BRIBES EN LIGNE
      & un jour nous avons fin première je ne sais pas si raphaËl       apparu       ç la chaude caresse de li quens oger cuardise ainsi fut pétrarque dans       sur   entrons maintenant rm : d’accord sur je ne peins pas avec quoi, g. duchêne, écriture le si tu es étudiant en introibo ad altare on a cru à sous l’occupation "l’art est-il genre des mots mauvais genre biboon. plus qu’une saison. etait-ce le souvenir pour pierre theunissen la c’est ici, me       dans       la       au pour robert attendre. mot terrible. j’aime chez pierre branches lianes ronces merci à la toile de [ ... ] de femme liseuse dix l’espace ouvert au seins isabelle boizard 2005       je suis marcel alocco a ] heureux l’homme carles li reis en ad prise sa et te voici humanité avant propos la peinture est attention beau on peut croire que martine À max charvolen et a dix sept ans, je ne savais chaque automne les siglent a fort e nagent e       ton   saint paul trois       dans la À l’occasion de quando me ne so itu pe a propos de quatre oeuvres de       pass&eac madame dans l’ombre des station 4 : judas  j’ai parlé       é pur ceste espee ai dulor e deuxième approche de       au soir  “... parler une abstraction voir figuration travail de tissage, dans vue à la villa tamaris descendre à pigalle, se     hélas, je ne saurais dire avec assez     m2   À la loupe, il observa zacinto dove giacque il mio seul dans la rue je ris la rafale n° 4 on le j’ai changé le je n’ai pas dit que le     à       nuage il existe au moins deux tout est prêt en moi pour rafale n° 6 just do ici. les oiseaux y ont fait     vers le soir l’art c’est la la brume. nuages  pour jean le a claude b.   comme une vertige. une distance       les le 2 juillet 2000   cher art jonction semble enfin       la langues de plomb a la       "j& preambule – ut pictura antoine simon 3 google15f25081e0346654.html pluies et bruines, comment le proche et le lointain       dans le vos estes proz e vostre il y a tant de saints sur de proche en proche tous la communication est     nous avions antoine simon 21 tout à fleur d’eaula danse (ma gorge est une       au fond et je vois dans vos c’est parfois un pays dernier vers aoi   f le feu s’est les oiseaux s’ouvrent sous la pression des       " vous avez   il en est des noms comme du la force du corps, n’ayant pas       la       quinze       reine toujours les lettres :     rien lu le choeur des femmes de tandis que dans la grande si c’est ça, les premières suite de       o ainsi alfred… bribes dans le nid de {{}} on trouvera la <img852|left> forest       jonathan "nice, nouvel éloge de la       pav&eacu très malheureux...       deux       au je crie la rue mue douleur passet li jurz, la noit est granz fut li colps, li dux en pour le prochain basilic, (la mon travail est une guetter cette chose jamais si entêtanteeurydice a l’aube des apaches, les durand : une dernier vers que mort pas facile d’ajuster le je suis celle qui trompe s’ouvre la dernier vers aoi on dit qu’agathe l’homme est voici des œuvres qui, le dans les hautes herbes       bonheur   marcel f tous les feux se sont je voudrais voir les arbres vous dites : "un  l’entretien j’oublie souvent et sept (forces cachées qui 0- souviens-toi. sa today i eat my autres litanies du saint nom antoine simon 18       cerisier       sur les le 10 décembre 2013, epuisement de la salle, pour maguy giraud et dans le respect du cahier des je rêve aux gorges       tourneso « e ! malvais il aurait voulu être       soleil quand nous rejoignons, en (dans mon ventre pousse une ce poème est tiré du   3   

les       sur le chants à tu mon recueil   ces sec erv vre ile      & 10 vers la laisse ccxxxii       la       bien bien sûr, il y eut       "je ma mémoire ne peut me j’ai travaillé       reine ecrire les couleurs du monde dernier vers aoi mon cher pétrarque, à propos “la       l’ franchement, pensait le chef, ici, les choses les plus il faut aller voir dernier vers aoi certains prétendent       " antoine simon 23 « la musique,       à la liberté s’imprime à  epître aux dieu faisait silence, mais de mes deux mains temps où le sang se un verre de vin pour tacher écrire comme on se     ton plaisir pour qui veut se faire une quand les eaux et les terres quand les couleurs       sur le onzième la vie humble chez les quelque chose poussées par les vagues   la production       jardin       droite   au milieu de       araucari (josué avait lentement  improbable visage pendu ce 28 février 2002. madame, c’est notre on croit souvent que le but       entre       baie la main saisit 1- nous sommes dehors. pierre ciel iv.- du livre d’artiste   un  l’exposition  eurydice toujours nue à la lecture de sainte  je ne voulais pas       neige       devant dernier vers aoi démodocos... Ça a bien un quatre si la mer s’est que reste-t-il de la f le feu m’a bientôt, aucune amarre troisième essai  martin miguel vient       au paroles de chaman tu       allong&e    7 artistes et 1 je suis allons fouiller ce triangle les plus vieilles derniers vers sun destre       cette un homme dans la rue se prend béatrice machet vient de traquer dans le ciel du antoine simon 30 dernier vers aoi la bouche pure souffrance ne pas négocier ne antoine simon 2 références : xavier 1) notre-dame au mur violet f les marques de la mort sur   je n’ai jamais normal 0 21 false fal a propos d’une que nos princes et empereurs dernier vers aoi journée de cet article est paru dans le et nous n’avons rien en ceste tere ad estet ja les lettres ou les chiffres dernier vers aoi j’ai donné, au mois       s’ il était question non face aux bronzes de miodrag dernier vers aoi chairs à vif paumes nos voix je meurs de soif la galerie chave qui madame, on ne la voit jamais suite du blasphème de en cet anniversaire, ce qui “le pinceau glisse sur l’impression la plus antoine simon 25 pourquoi yves klein a-t-il     depuis feuilleton d’un travail huit c’est encore à la musique est le parfum de sixième mult est vassal carles de macles et roulis photo 7   né le 7     le cygne sur les éditions de la passe du pour les amants se la rencontre d’une elle réalise des un texte que j’ai l’attente, le fruit leonardo rosa violette cachée ton c’est vrai À max charvolen et martin       dans tous ces charlatans qui aux barrières des octrois l’erbe del camp, ki quatrième essai rares dernier vers aoi si j’avais de son charogne sur le seuil ce qui     cet arbre que il pleut. j’ai vu la il n’y a pas de plus vedo la luna vedo le       l’     " on trouvera la video ma chair n’est       la alocco en patchworck © l’art n’existe nice, le 30 juin 2000 bien sûr la dans les carnets « h&eacut recleimet deu mult dans les horizons de boue, de   l’oeuvre vit son tout en travaillant sur les  “ce travail qui rafale mougins. décembre 1) la plupart de ces le 28 novembre, mise en ligne       le       soleil si vous entendez le lac il y a des objets qui ont la je m’étonne toujours de la 1.- les rêves de antoine simon 11 je suis bien dans  tu vois im font chier troisième essai et un trait gris sur la       pourquoi heureuse ruine, pensait toulon, samedi 9 c’est la peur qui fait un temps hors du martin miguel il va falloir grande lune pourpre dont les       deux des quatre archanges que toutes sortes de papiers, sur rafale       dans       objectif (de)lecta lucta   autre essai d’un « pouvez-vous faisant dialoguer pas sur coussin d’air mais la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Machet Béatrice

BEATRICE MACHET

<- Macao : grise épopée | DER de DRE, l’annexe ->
MACAO, grise épopée
© Béatrice Machet

Périple chinois

Ecrivain(s) : Machet
Clefs : poésie

« L’idéal confucéen repose sur la perception du caractère fondamentalement neutre de toute nature - celle du monde comme celle de l’homme. On ne peut trouver d’autre ancrage à la réalité que dans cette valeur du neutre : de ce qui ne penche pas plus dans un sens que dans un autre, de ce qui ne se caractérise pas plus d’une façon que d’une autre, mais garde complète sa capacité d’essor. [...] Du côté de ce qui est ponctuel et se montre : la »saveur«  ; de l’autre, ce dont la propriété demeure diffuse et enfouie, mais est d’autant plus opérante : la »fadeur". François Jullien


MACAO GRISE EPOPEE

 

 

 

HAME-HAA

 

 il y avait si peu de temps

 une fois

 

 

 

au début

comme encore

une coquille nuageuse

et des sons

descendants

là où toujours j’arrrive

radieuse

on pourrait penser

que je porte couronne

et

pour finir

des paupières soyeuses

fermeront sur le gris du rêve

 

 

 

 

Hong-Kong d’abord....

Déposée par un bus sur le quai du ciel

je cherche l’embarcadère 42

achromatique....

 

Ainsi qu’il est dit

le mélange des couleurs complémentaires mène

au gris

un instant je me demande si

c’est en les soustrayant ou bien en les additionnant

 

une confusion à mettre sur le compte

du décalage horaire

douce somnolence

 

Gris léger

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le ferry entre dans le port de Macao

aucune visibilité 

des murailles et du brouillard

 

 le flux des passagers

 

 

 

Devinée

la rivière Perle

son embouchure

grande ouverte

sur le chaos frénétique

agitation confusion

 

 

 

 la nuit tôt tombée

 

 

 

 

 

 

 

gris un nom pour la qualité

de la température et de l’humidité

une hypothèse vivante dans l’esprit demeuré vif

à se construire un langage

 

 

 

 

 

petit matin accrochée aux grilles du balcon d’en face

une cage une perruche se rebelle

 

quelque chose me signifie

je suis l’oiseau dans la ville qui fera de mes ailes un voile gris

clair

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En ce moment un fort bruit de fond

toutes fréquences par ailleurs égales

le climatiseur

la rue surpeuplée

le voisin de palier

les scooters plein gaz

me percent la matière grise

 

 

 

 

l’ embuscade invisible d’un espace visible

menace au travers du gris rideau de l’air

 

 

 

reflets sur les vitres

gris souris gris chrome gris charbon

nuageux

une humeur boudeuse barbouillée

 

 

 

 

 

Neuf heures---locales

 

Une maladie

« des os de verre »

 

A quel degré n’en suis-je pas atteinte

 

 

 

 

je vole en éclats dans le gris argenté du matin

miroir mon beau miroir....

 

 

 

 

...dis-moi si

est concentré ici le tout

de l’expérience humaine....

 

 

 

 

 

 

Travassa de Bon Jesus---Gris granit

 

je monte la rue il la descend

 nous nous croisons

il fuit mon regard

comme absenté il va petit et penché

je pense être plus âgée que lui

personne ne le pourrait croire

il longe les murs gris passe-muraille

chinois traditionnel pour ma conscience

se révélant à moi-même plus que jamais occidentalisée

 

de ce trouble se dégage

sinon limpidité

une forme de lucidité

 

retour à l’appartement

scandé par les talons

claquant sur les pavés noirs et blancs

importés du Portugal

dessinant des vagues au sol

des vaisseaux

 

et la nave va et marée humaine

me porte

Gris Milan Kundera

 

le livre du rire et de l’oubli

voilà qui va bien à Macao

voilà où je trouve le mot “litost” quasi intraduisible

mais certainement l’auteur lui accorderait une essentialité grise

 

le tragique de la solitide humaine

le comique absurde

le ridicule

le rien qu’est et auquel doit faire face l’humain laugh and forget it

dans la légèreté de l’être

jusqu’à l’insoutenable

nous chantions

et bien dansons maintenant

ris et oublie

et.....

le gris de l’âme et ses ondes

le refus de s’apesantir et

l’ironie en forme de politesse

le désespoir en forme d’immortalité

témoigne ad vitam eternam de l’inconvénient d’être né …

 

 

 

sous les pavés : gris plage

 

le nom de la rue même pour le suggérer

Avenida da Praïa.... difficile à éviter

 

le marteau piqueur vrille sa mèche dans les tympans

une tranchée dans le trottoir

mosaique noire et blanche démantelée

et dessous un bouillonnement boueux

le sable gris éructe sa révolte

reclaimed land---terre gagnée sur la mer pour installer

un édifice luxueux

en rénovation déjà

 

des échafaudages en bambou entourent sa carcasse

dépecée de l’intérieur comme de l’extérieur

 

 

des allées-venues se succèdent entre couloirs et hall

des gravats et rebus des planches et de la moquette

des cartons d’habits des sacs de toutes tailles

autant de pochettes surprises

que des mains

de jeunes à vieilles

avides ou nonchalentes

fouillent

en extirpent les substantifiques moelles

et chargent leurs trésors sur des chariots rouillés

qui traverseront la ville en cahotant

ajoutant au vacarme

leurs notes brinquebalantes

jusque très tard dans la nuit

autres roulettes autres casinos

rien ne va plus et chacun à son jeu

gagne son peu

 

de gris

 

volutes d’encens aux coins des porches

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle est retouvée .... quoi ....

....la grise ontologie de Descartes....

 

 

c’est l’ombre des rickshaws en allée par les rues étroites

elle doit fuir

l’agressivité des vespas

la ruche humaine

obéit à des instincts

à des logiques

que sa rationalité n’envisage pas

et dieu au milieu

cherche sa voie

trouve

des voix

physiques et méta

dis-connectées

disjonctées

une évaporation structurale

au dessus d’un flot chaotique

un parfum d’infini

version asiatique

c’est tout ce que j’en peux comprendre

de sens

 

quand à ma conscience

ne pourrait pas dire je suis

ni même j’y suis

 

perceptions méditées mènent à l’illusion

la connaissance abdique

la science projette

 

et dans l’ombre qui ne s’avoue pas

elle se dispense

d’être moi

 la grise

 

 mine

 de rien

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

l’eau

sa fadeur

l’insipidité

jusqu’au gris associé

à comprendre comme demeure

elle est retrouvée quoi la plénitude

c’est le gris allé avec l’écoulement des eaux

 

imprégnation infusion processus du temps qui passe

la valeur poétique

se dépose

gris limon des mots

matérialité

harmonisant l’entre des pôles

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

polyphonie polysémie polychromie polyvalence

est-ce fade est-ce gris l’un dans l’autre et l’autre dans l’un

combinaisons à l’infini pour que jamais ne s’ennuie

l’esprit humain

 

dont la nature

toute la nature

serait d’être

complétude par indétermination

sans saveur ou bien avec toutes

sans hypertrophie d’aucune

jusqu’au sans relief

la plénitude se déploie à partir de la platitude

un vague sourire désolé

une impression fugace

mais tenace

 

de fraîcheur

 

 

 

 

 

 

 

Rua do mercadores

 

chapeaux de paille sur les têtes baissées

des femmes

la moitié d’entre elles masquées

tente d’échapper aux odeurs à la polution

à la contagion

 

sans âge

un balai dans la main droite

une pelle à long manche dans la main gauche

ramassent les rebus de prospérité

jetés à terre

 

 

population des résidents presque cinq cents mille

population des touristes

en ne comptant que ceux arrivant de la Chine continentale 4 millions par an

soit dix mille par jour en moyenne

 

papiers plus ou moins gras écrits en trois langues minimum

Cantonnais Portuguais et Anglais

 

logos slogans publicitaires jonchent les pavés glissants

emballages divers

de la nourriture basique aux produits de luxe

les diverses strates de la société

foulées aux pieds

le vin ne sera pas tiré

 

dans les vitines tout brille

les balayeuses s’en trouvent éblouies

 

une question me traverse l’esprit que

je ne peux pas poser elles

ne me comprendraient pas

ont-elles jamais eu une enfance ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A l’heure de pointe

 

Un écriteau en carton annonce vingt pacatas

plus des idéogrammes tracés au feutre

un tabouret rudimentaire pour les clients

quelques uns font la queue

de tous les âges

animés par le désir d’emporter un souvenir

 

Sur les marches de la calçada

adossé contre le mur de la poste

en hauteur par rapport aux piétons

un homme tire des portraits

au crayon

 

ni caricaturiste ni cartooniste

en quinze minutes montre en main

il croque les visages

plus ou moins bridés plus ou moins foncés

et j’essaie de deviner de quelles provinces

de la grande Chine

sont originaires les passants

encombrés de leurs nombreux paquets

ils ont acheté donc ils sont

 

 

Le temps d’une pause d’une voix péremptoire

il me dit en estropiant la langue anglaise

qui est Thaï qui est Philippin qui est Pékinois

qui est de Shanghai

qui est mandchou

puis relevant le sourcil

son visage exprime la curiosité

dans son regard la demande non formulée

que je lui rende le même service ....

 

Blanc scandinave

Britannique

Américain

Italien

Français

.............. les seuls qu’il reconnaisse sont les Portugais et les Brésiliens..........

 

 

 

 

 

 

 

 

Gris cendre

 

Dévotions

et partage

Tao bouddhisme animisme

pas de jaloux

tous ensemble

représentés dans les temples

 

dans le monde des dragons des sorcières et des serpents

vivent les morts

 

ils se débrouillent avec le puzzle de leur vie

récompense ou punition

ici et dans l’après

peur des dieux et sainteté des comportements

sont pris en compte

 

Kun Lam la déesse de la miséricorde

Sakyamuni Amitabha

et tant d’autres

chaque dieu prenant à sa charge une année

du calendrier Chinois

 

 

impressions pêle-mêle

Fung shui le système géomantique

les lions gardent les portes

 

 

 

cinq vases rituels

autels

lieux sacrés

gongs et percussions

chapelles dédiées aux morts

plaques funéraires

logement des gardiens du temple...

l’architecture est un accomplissement sophistiqué

salles de prières cours pavillons

passages sinueux et portes appelées de lune jardins miniatures

 

toits de tuiles

 

 

 

 

 

A Lin Kai Miu

la fumée du temple pleure les pertes

les dieux aux visages sombres protègent

contre le feu

 

Plus

le dieu singe

et des milliers d’autres deités plus

le bien voyant le bien entendant

oeil et oreilles favorables

les dieux de la soixantième année

six pusas boudhistes plus

Kwan Taï

et encore ....plus

 

 

Alors ....

 

 

 

 

 

 

 

Que manque-t-il ?

 

Est-ce espace est-ce temps

est-ce espace-temps

je veux dire cette étincelle

qu’est

 

et qui fait une vie ?

 

Je veux dire joie libre

quelque chose brillant mieux que

les lumières artificielles de la civilisation post-moderne.

 

Ce qui manque ....

 

Depuis la baie vitrée

au cinquante neuvième étage je suis

témoin d’un feu d’artifice géant

espace froid temps réduit

les météores d’automne tombent sur les eaux mais ne feront jamais corps ensemble chair tiède espace torride

 

l’éternité en tant que donnée mesurant la durée

 

 

Ce qui manque...

 

Une flamme

servante sacrée

marche maintenant sur l’immense pont

entre toi et moi

des bougies en mains pour t’attirer

sauge sauvage son parfum dans l’air

pour me convaincre de traverser

 

Comme tu le sais l’étincelle d’amour ne manque pas pourvu que

 

tu acceptes l’imagination

elle fait le travail

tout amour est une représentation

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce qui manque

la rosée

tôt le matin pas une goutte pas une larme pas un grain ni d’eau ni de lumière

 

Ce qui manque

l’espoir

après cette pensée venue traverser mon esprit

la vie est suspendue à l’infinité de non-vie

une éternité pour en rire une éternité pour pleurer

temps et espace

sont-ils le fil le souterrain le pont le passage

pour aller de la vie à la non-vie

 

 

La vie est

un processus seulement

pendant le temps de laquelle la non-vie se recycle

une cure de jouvence

un gris maquillage

 

L’esprit plein de grottes

plis et rides dans son calcaire

 

 

Que manque-t-il

 

espace-temps temps-espace un monde bidimensionnel

qu’élever

comment dresser ...

 

à partir de ce rêve plat le paysage n’offrira pas

de transcendance

 

mais

l’intensité d’être tout

commencement du temps

 

dans notre chambre imaginative

dans l’obscurité d’un coeur aimant d’un coeur aimé

ce qui manque est-ce brûler

est-ce pouvoir magique est-ce une théorie de la création

est-ce la prise sur un non-bord de l’infini

cette métaphore de l’étincelle

ce corps étincelle d’une vie

ce qui manque

un espace intérieur un temps

de permettre au feu que ...

 

 

ta voix procure l’harmonie

 que … dehors et dedans ne soient plus qu’un

 

n’est-ce pas le (bou)lot de toute étincelle

de chaque mot

d’allumer et de donner vie

de permettre au feu

de se reposer

 

 

il a besoin

de nous

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

un nuage de fumée ne manque pas si

 non désiré

aucune poussière comme la mort du

 désir

et voyez l’étincelle soudaine de solitude

couchée sur papier

 

un aimant de sensitivité

ce poème vivant au travers

de l’étincelle

 

rien ne manque

 

 

 

 

La vie retient l’épique jusqu’à la fin

 

 

 

 

 

 

 

 

l’épique est le sens de

la bonne humeur

de

générations

combien

laquelle compte le plus dans les mémoires

laquelle s’est montrée la plus grise

quel lustre laissé

sur sa peau quels muscles

dessous

 

le gris me rendrait-il réelle

depuis l’ombre vers les nuances

depuis le sommeil vers le rêve

du besoin vers l’extinction des désirs

de chargé à débarrassé

 

 

au niveau des poteries exposées au musée intégrer quelque chose comme

divination

boule de cristal

 

 

 

Veillée de Noël

flashs votifs et sapins artificiels

pas de cloches

pas de klaxons

mais des navires fantômes

un drame brumeux et dans son épaisseur

laisser être

laisser venir

l’ère grise

 

 

facile de savoir que la cité est entrée dans le troisième âge

toute pilosité lui est grise jusqu’à blanche

après l’enfance et l’âge adulte

la vieillesse montre ses cheveux

un poivre envahi de sel

 

et s’en sera fini

de la fadeur

 

 

pas du gris

 

 

 

 

Béatrice Machet

Publication en ligne : 17 mars 2012

Réagir à ce texte

2 Messages

  • MACAO, grise épopée 24 février 2013 17:09, par namaste83

    Bonjour Béâtrice Machet,

    Je viens de découvrir votre é- cri - ture

    la magie est là

    Je suis enseignante à Brignoles. Nous sommes voisines.

    Dans le cadre du printemps des poètes( mars 2013), je cherche des idées pour mes élèves de ce2.
    A ma grande joie, j’ai lu dans votre biographie que vous avez partagé votre art à celui de la musique avec Eric B. notamment( en 2009).
    La magie opère encore : Eric B. est un collègue et travaille dans mon école.

    Je serai ravie d’entrer en contact avec vous afin d’imaginer et de réaliser un projet autour de la poésie où la voix et la musique se mêlent, se démêlent et font écho.

    J’espère que vous lirez ce message.

    Merci
    Christine (namaste83)

    repondre message

    • MACAO, grise épopée 25 février 2013 06:55, par Béatrice Machet

      Bonjour Christine et merci de votre message, c’est agréable à lire !
      Je serais ravie de vous rencontrer, de réfléchir avec vous comment poésie (voix, souffle) et musique s’entremêlent... le plus tôt que je puisse faire c’est mai 2013, début mai serait très bien....Car je suis en Chine au moment où je vous écris, retour en France fin avril avec une lecture à Marseille le 28 et quelques obligations familiales le 30 avril et premier mai.

      Je pourrais aussi vous expliquer mon expérience de travail avec les enfants du primaire... Bref ! le premier pas est fait, le seuil est franchi !Nos routes vont se croiser j’en suis sûre. Mon adresse en France est 2065 route de Lac, 83570 Carcès. mon email : machet.b@wanadoo.fr
      Au plaisir donc de vous voir, de vous lire

      Cordialement Béatrice

      repondre message

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP