BRIBES EN LIGNE
"je me tais. pour taire. ce paysage que tu contemplais le recueil de textes traquer sur l’erbe verte si est clere est la noit e la dernier vers aoi   marcel le géographe sait tout les petites fleurs des       bruyan quand nous rejoignons, en il y a tant de saints sur il s’appelait il est le jongleur de lui       arauca on préparait recleimet deu mult dessiner les choses banales aux george(s) (s est la sa langue se cabre devant le  on peut passer une vie antoine simon 14 dernier vers aoi passet li jurz, si turnet a des quatre archanges que tes chaussures au bas de le bulletin de "bribes dix l’espace ouvert au macles et roulis photo 4 dernier vers aoi passet li jurz, la noit est le texte qui suit est, bien troisième essai et raphaËl avant dernier vers aoi je ne sais pas si l’évidence cinquième citationne c’est un peu comme si, dernier vers aoi   g. duchêne, écriture le       parfoi je t’ai admiré, le coquillage contre f qu’il vienne, le feu c’était une  les œuvres de dernier vers aoi mult est vassal carles de ne faut-il pas vivre comme   d’un coté, dernier vers aoi       aujour du bibelot au babilencore une     depuis samuelchapitre 16, versets 1    si tout au long et ma foi,       une l’illusion d’une toutes ces pages de nos deuxième suite il faut laisser venir madame je me souviens de       glouss troisième essai       les a la femme au bien sûrla       " deuxième essai pour yves et pierre poher et       en on a cru à 0 false 21 18       allong depuis ce jour, le site morz est rollant, deus en ad l’attente, le fruit et la peur, présente pour nicolas lavarenne ma "ah ! mon doux pays, il était question non la bouche pleine de bulles « voici lorsque martine orsoni je suis celle qui trompe que reste-t-il de la derniers vers sun destre       &agrav       assis on croit souvent que le but l’art c’est la avec marc, nous avons dans les écroulements mon cher pétrarque, un besoin de couper comme de quant carles oït la antoine simon 22 carissimo ulisse,torna a  improbable visage pendu dans la caverne primordiale la vie est dans la vie. se légendes de michel le proche et le lointain nous dirons donc       nuage dieu faisait silence, mais dernier vers aoi il ne reste plus que le madame aux rumeurs j’ai en réserve “dans le dessin  mise en ligne du texte       l̵ j’ai donné, au mois f le feu s’est   anatomie du m et mi viene in mentemi  pour de je serai toujours attentif à clers fut li jurz e li       et trois (mon souffle au matin  hors du corps pas le grand combat : voudrais je vous du fond des cours et des quatrième essai de       banlie a claude b.   comme  martin miguel vient dans le monde de cette je rêve aux gorges       ce dernier vers aoi       sur antoine simon 19 jamais si entêtanteeurydice       la les dernières deux ce travail vous est dernier vers s’il non... non... je vous assure, À la loupe, il observa toi, mésange à noble folie de josué, la fraîcheur et la difficile alliage de les enseignants : sables mes parolesvous  la toile couvre les pour maxime godard 1 haute il ne s’agit pas de heureuse ruine, pensait non, björg, merle noir  pour ce qu’un paysage peut       la nice, le 8 octobre le scribe ne retient le 2 juillet décembre 2001. la brume. nuages de l’autre carles respunt :       il   je n’ai jamais       le à propos des grands je désire un       tout en travaillant sur les poussées par les vagues       un et si au premier jour il     tout autour  c’était frères et face aux bronzes de miodrag le corps encaisse comme il les parents, l’ultime lorsqu’on connaît une       ce dernier vers aoi l’appel tonitruant du       &ccedi fontelucco, 6 juillet 2000       à       sur le       les quatre si la mer s’est leonardo rosa quand les mots       sous       fleur       cerisi dernier vers aoi temps de pierres dans la petites proses sur terre ce monde est semé rossignolet tu la al matin, quant primes pert langues de plomba la et il parlait ainsi dans la comme un préliminaire la rare moment de bonheur, napolì napolì on trouvera la video   pour adèle et À max charvolen et martin quai des chargeurs de pour ma la pureté de la survie. nul pure forme, belle muette, li quens oger cuardise pour andré approche d’une la poésie, à la des conserves !       deux dernier vers aoi "moi, esclave" a chercher une sorte de de tantes herbes el pre     &nbs       la  il y a le et que dire de la grâce s’ouvre la ensevelie de silence,       j’ai longtemps les installations souvent, dentelle : il avait nous viendrons nous masser  “... parler une je meurs de soif le lent déferlement sept (forces cachées qui dernier vers aoi   jamais je n’aurais edmond, sa grande à la bonne printemps breton, printemps       fourmi le vieux qui et  riche de mes voile de nuità la antoine simon 12 …presque vingt ans plus a propos de quatre oeuvres de       en  avec « a la dans l’innocence des       deux dernier vers aoi dans les hautes herbes   un granz est li calz, si se       bonheu tout le problème       le il souffle sur les collines     dans la ruela f le feu s’est madame, vous débusquez dans l’effilé de         &n 1-nous sommes dehors.       les le 28 novembre, mise en ligne et voici maintenant quelques pas même c’est pour moi le premier le lent tricotage du paysage     longtemps sur démodocos... Ça a bien un f tous les feux se sont fin première       descen carissimo ulisse,torna a       dans réponse de michel       soleil       au suite de  si, du nouveau un jour, vous m’avez si grant dol ai que ne       sur le j’ai changé le le ciel de ce pays est tout j’ai travaillé tandis que dans la grande des voix percent, racontent in the country le travail de bernard i en voyant la masse aux   l’oeuvre vit son merci à marc alpozzo pour maguy giraud et la vie humble chez les en introduction à  ce qui importe pour je crie la rue mue douleur       la marcel alocco a granz fut li colps, li dux en douze (se fait terre se envoi du bulletin de bribes le plus insupportable chez marché ou souk ou inoubliables, les    nous dans un coin de nice,       dans    il sixième mult ben i fierent franceis e il existe deux saints portant     son mougins. décembre dernier vers aoi seul dans la rue je ris la       object       sur (À l’église dernier vers aoi onzième les dessins de martine orsoni vertige. une distance f les marques de la mort sur  je signerai mon antoine simon 30       devant dorothée vint au monde  au mois de mars, 1166 autre essai d’un ( ce texte a antoine simon 13 le ciel est clair au travers préparation des d’ eurydice ou bien de     double 10 vers la laisse ccxxxii passent .x. portes, certains soirs, quand je pour daniel farioli poussant     m2 &nbs       dans j’entends sonner les  monde rassemblé   (à constellations et aucun hasard si se dernier vers aoi       une quand vous serez tout       su le glacis de la mort au labyrinthe des pleursils la gaucherie à vivre,       neige les dieux s’effacent raphaël     ton antoine simon 33  les premières pur ceste espee ai dulor e       magnol dans le pain brisé son apaches :       grimpa Éléments - tendresse du mondesi peu de pour m.b. quand je me heurte madame a des odeurs sauvages dernier vers aoi rien n’est avez-vous vu autre petite voix À l’occasion de il arriva que lentement, josué on peut croire que martine comme une suite de la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Machet, Béatrice > LIVRE M

BÉATRICE MACHET

<- M2 | M4 ->
M3
© Béatrice Machet
Ecrivain(s) : Machet
Clefs : poésie


 


 


Extraire les lettres  les faire fondre une à une dans le grand bain bouillant du langage


 


Laisser refroidir mais pas jusqu’à la solidification 


 


Verser la pâte dans un nouveau Moule 


 


Et ce nouveau squelette  l’enfiler sous une autre peau


Recommencer  encore et encore 


Conclure comme vous que je ne suis  ni un sens  ni une structure 


Juste la forme d’un silence contraignant sa pensée pour la mieux lâcher loin


le jour venu de la__________libération 

 


 


 

Publication en ligne : 3 mars 2013
Première publication : 1er mars 2013

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette