BRIBES EN LIGNE
1 2      longtemps sur le 26 août 1887, depuis et tout avait juste un  pour de a la femme au tout mon petit univers en madame est une la chaise, le châssis, le 1 2  la littérature de       vaches tous ces charlatans qui   dits de a l’aube des apaches, présentation du projet page suivante ► page la pureté de la survie. nul à propos “la aller à la bribe suivante       "       je  l’exposition   je signerai mon les amants se « je suis un tu le sais et je le vois    regardant à la bonne  un livre écrit page suivante page       neige madame est toute bel équilibre et sa la fonction, page suivante ► page textes mis en ligne en merci à la toile de a propos d’une bien sûr la page suivante ► page madame aux rumeurs antoine simon 7       pav&eacu monde imaginal, il était question non ce jour là, je pouvais toutefois je m’estimais       aujourd attention beau  dans le livre, le aucun hasard si se je découvre avant toi pour frédéric sommaire ► page suivante mais non, mais non, tu fin première    seule au page suivante ► page et nous n’avons rien etudiant à zacinto dove giacque il mio quatre si la mer s’est preambule – ut pictura béatrice machet vient de on trouvera la video page suivante ► page si j’étais un derniers textes mis en ils avaient si longtemps, si       cerisier noble folie de josué, couleur qui ne masque pas   *   libre eurydice toujours nue à       pass&eac 1 2  predication_du_15_ao       les 1 2 3 page suivante ► page boomerang b ► livre grand l’heure de la antoine simon 20       le       gentil dans le monde de cette quand il voit s’ouvrir,       sur le       le long       la raphaël monticelli 30 juin       ce rafale n° 10 ici ainsi va le travail de qui démodocos... Ça a bien un dernier vers aoi       va ton le proche et le lointain pour maxime godard 1 haute   le texte suivant a la question du récit nos voix cliquer sur l’icône 1 2  à sylvie on croit souvent que le but cher.e.s ami.e.s vous pouvez quel ennui, mortel pour   tout est toujours en page suivante ► page suite du blasphème de dernier vers aoi carcassonne, le 06       est-ce       & l’erbe del camp, ki chers élèves du collège 1 2  Éléments - immense est le théâtre et 1 2  aller à la bribe suivante libre de lever la tête la brume. nuages a la libération, les           ces sec erv vre ile dernier vers aoi  pour jean le tes chaussures au bas de     son quatrième essai de de soie les draps, de soie il faut aller voir       embarq 1 au retour au moment       o maintenant il connaît le le lourd travail des meules comme une suite de page suivante page     hélas, page suivante ► page     &nbs in the country du bibelot au babil encore torna a sorrento ulisse torna antoine simon 28       la       dans la titrer "claude viallat,   on n’est seul dans la rue je ris la       marche les étourneaux !   anatomie du m et la mort d’un oiseau. je suis celle qui trompe je reviens sur des bal kanique c’est dernier vers aoi   macao grise et que vous dire des   pour olivier   d’un coté, page suivante ► page lancinant ô lancinant 1- ai-je reçu une ainsi alfred…       montagne       ç       la   si vous souhaitez quelques textes constellations et       objectif     pluie du il y a tant de saints sur a la fin   il ne resta il existe deux saints portant 1 2        longtem rita est trois fois humble. on préparait sommaire ► page suivante de sorte que bientôt j’ai donné, au mois  dernières mises       allong&e   la baie des anges imagine que, dans la       au fond une autre approche de comme c’est tu le sais bien. luc ne nous avancions en bas de préparer le ciel i page suivante ► page madame est une torche. elle se reprendre. creuser son et ma foi, pas facile d’ajuster le antoine simon 32 de prime abord, il page suivante ► page 1 2  références : xavier       je fais rafale n° 7 un grande digue est dispersée c’est — pense-t-on - art jonction semble enfin la force du corps, le numéro exceptionnel de « amis rollant, de    de femme liseuse page suivante ► page « e ! malvais pour michèle auer et rafale       les  epître aux merci au printemps des nice, le 18 novembre 2004 page suivante ► page le pendu exode, 16, 1-5 toute page suivante ► page il ne sait rien qui ne va     le 1 2      le cygne sur je t’enfourche ma préparer le ciel ii halt sunt li pui e mult halt       enfant       sur le       l’ « ah ! mon       deux pour robert la communication est       six       le Ç’avait été la 1 2  de proche en proche tous       dans le j’ai ajouté vos estes proz e vostre textes mis en ligne en avril les cuivres de la symphonie dernier vers aoi page suivante page ouverture d’une année 2019 ► albert  de la trajectoire de ce lu le choeur des femmes de ce 28 février 2002. merci à marc alpozzo       bruyante bernard noël, droits ce qu’un paysage peut écrire comme on se antoine simon 19 les photos et archives rafale  les premières biboon. plus qu’une saison. dans un clignement de d’ eurydice ou bien de       à page précédente retour générations page suivante ► page       l’ page suivante  le grand brassage des où l’on revient       grappes il en est des noms comme du eloge de la boite aux "école de la tentation du survol, à dernier vers aoi       j’ 1 2  au programme des actions       jardin dire que le livre est une       banlieue siglent a fort e nagent e     cet arbre que attendre. mot terrible. dans les horizons de boue, de « mais qui lit ajout de fichiers sons dans antoine simon 14 les plus vieilles       st traquer      & le travail de bernard     après textes mis en ligne en dernier vers aoi     nous avions me dernier vers aoi       entre page suivante ► page ki mult est las, il se dort antoine simon 24 a claude b.   comme une       au       dans     chambre       coude page suivante ► page       mouette page précédente retour À l’occasion de c’est la peur qui fait pour jean marie baous et rious je suis antoine simon 12 deuxième suite sommaire ► page suivante toujours les lettres : de profondes glaouis morz est rollant, deus en ad bruno mendonça des voix percent, racontent       " 1 2   avec « a la       voyage ► abÉcÉdaire à jean       la dernier vers aoi aller à la bribe suivante onzième derniers vers sun destre  si, du nouveau présentation du       ma 1) chaque oeuvre est en 1 2 en page suivante ► page dernier vers aoi souvent je ne sais rien de       au pas grande lune pourpre dont les page suivante ► page       fleurett       pour    il page précédente retour “dans le dessin   est-ce que textes mis en ligne en  zones gardées de le texte qui suit est, bien     double ecrire les couleurs du monde page suivante ► page et c’était dans ouverture de l’espace karles se dort cum hume d’un côté     de rigoles en un titre : il infuse sa   né le 7 1 2  page suivante ► page a propos de quatre oeuvres de page suivante page     au couchant un tunnel sans fin et, à  la lancinante le thème       l’ un texte que j’ai (dans mon ventre pousse une la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : Ferrat, Stéphanie /

STEPHANIE FERRAT

Notes d’atelier
© Stéphanie Ferrat
Publication en ligne : 10 février 2012

 

Ces notes d’atelier sont extraites de Côté ciel, paru aux éditions Fissile en 2012

 

Ce matin, ciel.

Présence de masses et mouvements. Deux lapins, une larve brune.

L’eau pourrait se multiplier, s’ajouter à la poussière.

 

 

 

 

De l’atelier et dans le trouble du blanc, je vois des bêtes se déplacer. Comme un médaillon.

 

 

 

 

Dans un premier temps, le regard. Ce qui tient en face, ne tient que là ; par la force des yeux.

C’est pourquoi tant de papiers tombent, par manque de courage dans l’épreuve.

 

 

 

 

 

 

Les puits au visage s’arrêtent dans la zone d’ignorance, s’ouvrent dans l’œil écarté. Je ne sais s’il faut se retrouver là, dans ce qui est peint, donné à voir ; se poster en avant de ce que nous sommes. On dépose comme autant de questions, comme autant de peaux muettes.

Les fleurs ne sont pétales que sur nos yeux.

J’avance par petits ponts.

 

 

 

 

Probablement loin, ce qui s’amarre à la pensée, pour construire le monde, manuellement.

 

 

 

 

Indéfiniment loin, l’équilibre.

Ouvrir le foin fait tomber la pierre.

Détendre la montagne retarde le poème.

Tout est sans cesse à replacer dans le corps, ou la tête à accommoder au monde.

Planter des troncs dans l’œil ne réduit pas le sang, ni la condamnation achevée devant la porte.

 

 

 

 

Atelier sous le ciel, objet dans la mémoire, triés par delà la bouche.

 

 

 

 

Je travaille dans le ventre de la baleine, et dans ce ventre semblable, j’extrais.

 

 

 

 

 

Les formes viennent des matières pour se nouer aux yeux. En eux, des forêts, des images plus infimes, des poils de roses.

La forme née de la rencontre du regard avec la matière ; se construit dans l’air, séparant les deux.

On nomme les formes par rapport à l’émotion, par rapport au détail et non par rapport au monde.

Le monde possède des formes qui ne sont pas forcément le vivant, l’énigme du vivant.

Par le geste, la forme s’annonce. Poids de la respiration pour saisir le relief.

Tout doit s’avancer obscur, rien ne doit terminer hésitant.

Pierre dressée, toujours à la portée du vent.

Parfois des puits se creusent à la place d’un tronc. Sont autant d’écorces que de saisons passées.

 

 

 

Lentement on assoit les heures, entasse la peinture à laquelle nous ne voyons pas de bras.

 

 

 

Œil sur la main, mâcher, à l’envers de tout.

 

 

 

 

L’état doit être celui de l’absence. Geste reculant le corps, tête sinueuse ; comme rayer une phrase sur un cahier.

Ce sont les gestes qui, s’agitant, effacent la pensée.

 

 

 

 

On cherche à mettre des titres, alors que les mots cherchent des images.

 

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP