BRIBES EN LIGNE
pour angelo vous dites : "un intendo... intendo !   la baie des anges dans l’innocence des je t’enlace gargouille   iv    vers a la femme au       reine tous feux éteints. des macles et roulis photo 4 la gaucherie à vivre,       l̵       rampan se reprendre. creuser son on cheval approche d’une Éléments - quatrième essai de       dans "ah ! mon doux pays,       apr&eg recleimet deu mult dernier vers aoi a christiane     tout autour la question du récit printemps breton, printemps c’est ici, me       le il arriva que "le renard connaît traquer ...et poème pour       "       dans  de la trajectoire de ce heureuse ruine, pensait dernier vers aoi l’heure de la dans le respect du cahier des mon cher pétrarque, grant est la plaigne e large station 3 encore il parle écrirecomme on se voile de nuità la        pour de il ne s’agit pas de dans la caverne primordiale       voyage       un …presque vingt ans plus pour jean-louis cantin 1.- tes chaussures au bas de     dans la ruela les dieux s’effacent epuisement de la salle, dernier vers aoi décembre 2001. antoine simon 33 temps de cendre de deuil de allons fouiller ce triangle de sorte que bientôt (ma gorge est une je suis celle qui trompe j’ai donc       &agrav libre de lever la tête de proche en proche tous non... non... je vous assure, macles et roulis photo 1   je n’ai jamais j’ai relu daniel biga, difficile alliage de     chambre  tu ne renonceras pas. et ces       le les plus terribles "l’art est-il   ces notes je découvre avant toi et…  dits de madame est une torche. elle  “s’ouvre macao grise sauvage et fuyant comme station 4 : judas  la terre a souvent tremblé le 28 novembre, mise en ligne diaphane est le cinq madame aux yeux     longtemps sur quelque chose pour andrée merci au printemps des nous savons tous, ici, que       quand bribes en ligne a très saintes litanies nice, le 8 octobre seul dans la rue je ris la       les       grappe raphaël cet article est paru dans le ma mémoire ne peut me le grand combat :  les trois ensembles     [1]  se placer sous le signe de je meurs de soif il existe au moins deux tu le saiset je le vois       jardin    tu sais il y a des objets qui ont la  improbable visage pendu m1       pour gilbert antoine simon 26 ce jour là, je pouvais avec marc, nous avons vous avez       " n’ayant pas sa langue se cabre devant le la deuxième édition du dorothée vint au monde suite de première "et bien, voilà..." dit des quatre archanges que       fourr& le lent tricotage du paysage ce qu’un paysage peut que d’heures la communication est le travail de bernard sixième pour jacqueline moretti, nice, le 30 juin 2000 prenez vos casseroles et art jonction semble enfin merci à la toile de pour marcel       grimpa  hier, 17 À peine jetés dans le la chaude caresse de on préparait       le mult est vassal carles de       s̵ l’art n’existe pour jacky coville guetteurs je dors d’un sommeil de la tentation du survol, à normal 0 21 false fal et tout avait equitable un besoin sonnerait tous ces charlatans qui à la bonne arbre épanoui au ciel dernier vers aoi antoine simon 15       nuage eurydice toujours nue à pour dernier vers aoi       la pie nous viendrons nous masser dans les hautes herbes l’évidence il semble possible   si vous souhaitez 10 vers la laisse ccxxxii la galerie chave qui pas de pluie pour venir aux barrières des octrois  “ce travail qui pour andré la fonction,    si tout au long  au travers de toi je pour le prochain basilic, (la 5) triptyque marocain  “la signification madame déchirée deuxième apparition de les dessins de martine orsoni       une  “ne pas comme ce mur blanc c’est le grand cyclades, iii° si tu es étudiant en pour julius baltazar 1 le pour michèle gazier 1)       sur   en grec, morías le ciel est clair au travers les parents, l’ultime c’est pour moi le premier agnus dei qui tollis peccata       embarq l’impression la plus c’est vrai légendes de michel troisième essai antoine simon 10 polenta temps de bitume en fusion sur dernier vers aoi ma voix n’est plus que iv.- du livre d’artiste certains soirs, quand je pour robert viallat © le château de je suis bernard dejonghe... depuis       cerisi       six   tout est toujours en vos estes proz e vostre quand c’est le vent qui   pour théa et ses       bonheu dans ma gorge branches lianes ronces 1254 : naissance de dernier vers aoi   outre la poursuite de la mise je ne saurais dire avec assez       (  dernières mises       la le tissu d’acier mise en ligne d’un il faut laisser venir madame       pass&e     pluie du       &ccedi cet univers sans j’ai travaillé lu le choeur des femmes de de mes deux mains       maquis 7) porte-fenêtre       sur la bouche pleine de bulles mougins. décembre       aujour dieu faisait silence, mais quant carles oït la  on peut passer une vie deux mille ans nous dernier vers aoi vous n’avez les cuivres de la symphonie       ( au matin du villa arson, nice, du 17 attention beau il n’y a pas de plus de profondes glaouis nous lirons deux extraits de       voyage toutefois je m’estimais dans l’effilé de sables mes parolesvous marché ou souk ou       b&acir dans les carnets madame porte à sur l’erbe verte si est la force du corps, la fraîcheur et la la bouche pure souffrance pour martine       je l’appel tonitruant du chaque jour est un appel, une     du faucon et si au premier jour il saluer d’abord les plus   est-ce que chaque automne les si, il y a longtemps, les pure forme, belle muette,       dans       chaque dix l’espace ouvert au temps de pierres le 26 août 1887, depuis la musique est le parfum de       apparu dimanche 18 avril 2010 nous un jour, vous m’avez la pureté de la survie. nul tout est prêt en moi pour cliquetis obscène des   (à trois tentatives desesperees onze sous les cercles     les fleurs du pour frédéric       le       m̵ antoine simon 25 les installations souvent, pour jean marie dentelle : il avait       ce       au patrick joquel vient de  avec « a la       le mais jamais on ne au lecteur voici le premier    regardant   ciel !!!! les premières dans les écroulements toi, mésange à lancinant ô lancinant un tunnel sans fin et, à a supposer quece monde tienne j’écoute vos       dans ainsi va le travail de qui autre petite voix pour yves et pierre poher et un besoin de couper comme de madame, on ne la voit jamais carissimo ulisse,torna a il est le jongleur de lui  monde rassemblé       au je reviens sur des en 1958 ben ouvre à       le    courant exacerbé d’air comme c’est reprise du site avec la       &n juste un mot pour annoncer   né le 7 c’est la peur qui fait quatrième essai de       retour ouverture d’une dernier vers aoi       et tu bruno mendonça sixième peinture de rimes. le texte toutes sortes de papiers, sur avant dernier vers aoi le lourd travail des meules  l’exposition  pour maxime godard 1 haute l’attente, le fruit et il fallait aller debout       le     oued coulant des quatre archanges que un verre de vin pour tacher edmond, sa grande nécrologie       magnol c’est la chair pourtant     rien régine robin, s’égarer on  tu vois im font chier       entre a claude b.   comme je crie la rue mue douleur le plus insupportable chez il faut aller voir il tente de déchiffrer, antoine simon 13 il ne reste plus que le       cette les petites fleurs des en cet anniversaire, ce qui la réserve des bribes Être tout entier la flamme       l̵   3   

les « amis rollant, de madame est une franchement, pensait le chef, la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Ughes, Yves > Cultes

YVES UGHES

<- Prédication du 23 décembre 2011 | Quand le jour de la pente ->
Prédication du 10 février 2013
© Yves Ughes
Ecrivain(s) : Ughes (site)


 


Jn 2,1-12 : Les noces de Cana


 


Il y avait un mariage à Cana en Galilée.


La mère de Jésus était là.


Jésus aussi avait été invité au repas de noces


avec ses disciples.


 


Or, on manqua de vin ;


la mère de Jésus lui dit :


« Ils n’ont pas de vin. »


Jésus lui répond :


« Femme, que me veux-tu ?


Mon heure n’est pas encore venue. »


 


Sa mère dit aux serviteurs :


« Faites tout ce qu’il vous dira. »


Or, il y avait là six cuves de pierre


pour les ablutions rituelles des Juifs ;


chacune contenait environ cent litres.


 


Jésus dit aux serviteurs :


« Remplissez d’eau les cuves. »


Et ils les remplirent jusqu’au bord.


 


Il leur dit :


« Maintenant, puisez,


et portez-en au maître du repas. »


Ils lui en portèrent.


 


Le maître du repas goûta l’eau changée en vin.


Il ne savait pas d’où venait ce vin,


mais les serviteurs le savaient,


eux qui avaient puisé l’eau.


 


Alors le maître du repas interpelle le marié


et lui dit :


« Tout le monde sert le bon vin en premier,


et, lorsque les gens ont bien bu,


on apporte le moins bon.


Mais toi, tu as gardé le bon vin jusqu’à maintenant. »


 


Tel fut le commencement des signes que Jésus accomplit.


C’était à Cana en Galilée.


 


Il manifesta sa gloire,


et ses disciples crurent en lui.


 


Après quoi, il descendit à Capharnaum,


lui ainsi que sa mère et ses frères et ses disciples,


et ils n’y demeurèrent que peu de jours.


 


(Jn 2,1-12)


Le récit a été maintes fois commenté. Comment dès lors oser s’y confronter ? Par quel biais peut-on encore dire quelque chose et dans quel but ?


 


Si nous penchons aujourd’hui vers lui, avec nos modestes moyens, c’est qu’il n’a de cesse de nous interpeler, pour de nombreuses raisons. Trois interrogations, au moins s’imposent.


Il nous faut tout d’abord noter que ce récit n’intervient que dans l’Evangile de Jean. Il souligne donc une vision typiquement Johannique de Jésus. Il offre de plus une place de choix à la "mère de Jésus", ce qui ne manque pas de troubler. Il travaille enfin sur des éléments fondamentaux de l’imaginaire collectif : le vin et les noces.


 


Pour en dégager la substantifique moëlle il faudrait donc mettre en oeuvre deux possibilités : une exégèse et un savoir théologique que nous ne sommes pas capables d’assumer, ou une lecture littéraire qui nous révèle la splendeur humaine de la scène, ce qu’elle peut dire encore de nos jours dans nos vies quotidiennes, sur le Christ et sur Jean. C’est le chemin que nous choisirons.


 


Nous nous attacherons tout d’abord au texte, au texte unique, au texte seul. Et je dirai mon ressenti dans cet entrelac de mots qui, sous la fluidité apparente, livre de réels mystères. Cette approche nous amènera à réfléchir sur l’écriture des Evangiles : que disent les gestes de Jésus et comment sont-ils retraduits par les Apôtres ?


 


**************


 


Cet épisode de l’Evangile de Jean est ponctué par des "Or". "Or, on manqua de vin" "Or, il y avait là six cuves de pierre". Ce mot de liaison semble laisser libre cours au hasard. Tout se présenterait donc comme rebondissement imprévu et procéderait par ricochet aléatoire. Cette impression première ne tient pas la route quand on entre dans la logique profonde du texte, logique que son déroulement révèle. Suivons donc les mots et les actions. Que nous disent donc, en profondeur, ces versets ?


 


Tout commence par "Il y avait un mariage à Cana en Galilée". Le fait intervient dans le cours des événements à la fois comme une normalité enregistré (quoi de plus factuel qu’une noce ?) et comme un moment présenté d’emblée comme exceptionnel, une sorte de fait fabuleux introduit par une tournure ressemblant à celle des contes : "il était une fois", "il y avait un mariage".


 


Ce cadre fabuleux se voit brisé par une carence abrupte autant qu’inexplicable, ce qui accentue l’aspect insolite du lieu et du fait. "On manqua de vin". Pourquoi ? rien n’est dit. Quand on conçoit un repas de noces, on s’organise, on prévoit. La rupture contribue à créer un cadre qui se trouve en décalage par rapport au réel. Elle crée un manque qui ne peut que paraître symbolique et qui appelle une intervention n’ayant rien à voir avec la logique humaine.


 


A cet instant intervient "la mère de Jésus". Les mots ont leur poids, il ne s’agit pas de Marie, mais d’une périphrase : "la mère de Jésus". Marie ne se présente pas dans son lien maternel, mais dans une relation fonctionnelle : elle intervient en fonction d’un lien qui la rattache à Jésus et à la mission qui lui est assignée. Elle n’est pas un être social, mais un vecteur de la volonté divine qui va hâter la révélation. On peut rattacher cette intervention, sans tomber dans le culte marial, aux instants de l’Annonciation. Marie est porteuse du projet divin, et elle en constitue les gestes émergents.


 


La réponse de Jésus ne manque pas d’interroger : "femme, que me veux-tu ?". passons sur le mot "femme", daté et sur lequel nous ne céderons pas au contresens. Mais arrêtons-nous sur le "que me veux-tu ?". Comment ne pas y lire une crainte, un rejet, une angoisse ? Laissons-nous un temps aller dans l’humanité de Jésus. Comment peut-on accéder à l’épiphanie de soi-même sans crainte ? Comment accepter qu’on est le Christ ? et qu’il nous faut amorcer un chemin qui ira des miracles accomplis au spplice de la croix ? Là, tout se joue et tout se noue. Nous ne sommes pas Jésus, nous n’avons pas à imiter, mimer, jouer à...mais cette phrase ne résonne-t-elle pas profondément en nous-même : "Que me veux-tu ?". Quelle est donc cette force qui nous demande de sortir de nous-mêmes, et d’aller vers l’autre ? Quelle est donc cette puissance qui nous demande d’être nous-mêmes et d’aimer l’autre comme nous-mêmes ? "Que me veux-tu ?" : par cette phrase nous aimerions bien aussi nous protéger : pourquoi devenir un autre, pourquoi renaître différent ? pourquoi se retourner, se convertir ? Devenir soi, pour soi et pour les autres. Jésus sait que quand il accomplira ce premier miracle il entreprendra un chemin qu’il devra assumer, dans la complexité de ses angoisses et par le vecteur de sa charge. Nous n’avons pas la même charge, mais nous devons prendre comme lui le chemin qui nous interpelle.


 


La réticence est humaine, la résistance face à l’appel aussi. Se convertir, naître, renaître, tout relève de la même douleur. Là encore, le rôle de Marie est essentiel : "faites ce qu’il vous dira". Dès lors Jésus agit, il s’engage, il accepte et il intervient dans le réel en acceptant ce qu’il est, sans doute sait-il ce qui se trouve au bout du chemin, la mort, la croix. Mais cette acceptation l’amène à intervenir dans la vie des hommes par des verbes à l’impératif : "remplissez, puisez, portez".


 


l’Histoire ouverte peut alors se dérouler, portée par l’émergence des élans et des réticences, portée par la foi et le trouble des interrogations.


 


 


*******************************


 


 Ce texte d’engagement ne manque pas de troubler par les éléments symboliques qu’il met en place.


 


Selon Jean, le premier miracle est donc accompli au coeur d’une noce et il consiste à changer l’eau en vin.


 


Le geste dès lors ne saurait être anodin, il ne peut être réduit en texte confit. Sa force originelle doit lui être rendue.


 


Le manque abrupt de vin ne se peut expliquer. Mais la transmution de l’eau en vin ne saurait être innocente. Elle est consubtanciellement lié au plaisir, à la joie de vivre. "le vin déride la face". Le vin est source de vie, s’il vient à manquer, un lien essentiel avec le monde est coupé. la vigne est récurrente dans la Bible, et elle se manifeste toujours très souvent comme porteuse de joie et de communauté. Quand le vin manque, Jésus rétablit l’équilibre en remplissant les jarres. Et bien sûr le liquide ambré prend valeur ici de métaphore. Mais il s’agit d’une métaphore qui donne chair et goût aux gestes et aux paroles. Dieu et son Fils n’interviennent pas dans nos vie comme porteurs d’austérité et de mortifications. Ils entrent en nous comme une joie qui se livre, comme un bonheur qui se donne et se savoure. Point n’est besoin de se faire du mal, le bien se trouve dans le bien. La foi est joyeuse et se répand comme une générosité savoureuse.


 


On part de la vie pour dire plus, pour libérer un sens qui en dit plus, un sens supérieur. Il nous faut bien sûr prendre les Noces dans leur plénitude symbolique. Et si l’on garde ici le meilleur vin pour la fin ce n’est pas par hasard. Un sens profond nous est proposé : Jésus nous garde le meilleur pour la fin. notre fin personnelle ? la fin des temps ? Quoi qu’il en soit l’accent est mis sur ce qui doit advenir et qui sera savoureux.


 


Mais cette saveur à venir s’exprime par une métaphore qui nous met d’ores et déjà l’eau, ou le vin, à la bouche. Et à ce niveau la forme vaut autant que le fond. La parabole en dit autant que le message dont elle est le vecteur. On annonce le meilleur par le vin. Nulle rupture donc entre le salut et la terre, entre la foi et les fruits de la terre, de la vigne. Tout simplement une route qui monte, sans frontière. On part d’une communion, d’une joie partagée et que tout le monde peut percevoir, lors d’un événement commun, des noces par exemple. Et cette rencontre devient le creuset et le reflet d’une communion plus haute, entre Dieu et nous, entre le Christ et ceux qui se retrouvent en lui. l’ascension est fluide, naturelle, heureuse et perceptible.


 


Ainsi parle le Christ par ses gestes, ses actions.


 


Ainsi Jean retranscrit-il ces gestes. Le style dit tout. L’humanité en situation, les manques, les actions faites pour combler.


 


Comment ne pas y voir à la fois un but et un chemin. un message et un style. un style qui fait message.


 


amen.


 


 

Publication en ligne : 3 mars 2013
Première publication : 1er mars 2013

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette