on n’est pour maxime godard 1 haute antoine simon 25 genre des motsmauvais genre vi.- les amicales aventures     après preambule – ut pictura j’ai travaillé       au non... non... je vous assure, pour andré       samuelchapitre 16, versets 1 "nice, nouvel éloge de la « amis rollant, de       marche       va     pourquoi       je me sequence 6   le (dans mon ventre pousse une antoine simon 26 (À l’église    il toulon, samedi 9 la route de la soie, à pied, epuisement de la salle, iloec endreit remeint li os antoine simon 23 de mes deux mains   au milieu de sables mes parolesvous suite du blasphème de un nouvel espace est ouvert antoine simon 30       devant dimanche 18 avril 2010 nous       &agrav le soleil n’est pas beaucoup de merveilles   le 10 décembre cher bernard dans les carnets à cri et à (de)lecta lucta         la la danse de “le pinceau glisse sur pour michèle gazier 1) passet li jurz, la noit est dans l’effilé de dentelle : il avait rare moment de bonheur, 10 vers la laisse ccxxxii       (       sabots dernier vers aoi       le siglent a fort e nagent e     quand rossignolet tu la ...et poème pour     ton  “ce travail qui       sur dans ma gorge j’oublie souvent et     un mois sans pour andré   pour olivier le 26 août 1887, depuis il n’était qu’un 5) triptyque marocain   dits de laure et pétrarque comme station 5 : comment   l’oeuvre vit son dernier vers aoi difficile alliage de       c’est pour moi le premier de profondes glaouis    au balcon c’est vrai des quatre archanges que  tu ne renonceras pas.     pluie du c’était une ma mémoire ne peut me la mort d’un oiseau. "l’art est-il ce poème est tiré du dans ce pays ma mère autres litanies du saint nom       dans   est-ce que       p&eacu pour jacqueline moretti,       "       au       pass&e macles et roulis photo 7 pour martin   pour le prochain je ne peins pas avec quoi, comment entrer dans une descendre à pigalle, se nécrologie   ces notes max charvolen, martin miguel antoine simon 21 ne pas négocier ne       sur mais non, mais non, tu dernier vers que mort et il parlait ainsi dans la 0 false 21 18 dans les hautes herbes coupé le sonà  “s’ouvre comme c’est       tourne pour alain borer le 26       l̵ marché ou souk ou l’heure de la in the country temps où les coeurs abu zayd me déplait. pas f toutes mes À la loupe, il observa   je n’ai jamais de toutes les gardien de phare à vie, au       reine il ne s’agit pas de vedo la luna vedo le quand les mots af : j’entends carissimo ulisse,torna a six de l’espace urbain, accoucher baragouiner de pa(i)smeisuns en est venuz dans les rêves de la en cet anniversaire, ce qui granz fut li colps, li dux en   d’un coté, iv.- du livre d’artiste     [1]  vos estes proz e vostre très malheureux... rimbaud a donc ils avaient si longtemps, si       crabe-       sur le pas facile d’ajuster le le lent déferlement "tu sais ce que c’est      & monde imaginal, dernier vers aoi À perte de vue, la houle des quel ennui, mortel pour jamais si entêtanteeurydice bruno mendonça et je vois dans vos quelque chose la vie est ce bruissement         or trois tentatives desesperees l’une des dernières le ciel est clair au travers ….omme virginia par la  epître aux       à granz est li calz, si se pur ceste espee ai dulor e       sur reprise du site avec la     faisant la       assis j’ai relu daniel biga,  la toile couvre les       m̵ mon cher pétrarque,    7 artistes et 1       &eacut le lourd travail des meules       alla       je me le coquillage contre       baie est-ce parce que, petit, on de la nous avancions en bas de karles se dort cum hume       la mesdames, messieurs, veuillez mise en ligne d’un les plus terribles pour egidio fiorin des mots avant propos la peinture est temps de cendre de deuil de il aurait voulu être le tissu d’acier les dieux s’effacent au rayon des surgelés ce texte se présente guetter cette chose nous lirons deux extraits de       je je sais, un monde se       au dieu faisait silence, mais dans le pain brisé son et la peur, présente je n’hésiterai à la mémoire de à bernadette poème pour ici. les oiseaux y ont fait travail de tissage, dans tendresse du mondesi peu de quand il voit s’ouvrir,       neige me f le feu s’est autre citation percey priest lakesur les je reviens sur des de prime abord, il  pour le dernier jour "mais qui lit encore le dernier vers aoi chercher une sorte de pierre ciel cliquetis obscène des pour robert du bibelot au babilencore une   maille 1 :que tout à fleur d’eaula danse passet li jurz, si turnet a   pour adèle et       la pie la question du récit       voyage antoine simon 17 ce nouvelles mises en deuxième essai le un tunnel sans fin et, à on a cru à après la lecture de onzième je ne sais pas si des conserves !       la dernier vers aoi trois (mon souffle au matin dans le monde de cette clers fut li jurz e li quand vous serez tout comme ce mur blanc a propos de quatre oeuvres de certains prétendent merci à la toile de nos voix ma chair n’est la cité de la musique       allong dans les écroulements coupé en deux quand ma voix n’est plus que       vu dernier vers aoi       je ici, les choses les plus       la seul dans la rue je ris la dernier vers aoi troisième essai       o mon travail est une chairs à vif paumes un jour nous avons au programme des actions jusqu’à il y a ] heureux l’homme pour gilbert la parol

Accueil > À propos de R. Monticelli > Bio-bibliographies

Raphaël Monticelli

|
Bio-biblio...


RAPHAËL MONTICELLI


BIOBIBLIOGRAPHIE SÉLECTIVE


BIOGRAPHIE
Né en 1948 à Nice où il vit et travaille à Nice


1967 : fonde, avec Marcel Alocco, le groupe et la revue INterVENTION qui réunira des écrivains et des artistes parmi lesquels Carmelo Arden Quin, Daniel Biga, Philippe Chartron, Max Charvolen, Noël Dolla, Jean Loup Martin, Martin Miguel, Serge Maccaferri, Patrick Saytour, Claude Viallat.
Réalise ses premiers livres d’artiste.
1968 : Secrétaire de la commission culturelle générale de la faculté des lettres occupée.
Début de l’activité critique.
1969 : rencontre Alexandre de La Salle dans sa galerie de Vence.
1970 : Nommé professeur de lettres à Pithiviers.(Loiret). Parmi ses élèves Marc Zaffran qui entrera en littérature sous le nom de Martin Winckler.
Commence la rédaction des Bribes.
1973 : Nommé professeur à Contes (Alpes-Maritimes)
1974 : Début de son activité de critique au Patriote Côte d’Azur. Rencontrera de nombreux artistes dans cette activité, en premier lieu Gérard Serée.
1974-1975 : premières œuvres croisées avec Charvolen et Miguel.
Rencontre de nombreux artistes dans le cadre de l’APM (association des arts plastiques méditerranéens), parmi eux Jean-Louis Cantin et Valérie Sierra.
1977 : ouvre son premier atelier d’écriture dans la vallée du Paillon.
Frédéric Altmann lui fait connaître le travail d’Oscari Nivese.
1978 : première rencontre de Michel Butor, par l’intermédiaire de Manuel Casimiro
1979 : fonde, avec Miguel et Charvolen, la galerie associative "Lieu 5" et, avec Alocco, "les cahiers de Lieu 5".
Développe des relations avec les artistes liés à la galerie-association Calibre 33, comme Daniel Farioli, Gilbert Pedinielli et Gloria Li-Mir qui lui fait connaître Bruno Mendonça.
Début du travail sur rubans de machine à écrire. Mise au point des 4 premiers volumes de Bribes
1979-1984 : présente les travaux de nombreux artistes et commence à travailler avec certains d’entre eux, notamment Dubreuil, Duchêne, Chubac
1984 : s’engage au centre national d’art contemporain Villa Arson auprès d’Henri Maccheroni et Michel Butor. Rencontre Gilbert Baud dans ce contexte. Entre en relation avec Armand Scholtès.
1985 : est chargé de mission éducative auprès de l’inspecteur d’académie des Alpes Maritimes.
1986 : développe les collaborations avec des artistes dans des oeuvres croisées, notamment Henri Maccheroni. Grâce à lui il entre en relation avec de nombreux artistes et écrivains dont Jean-Claude Renard.
Rencontre Anne Marie Lorin et Jean Marie Barnaud par l’intermédiaire de Francine Guibert, directrice de la bibliothèque de Grasse. Jean-Marie Barnaud lui fait connaître Alain Freixe.
1988 : fonde, avec Max Charvolen et Martin Miguel la galerie associative Le Cairn dont l’objectif principal est de montrer des démarches où se croisent écriture et peinture. Jean François Dubreuil lui fait connaître Yves Popet.
Commence une relation suivie avec Michel Butor.
1988 : est nommé professeur au lycée Calmette de Nice.
1989-1994 : développe son implication dans les ateliers d’écriture dans diverses bibliothèques des Alpes-Maritimes
1990 : Hélène Jourdan Gassin lui fait connaître le travail d’Anne Gérard.
1991 : enseigne à l’IUFM, y rencontre Nicole Biagioli.
Rencontre Michel Leter et les éditions Dys par l’intermédiaire d’Henri Maccheroni.
1992 : première oeuvre croisée avec Gérard Serée grâce à qui il s’exerce à la gravure.
1993-1998 : est chargé d’une expérimentation sur l’éducation artistique et culturelle dans les Alpes-Maritimes et le Var. Développe les relations avec Freixe et Barnaud dans ce cadre.
Par l’intermédiaire de Gilbert Baud, rencontre André Iperti qui a créé une fondation artistique à Vallauris. Y travaille avec de nombreux artistes : Leonardo Rosa, Monique Thibaudin, Gilbert Trem, François Goalec, Martine Orsoni, Luc Warneck, Yvan Koenig, Luc Boniface etc.
1993 : rencontre Egidio Fiorin et les éditions "Colophon proposte d’artista" par l’intermédiaire de Leonardo Rosa.
1995 : rencontre Jean Princivalle qui vient de fonder les éditions de l’Amourier. Devient DAB (directeur artistique bénévole) des éditions. Propose à Alain Freixe de partager cette responsabilité. Fondera plus tard, avec lui, l’association des amis de l’Amourier.
2002 : est nommé délégué académique à l’éducation artistique et culturelle
2006 : par l’intermédiaire de Marcel Alocco, rencontre Jean Paul Aureglia, qui dirige les éditions de "la Diane Française", et élargit, grâce à lui, le cercle des artistes avec lesquels il travaille : Giuseppe Becca, Eric Massholder, Fernanda Fedi, William Xerra, Giacomo Lusso, Renato Bonardi, Claudio Calzavacca, Giorgio Robustelli...
2007 : Laure Matarasso lui fait connaître le travail de Max Partezana.
2008 : quitte l’éducation nationale et ouvre, avec l’aide de Marc Monticelli, le site bribes-en-ligne.fr


Met de l’ordre dans son travail artistique et littéraire et reprend le chantier des Bribes.



LES AXES DU TRAVAIL D’ÉCRITURE


La collaboration avec des peintres et des écrivains a donné lieu à des "oeuvres croisées".
Le travail littéraire se développe comme une approche critique des constituants de la langue et de la littérature
- travail sur les constituants matériels et linguistiques : papier, livre, graphie, son, phonème, signifiant, syntaxe etc...
- travail sur la littérature : récit, personnage, biographie et autobiographie, thèmes, mythes, composition, genres...
L’essentiel de l’approche de la langue et de la littérature est consigné dans des "livres d’artiste" et dans la série des "Bribes".



BIBLIOGRAPHIE


Textes critiques
Les études, publiées en catalogues ou revues, concernent tout ou partie d’oeuvres de plus d’une centaine d’artistes (Alocco, Arden Quin, Butor, Charvolen, Duchêne, Miguel, Groupe 70, supports surfaces, Viallat, école de Nice, Rosa, J.J. Laurent, Serée, Partezana etc.)


Œuvres croisées et livres d’artiste
Les œuvres croisées et les livres d’artiste sont réalisés en nombre limité (le plus souvent entre 1 et 12 exemplaires).


Certaines œuvres croisées ont fait l’objet d’éditions bibliophiliques, parmi lesquelles :


Horizons 1, avec Yves Popet, le Cairn ed. 1991
Horizons 2, avec Yves Popet, 1992
Les creux de l’ombre, avec Gérard Serée, ed. Villa Arson ed. 1992
FATA, avec Leonardo Rosa, Colophon proposte d’arte ed. 1993
Christs, avec Henri Maccheroni et Jean-Claude Renard, Mantoux Gignac ed. 1993
Les Rossignols du crocheteur, tirage de tête d’Anne Gérard, Z’éditions ed. 1995
Vertiges d’une chaise, avec Max Charvolen, Villa Arson ed. 1997
Éphémère bleu, avec Leonardo Rosa et Alain Freixe, l’Amourier ed. 1999
Cultura, tirage de tête, avec Luc Boniface, stArt ed. 1999
Du corps, avec Gérard Serée, Gestes et traces ed. 1999
Nuits, avec Gérard Serée, atelier Gestes et Trace et galerie A. Couturier ed. 2001
Mes enfances, avec Marcel Alocco, la Diane française ed. 2006


L’image transfigurée, avec G. Becca, R. Dehmel, R. Bellini, P. Restany, la Diane française ed. 2008


L’espace semeur, avec Max Partezana, Cahiers du museur ed. 2009
Mode... fication, Aux belles dormeuses, avec Eric Massholder (2 volumes), la Diane française ed. 2009
Hypathie d’Alexandrie, avec Fernanda Fedi, la Diane française ed. 2010
Air et Feu, avec Giacomo Lusso, La Diane française ed. 2010
Terre 1 à 4, avec Renato Bonardi, La Diane française ed. 2010
Terre 5 à 8, avec Claudio Calzavacca, La Diane française ed. 2010
Terre 9 et 10 semences 1 et 2, avec Giorgio Robustelli, La Diane française ed. 2010


Quelques oeuvres croisées ont fait l’objet d’une édition courante
Traces du temps, avec Leonardo Rosa, Alain Freixe, Bernard Noël, l’Amourier ed. 2010
Pas une semaine sans Madame, avec J.J. Laurent et Alain Freixe, l’Amourier ed. 2002
La Légende fleurie, avec Martine Orsoni, tirage de tête, fondation Sicard Iperti ed.
La Légende fleurie, avec 28 dessins de Martine Orsoni, l’Amourier ed. 2009


La série des "Bribes" est constituée de 294 fragments réunis en 9 volumes. Les 4 premiers sont publiés par les éditions de l’Amourier.
Intrusions, illustrations E. Baudoin 1998, Réversions illustrations JJ Laurent 1999, Effractions illustrations François Goalec 2003, Expansions illustrations Marc Monticelli 2005.
Une première version de la Bribe 133 a été publiée en 1990 par les editions Dys sous le titre Chronographie. Tirage de tête d’Henri Maccheroni
Une première version de la Bribe 137 a été publiée par la revue la Mètis en 1992, sous le titre Le Musicien nègre.

Publication en ligne : 27 mai 2014

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette